Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Canada

Baïonnette modèle C1

Baïo C1 01

Armement : version canadienne du fusil C1A1
Longueur :
304 mm
Poids : 300 g
ø interne de la douille :
15 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La Grande-Bretagne a adopté sa propre variante du FAL en 1954 pour remplacer le vénérable fusil à verrou Lee-Enfield. Le fusil a été désigné Fusil à Chargement Automatique (SLR) L1A1, et la baïonnette conçue en 1955 partage également cette désignation.

La série L1 comprend cinq variantes, trois produites en Grande-Bretagne (L1A1, L1A3 et L1A4), une produite en Australie (L1A2) et au Canada (C1). La rare variante C1 a été produite de 1956 à 1966, par division Small Arms, Arsenaux canadiens Limitée (anciennement Longbranch).

Baïo C1 02Détail des rivets de maintien du pommeau soigneusement abrasés

La poignée est du même type que le modèle anglais L1A1, et australien L1A2. Elle comporte un bouton poussoir de verrouillage proéminent bien pratique pour la mise en place à l’arme par temps froid avec des gants. La croisière en forme de « taille de guêpe », comporte un marquage (50 3900 C1 ou C1). Les plaquettes en tôle d’acier fixées par deux rivets creux sont dépourvues de marquage.

Baïo C1 03

La lame de type Bowie est calquée de la baïonnette anglaise n° 5, elle comporte un petit marquage au ras de la croisière, constitué de 2 lettres C A accolées pour désigner l’arsenal canadien suivi de la l’année de fabrication. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Certains exemplaires (baïonnette et fourreau), utilisés lors des cérémonies officielles peuvent être entièrement chromés. 

Fourreau modèle n°5 MKI :

Fourreau n°5 (MKI) anglais avec baïonnette n°9 muni d’une cuvette en acier

Le fourreau utilisé pour le modèle C1 est du même type que le modèle anglais n°5 (MKI) anglais, avec corps en acier et trou d’évacuation de l’eau à l’extrémité. La fine cuvette d’entrée en acier est fixée par une vis sur le devant.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) canadiens N° : CA 19 A.

Category Archives: Z Canada

Baïonnette N°4 MKII

canada présentation

Armement : version nord-américaine du fusil Lee-Enfield et PM Sten MK 5
Longueur : 
251 mm
ø interne de la douille : 

Valeur : €
Rareté :che1valier
Remarques :

N°4 SPhoto trouvée sur internet

La version nord-américaine du Lee Enfield n°4 ( n°4 MK 1*) fut fabriqué à partir de 1942. Il en diffère par :

  1. une plaque de couche en tôle emboutie,
  2. une fabrication rendue plus simple pour l’aménagement de certaines pièces, l’arrêt de la tête de culasse est supprimé, ce qui modifie légèrement le mode de démontage,
  3. la hausse est du type Mark 2, 3 ou 4.

Sa fabrication a été réalisée en Amérique du Nord. En raison de son origine, ce fusil fut souvent appelé fusil canadien, largement utilisé par les Canadiens et par les troupes alliées équipées par les Britanniques, ce fusil ne fut pas réglementaire dans l’armée anglaise avant le 11 novembre 1946.

Ces fusils ont d’abord été montés avec des canons à cinq rayures, puis avec des canons à deux rayures aux Etats-Unis. Il existe des canons à six rayures produits après la guerre par le Canada.

Constructeurs:
Long Branch Arsenal, Toronto (Canada), 910 000 exemplaires, le numéro de série intègre la lettre L.
Savage – Stevens Arms Corporation, Chicopee Falls, Massachussetts, 1 200 000 exemplaires avec la lettre C dans le numéro de série.
Les armes fabriquées aux U.S.A. portent, en plus des marquages traditionnels, la mention U.S. PROPERTY en application de la loi prêt-Bail.

La division des biens du ministère de la Défense nationale a autorisé la construction de l’usine en 1940, pour surmonter la pénurie d’arme de l’usine américaine Stevens. Après avoir été transférée au ministère des Munitions et des Approvisionnements, une société d’État, Small Arms Ltd., a été constituée pour exploiter cette installation. La plupart des machines utilisées ont été importées des USA, de société canadienne ou de la défunte usine Ross Rifle au Québec. Le 30 juin 1941, les cinq premiers fusils auraient été fabriqués. D’énormes quantités d’armes légères de type Britannique, y compris le fusil MkI * Lee-Enfield n ° 4 et la mitraillette Sten, y ont été fabriquées au cours de la Seconde Guerre mondiale.
La Small Arms Ltd. cessa ses activités à la fin de décembre 1945. A compter du 1er janvier 1946, ses opérations se poursuivirent sous la Division Small Arms de la Canadian Arsenals Limited, l’usine a été fermée le 30 juin 1976.

Ces baïonnettes sont de conception identique au modèle Britannique N°4 MKII, la lame et la douille sont forgées d’une seule pièce. Au Canada, elles furent produites à partir du 13 mars 1941, (production approximative 910 000 dont 330 000 livrées à la Grande Bretagne). Contrairement au modèle Britannique, dont la conception a évolué deux fois (MK2*, MKIII) durant la Seconde Guerre mondiale, le modèle canadien est resté identique.

Clou 01

Tous les modèles fabriqués à partir du 13 mars 1941 à Long Branch (Small Arms Ltd), jusqu’en 1945, (date de fermeture de l’établissement), portent les lettres L et B accolées.

La lame des premiers modèles fabriqués est soigneusement usinée sur environ 185 mm.

L’extrémité de la lame peut être usinées sur les quatre faces ou seulement sur les deux.

Pour simplifier la production, les pièces des modèles de seconde génération étaient embouties, ce mode de fabrication avait un inconvénient, la lame ne s’insérait pas bien dans l’embouchure du fourreau. A partir du 25 février 1943, une partie de tous les modèles fabriqués fut phosphatée.

Baio_N4_MKII Poinçon de l’armée canadienne, un C avec une flèche (en haut à gauche)Poinçon de l’armée canadienne gravé au crayon électrique

Tous les modèles utilisés durant la Seconde Guerre mondiale par l’armée canadienne portent le marquage C avec une flèche, sur la douille ou sur le début de la lame. Les modèles livrés à la Grande Bretagne ne portent pas de poinçon (C avec une flèche).

canada-clou-n-4MKII.jpgModèle utilisé durant la guerre de Corée, (C avec à l’intérieur un A) 

5 000 fusils et baïonnettes N°4 MK II, à partir des année 50 ont été produits par la division Small Arms, Arsenaux canadiens Limitée (anciennement Long Branch) pour être utilisés durant la Guerre de Corée. Les baïonnettes sont d’aspect identique aux modèles de première production (1941).

Spécificités canadiennes.

Baio_N4_MKII

Clou 01Il existe deux types de marquages du « II » attaché ou séparé

canada-clou-double-marquage-02.jpg

canada-clou-double-marquage-03.jpg

Modèle de fabrication (Stevens, USA) pour le Canada avec une série typique de quatre chiffres, la douille est marquée Long Branch.

Modèle de fabrication (Stevens, USA) pour le Canada, la lame est frappée d’un C avec une flèche.

Marquage du bataillon, très rare

Long Branch a marqué environ 8000 baïonnettes qui ont été conservées par les canadiens pour l’entraînement.

Marquage 5L23 qui correspond peut être au n° d’arme 523, d’un fusil n°4 MK 1* fabriqué à Long Branch.

Marquages régimentaires en partie illisibles.

Les fourreaux fabriqués pour ce modèle au Canada.

Fourreau en acier MK. I.

Le fourreau avec corps en acier conique et embout percé en forme de boule est le plus couramment rencontré. Le bouton de suspension de forme arrondie est soigneusement brasé sur le corps. Les fourreaux étaient généralement bronzés, dans certains cas peints en noir, ou pour les modèles fabriqués, à partir du 25 février 1943 phosphatés.

Deux vis permettent de fixer au corps la cuvette d’entrée et le ressort de maintien de la lameMarquage B à l’intérieur d’un cercle sur le ressort qui enveloppe une cuvette en aluminium (probablement Border City Industries), ce marquage n’est pas systématiqueCuvette en alliage de zinc (Mazak)

Tout comme pour la fabrication des baïonnettes N ° 4 Mk II, les fabricants nord-américains ont également fabriqué le fourreau N ° 4 Mk I Stevens-Savage à Chicopee Falls aux Etats-Unis d’Amérique et Small Arms Ltd. à Long Branch près de Toronto au Canada, ils sont presque identiques au dessin Britannique DD (E.) 463 B. Le corps des fourreau pouvait avoir les embouts d’extrémité mobiles ou fixes.

Malgré la fabrication en parallèle de fourreaux en matière plastique, le modèle en acier sera fabriqué jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

canada fourreaux 02Cuvette marquée : « NOT » (fabrication canadienne)Clou cuvetteCuvette en aluminium sans marquage Cuvette en alliage de zinc (Mazak) sans marquageCuvette en plastique très dégradé avec le temps sans marquage

La cuvette qui ne possèdent généralement aucuns marquages est généralement en alliage de zinc (Mazak), rarement en acier, quelque fois (en aluminium ou en plastique probablement après 1945). De nombreux fourreaux non marqués munis de cuvettes en Mazak ont également été produits aux USA.

Fourreau en plastique MK. 3.

gb fourreau clou canada

Ce fourreau en matière plastique très légers et assez solide, a été fabriqué à la fin de la Seconde Guerre mondiale aux Etats-Unis et au Canada. Ce corps noir était assemblé avec la cuvette en alliage standard et le ressort à fourreau. Cependant, les doubles vis de maintien avaient des codes de pièce différents (BB 6266) à ceux de la conception en acier (BB 8323).

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Canada N° : CA 19 B, C, D.

Category Archives: Z Canada

Baionnette modèle P1907

SMLE 1907 01

Armement : fusil Lee-Enfield (N° 1 MK. III)
Longueur : 555 mm
ø interne de la douille : 16,5  mm
Valeur : €€€ €€
Rareté : 
 che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Les baïonnettes P1907 toutes de fabrication Britannique ont sans doute été distribuées aux troupes canadiennes à partir de mi-septembre 1916 en remplacement du modèle Ross (fusil et baïonnette). Elles furent aussi utilisées lors de la Seconde Guerre mondiale au moins jusqu’à l’intervention canadienne à Dieppe (19 août 1942).

SMLE 1907 03Poinçon de réception canadienPoinçon de réception canadienMarquages régimentaires canadiens

Le pommeau en fonction de l’année de distribution peut être muni ou démuni de trou de nettoyage (parfois appelé à tort trou huileur), seuls les marquages sont spécifiques au Canada.

Le fourreau utilisé pour ce modèle est en cuir, avec garnitures métalliques à chaque extrémités, voir détails des (fourreaux P1907).

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) canadiens N° : CA 19 D, E.

Category Archives: Z Canada

Poignard Ross

Longueur : 300 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
En mars 1944, 2 209 baïonnettes ROSS M-1905 sont déclarées excédentaires et revendues à William Margolin de Montréal. Elles ont ensuite été expédiées à la Pal Cutlery Co, Massachusetts et ont été modifiées comme couteau de combat converti, et ensuite remis aux Commandos canadiens.

Comparatif de poignée (baïonnette et poignard)

On remarque que la transformation est très soignée, bouton poussoir arasé donc bloqué en position fixe, crochet de croisière et bague meulés symétriquement

La lame retravaillée, de style Bowie est réduite en longueur.

Le fourreau d’origine en cuir a été réduit en longueur,

Le porte-fourreau en cuir n’est plus attelé, lors de la transformation l’agrafe de fixation au corps supprimée.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ces poignards pas très courants en Europe, sont des reliques du débarquement, un bonheur pour tout collectionneur de matériel canadien de cette période.

Dernière mise à jour le 29/05/20.

Category Archives: Z Canada

Baïonnette-Couteau Ross modèle 1910 MK II

Armement : fusil Ross MK III
Longueur : 
372 mm
ø interne de la douille :
16,7 mm
Valeur :  €€€ €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier che1valier
Remarques :
Il existe deux variantes de cette baïonnette produite à environ 420 000 exemplaires, le très rare M-1905 MK I et le M-1910 MK II. La désignation M-1905 MK I est due à l’adoption et à l’émission en 1905 du fusil Ross, cependant, le fusil Ross n’était pas équipé à l’origine d’un porte-baïonnette. La baïonnette a été officiellement adoptée en 1908 bien que brevetée avant en 1907 d’où « patented 1907 » inscrit sur le pommeau, mais n’a été délivrée qu’en 1910.

Le Canada est entré dans la Première Guerre mondiale en février 1915, à partir de mi-septembre 1916 (fusil et baïonnette) furent retirés du service de première ligne et remplacés par le fusil anglais SMLE M-1907. Ce chamboulement a été réalisé suite aux divers problèmes rencontrés lors de la bataille d’Ypres (avril 1915) avec le fusil ROSS MARK III (longueur trop importante, poids, enrayement, décrochage de la baïonnette lors du tir).

Le modèle 1905 MK I, produit à seulement 2 000 exemplaires est facilement reconnaissable grâce à sa croisière différente du modèle 1910 MK II, ne le possédant pas, je ne m’attarderai pas sur celui-ci.

Certaines croisières peuvent être fixées à la soie par deux rivets saillantscanada ross baio 02Les marquages, flèche large en C = appartenance au gouvernement canadien, 11 = Mk II, 1/16 = fabriqué en janvier 1916couronne et 4 = inspecteur numéro 4canada ross baio 04

canada ross baio 05La poignée assez massive est munie d’une soie très épaisse

La poignée du M-1910 MK II, afin de simplifier la fabrication est muni d’une croisière droite sans ressaut arrière de renfort. A partir d’octobre 1915, la goupille spécifique au système de verrouillage sera supprimée du mode de fabrication. Les plaquettes de préhension en noyer sont maintenues entres elles par grosses vis et écrous fendus.

La lame d’origine dépourvue de gouttière n’a pas du tout le même profil, celle-ci a été retravaillée et affûtée en arsenal au Royaume-Uni. Cette opération a été effectuée avec les armes qui accompagnaient les troupes canadiennes au Royaume-Uni pour une formation finale avant le déploiement sur le front occidental.

Date 1916 et désignation du modèle

Le fourreau en cuir naturel brun, est muni d’une cuvette en acier avec ressorts à lames internes et d’une extrémité en acier.

Le porte-fourreau également en cuir est attelé grâce à une agrafe située à l’arrière du corps.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette baïonnette ne ce rencontre que très rarement en Europe à ne pas laisser passer.

Dernière mise à jour le 06/06/20.

Copyright © 2020 Géraldbaios