Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette modèle SA80

GB SA80 02

GB SA80

Modèle : L3A1 ou SA80
Armement : fusil SA80, L85A1, L85A2
Fixation : la poignée entoure le cache-flamme du canon
Longueur : 280 mm
Poids : 410 g
ø interne de la douille : 22 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
En pleine guerre froide, face aux armées du bloc soviétique, l’OTAN a standardisé une grenade à fusil de diamètre interne de 22 mm, ceci afin de simplifier la logistique lorsque les troupes des différents pays manœuvraient ensemble. A partir de 1980 la Grande-Bretagne optera pour le fusil SA80 aves bouche de canon de 22 mm combo-périphérique. 

Le couteau-baïonnette L3A1 a été adopté par le Royaume-Uni en 1985 et produit jusqu’en 1994 à (350 000 ex), il a été utilisé avec le fusil automatique SA-80 et ses modifications L85A1 et L85A2. Lors de sa mise en service, cette baïonnette très critiquée, peu fonctionnelle, lourde et esthétiquement laide, était en autre destinée à être utilisée comme outil (scie) ou en combinaison avec son fourreau comme coupe-fil barbelé. Cette baïonnette dont la poignée métallique n’est pas isolée du courant ne peut évidemment pas être utilisée pour couper du fil électrique sous tension.

SA 80 ceremonie 02

La poignée tubulaire à douille et la lame sont forgées d’une seule pièce, le système de verrouillage est ajouté par la suite. Elle possède quatre orifices qui permettent aux gaz de s’échapper afin d’éviter les flammes lors du tir. Le verrouillage à l’arme s’effectue grâce à une pièce en acier mobile à rappel par ressort maintenue par une goupille. La forme tubulaire de la poignée peu ergonomique est très mal adaptée pour une utilisation comme poignard de combat ou comme outil-couteau.

La lame Bowie, est munie d’une gouttière de forme carrée assez prononcée, elle comporte neuf stries sur le tranchant, le contre-tranchant à l’extrémité est biseauté sur les deux faces. Un orifice d’articulation destiné à former une cisaille avec le fourreau, même si il n’est pratiquement jamais utilisé est systématiquement réalisé lors de son façonnage.

GB SA 80

Fourreaux de conception simplifiéegb sa 80 complementLe tissu de ce modèle est muni d’un revêtement réfléchissant infrarouge qui le rend moins visible lorsqu’il est vu à travers la technologie de vision nocturne.Cet exemple a été réalisé en 1992 par Remploy LTD. Un ancien atelier protégé pour personnes handicapées qui, aujourd’hui, est une co-entreprise où les employés sont copropriétaires de l’entreprise.

Le fourreau en matière plastique (composé phénolique) est en théorie équipé d’une lame de scie repliable noyée dans le corps, une pierre à aiguiser intégrée, ainsi que d’un dispositif coupe-fil barbelé à l’extrémité. Dans la majorité des cas, les baïonnettes sont accouplées à des fourreaux de conception très simplifiée démunis de tous dispositifs superflus.

Tous les fourreaux sont logés dans des porte-fourreaux en matière synthétique qui peuvent être de différentes couleurs suivent le type d’environnement. Leurs maintiens à l’intérieur du porte-fourreau sont assurés grâce au système d’attache rapide en plastique développé par Fastex.

SA 80 ceremonie 01

SA 80 Soldat

Modèle : L3A1 ou SA80 de cérémonie
Armement : fusil SA80, L85A1, L85A2
Longueur : 280 mm
ø interne de la douille 22 mm
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques : 
Le couteau-baïonnette L3A1 avec son fourreau en cuir blanc est aussi utilisé lors des cérémonies officielles.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Esthétiquement laid, lourd, peu fonctionnel, ce model se rencontre rarement en combinaison avec le fourreau muni d’une scie, il est encore actuellement utilisé par l’armée anglaise.

Dernière mise à jour le 20/01/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette de la série L1

LIA1 001Ci-dessus série L1A complète

La Grande-Bretagne a adopté sa propre variante du FAL en 1954 pour remplacer le vénérable fusil à verrou Lee-Enfield. Le fusil a été désigné Fusil à Chargement Automatique (SLR) L1A1, et la baïonnette conçue en 1955 partage également cette désignation.

La série L1 comprend cinq variantes, trois produites en Grande-Bretagne (L1A1, L1A3 et L1A4), une produite en Australie (L1A2) et au Canada (C1).

Modèle : L1A1

L1A1 01

Modèle : L1A1
Armement : fusil semi-automatique L1A1 SLR
Longueur : 304 mm
Poids : 315 g
ø interne de la douille : 15 mm
Valeur :  €€€ €
Rareté :che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette très rare variante britannique, produite à partir de 1955 est la première de la série. 

L1A1 02

Détail des rivets de maintien du pommeau soigneusement abrasésL1A3

La poignée est du même type que le modèle canadien C1, et australien L1A2. Elle comporte un bouton poussoir de verrouillage proéminent bien pratique pour la mise en place à l’arme par temps froid avec des gants, mais qui rendait possible le déverrouillage accidentel de la baïonnette fixée à l’arme, surtout lorsqu’elle était employée au cours d’émeutes avec l’IRA.

La croisière de cette variante est en forme de « taille de guêpe », les plaquettes en acier sont fixées par deux rivets creux, leurs marquages sont : L1A1 960-0011 ou L1A3 960-0257Cette variante a été produite que par deux constructeurs marquage ED (Enfield Small Arms) ou BSA (Birmingham Small Arms).

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière de forme carrée assez prononcée. Elle est calquée des baïonnettes n° 5, n° 7 et n° 9, qui l’ont devancé. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Le fourreau métallique n°5 conçu à la fin de la Seconde Guerre mondiale a continué à être utilisé avec toutes les baïonnettes de la série L1 jusqu’à ce que le FAL soit retiré du service britannique en 1987.

Modèle : L1A3 (1er type)

L1A3 01

Modèle : L1A3 (1er type)
Armement : fusil semi-automatique L1A1 SLR
Longueur : 304 mm
Poids : 280 g
ø interne de la douille : 15 mm
Valeur :  €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette sous-variante du 1er type, produite à partir de 1959, se caractérise par une modification de la forme du bouton poussoir. Celui du modèle L1A1 était proéminent, ce qui rendait possible le déverrouillage accidentel de la baïonnette à l’arme, surtout lorsqu’elle était employée au cours d’émeutes avec l’IRA.

L1A3 04Comparaison des boutons poussoirs, en haut modèle L1A3, en bas L1A1L1A3 02

L1A3 03

L1A3

La poignée comporte un bouton poussoir de verrouillage qui épouse en partie la forme du pommeau. Il est possible de trouver des modèles L1A1 dont le pommeau a été ré-usiné afin de recevoir le bouton poussoir du modèle L1A3.

La croisière de cette variante est en forme de « taille de guêpe », les plaquettes en acier sont fixées par deux rivets creux. Le marquage sur les plaquettes en acier est : L1A3 960-0257, (« 960-0257 ») est le numéro de magasin de l’OTAN pour la baïonnette L1A3. Cette variante a été produite que par deux constructeurs marquage ED (Enfield Small Arms) ou BSA (Birmingham Small Arms).

L1A3 1Marquage ED : Enfield 1959

La lame est identique au modèle L1A1.

Modèle : L1A3 (2ème type)

L1 A1 01Baïonnette accompagnée d’un Casque mark V modèle 1959

Modèle : L1A3 (2ème type)
Armement : fusil semi-automatique L1A1 SLR
Longueur : 304 mm
Poids : 340 g
ø interne de la douille : 15 mm
Valeur :  €€€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette sous-variante du 2ème type, produite au milieu des années 1960, se caractérise par une réduction de la longueur de la gouttière de la lame. 

L1 A3 03

L1 A3 04

La poignée est identique au modèle L1A3 du 1er type. La croisière à usinage simplifié n’est pas de la forme de « taille de guêpe », mais droite.

L1 A3 02Marquage ED : Enfield 1967

La lame du 1er type avait une gouttière qui mesurait 135 mm, celle du 2ème type a été réduite à 105 mm, cette modification qui semble anodine affaiblissait par point de rupture la rigidité de la lame. 

Modèle : L1A4

L1A4 01Modèle utilisé pour les cérémonies officielles

Modèle : L1A4
Armement : fusil semi-automatique L1A1 SLR
Longueur : 304 mm
Poids : 315 g
ø interne de la douille : 15 mm
Valeur :  €€€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette variante, produite à partir des années 1970 est la dernière de la série.

L1 A4 03En gros plan, les deux rivets de maintien du pommeau à la soie

L1A4 R

L1A4 C
L1A4

 

La poignée est de constitution différente des trois autres variante, elle possède un pommeau fixé à la soie par deux gros rivets soigneusement arasés. Le pommeau est marqué avec les lettres R et C à l’intérieur d’un carré, il est aussi possible qu’il provienne d’un autre constructeur (marquage spécifique).

La croisière de cette variante peut être en forme de « taille de guêpe », ou droite à usinage simplifié. Les plaquettes en acier sont marquées : L1A4 960-0259, suivi des lettres SM, marquage du seul constructeur Hopkinson Ltd., Trimils Works, de Sheffield. 

L1A4 73Année de fabrication

La lame est identique au modèle L1A1, elle peut être marquée avec un H à l’intérieur dans losange.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) avec cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau n° MKII 

Les baïonnettes de la série LA1 peuvent être logées dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) produit à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A et B.

Dernière mise à jour le 16/04/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette N°9 MK1

N°9 01

Armement : fusil Lee-Enfield 303 N°4  Mk 2, et PM Sten MK5
Longueur : 251 mm
Poids : 310 gr
ø interne de la douille 15 mm
Valeur€€
Raretéche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le modèle n°9 MK officiellement adopté le 22 juin 1948, est entré en service en 1949 pour être utilisé avec la version amélioré du fusil  N° 4 MkI, nommé N° 4 Mk 2, et le PM Sten MK5. Il combine la lame du même type que la baïonnette n° 5, et un système de verrouillage identique à celui utilisé avec les baïonnettes « clou » de la série N°4.

N°9 03Marque de Poole une lettre « P » à l’intérieur d’un cercle, suivie de l’année complète de fabricationN°9 02Marque Enfield lettres « ED » superposées, suivie des deux derniers chiffres de l’année de fabrication

Ces baïonnettes ont été fabriquées à l’ordonnance royale Factory, Poole, de 1947 à 1949 à (env. 200 000 exemplaires) et ensuite produites à la Royal Small Arms Factory, Enfield de 1949 à 1956 à (env. 366 902 exemplaires) avec un contrat supplémentaire de (10 000 ex) produit en 1962.

Il existe aussi quelques rares exemplaires avec codes de dispersion sur la douille qui suggère que la fabrication a probablement eu lieu au tout début de l’après-guerre.

N°9 05Le numéro de série « PF 312 197 » correspondait à un modèle destiné au contrat irlandais pour le fusil  N° 4 Mk II, qui n’a jamais été livré.

Les baïonnettes produites pour les pays étrangers portent le marquage PF suivi du n° de série à 6 chiffres.

Un contrat assez important de 42 896 baïonnette a été livré à la Birmanie, « PF 361 260 à  PF 404 156 ».

La douille est du même type que les variantes MKI, MKII, MK2* de la série N°4, mais seul le système de verrouillage est parfaitement identique. Le coude beaucoup plus massive intègre parfaitement la base de la lame brasée à celui-ci.

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière de forme carrée assez prononcée. Son tranchant est affûté sur toute la longueur, le contre-tranchant à l’extrémité est biseauté sur les deux faces. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

La lame utilisée avec le poignard-baïonnette N°5, du même type que celle-ci, était très appréciée par ses utilisateurs pour la réalisation de divers tâches. Pour des raisons de coût de fabrication, elle fut réemployée avec la baïonnette N°9 fort critiquée, car l’utilisateur ne pouvait pas l’utiliser, ni comme outil, ni comme poignard.

Sa finition est généralement polie brillant sauf sur quelques cm près de la gouttière.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) muni d’une cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau MKII 

La baïonnette n°9 MKI peut être logée dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) modifié à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Quelques rares exemplaires peuvent être logés dans des fourreaux avec corps en matière plastique ou en cuir (export) très rare.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A, B, C, D, D*.

Remarques perso : 
Dans certains films durant la première Guerre Mondiale, un oeil averti peut remarquer des erreurs, comme par exemple dans le film « Le crépuscule des aigles », ces baïonnettes apparaissent avec des fusils Lee-Enfield 303 N°4, lors d’un assaut des troupes allemandes en 1918.

Dernière mise à jour le 18/04/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette N°7 MKI

GB N7 001

Baïonnette montée sur un PM Sten MK 5 (photo trouvée sur internet) GB-jungle-05Baïonnette n°7 MKI montée sur un canon d’un fusil n°4 (en haut)

Modèle : N°7 MKI
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5
Longueur : 310 mm
Diamètre interne de la douille : 22,5 mm
Valeur : €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Lors de sa conception, ce modèle uniquement destiné à l’armée de terre était censé remplacer la baïonnette n°4 « clou » très peu appréciée par ces utilisateurs, car peu fonctionnelle. Grâce à sa lame d’excellente qualité de type Bowie et son système de pommeau pivotant très complexe, il pouvait être utilisé comme poignard de combat.

Initialement, la baïonnette n°7 MKI était destinée à être utilisée avec le PM STEN MK5Cependant, à partir d’octobre 1947, il a été prescrit de l’utiliser également avec les fusils SMLE n°4 nouvellement fabriqués, mais entre temps la baïonnette n°9 a été adoptée et l’utilisation de la baïonnettes n°7 définitivement abandonnée. Elle a ensuite été utilisée jusque dans les année 1970, uniquement par la brigade de la garde, essentiellement auprès des musiciens lors de cérémonies officielles.

GB N7 002
GB N7 003
Poignée en position repos pour être utilisée comme poignardGB N7 004

GB n°7 M78Code « M-78″sur le pommeau

La poignée est munie de plaquettes faites d’un composite à base de tissu imprégné de résine, présentent des rainures profondes épousant la forme des doigts lors d’une utilisation comme poignard. Ces plaquettes qui peuvent être de couleur différente (marron, rougeâtre, noire), sont maintenue à la soie par vis et écrous fendus. Comme évoqué auparavant, son pommeau peu pivoter de 180° pour une utilisation comme baïonnette ou comme poignard de combat. La croisière identique au modèle n°5 MKI, est munie d’une bague de diamètre interne très important inutile lors de la mise en place sur l’arme.

La conception initiale a été perfectionnée par la Wilkinson Sword Co., qui produit 1 000 baïonnettes en 1944. La production de série de ce modèle officiellement adopté le 21 janvier 1945, a été réalisée par quatre fabricants, (de 1945 à 1948 à 176 000 exemplaires).

  1. Birmingham Small Arms, Ltd. (25 000 ex) code « M47B ».
  2. Elkington & Co. Ltd, Birmingham (20 000 ex) code « M-78 ».
  3. Royal Ordnance Factory, Poole (30 000 ex) code « P » à l’intérieur d’un petit cercle.
  4. Royal Ordnance Factory, Newport (100 000 ex) code inconnu.

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière de forme carrée assez prononcée. Son tranchant est affûté sur toute la longueur, le contre-tranchant à l’extrémité est biseauté sur les deux faces. Cette lame a également été utilisée avec la baïonnette N°9, était très appréciée par ses utilisateurs pour la réalisation de divers tâches. Sa finition est généralement polie brillant sauf sur quelques cm près de la gouttière. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) avec cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau n° MKII 

La baïonnette n°7 MKI peut être logée dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) produit à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A, B, C, D, D*.

Dernière mise à jour le 16/04/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette N°5 MKI Jungle Carabine 2ème type

GB-jungle-01-copie-2

Photo trouvée sur internetGB-jungle-05Baïonnette N°5 MKI montée sur un canon d’un fusil N°5 (en bas)

Modèle : N°5 MKI Jungle Carabine 2ème type
Armement : fusil Lee-Enfield 303 N°5 Jungle Carabine MKI et MKI*, PM Sterling L2A3
Longueur : 302 mm
ø interne de la douille : 22,5 mm
Valeur :  €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le fusil Lee-Enfield 303 N°5 avait un canon plus court et était plus léger, spécialement conçu pour les troupes aéroportées sur le théâtre européen de la Seconde Guerre mondiale. Malgré son objectif initial, la carabine n°5 a vu l’essentiel de son service dans les conflits coloniaux d’après-guerre tels que l’urgence malaise, ce qui lui a valu le surnom de «carabine de la jungle».

Cette baïonnette a également été utilisée avec le PM Sterling MK4 qui a remplacé le Sten.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, les utilisateurs de la baïonnette « clou » s’étaient rendu compte que ce modèle ne présentait pas que des avantages : on ne pouvait pas s’en servir comme couteau de combat, ni comme outil. La tendance de l’époque optait pour l’adoption d’une baïonnette classique en forme de couteau munie d’une véritable poignée. C’est ainsi que naquit, à la fin de 1943, le modèle N°5 MKI, qui allait servir de référence à toute la série L1A. Le point remarquable de cette baïonnette est la lame de forme Bowie, qui a fait ses preuves et que l’on apprécie encore aujourd’hui dans l’armée Britannique, (baïonnette SA80). 

 

Les écrous fendus sont bloqués mécaniquement par pointageGB-jungle-03

La poignée comportent des plaquettes fixées par deux vis et écrous fendus, elles enveloppent complètement la soie. Les premiers exemplaires très rares aujourd’hui, possèdent des plaquettes fixées par une seule vis et écrou. Elle est dotée d’un bouton poussoir de verrouillage très proéminent, bien pratique pour la mise en place à l’arme par temps froid avec des gants. Comme le modèle P1907, le pommeau est muni d’un trou d’évacuation des déchets (appelé à tort, trou huileur). La bague, avec un diamètre interne très important intègre le cache-flamme du fusil.

GB n°7Marquage « W.S.C »

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière de forme carrée assez prononcée. Son tranchant est affûté sur toute la longueur, le contre-tranchant à l’extrémité est biseauté sur les deux faces. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Ces baïonnettes ont été utilisées à partir de 1945 jusqu’en 1947 et ensuite déclassées. Elles furent fabriquées à environ 316 122 exemplaires par quatre fabricants principaux :

  1. Wilkinson Sword Co, Londres (188 354 ex), Wilkinson a marqué leurs baïonnettes avec les initiales WSC ou leur code de dispersion S294.
  2. Viners Ltd., Sheffield (42 000 ex), Viners a marqué leurs baïonnettes avec les initiales VNS ou leur code de dispersion N79.
  3. Radcliffe (75 000 ex), Radcliffe a marqué leurs baïonnettes avec leur code de dispersion N187.
  4. Elkington & Co. Ltd, Birmingham (10 768 ex), Elkington a marqué leurs baïonnettes avec leur code de dispersion, M78.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) avec cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau n° MKII 

La baïonnette n°5 MKI peut être logée dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) produit à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A, B, C, D.

Dernière mise à jour le 16/04/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette modèle P1907 (court)

Armement : fusil Lee-Enfield
Longueur : 352 mm
ø interne de la douille : 16,5 mm
Valeur :  €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques : 
Faute de documents, il m’est impossible actuellement de savoir pour quelle(s) raison(s) a eu lieu cette modification de cette baïonnette P1907 britannique.

La lame après raccourcissement adopte un profil de coupe de style Bowie, cela évite de mettre en avant le point faible du creux de la gouttière. Cette transformation, d’après les poinçons a été effectuée en 1945 à Enfield (45 et E).

Le fourreau de type P1907, utilisé pour cette variante est en cuir raccourci, avec garnitures métalliques à chaque extrémités, voir détails des (fourreaux P1907)

Dernière mise à jour le 26/05/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette N°4 MKII fabrication canadienne

clou gb 01 01

Modèle : N°4 MKII
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 / PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur : 
Rareté : che1valier
Remarques :
Cette variante est de conception identique au modèle MKII Britannique. Au Canada, la production a débuté à partir du 13 mars 1941, (production approximative 910 000 dont 330 000 livrées à la Grande Bretagne). Contrairement au modèle britannique, dont la conception a encore évolué deux fois durant la Seconde Guerre mondiale, la variante canadienne est restée identique. Tous les modèles utilisés durant la Seconde Guerre mondiale ont été fabriqués à Long Branch (Small Arms Ltd), lettres L et B accolées jusqu’à la fin décembre 1945.

clou gb 01 02Modèle utilisé par l’armée britanniques, il ne comporte pas le marquage d’appartenance à l’armée canadienne (C avec une flèche), ni sur la douille, ni sur la lame

Ci-dessus, modèle dans sa graisse d’origine en provenance du Canada conditionné pour la Grande-Bretagne durant la Seconde Guerre mondiale

La douille et la lame sont forgées d’une seule pièce, le coté gauche est marqué N°4 MKII et les lettres L et B accolées.

La lame de section cylindrique qui s’amincie a une extrémité qui peut être usinée sur les deux ou les quatre faces.

Fourreau en acier MK. I.

Le fourreau avec corps en acier conique et embout percé en forme de boule est le plus couramment rencontré. Le bouton de suspension de forme arrondie est soigneusement brasé sur le corps. Les fourreaux étaient généralement bronzés, dans certains cas peints en noir, ou pour les modèles fabriqués, à partir du 25 février 1943 phosphatés.

Deux vis permettent de fixer au corps la cuvette d’entrée et le ressort de maintien de la lameMarquage B à l’intérieur d’un cercle sur le ressort qui enveloppe une cuvette en aluminium (probablement Border City Industries), ce marquage n’est pas systématiqueCuvette en alliage de zinc (Mazak)

Tout comme pour la fabrication des baïonnettes N ° 4 Mk II, les fabricants nord-américains ont également fabriqué le fourreau N ° 4 Mk I Stevens-Savage à Chicopee Falls aux Etats-Unis d’Amérique et Small Arms Ltd. à Long Branch près de Toronto au Canada, ils sont presque identiques au dessin Britannique DD (E.) 463 B. Le corps des fourreau pouvait avoir les embouts d’extrémité mobiles ou fixes.

Malgré la fabrication en parallèle de fourreaux en matière plastique, le modèle en acier sera fabriqué jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

canada fourreaux 02Cuvette marquée : « NOT » (fabrication canadienne)Clou cuvetteCuvette en aluminium sans marquage Cuvette en alliage de zinc (Mazak) sans marquageCuvette en plastique très dégradé avec le temps sans marquage

La cuvette qui ne possèdent généralement aucuns marquages est généralement en alliage de zinc (Mazak), rarement en acier, quelque fois (en aluminium ou en plastique probablement après 1945). De nombreux fourreaux non marqués munis de cuvettes en Mazak ont également été produits aux USA.

Fourreau en plastique MK. 3.

gb fourreau clou canada

Ce fourreau en matière plastique très légers et assez solide, a été fabriqué à la fin de la Seconde Guerre mondiale aux Etats-Unis et au Canada. Ce corps noir était assemblé avec la cuvette en alliage standard et le ressort à fourreau. Cependant, les doubles vis de maintien avaient des codes de pièce différents (BB 6266) à ceux de la conception en acier (BB 8323).

Les porte-fourreaux utilisés pour ces modèles de baïonnettes sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 D, E, F.

Période d’utilisation :
Utilisées à partir de 1941, et peu de temps après la Seconde Guerre mondiale.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle à prix d’achat modéré, est indispensable dans une collection. Pour une bonne harmonie de l’ensemble, recherchez des fourreaux canadiens.

Dernière mise à jour le 07/03/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnette N°4 MKII de fabrication US

N°4 01

Armement : fusil Lee-Enfield n°4 / PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur : 
Rareté : che1valier
Remarques :

N°4 SPhoto trouvée sur internet

La version nord-américaine du Lee Enfield n°4 ( n°4 MK 1*) fut fabriqué à partir de 1942. Il en diffère par :

  1. une plaque de couche en tôle emboutie,
  2. une fabrication rendue plus simple pour l’aménagement de certaines pièces, l’arrêt de la tête de culasse est supprimé, ce qui modifie légèrement le mode de démontage,
  3. la hausse est du type Mark 2, 3 ou 4.

Sa fabrication a été réalisée en Amérique du Nord. En raison de son origine, ce fusil fut souvent appelé fusil canadien, largement utilisé par les Canadiens et par les troupes alliées équipées par les Britanniques, ce fusil ne fut pas réglementaire dans l’armée anglaise avant le 11 novembre 1946.

Ces fusils ont d’abord été montés avec des canons à cinq rayures, puis avec des canons à deux rayures aux Etats-Unis. Il existe des canons à six rayures produits après la guerre par le Canada.

Constructeurs:
Long Branch Arsenal, Toronto (Canada), 910 000 exemplaires, le numéro de série intègre la lettre L.
Savage – Stevens Arms Corporation, Chicopee Falls, Massachussetts, 1 200 000 exemplaires avec la lettre C dans le numéro de série.
Les armes fabriquées aux U.S.A. portent, en plus des marquages traditionnels, la mention U.S. PROPERTY en application de la loi prêt-Bail.

Ces variantes, clones du modèle MKII Britannique, mais de finition beaucoup plus rudimentaire, ont toutes été fabriquées par Savage-Stevens Co. de Chicopee Falls, Massachusetts à environ 1,25 million d’exemplaires. Ces baïonnettes ont été fournies à la Grande-Bretagne avec les fusils Lee Enfield n°4 ( n°4 MK 1*) en vertu de la Loi prêt-bail de 1941 à 1942.

N°4 S12 mm. profondément frappé « s »N°4 S22 mm. légèrement frappé « s »N°4 S34 mm. « S »N°4 S44 mm. « S » dans un carréN° 4 S55 mm. « S » dans un carréus clou 01 S répété sur le poussoir

La douille et la lame sont forgées d’une seule pièce, il existe cinq types de marquages inscrits sur le côté gauche.

La lame de section cylindrique qui s’amincie a une extrémité usinée que sur deux faces.

Fourreau en plastique, fabriqué aux USA

gb fourreau clou us

Fourreau US n°4

Les très rares fourreaux US M5 ont été fabriqués à partir du mois d’avril 1943, par Beckwith Manufacturing Co. de Dover, New Hampshire. Populairement connus comme le fourreau « Victoire plastiques », ils étaient uniques dans leur conception par rapport à tous les autres fourreaux de baïonnettes n°4 car ils possèdent un porte-fourreau intégré. Ces fourreaux d’une fragilité extrême ont été fournis aux termes de la Loi britannique prêt-bail.

Fourreau en acier MK. I, fabriqué aux USA

gb fourreau clou metal courant 2Cuvette en acier marquée : « NO. 4 Mk 1. » Cuvette en alliage de zinc (Mazak) sans marquage

Tout comme pour la fabrication des baïonnettes N ° 4 Mk II, les fabricants nord-américains ont également fabriqué le fourreau N ° 4 Mk I Stevens-Savage à Chicopee Falls aux Etats-Unis d’Amérique et Small Arms Ltd. à Long Branch près de Toronto au Canada.

Le fourreau de fabrication US avaient l’embout de l’extrémité fixe, les différentes pièces qui le composent ne sont pas marquées, à l’exception de la cuvette en acier (marquage « NO. 4 MK 1″, le O de numéro est inscrit en grosse lettre). De nombreux fourreaux non marqués munis de cuvettes en alliage de zinc (Mazak) ont également été produits aux USA.

Malgré la fabrication en parallèle de fourreaux en matière plastique en avril 1943, le modèle en acier sera fabriqué jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les porte-fourreaux utilisés pour ces modèles de baïonnettes sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 D, E, F.

Période d’utilisation :
Utilisées à partir de 1941, et peu de temps après la Seconde Guerre mondiale.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle à prix d’achat modéré, est indispensable dans une collection. Pour une bonne harmonie de l’ensemble, recherchez les fourreaux « Made in US ».

Dernière mise à jour le 07/03/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnettes de la série n°4 « clou » fabriquées en Grande-Bretagne

gb clou presentation

Présentation de la baïonnette :

Les premiers prototypes de la baïonnette de la série (n°4) ont été conçus à partir de 1925 pour remplacer le modèle 1907 pour fusil SMLE Mark III .

Le premier modèle de la série, est apparu en novembre 1939. Par rapport au modèle 1907, celui-ci avait l’avantage d’être beaucoup moins encombrant, plus léger, et ne portait pas atteinte au point d’impact lors du tir. Par contre, la lame ne possédait pas de tranchant bien pratique pour la préparation d’un poste de combat dans les zones boisées.

La longueur de la lame (200 mm) était capable de pénétrer et de porter un coup mortel à un fantassin équipé d’une tenue d’hiver. Du début de sa création jusqu’à la fin de la série, le mode de fabrication en Angleterre de ce modèle évoluera quatre fois.

Boudées par la majorité des collectionneurs, les baïonnettes du fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5, produites à plus de 5 millions d’exemplaires, encore bien présentes en surplus dans les bourses aux armes, font par leurs multiples variantes le bonheur des collectionneurs les plus avertis.

Modèle : N°4 MKI.

gb clou cruci

gb gousset type 1908 avec adaptateurMontage idéale pour baïonnette de type N°4 MKI, porte-fourreau modèle P 1908 muni d’un adaptateur apparu en 1940.

Modèle : N°4 MKI
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur :  €€€ €€
Rareté :    che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarque :
Le premier modèle de la série a été fabriqué uniquement par la Société de fabrication Singer (1867-1980) à l’usine Clydebank en Ecosse (jugée plus sure en cas de bombardement) entre novembre 1939 et mi-1942 à 75 000 exemplaires. Il précède le modèle N°4 MKII à lame de section cylindrique.
gb baïo mk1 marquagesComparatif de marquages, N°4 MKI et MKIIgb clou cruci 02Code fabricant : SM 42 (Singer Manufacturig Compagny’s, 1942)gb clou cruci 03
La douille et la lame sont forgées d’une seule pièce. Les marquages inscrits sur le côté gauche sont G R (George Rex VI), N°4 MKI, SM ou SMC.
la lame cruciforme de cette baïonnette en théorie aurait été conçue pour qu’en cas de blessure, la plaie occasionnée soit plus lente à guérir, qu’une blessure occasionnée par une lame plate ou une tige simple.

Modèle : N°4 MKII.

Clou N°4

Modèle : N°4 MKII
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur :  
Rareté
:    che1valier
Remarques :
Le deuxième deuxième modèle de la série a été fabriqué à 1 141 782 d’exemplaires uniquement par la Société de fabrication Singer (1867-1980) à l’usine Clydebank en Ecosse (jugée plus sure en cas de bombardement) entre février 1941 et 1944. Il est identique au modèle MKI, mais l’usinage de la lame cruciforme très compliqué et fort couteux a été abandonné pour une lame de section arrondie.

gb clou n67

gb clou mk 2Tous premiers marquages (1941 à 1943)gb clou marquagesCode de dispersion N67 (1943 à 1944)gb clou marquage inconnuMarquage inconnu

La douille et la lame sont forgées d’une seule pièce. Les marquages inscrits sur le côté gauche sont G R (George Rex VI), N°4 MKII, SM (de 1941 à 1943) ou code de dispersion N67 (de 1943 à 1944).

Période d’utilisation :
Utilisées à partir de 1941, et peu de temps après la Seconde Guerre mondiale.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle à prix d’achat modéré, est indispensable dans une collection.

Modèle : N°4 MK2*.

clou N4 MKII * 01

Modèle : N°4 MK2*
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur
Rareté
:  che1valierche1valier
Remarques :
Ce troisième modèle ne diffère du précédent que par le mode de fabrication, au lieu d’être d’une seule pièce la douille et la lame sont produites séparément et soudées ensuite. Cette technique représentait une simplification en réduisant les coûts ainsi que la possibilité de produire la lame et la douille à des endroits différents évitant aussi le risque de rupture d’approvisionnement du produit. Ce mode de fabrication a été approuvé en 1942, et un certain nombre de sous-traitants dans le Royaume-Uni y ont participé jusqu’en 1945. 

clou N4 MKII * 02

clou N4 MKII * 04A = Orifice pour le passage de la lame 
B = orifice prévu pour la tige de maintien de la lame dans certains cas

La douille comporte un orifice destiné à accueillir la lame, une fois en place, celle-ci est soigneusement abrasée. Quatre entreprises principales ont produit le modèle n°4 Mk2*, dans tout le Royaume-Uni :

  1. Prince-Smith & Stells.
  2. Howard & Bullough.
  3. Lewisham génie.
  4. Baird Manufacturing Co. 

La finition varie considérablement entre les fabricants, avec des baïonnettes Baird approchant l’excellente finition et quelques exemplaires de Prince-Smith & Stells présentant des marques d’outils rugueuses.
La production totale de ce modèle est de 1,4 million exemplaires dont, plus d’un million par Prince-Smith & Stells, les autres fabricants étaient beaucoup moins prolifiques.

Société (Prince-Smith & Stells) à Keighley, Yorkshire, (production totale 1 057 515 exemplaires de 1942 à 1945).

clou N4 MKII * 04B = orifice prévu pour la tige d’acier de maintien de la lame.

La société Prince-Smith & Stells a fixé la lame de ces modèles à la douille à l’aide d’une tige d’acier. Avant la guerre, cette société était un fabricant de machines pour la confection des textiles de laine. Elle a utilisé quatre types de marquages différents :

clou N4 MKII * 03PSK gb clou n°4PS sur K à l’intérieur d’un cercle
gb clou marquages 23 novPS&S Ltd

Marquage N56 code de dispersion à partir de 1943 (non représenté sur les photos du dessus).

Société (Howard & Co. Bullough) d’Accrington, Lancashire, (production totale environ 161 026 exemplaire  de 1942 à 1943).

Avant la guerre, cette société était un fabricant de machines de filature du coton, ensuite elle fut convertie à la fabrication des affûts de canon, mines, composants d’avions, et baïonnettes, la société a disparu en 1970. Elle a utilisé trois types de marquages différents :

gb clou 001 02N30 gb n30 HB 01N30 sur H & B

Marquage H & B seul (non représenté sur les photos du dessus).

Société (Lewisham génie), à 9 & 11 Maltons Road, Ladywell, Londres, (production environ 84 566 exemplaires de 1943 à 1945). 

La société a été créée en 1942 sur le site bombardé du Sud Est de Londres Indoor Sports Club (détruites lors du blitz de 1940 à 1941), uniquement pour produire des baïonnettes. Le site de l’usine a été rasé pour accueillir des appartements au milieu des années 1980. Elle a utilisé qu’un seul type de marquage.

GB clou LENG marquagesL. ENG. Sur S376, à l’intérieur d’un rectangle. S376 était le code de dispersion de Lewisham 

Société (Baird compagnie du génie) de Belfast, Irlande du Nord, (production environ 101 103 exemplaires de 1942 à 1944).

clou N4 MKII * 04B = orifice prévu pour la tige d’acier de maintien de la lame.

La société Baird a fixé la lame de ces modèles à la douille à l’aide d’une tige d’acier. Les baïonnettes fabriquées par Baird ont été faites pour la Grande Bretagne, mais certaines étaient, apparemment, livrées aux Indes (ou destinées à l’expédition là-bas). La plupart des exemplaires sont trouvés avec un couronné IG (gouvernement indien) numéro de contrôle de poing sur la douille. Alors que les troupes indiennes ont été normalement délivrées avec une variante de l’épée-baïonnette P 1907, l’histoire de ces baïonnettes est obscure. Elle a utilisé qu’un seul type de marquage.

gb N4 marquage irlandais

GB Clou beck marquagesN° 4 Mk. II * sur BEC N96, dans un ovale, N96 est le code de la dispersion de Baird

Marquages des sous-traitants

Plusieurs marquages, à la suite de sous-traitants toujours inscrits sur le côté gauche de la douille :

gb clou 001 03FF & S. Ld » = Fred Fisher & Sons Ltd N°4 clou sous-traitantJW (S) Ltd = John Wilson Ltd, Sheffieldgb clou TRM1VNS = Viners Ltd, Sheffield, « TRM.1 », « TRM.2 », et « TRM 3 » n’ont pas été identifiés. Ce symbole apparaît  seul et parfois avec une autre marque de forgeageclou N4 MKII * 06VNS = Viners Ltd, Sheffield, « TRM.1 », « TRM.2 », et « TRM 3 » n’ont pas été identifiés. Ce symbole apparaît  seul et parfois avec une autre marque de forgeageclou N4 MKII * 05N67 = Singer

Marquage spécifique à la RAF

N°4 RAFAM/712 = Contrat pour la Royale Air Force

Marquage spécifique australien

Graham Priest note que certaines baïonnettes n°4 MK2 * fabriquées par Prince-Smith & Stells sans aucuns autres marquages sur les côtés de la douille ont été notées avec une flèche sur « D » marquages sur le devant de la prise et le code N56. Ce symbole est similaire à l’Australian Defense Dept. marquant la propriété. Cependant, l’émission australienne de ces baïonnettes n’a pas été confirmée.

N°4 GB Australie

Période d’utilisation :
Utilisées à partir de 1942, et peu de temps après la Seconde Guerre mondiale.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle à prix d’achat modéré, est indispensable dans une collection, recherchez si possible les rares fabricants.

Modèle : N°4 MKIII.

N°4 01

Modèle : N°4 MKIII
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur€€
Raretéche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle un des plus rares, uniquement produit par Joseph Lucas Ltd., Chester Street, Birmingham (196 200 exemplaires), est le dernier de la série. Son mode de fabrication simplifié et surtout très grossier, pour réduire le temps de production et les coûts, fut approuvé en juin 1943.

baio n°4La lame de ce modèle est marquée S7, indiquant une fabrication par le sous-traitant Auto Engineering Ltd de Croydon. Auto Engineering  (30.000 ex) gb clou marquages 03Marquage sur la lame I = Laspee société d’ingénieriegb clou n°4 mK III chiffresMarquage M158 code de dispersion = Lucas

La douille et le poussoir (initialement forgés) des modèles précédents sont désormais constitués d’un ensemble de sept pièces en tôle d’acier soudées entre elles, dont la lame produite par plusieurs sous-traitant est ensuite soudée à l’ensemble. Après avoir rencontré quelques problèmes techniques, la production en série débuta à partir de 1944 et déclarée obsolète (déclassée) cessa en février 1946.

Période d’utilisation :
Après avoir rencontré quelques problèmes techniques, la production en série débuta à partir de 1944 et déclarée obsolète (déclassée) cessa en février 1946.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle pas très courant, est indispensable dans une collection.

Modèle : de cérémonie.

N°4 Ceremonie

Modèle : de cérémonie
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 / PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Pour une bonne parité de l’ensemble, la baïonnette ainsi que le fourreau sont entièrement chromés, le porte-fourreau qui l’accompagne est toujours de couleur blanche.

Modèle : de cérémonie (porte-drapeau).

gb clou entrainement

Modèle : de cérémonie (porte-drapeau)
Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK 5
Longueur : 251 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarque :
Ce modèle est un modèle standard équipé d’une pièce métallique en forme de boule à son extrémité, certainement destiné à être utilisé comme porte-drapeau.

Les différents fourreaux utilisés pour ces modèles par l’armée Britannique. 

Fourreau en acier MK. I, fabriqué en Grande-Bretagne

gb fourreau clou ceremonieFourreau entièrement chromé destiné aux cérémonies officielles

Le fourreau avec corps en acier conique et embout percé en forme de boule est le plus couramment rencontré. Le bouton de suspension de forme arrondie est soigneusement brasé sur le corps. Les fourreaux étaient généralement bronzés, ou dans certains cas peints en noir, en jaune, ou en kaki, selon le théâtre d’opérations auxquels ils étaient destinés.

Deux vis permettent de fixer la cuvette d’entrée et le ressort de maintien de la lameDeux types d’embouts percés à l’extrémité du corps ont été utilisés en Grande-Bretagne en haut : tournant référence DD (E.) 463 B, en bas : fixe, après le 25 février 1941

Tous les corps fuselés en acier ont été fabriqués par Accles & Pollock à Oldbury, près de Birmingham. La société était un fabricant spécialisé de tubes en 1938. En 2015 elle fut achetée par le groupe Liberty House dans le cadre de Caparo Tubular Solutions.

Les différentes pièces qui composent le fourreau Britannique, ne sont pas marquées, à l’exception des cuvettes et des ressorts.

Ces fourreaux ont été assemblés par trois sociétés avec des pièces produites par divers sous-traitants.

  • La société Gramophone Company fut la première a fabriquer ces fourreaux à partir d’aout 1940.
  • La société Vanden Plas (Eng) 1923 Ltd., a confié la fabrication de vis d’embout buccal à Anglo-Swiss Screw Co. scabbard Ltd. Vanden Plas était un fabricant de carrosserie automobile issu de la firme de calandreur bruxellois Guillaime Van Den Plas (1884), elle a obtenu une licence britannique à partir de 1913. Avec le déclenchement de la guerre en 1939, la société est retournée à la production d’avions, et la carrosserie fut arrêtée. Pendant la Guerre, la société a fabriqué la structure en bois pour le De Havilland Mosquito, un des avions au plus grands succès de la seconde Guerre Mondiale. Après la guerre, la société a poursuivi son association avec la société De Havilland et produisit des pièces pour le DH Vampire, un jet de combat.
  • La société Sheffield Steel Products (SSP), avant la Seconde Guerre, cette société s’était diversifiée dans la fabrication de pièces forgées, estampées et magnétiques pour le secteur de l’automobile.

Cuvette en acier bleuigb clou fourreau marqueCuvette marquée : « N64 » (Sheffield Steel Products Yorkshire.) production environ 670 000 exemplairesgb fourreau clou marquéCuvette marquée : « S286 » (Vanden Plas (Eng) 1923 Ltd de Kingsbury Rd., Londres) production environ 950 000 exemplaires GB fourreau n°4Cuvette marquée : « S.S.P. 1943 » (Sheffield Steel Products)

La cuvette est généralement en alliage de zinc (Mazak) ou en acier, le Mazak est de loin le plus répandu, suivi de l’acier. La cuvette en Mazak était plus épaisse que celle en acier, car il fallait plus de Mazak que d’acier pour obtenir la même résistance. L’utilisation de ce matériau a permis aux entreprises ne disposant pas d’installations de production pour travailler l’acier, de participer à l’effort de guerre.

Les premières cuvettes portaient souvent les inscriptions «N ° 4 Mk I» ainsi que l’année de production et le code de titre ou de dispersion du fabricant. Les embouchures en acier et en alliage lisibles étaient marquées par «S.S.P.  ou ‘N64’»,  de Sheffield Steel avec des dates de 1940 à 1944. L’alliage était principalement utilisé par Vanden Plas, leur petit symbole en V était souvent utilisé avec le code de dispersion de S 286. Le code S 200 a été utilisé pour Gramophone Co. Ltd.

Fourreau en acier MK. II, fabriqué en Grande-Bretagne

france lebel talonS191 est le code de dispersion de la société franco-britannique électriqueCuvette en alliage de zinc (Mazak)

Ce rare fourreau a été fabriqués uniquement par la Société électrique franco-britannique, Tempel Park, Hurley. Il est formé d’un corps en acier en forme de tube et d’un embout plat percé. Le bouton de suspension de forme arrondie est soigneusement brasé sur le corps. Son poids est d’environ 100 gr (10 gr en moins que le modèle MK. I). Lors du débarquement le 06 juin 1944, la probabilité était qu’un militaire Britannique sur douze en soit équipé.

Fourreau en plastique, fabriqué aux USA

gb fourreau clou us

Fourreau US n°4

Les très rares fourreaux US M5 ont été fabriqués à partir du mois d’avril 1943, par Beckwith Manufacturing Co. de Dover, New Hampshire. Populairement connus comme le fourreau « Victoire plastiques », ils étaient uniques dans leur conception par rapport à tous les autres fourreaux de baïonnettes n°4 car ils possèdent un porte-fourreau intégré. Ces fourreaux d’une fragilité extrême ont été fournis aux termes de la Loi britannique prêt-bail.

Fourreau en acier MK. I, fabriqué aux USA

gb fourreau clou metal courant 2Cuvette en acier marquée : « NO. 4 Mk 1. » Cuvette en alliage de zinc (Mazak) sans marquage

Tout comme pour la fabrication des baïonnettes N ° 4 Mk II, les fabricants nord-américains ont également fabriqué le fourreau N ° 4 Mk I Stevens-Savage à Chicopee Falls aux Etats-Unis d’Amérique et Small Arms Ltd. à Long Branch près de Toronto au Canada.

Le fourreau de fabrication US avaient l’embout de l’extrémité fixe, les différentes pièces qui le composent ne sont pas marquées, à l’exception de la cuvette en acier (marquage « NO. 4 MK 1″, le O de numéro est inscrit en grosse lettre). De nombreux fourreaux non marqués munis de cuvettes en alliage de zinc (Mazak) ont également été produits aux USA.

Malgré la fabrication en parallèle de fourreaux en matière plastique en avril 1943, le modèle en acier sera fabriqué jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les différents porte-fourreaux.

Les porte-fourreaux utilisés pour ces modèles de baïonnettes sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 D, E, F.

Modèle : en plastique utilisé pour le cinema.

Marquage de la société Lewisham  « L. ENG. Sur S376, à l’intérieur d’un rectangle. S376 était le code de dispersion de Lewisham Ce modèle est bien en plastique

Dernière mise à jour le 06/03/20.

Category Archives: Z Grande-Bretagne

Baïonnettes modèle P1913 pour fusil P14

US 17 USAPhoto trouvée sur internet

Armement : fusil Motif 1914 Enfielden 1926 re-désigné par l’armée Britannique comme le No3 Mk1
Longueur : 555 mm
ø interne de la douille : 16,5 mm
Valeur :  €€€
Rareté : 
 che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La baïonnette Pattern 1913 a tout d’abord été conçue pour être utilisée avec le fusil expérimental « Modèle 1913 Enfield » non adopté. Au début de la Première Guerre mondiale, les autorités Britanniques adoptèrent pour le successeur du P1913, le P1914 Enfield. Pour la fabrication de ce fusil, des contrats furent attribués à trois fabricants d’armes américains Winchester, Remington et Eddystone.

Les baïonnettes utilisées avec le fusil P1914 ont été fabriquées par Remington (1 243 000 exemplaires) et Winchester (225 000 ex). Seulement quelques très rares exemplaires (prototypes) furent fabriqués en 1913 par Vickers (1 500 ex) en Angleterre. Ils possédaient une croisière avec crochet brise lame courbé qui disparut par la suite lors de la production en série et des plaquettes lisses.

Photo trouvée sur internet

Le mode atypique de fixation à l’arme de la baïonnette P1907 n’a pas été adoptée, la P1913 se fixe de manière classique, la bague intègre le canon. La P1913 en raison de la hauteur de la bague ne peut absolument pas être fixée à un fusil SMLE. La baïonnette P1913 utilisée par l’armée Britannique fut fabriquée sur une très courte période, de 1916 jusqu’en 1917, l’année de l’entrée en guerre des Etats-Unis.

La poignée pour une raison évidente de coût est identique au modèle P1907, seule la position de la bague diffère. Le pommeau de forme droite est démuni de trou d’évacuation des déchets (appelé à tort trou huileur). Les plaquettes sont maintenues entre elles par vis et écrous fendus, elles sont munies de deux profondes stries verticales afin d’éviter toutes confusions avec la baïonnette P1907. L’intention initiale de l’armée Britannique, en 1914 était que le fusil P14 et le SMLE soient utilisés côte à côte.

Toutes les parties métalliques de la poignée, ainsi que sur environ 25 mm sur la lame sont bleuies, cette finition de qualité médiocre recouvre en théorie la plupart des marquages.

La lame de finition polie brillant ou sablée est du même type que le modèle P1907. Elle est munie d’une gouttière et d’un contre-tranchant arrondi, son tranchant est légèrement affuté sur toute la longueur, sa résistance à la torsion est excellente.

M13 03 1913

Sur le côté gauche, ont peut lire :

1913 : qui correspond au modèle.
Date : mois et année de fabrication (de 1916 à 1917).
Fabricant :

Marque du test de courbure «X»

Le côté droit comporte les poinçons de réception de l’armée Britannique (le petit A signifiant Amérique).

La baïonnette fut critiquée par ses utilisateurs à cause de la longueur excessive de la lame :

  1. Lors des déplacements, le fourreau de même longueur gênait les militaires de petites tailles.
  2. Lors des combats dans les tranchées après le bloquage de la ligne de front, peu après le début des hostilités.

Fourreau P1907 (mark II)

Le fourreau : voir détails des (fourreaux P1907).

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) anglais N° : GB 19 H, I, J.

Dernière mise à jour le 11/04/20.

Copyright © 2020 Géraldbaios