Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Portugal

Baïonnette modèle AR 10

baïonnette AR10

Armement : fusil AR-10
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 305 mm
Poids : 300 g (alu)
           : 275 g (bois)
ø interne de douille : 21,5 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces très rares baïonnettes fabriquées aux Pays-Bas à (Artillerie Inrichtingen Hembrug) ont principalement été utilisées par l’armée portugaise (1 556 exemplaires) en 1960. Comme la majorité des pays industrialisés, à la fin des années 50, cette baïonnette a d’abord été conçue pour être utilisée comme poignard de combat.

portugal-matsen-004.jpgPoignée en aluminium en haut, en bois en baspays-bas-ar-10-02.jpg

La poignée :

  • Les exemplaires utilisés par le Portugal possèdent une poignée en bois d’une seule pièce, fixée à la soie par deux vis et écrou fendus.
  • Ceux utilisés par le Guatemala sont munis de deux plaquettes en aluminium peint, fixées à la soie par deux rivets soigneusement arasés.

Le pommeau droit comporte une rainure en de T, avec bouton de verrouillage sur le coté gauche à écrou rond. Il est fixé à la soie ainsi que la croisière par deux petits rivets.

pays-bas-ar10-05.jpgPetit marquage sur la lame près de la croisière (Artillerie Inrichtingen)

La lame anti reflets est dépourvue de gouttière, elle possède un profil très simplifié, à simple tranchant et contre-tranchant affûté sur une grande portion vers la pointe, elle est beaucoup moins effilée que la lame du modèle US M4

Le fourreau utilisé pour cette baïonnette, si il n’est pas réparé est un modèle de « type M8 A1« , dépourvu d’un double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique moulé vert olive sans renfort à l’extrémité. La chape dépourvu de marquage en tôle d’acier phosphatée, est maintenue sur le corps par sertissage. Sur l’arrière une cornière en forme de L sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est fixée par deux rivets emboutis. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Période d’utilisation :
Ces poignards-baïonnettes ont été utilisées jusqu’en 1975 par les bataillons de parachutistes portugais, lors des Guerres coloniales portugaises.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
La plupart des baïonnettes non utilisées, stockées aux Pays-Bas ont été détruites par l’armée néerlandaise, et beaucoup ont été perdues en Angola et au Mozambique de ce fait elles sont devenues très rares. Ces deux modèles sont bien sur indispensables dans une collection.

Category Archives: Z Portugal

Poignard-baïonnette modèle 48

Armement : PM1948
Longueur : 
295 mm
Poids : 275 g
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle de conception portugaise, le seul du 20ème siècle, fut produit de 1948 à 1955 à Lisbonne par la Fabrico Braco de Prata. Comme la majorité des pays industrialisés, à la fin des années 50, cette baïonnette, a d’abord été conçue pour être utilisée comme poignard.

La poignée possède un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de T. Les plaquettes sont maintenues entre elles par vis à tête ronde et écrous fendus. Contrairement à tous les autres modèles portugais, le n° de matricule de l’arme est inscrit sur la croisière, non sur le pommeau.

Lame non marquéeCette baïonnette marquée ARAMENTO MARHINA M48 a été utilisée pour la marine de Portugaise

La lame est symétrique à double tranchant à pointe très effilée.

B1287-4.jpgPlusieurs types de fourreaux existent, dont celui-ci

Le fourreau

1904 003

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) portugais N° : POR 19 A ou B.

Période d’utilisation :
Ces poignards-baïonnettes ont été utilisés jusqu’en 1975 lors des Guerres coloniales portugaises.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle conçu dans les années cinquante du fait de sa rareté est indispensable dans une collection. Le PM48, est l’un des rares pistolets mitrailleurs moderne à disposer d’une baïonnette.

Category Archives: Z Portugal

Baïonnette modèle 1934 pour PM Solothurn

 Baïonnette portugaise M-1934 (photo trouvée sur internet)

Armement : Steyr_Solothurn_M.P._34 (variantes)
Fixation : sur le côté droit du canon
Longueur : 390 mm
Poids : 365 g
ø interne de la douille : 15,3 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Lors de l’acquisition des PM Steyr-Solothurn en 1935, par souci d’économie les portugais ont modifié pour ces armes, des baïonnettes non immatriculées M-1904 qui après transformation seront désignées couramment modèle 1934.

En haut M-1904, en bas M-1934

La poignée a subi une modification qui consistait à réduire sa longueur de (16 mm), et de remplacer la croisière, car l’anneau de bouche pour l’adaptation au canon du MP34 était plus éloigné. La rainure en forme de trèfle inutile est conservée, mais obturée par un petit arrêtoir au niveau du canal de baguette. Les nouvelles plaquettes sans trous de nettoyage sont maintenues entre elles par vis et écrous fendus. Un matricule avec seulement 4 chiffres sans lettre en capitale est frappé à droite du pommeau comme d’usage dans l’armée portugaise.

1934 002

La lame est identique au M-1904.

Le fourreau du M-1904, dont la cuvette/ressorts à lames est maintenue par deux rivets, par son aspect ressemble au fourreau siamois de baïonnette M-1907.

1904 003

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) portugais N° : POR 19 A ou B.

Période d’utilisation :
A partir de 1935, jusqu’en 1950 au Portugal et jusqu’en 1970 (colonies).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette baïonnette après transformation, fait partie des très rares modèles qu’il ne faut absolument pas laisser passer.

Dernière mise à jour le 02/10/20.

Category Archives: Z Portugal

Baïonnette modèle 1937/41

1937 01
Armement : fusil de type Mauser Kar 98k
Longueur : 385 mm
Valeur : €€€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
En 1937, l’armée portugaise a commandé 100 000 fusils Mauser Kar98k à la société Mauser A.G. Oberndorf, dont 60 000 ont été livrés immédiatement. Ces fusils nommés par les portugais M / 937 ont été retirés de la chaîne de montage, ils ont conservé les marques allemandes intactes jusqu’à ce que des fusils avec les modifications portugaises spéciales soient disponibles.

Le reste 40 000, avec spécifications portugaises appelés M / 937A livrés en 1937-38 étaient tous datés de 1937.

  1. Présence de deux oreilles de protection du guidon et d’un cran d’accrochage pour un couvre bouche à l’avant du support du guidon,
  2. Cran de mire en U et un guidon rectangulaire,
  3. Fixation de bretelle pouvant se faire sous l’arme ou sur le côté gauche.

En juillet 1941, les portugais ont passé un contrat de 50 000 fusils M / 937 supplémentaires dont 30 000 livrés. Ces fusils étaient des modèles Kar98k au standard de l’époque. Ceux-ci ont été livrés en 1941-42 mais étaient tous datés de 1941, ils ont été appelés M / 937B. Faute du paiement de l’intégralité du contrat, ce sont des armes de ce contrat qui seront réaffectées à l’armée allemande (numéros de série commençant par G ou H).

D’après Richard D. LAW (Backbone of the Wehrmacht, the German K98k Rifle, 1934-1935), un certain nombre de fusils K98k munis de marquages allemands standards furent prélevés des stocks de la Wehrmacht pour être livrés au Portugal en 1942 et 1943 – probablement après que ce pays se fut acquitté du solde de sa dette. Les armes (marquages) du Portugal furent peut-être appliquées sur les crosses de ces armes par les Portugais après leur livraison d’après l’auteur.

Les baïonnettes fabriquées pour le Portugal en 1937 pour le premier contrat, et en 1941 pour le second contrat, sont de constitution identique au modèle allemand 1884-98 du 3ème type.

En haut, baïonnette du premier contrat, en bas second contrat

La poignée est toujours munie de plaquettes en bois. Dans tous les cas le double poinçon du Waffenamt est frappé sur l’arrière du pommeau, ainsi qu’une fois sur le bouton poussoir du verrouillage. Le Waffenamt était un numéro donné aux inspecteurs de l’usine qui inspectaient l’article pour s’assurer qu’il répondait aux spécifications militaires. S’il répondait aux spécifications, l’article était tamponné et accepté par l’armée. Les portugais lors de leur commande ont exigé qu’un contrôle militaire des pièces soit fait avant livraison.

1937 03Matricule et poinçons de réception (WaA 253 x 2)

  • Pour le premier contrat de 1937, le pommeau porte les marquages suivants : WaA inspection 253, et une lettre en capitale de A à E en capital accompagnée d’un n° de série de (00 001 à 19 999).

Matricule sur la croisière (second contrat)

  • Pour le second contrat de 1941, le pommeau porte les marquages suivants : WaA inspection 853, uniquement, la croisière porte une lettre en capitale de F à H accompagnée d’un n° de série de (00 001 à 19 999), 20 000 fusils et baïonnettes de la série G ou H ont été détournés au service allemand.

1937 04On peut remarquer sur ce modèle de stock jamais utilisé, que la lame est fortement bleuie presque argentée, typique des premiers modèles allemands fabriqués avant la Seconde Guerre mondiale

La lame de finition bleuie polie est dépourvue du nom ou code fabriquant.

Le fourreau de finition bleui est dépourvu du nom ou code fabriquant.

En haut, fourreau du second contrat, en bas premier contrat

  • Le crochet d’agrafe du premier contrat possède 4 stries sans marquage. A partir de 1941, les stries sur la chape du fourreau ont été supprimées du mode de fabrication.
  • Le crochet d’agrafe du second contrat sans stries, porte un préfixe d’une lettre et les deux derniers chiffres du numéro de série inscrit sur la croisière.

1904 003

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) portugais N° : POR 19 A et B.

Période d’utilisation :
Certains de ces modèles 20 000 de la série G ou H, accompagnés de leurs fusils, non livrés au Portugal ont bien été utilisés par la Wehrmacht.

Je remercie Jean-Philippe un des fidèles lecteurs de mon blog pour m’avoir fourni des photos et quelques précisions supplémentaires sur le modèle du contrat de 1941. D’après ses dires, une personne de sa connaissance possède un modèle 41 capturé sur un soldat allemand lors de la libération de Paris en août 1944.

Ces baïonnettes ont été utilisées jusqu’en 1975 par le Portugal, lors des Guerres coloniales portugaises.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Si le vendeur est honnête sur l’origine du produit, ces modèles pourtant identiques au modèle allemand, mais plus rares, au niveau du prix d’achat se négocient plus facilement, ils ont bien sur leur place dans une collection.

Dernière mise à jour le 21/09/20.

Category Archives: Z Portugal

Baïonnette modèle 1904/39

1904 001Armement : fusil Mauser-Vergueiro m / 1904
Longueur : 407 mm
Poids : 350 g
ø interne de la douille : 15,5 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarque :
Cette baïonnette a été fabriquée entre 1904 et 1909 uniquement par le constructeur Simson & Co. de Suhl, en Allemagne à environ 75 000 exemplaires pour être utilisé avec le Mauser Vergueiro M-1904 long en calibre (6,5×58 mm).

Mauser Vergueiro M-1904-39

Cette baïonnette a également été utilisée sans modification avec le fusil Mauser Vergueiro M-1904/39 raccourci et modifié en calibre (7,92×57 mm), dans ce cas toutes les parties métalliques ont été systématiquement bronzées.

La poignée assez fine est munie d’un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de trèfle, cette baïonnette ne s’adapte pas au fusil Mauser de type 98. Les plaquettes sont maintenues entre elles par vis et écrous fendus. Le pommeau intègre un bouton de verrouillage rond. Un nombre à 4 chiffres précédé d’une lettre en capitale est frappé à droite du pommeau comme d’usage dans l’armée portugaise.

Certain de ces modèles accompagnés de leurs fusils ont également été fournis à l’Afrique du Sud (environ 20 000 ex) en 1915. Les plaquettes de ces modèles sont maintenues entre elles par rivets sur rondelles, un U avec une flèche à l’intérieur est frappé sur le côté gauche du pommeau.

1934 002

La lame avec gouttière bien proportionnée, résiste parfaitement à la torsion

Le fourreau non numéroté, dont la cuvette est maintenue par deux rivets, par son aspect ressemble au fourreau siamois modèle 1907.

1904 003

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) portugais N° : POR 19 A ou B.

Pour info :
Le gouvernement d’Hitler a forcé la famille juive Simson à fuir le pays en 1936. Sous la dépossession d’industriels juifs, un fiduciaire a pris le contrôle de l’entreprise et ainsi, par fusion avec d’autres usines, le Berlin Suhler Waffen und Fahrzeugwerke (BSW) a été formé.

Période d’utilisation :
A partir de 1904, et jusqu’en 1970 (colonies), encore utilisée pour les cérémonies officielles.

l’attrait de ce modèle :
Beaucoup de ces modèles généralement bien conservés, pour un prix d’achat raisonnable, sont idéals pour débuter une collection.

Category Archives: Z Portugal

Sabre-baïonnette modèle 1885

Armement : fusil Guedes M-1885 et Kropatschek M-1886
Fixation : sur le côté droit du canon
Longueur : 600 mm
Poids : 545 g
ø interne de la douille : 15,5 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le fusil Guedes M-1885 de calibre 8 x 60R mm est le dernier fusil militaire à tir unique basé sur la conception du bloc tombant, devenu obsolète peu de temps après son adoption par l’introduction des fusils à répétition à verrou. Ces fusils ont été fabriqués au nombre de 8 000 par la manufacture de Steyr, en Autriche, sous contrat pour l’armée portugaise, mais ont rapidement été remplacés par des modèles portugais M-1886 Kropatscheck, de calibre 8 x 60R mm à verrou. Selon les registres de Steyr, 56 000 fusils M-1886 ont ​​été fabriqués pour le Portugal de 1886 à 1889, et 1 000 supplémentaires ont été fabriqués en 1893-1894. Un grand nombre de fusils Guedes ont été achetés au Portugal par le (Boer) Zuid Afrikaansche Republiek (ZAR) avant le début de la guerre en Afrique du Sud (1899-1902).

Plaquettes maintenues entre elles par deux rivets sur rondelles N° de matricule précédé d’une lettre

La poignée possède un pommeau droit qui comporte une rainure en forme de T, elle s’adapte aux deux modèles de fusils (1885 et 1886)Cette baïonnette est construite selon le modèle 1885 autrichien, mais sa croisière ne présente pas le crochet recourbé de son homologue autrichienne et le diamètre interne de la bague est plus faible (calibre de l’arme 8 mm).

La lame de finition polie brillant, possède sur le contre-tranchant le marquage de la manufacture de Steyr et l’année de fabrication. La lame est de type yatagan, « Yataghan » est dérivé du mot turc pour « celui qui se couche » pour décrire le profil de la lame à double courbe de descente. La double courbe ajoute de la résistance et de la rigidité, tout en gardant la poignée et le point d’alignement pour une efficacité de poussée. 

Le fourreau est identique au modèle 1885 de fabrication autrichienne, la cuvette est maintenue au corps par deux petits rivets, le bouton de suspension est marqué OEWG.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) portugais N° : POR 19 B.

Période d’utilisation :
Les fusils M-1886 et les baïonnettes ont été utilisés très longtemps, surtout dans les colonies portugaises en Angola, Mozambique et Est Timor. Bien que le Portugal fût neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, ses forces combattirent brièvement contre l’occupation japonaise du Timor portugais à l’aide de fusils Kropatschek M-1886.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Un modèle conçu il y a plus de 130 ans a toujours une place dans une collection.

Dernière mise à jour le 14/10/20.

Copyright © 2020 Géraldbaios