Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: USA – avant 1945

Voici une partie des principaux fusils utilisés par ce pays :

M1903-Springfield-RiflePhoto trouvée sur internet

Le M1903 Springfield a été fabriqué par l’usine du même nom, il a été ensuite produit par d’autres unités de fabrication (Remington Arms, Rockisland). Il fut adopté officiellement par les forces armées américaine en 1903 où il restera en service jusqu’en 1957.

Il fut beaucoup employé pendant la première Guerre Mondiale. Aussi utilisé pendant la Seconde Guerre Mondiale comme arme de parachutage pour les maquisards puis plus confidentiellement dans une version de précision qui fut développée pour les tireurs d’élite (M1903 A4) qui resta en service jusqu’en 1969.

La capacité du Springfield M1903 est de cinq cartouches de calibre 30-06 (7,62 mm x 63)  dans le magasin. Fusil à culasse à verrou, de bonne conception et grâce à son canon forgé avec des aciers de premier choix et sa qualité d’ajustage, en avance sur les autres matériels de 1903. Ce fusil est réputé pour sa précision et sa robustesse, équipé d’une hausse de précision permettant des réglages pour des tirs jusqu’à 2 500 mètres. Le Springfield devient plus puissant en 1906 avec l’adoption de la nouvelle munition de 30 fabriquée cette année-là, le 30-06 qui deviendra la munition américaine par excellence et aussi la plus répandue dans le monde. Le mécanisme à répétion manuelle n’offrant qu’une cadence de tir réduite, l’armée américaine choisit le M1 Garand semi-automatique à chargeur (clip) de 8 cartouches conçu en 1936, qui lui fut préféré pendant la Seconde Guerre mondiale pour équiper l’infanterie.

US 17 USAPhoto trouvée sur internet

 

Le fusil P14 (calibre 303 British) a été conçu peu de temps avant le début de la première Guerre Mondiale. Par rapport au Lee-Enfield (SMLE),  le P14 était plus précis, mais plus lourd et avait seulement la moitié de la capacité du chargeur, lui donnant une cadence de tir effective nettement inférieur. L’entrepreneur principal (Vickers) a été incapable d’assumer la production à grande cadence par manque de bras et de moyens industriels. Le gouvernement britannique a du faire appel à trois fabricants d’armes commerciales américains, Winchester, Remington en majorité et Eddystone pour assumer la production surtout à partir de 1916.

Lorsque les Etats-Unis entrent en guerre en avril 1917, le P14 a été modifié, normalisé par l’US Ordnance Department, il est entré en production dans les mêmes usines qui avaient produit le P14, la production de ce fusil ayant cessé. Le fusil appelé  M 1917 Enfield, il a été chambré pour la cartouche US en 30-06 (7,62 x 63 mm), il connu un certain succès en tant que complément du fusil Springfield M1903, le surpassant même en production.

GARAND US

garand long 04Photos trouvées sur internet

Le fusil M1 Garand conçu en 1936 par John C. Garand, est le premier fusil semi-automatique réglementaire de l’armée américaine. Il pèse environ 4,9 kilogrammes et se recharge par un clip de 8 cartouches de calibre 30-06 (7,62 x 63 mm puis disponible en 7,62 × 51 mm). Il remplaça le Springfield modèle 1903 à verrou. Il n’est pas le premier fusil semi-automatique utilisé dans une armée, contrairement à ce que l’on croit souvent. Les premiers furent les fusils semi-automatiques français R.S.C. Mle 1917 et R.S.C. Modèle 1918. Elle a aussi été l’arme destinée aux fantassins de l’armée américaine la plus produite durant la seconde Guerre Mondiale, réputée pour sa précision fort acceptable pour une arme de production de masse à bas coût, la vélocité de sa munition bien supérieure à celle de la carabine US M1, ainsi que son système de rechargement semi-automatique.

5,5 millions d’exemplaires ont été produits aux États-Unis et en Italie (par Breda et Beretta sous licence dans le cadre de l’OTAN), dont 4 millions de 1936 à 1945. Sa production cesse en 1957, il sera remplacée par le M14.

US M1 carabineCarabine US M1 sans système de fixation au canon pour y adapter une baïonnette (photo trouvée sur internet)

C’est en 1937 qu’a commencé, aux États-Unis, la production du fusil semi-automatique Garand M1, de conception Springfield, et produit par de nombreuses autres firmes américaines.

Mais en 1940, l’US Army, après un examen de l’équipement de ses unités combattantes, exprima la nécessité de disposer d’une carabine d’un stockage et d’un maniement facile, pouvant être utilisée d’une main tel un pistolet. Plusieurs manufactures d’armement entrèrent alors en compétition et présentèrent leur projet. Le projet Winchester l’emporta et fut retenu sous le nom de carabine calibre 30-M1.

La M1 Carbine avait un mécanisme ressemblant à celui du M1 Garand, toutefois celui-ci est d’origine Winchester et n’est pas à proprement parler une copie du mécanisme du Garand (qui proposa aussi une carabine). Le fonctionnement est un classique emprunt des gaz. Elle tirait une munition de calibre (7,62 x 33 mm), d’une puissance intermédiaire entre celle d’une cartouche de pistolet et celle d’un fusil.

C’est Winchester qui remporta le concours mais comme ses moyens de productions étaient limités, tous ses concurrents la fabriquèrent : ils avaient perdu le concours mais les appels d’offre furent bien partagés, même General Motors, IBM, Underwood (machines à écrire) et Rock-Ola (Juke-boxes) en ont fabriqué. Howa, fabricant d’armes Japonais en a aussi produit 10 000 après la guerre pour l’Asie, une rareté aux États-Unis et en Europe.

Toutes les pièces des fabricants sont compatibles entre elles (hormis certaines culasses civiles « rondes »). Un exemple de production par divers fabricants tout comme le fusil M1 Garand d’ailleurs.

La carabine connut un succès immédiat. Elle était légère et très maniable, et fut adoptée en octobre 1941 sans baïonnette par de nombreuses unités d’appui, telles que les artilleurs ou les équipages d’unité blindées, mais aussi par les soldats ayant une fonction autre que le combat d’infanterie, tel les radios ou les techniciens des unités de soutien.

us-m4Photo trouvée sur internet

A partir de Juin 1944, la carabine M1 fut modifiée et équipée d’un système de fixation au canon pour y adapter une baïonnette, la plupart des carabines antérieures ont ensuite été modernisées avec ce système.

 

Category Archives: USA – avant 1945

Couteau baïonnette US M4 (première production)

M4 02

Modèle : couteau baïonnette M4
Armement : M1 Carbine
Longueur : 300 mm
ø douille : 14,75 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce couteau baïonnette, est une simple modification de la garde et du pommeau du poignard US M3, beaucoup de ceux-ci seront reconvertis en M4. Le lancement sera effectué par les sept fabricants qui réalisent déjà le poignard M3. Les premières livraisons commencent en juillet 1944, lorsque les nouvelles pièces d’assemblage sont disponibles (garde et pommeau). Ce modèle condamnera définitivement en août 1944, la réalisation des Knive Trench M3, puisque ce nouveau modèle M4 est devenu un substitue faisant office de couteau et de baïonnette.

La première production des baïonnettes M-4 avait la poignée constituée de rondelles en cuir marron (rondelles empilées), puis plus tard remplacée par une poignée avec plaquettes en plastique noir (à partir de 1954). Ces baïonnettes de première production ont été fabriquées de mi-1944 à juillet 1945 à 3 318 311 d’exemplaires, tous ces modèles possèdent la flamming bomb de l’Ordnance sauf pour le fabricant (PAL).

Les fabricants :

Aerial: 110 989 ex (du 12/07/44 au 28/07/45)us-m4-coree-marquages-02.jpg

Camillus: 427 302 ex (du 26/08/44 au 12/10/44)

Case: 224 764 ex (du15/07/44 au 02/01/45)M4 03Imperial: 1 026 994 ex (du 27/06/44 au 24/04/45)

Kinfolks: 161 002 ex (du 26/08/44 au 22/01/45)Pal: 268 000 ex (du 11/07/44 au 16/12/44), seul modèle sans la flamming bomb de l’Ordnance

Utica: 1 099 260 ex (du 11/08/44 au 05/12/44)

Poignée :

Comme pour le couteau M3, la poignée est réalisée avec des rondelles de cuir de 4mm d’épaisseur de différentes dimensions extérieures, qui seront enfilées sur la soie de la lame, afin de constituer le « Grip », dont le pommeau retiendra l’ensemble en place. La baionnette Knife M4 est constituée de six rainures, contre huit pour le couteau M3. Il existe des modèles de M4 précoce, qui seront réalisés avec 8 rainures. Il s’agit là d’une erreur d’interprétation du cahier des charges, du fait que le fabricant a copié le montage de la poignée, suivant les réalisations de M3 en cours dans ces ateliers. Suivant les différentes études réalisées sur la baïonnette couteau M4 (*Entre autre par Gary Cunningham’s), les poignées seront réalisées suivant deux méthodes.

La version standard: Constituée de 40 à 42 rondelles de cuir de différentes dimensions extérieures. L’assemblage étant complexe du fait de la multitude d’élément différent.

Fabrication propre à W.R. Case & Sons Cutlery Co, la poignée sera elle aussi constituée de 40 à 44 rondelles de cuir. Ce qui diffère du modèle standard, est que ce fabricant usinera après montage, les poignées, sur un tour à décolleter. Elles sont facilement reconnaissables à la profondeur des interstices et par la régularité de la surface extérieure.

Ici présenté, un rare modèle modifié vers 1948 avec poignée en bois exotique monobloc. Il s’agissait sans doute d’une tentative expérimentale visant à trouver un matériau plus résistant à la pourriture que la poignée en cuir, qui n’a pas bien résisté dans le théâtre du Pacific, cette modification a été réalisée à l’arsenal US d’Okinawa et à Subic Bay aux Philippines.

Ces modèles avec poignée en caoutchouc ne seront utilisés qu’à partir de la Guerre de Corée, vers 1953.

Ils pouvaient être fabriqués neufs avec des lames de récupération de poignards USM3, qui provenaient d’anciens stocks de l’armée américaine et remis en état par les arsenaux de l’Ordnance Departement,

Ils pouvaient aussi provenir de baïonnettes dont la poignée en cuir était endommagée et remplacée par une en caoutchouc. Lors de cette opération la poignée en cuir d’origine était remplacée par une version monobloc en caoutchouc (Handle Modlded Rubber), beaucoup plus résistante sous des climats humides. L’avantage de ce procédé était d’éviter de détériorer le pommeau pour mettre en place la nouvelle poignée, celle-ci était directement moulée sur la soie au moment du reconditionnement.

Pommeau :

Le pommeau fixé à la soie par matage à chaud est constitué d’un système de verrouillage à la carabine simplifié utilisant deux crochets articulés par des ressorts. Il sera réalisé par deux compagnies (Standard Products Company et  Hemphill Products Company de Pawtucket – Rhode Island) qui se répartiront  la totalité de ce marché.

M4 04La Standard Products Company (S et P entrelacés). Ce fournisseur distribuera des pommeaux assemblés à tous les fabricants de M4, de juin 1944 à la fin de la guerreHemphill Products Company de Pawtucket – Rhode Island, sera fournisseur de pommeaux uniquement à partir de février 1945, son sigle étant un « H » dans un bouclier

Les deux crochets articulés par des ressorts des premiers modèles utilisaient pour leurs maintiens des goupilles de retenue, légèrement coniques. Cela permettait en théorie de démonter plus facilement si nécessaire les crochets articulés, mais ces goupilles avaient tendance à se desserrer et à tomber, en février 1945, des goupille cylindriques remplaceront les goupilles coniques.

 Goupilles coniques de mai 1944 à février 1945, qui ne sont pas arasantes du pommeauM4 04Goupilles cylindriques utilisées à partir de février 1945, qui seront toujours en creux par rapport au dessus du pommeau

Vue détaillée de ce constructeur, qui a pris soin de dégager la partie arrière de la poignée pour éventuellement sortir les goupilles 

La lame :

La lame dépourvue de gouttière, mesurant 170 mm possède un profil très simplifié, à simple tranchant et contre-tranchant affûté sur sa dernière portion vers la pointe. D’abord utilisée pour le couteau de combat M3, il est évidant qu’en pleine guerre, elle a été conçue pour une production rapide en utilisant un minimum de ressource première.

Fourreau utilisé pour ce modèle :

Le premier modèle de fourreau, nommé (Scabbard Knife Trench M8) utilisé pour le poignard M3 a fait son apparition en juillet 1943.

A partir de février 1944, ce fourreau sera modifié par l’ajout d’un double crochet de type M-1910, afin que le poignard M3, puisse être doté à n’importe quels membres des forces américaines, sans distinction suivant le tableau de dotation des équipements. Il s’agit du modèle M8A1 précurseur de la version qui sera adoptée en avril 1944 et qui sera utilisé avec la baïonnette M4.

La suspension de la toile en webbing sera augmenter de 1,5 cm, pour pouvoir accepter le double crochet. Il existe aussi des premières versions modifiées, sans l’augmentation de la longueur de la suspension. Ceux sont les modèles les plus rares, qui seront modifiés suivant des anciens stocks de Scabbard Knife Trench M3 par les Arsenaux de l’Ordnance Department.

Le M8 sera fabriqué jusqu’au mois d’avril 1944 à environ 1 750 000 exemplaires, uniquement par la Beckwith Manufacturing Company.
De DOVER NEW-HAMPSHIRE. En abrégé : B.M.CO.

A partir d’aout 1944, il sera utilisé avec la baïonnette M4.

B.M.CO étant le seul fournisseur de fourreau durant la Seconde Guerre, arrêta sa production du modèle M8A1 juste après la fin des hostilités.

Constitution du fourreau :

Son corps de mème type que le M3 et M7, est constitué de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression.

La chape en tôle d’acier phosphaté, est maintenue sur le corps par sertissage sur les cotés, elle porte les inscriptions U.S.M8 ou U.S.M8A1 BMCO.

A l’arrière de cette chape, une cornière en forme de L sert de point d’appui à la suspension en coton tissé (webbing), maintenue par deux rivets emboutis. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension, elle se verrouille grâce à un bouton pression.

Fourreaux utilisés à partir de 1954 :

V.P.CO : Cette firme a produit 80 000 fourreaux U.S.M8A1 en 1954 au cours du seul contrat de fourniture qu’elle n’ait jamais obtenue avec l’U.S. Army pour ce type de fourreaux. Cette firme se singularise également par le fait qu’elle soit la seule à apposer un marquage au dos du corps de fourreau, ce marquage est celui traditionnel de la firme : VICTORY PLASTICS.
Elle est également bien connue pour ses productions de fourreaux U.S M3, U.S M7 et aussi pour sa fabrication de fourreaux pour les baïonnettes N°4 « Spike Bayonet » de la Grande-Bretagne, fourreaux appelés : M5.

M5-Comparaison-fourreaux.jpgFourreaux US M8A1 de première génération, avec trou pour le passage du lacet renforcé par un rivet et avec l’extrémité en métal utilisé à partir de 1955.

Il est possible de trouvé cette baïonnette dans un fourreau modèle M8A1, caréné par une solide bouterolle en tôle d’acier phosphatée qui a pour but d’éviter le trop facile écrasement de l’extrémité du corps du fourreau. Cette bouterolle est apparue, pour essai, et à l’instigation de la SPRINGFIELD ARMORY au milieu de l’année 1955 avant d’être définitivement adoptée au mois de décembre de cette même année.

Les fourreaux M8A1 vont continuer leur carrière, au sein des forces armées américaines, jusqu’au début des années 1980, date à laquelle ils obtiendront une retraite bien méritée et seront remplacés par les éphémères fourreaux U.S. M10.

M7 005

PWH : Ce fabricant très commun a produit de grandes quantités de fourreaux à la maison de travail Pennsylvanie pour les aveugles, du début jusqu’à la fin du contrat de production, il peut y avoir quelques légères variations du marquage du (PWH et du US)

L’Accueil de travail Pennsylvanie pour aveugles (de 1874 fermée en 1979), était le maître d’œuvre pour l’assemblage des fourreaux de M8A1 de 1965 à 1970, environ 4 millions de fourreaux assemblés pendant les années de la guerre du Vietnam. L’Accueil de travail était un atelier protégé qui a fourni de l’emploi pour les personnes ayant une déficience visuelle et aussi les personnes handicapées.

M7 006

TWB : les rares fourreaux marqués TWB, d’après certaines sources à confirmer, sont issus du contrat de la société, (l’Accueil de travail Pennsylvanie pour aveugles) qui aurait changé de nom dans les années 1970.

M7 007
WD : Ce marquage est certainement de la même époque que le marquage VIZ / WD .

M7 008

VIZ : Viz Manufacturing Co. de Philadelphie a fabriqué des radiosondes et des produits météorologiques (appareils qui mesurent la température, la pression atmosphérique, l’humidité et la vitesse du vent).

Il est possible que VIZ soit le successeur de l’Accueil de travail Pennsylvanie pour aveugles comme fabriquant  de fourreaux  M8A1, à partir de mai 1969 à novembre 1969, ce qui explique leur rareté relative par rapport aux fourreaux produits par la (Division Plastique Victoire de la Manufacturing Company Beckwith) et l’Accueil de travail.

M7 009

VIZ / WD : Ce marquage est à la fois rare et inconnu, le marquage VIZ est centré comme d’habitude, et  WD est ajouté sur le côté. Il est possible que WD a acheté des chapes en acier finis mais non utilisées provenant du contrat VIZ et les a utilisés pour la première partie de leur contrat. La combinaison de VIZ / WD peut indiquer que le contrat était en même temps ou peu de temps après que le contrat VIZ, dans les années 1968 à 1969 à l’apogée de la guerre du Vietnam.

Category Archives: USA – avant 1945

Baïonnettes modèle 1905 et 1905-42 raccourcies

GARAND 1905 Courte 01

GARAND 1905-42 Courte 01

GARAND 1905-42 Courte 03

GARAND 1905-42 raccouric 01

GARAND 1905-42 raccouric 03

 

Modèle : 1905 et 1905-42
Armement : fusil M1 Garand
Longueur : 370 mm
ø douille : 15,8 mm
Valeur :  €€€ €
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Au début de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’en 1942, les planificateurs militaires croyaient encore qu’une baïonnette à longue lame constituait une partie importante de l’équipement personnel des soldats. Comme ce fut le cas durant la Première Guerre mondiale (qui a connu une guerre de tranchées généralisée), on pensait qu’une portée étendue donnerait aux soldats un avantage sur leurs ennemis.

Les baïonnettes modèle 1905 nouvellement fabriquées, ont donc été conçues selon le même schéma général que les premières baïonnettes du fusil Springfield. Ces baïonnettes possédaient une lame de 16 pouces (406 mm) et ont été fournies aux soldats avec leur fusil M1. Au fur et à mesure que la guerre progressait, de nombreuses tactiques utilisées pendant la Première Guerre mondiale se sont avérées invalides et il a été déterminé qu’une lame de 16 pouces n’était plus le meilleur choix. 

GARAND 1905-42 Courte 02

En 1944-1946, de nombreuses baïonnettes modèle 1905 ou 1905-42 de longueur totale de 526 mm, ont été retravaillées en coupant leurs lames à une longueur standard de 254 mm.

Deux styles de coupes de la pointe de la lame existent : un point centré sur la lame assez courant (en haut) et une extrémité de coupe en diagonale, le style Bowie-couteau incurvé beaucoup plus rare (en bas).

GARAND 1905-42 raccouric 02 Dans certains cas, marquage sur la soie AFH (American Fork and Hoe)

Ces transformations en usine, ont seulement été réalisées lorsque le stock de la nouvelle baïonnette courte M1 était au complet. Leurs transformations a été effectuées aléatoirement par plusieurs fabricants, les mêmes qui les avaient produites pour certaines (modèle 1905-42). Lors du reconditionnement les plaquettes en bois des modèles 1905, ont été remplacées par des plaquettes en plastique.

Ces baïonnettes ayant une longueur pratiquement identique au (modèle 1884-98) allemand, ont surtout été utilisées sur le théâtre européen.

Le fourreau nommé M7 fait neuf ou raccourci, utilisé pour ce modèle a été fabriqué par Beckwith Manufacturing Co’s.Division Victory Plastics à partir de mi-1943. Le corps est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression. Une chape en tôle d’acier phosphatée, avec un double crochet pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par sertissage. Le dessus de la chape comporte deux crochets qui maintiennent correctement la baïonnette dans le fourreau.

Période d’utilisation :
Utilisées à partir de mi-1943, et pendant la Guerre de Corée (1950-53).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, cette baïonnette comme pour le modèle M1, encore assez courante, est indispensable dans une collection.

Category Archives: USA – avant 1945

Baïonnette US M1

M1 01

M1 02

M1 03

us garand invalides(Photo prise au Musée des Invalides à Paris)

Modèle : Garand M1
Armement : fusil M1 Garand
Longueur : 370 mm
ø douille : 15,8 mm
Valeur :  €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Au début de la Seconde Guerre mondiale, les planificateurs militaires croyaient encore qu’une baïonnette à longue lame constituait une partie importante de l’équipement personnel des soldats. Comme ce fut le cas lors durant la Première Guerre mondiale (qui a connu une guerre de tranchées généralisée), on pensait qu’une portée étendue donnerait aux soldats un avantage sur leurs ennemis. Les baïonnettes du début de la Seconde Guerre ont donc été conçues selon le même schéma général que les premières baïonnettes du fusil Springfield. Les premières baïonnettes fabriquées au début de la Seconde Guerre mondiale possédaient une lame de 16 pouces (406 mm) et ont été remises aux soldats avec leur fusil M1.

Au fur et à mesure que la guerre progressait, de nombreuses tactiques utilisées pendant la Première Guerre mondiale se sont avérées invalides et il a été déterminé qu’une lame de 16 pouces n’était plus le meilleur choix. 

A la mi-1943, une nouvelle baïonnette fut commandée avec une lame plus courte de 10  » (254 mm) de longueur. Elle était identique au modèle 1905-42 de la Seconde Guerre mondiale, à l’exception de la lame de 10″. Cette baïonnette ne se distingue des modèles coupés par la suite, que par la gouttière de sa lame qui ne se prolonge pas jusqu’au bout et par ses marquages spécifiques (pas de date de fabrication, sauf un petit nombre datée 1943). 

Elle a été produite à partir d’avril 1943 par cinq fabricants :

Utica Couverts Société, Utica, NY (UC), 880 000 ex de 1943 à 1945 et 75 000 ex, guerre de Corée 1953.
Fork Union et Hoe Company, Columbus, OH (HNF), 460 000 ex de 1943 à 1944.
Pal Blade et Tool Company, Holyoke, MA (PAL), 340 000 ex de 1943 à 1944.
Oneida, Ltd., Oneida, NY (OL), 250 000 ex en 1943.
American Fork et Hoe Société, Evansville, IN (AFH), 1 015 000 ex de 1943 à 1945.

Le fourreau nommé M7 fait neuf, utilisé pour ce modèle a été fabriqué par Beckwith Manufacturing Co’s.Division Victory Plastics à partir de mi-1943. Le corps est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression. Une chape en tôle d’acier phosphatée, avec un double crochet pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par sertissage. Le dessus de la chape comporte deux crochets qui maintiennent correctement la baïonnette dans le fourreau.

Période d’utilisation :
Utilisées à partir de mi-1943, et pendant la Guerre de Corée (1950-53).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle encore assez courant, est indispensable dans une collection.

Category Archives: USA – avant 1945

Baïonnette modèle 1905-42

garand long 01

garand long 02

GARAND 1905 Courte 02

Différence d’usinage au niveau de l’entrée de la rainure de fixation au fusil, il est possible de rencontrer ces 2 types de pommeaux. Celui de gauche est simplifié pour une production plus rapide, celui de droite, plus rare, est comme sur le modèle 1905

Photo prise peu de temps après le 06 juin 1944, rare modèle dans sa longueur d’origine

Modèle : 1905-1942
Armement : fusil M1 Garand
Longueur : 526 mm
ø douille : 15,8 mm
Valeur :  €€€ €€€
Rareté :   che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Au début de la Seconde Guerre mondiale, les planificateurs militaires croyaient encore qu’une baïonnette à longue lame constituait une partie importante de l’équipement personnel des soldats. Comme ce fut le cas lors durant la Première Guerre mondiale (qui a connu une guerre de tranchées généralisée), on pensait qu’une portée étendue donnerait aux soldats un avantage sur leurs ennemis.

Les nouvelles baïonnettes fabriquées à partir du mois d’avril 1942 à mai 1943, sont de conception identique au modèle 1905. Elles possédaient une lame de 16 pouces (406 mm) et ont été fournies aux soldats avec leur fusil M1. Au fur et à mesure que la guerre progressait, de nombreuses tactiques utilisées pendant la Première Guerre mondiale se sont avérées invalides et il a été déterminé qu’une lame de 16 pouces n’était plus le meilleur choix. 

Contrairement au modèle 1905, toutes les parties métalliques sont systématiquement parkerisées lors de la fabrication. Ces baïonnettes fabriquées à la hâte, peu après l’entrée en guerre des USA par des entrepreneurs commerciaux privés n’ont pas la qualité de finition exceptionnelle des modèles 1905. Elles ne possèdent pas de numéro de série et sont datées 1942 ou 43. 

Beaucoup de celles-ci ont été coupées à une longueur standard de 370 mm, en 1944-46, de ce fait elles sont devenues très rares dans leur longueur originale. Il est à noter qu’une partie de celles-ci non raccourcies ont été généralement utilisées dans le théâtre du Pacifique, afin de lutter efficacement contre les fantassins japonais lors des combats à la baïonnette.

Fait intéressant, le fusil M1 Garand a été conçu de manière à ce que les baïonnettes encore en service du fusil Springfield 1903 puissent également être utilisées.

La poignée est de conception identique au modèle 1905, sauf pour les plaquettes qui ne sont plus en bois, mais en plastique noir ou brun.

garand long 03

La lame

GARAND 1905-42 raccouric 03

GARAND 1905-42 raccouric 01

Ces baïonnettes ont été fabriquées par différents fournisseurs à 1 540 578 ex (les lettres entre parenthèses sont comme ces fournisseurs les ont été marquées) :

Wilde Goutte Forge et Tool Company, Kansas City, MO (WT)
Utica Couverts Société, Utica, NY (UC), 200 000 ex.
Fork Union et Hoe Company, Columbus, OH (HNF), 430 000 ex.
Pal Blade et Tool Company, Holyoke, MA (PAL), 210 000 ex.
Oneida, Ltd., Oneida, NY (OL), 150 000 ex.
American Fork et Hoe Société, Evansville, IN (AFH), 400 000 ex.

Les fourreaux

Fourreau M3

Le fourreau nommé M3, utilisé pour ce modèle a été fabriqué par Beckwith Manufacturing Co’s.Division Victory Plastics à partir de 1942. Le corps est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression.

Une chape en tôle d’acier phosphatée, avec un double crochet pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par pliage sur le coté de deux pattes. Le dessus de la chape comporte deux crochets qui maintiennent correctement la baïonnette dans le fourreau.

Il est aussi possible de trouver ce modèle dans des fourreaux M1905 en bois, ou M1917 en cuir vert.

Fiche technique :

Le mécanisme intégré dans la poignée permet à la fois de maintenir correctement la baïonnette dans le fourreau ou au fusilModèle 1905, extrémité du pommeau avec épaulements destinés à intégrer correctement les plaquettes Modèle 1905-42, extrémité du pommeau sans usinage particulierVue détaillée des plaquettes asymétriques en plastique (noir et brun), celle du haut possède un évidement pour intégrer le levier de verrouillage

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle dans sa longueur d’origine, peut être encore moins courant que le modèle 1905, est indispensable dans une collection, seul petit hic, son prix d’achat reste relativement élevé.

Category Archives: USA – avant 1945

Couteau Bolo US modèle 1917

Modèle : couteau Bolo US 17
Armement : /
Longueur : 380 mm
ø Douille : /
Valeur : 
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le Bolo modèle 1910 a été fabriqué pour l’armée US par l’Arsenal de Springfield (SA) de 1910 à 1917. En 1917, l’armée US va demander à Springfield d’alléger le Bolo modèle 1910. Springfield se contentera de ne plus monter le système de verrouillage à l’étui et le modèle se nommera modèle 1917 ou 1910/17.
A l’origine, les Bolo 1910 avaient la lame blanche. A partir de 1917, elles seront noires et beaucoup de Bolo fabriqués avant 1917 seront re-conditionnés par la suite en arsenal et deviendront noirs. Les modèles 1910 et 1917 de Springfield portent d’un côté de la lame US et le n° matricule, de l’autre côté le Flamming Bomb, l’année de fabrication et les lettres SA.
Le fourreau d’origine possède une partie principale en bois recouverte de peau de porc et glissé dans une chaussette en toile Web.

En cours ………….

Category Archives: USA – avant 1945

Poignard de tranchée US 17

Première version comportant sept pointes de forme pyramidale réalisées par emboutissage

La deuxième version, la moins courante, se différencie uniquement par une pyramide supplémentaire située sur la partie basse de la gardeConstructeur Landers Frary & Clark

Modèle : Trench Knife US 17
Armement : /
Longueur :  355 mm
ø Douille : /
Valeur : €€€ €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Les premiers soldats américains arrivés sur le sol de France sont équipés de l’excellent fusil Springfield 1903 et doté du sabre baïonnette modèle 1905. La baïonnette modèle 1905 s’avère immédiatement très encombrante pour un usage dans les tranchées et impropre pour le combat au corps à corps. Une nouvelle arme va apparaitre au cours de la première Guerre Mondiale comme faisant partie intégrante de l’équipement individuel du fantassin, le poignard de tranchée (Trench Knife). A cette époque, il n’existe pas de poignard réglementaire dans l’armée américaine et ceux qui équipait parfois les soldats proviennent pour la plupart d’une acquisition personnelle auprès des troupes alliées ou il s’agit d’un couteau de chasse apporté du pays. Plusieurs fabricants américains vont y répondre et développer de nombreux modèles en collaboration étroite avec l’Ordnance Department. C’est le poignard développé par Henry Disston & Sons, qui reçu le meilleur accueil. Ce poignard sera adopté à la fin de l’année 1917 et distribué à la troupe presque aussitôt. Il prendra le nom d’US modèle 1917 Trench Knife. D’un aspect extrêmement solide, c’est une arme de combat pratique malgré son absence de coupe. Il est muni d’une lame de section triangulaire capable de percer plusieurs couches de tissu ainsi que le cuir. Elle est bronzée d’une couleur bleu/noir de façon à éviter les reflets nuisibles à un soldat en situation de combat. La poignée se compose d’une pièce en bois lisse en noyer américain avec la présence de quatre encoches repose doigts sur la partie interne. Une pièce en acier bronzé relie l’extrémité du pommeau à la garde. Elle sert aussi de protège main, mais également de point d’impact en cas de frappe.

Il existe deux versions de ce poignard, la première comporte sept pointes de forme pyramidale réalisées par emboutissage et disposées sur la garde enveloppante.

La deuxième version, la moins courante, se différencie uniquement par une pyramide supplémentaire située sur la partie basse de la garde. Le marquage du fabricant est frappé sur la face avant de la garde sous forme d’initiales. En dessous, on trouve la date de fabrication, en l’occurence de 1917, et au dessus les lettres US. Les manufactures d’armes soumises à la production intensive de fusils et baïonnettes sont complètement saturées et ne peuvent pas fournir ce type de matériel. Les alliés ont eux mème du mal à subvenir aux besoins de leurs propres troupes. Le gouvernement US va donc se tourner vers un coutelier, Landers Frary & Clark, qui fournira la plus grande partie de ces poignards durant les années 1917/18, un total de 113 000 exemplaires. Le fabricant Oneida Community Ltd en produira aussi 10 000, mais la production d’Henry Disston & Son le concepteur de ce modèle reste inconnue.

Category Archives: USA – avant 1945

Baïonnette modèle 1913 et US 1917

1913 01

1913 02

 

Modèle : 1913 pour fusil P14
Armement : fusil Motif 1914 Enfielden 1926 re-désigné par l’armée Britannique comme le No3 Mk1
Longueur : 555 mm
ø Douille :  mm
Valeur :  €€€
Rareté : 
 che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La baïonnette Pattern 1913 a été conçue au départ pour être utilisée avec le fusil expérimental P1913 Enfield, non adopté. Au début de la Première Guerre mondiale, les autorités Britanniques adaptèrent le successeur du Pattern 1913, le P1914 Enfield. à la cartouche Britannique .303. Des contrats furent attribués aux fabricants d’armes américains Winchester , Remington et Eddystone pour la fabrication de ce fusil. Pour les accompagner, Remington fabriqua 1 243 000 baïonnettes P1913 et Winchester, 225 000.

La P1913 se fixe de manière classique, la bague intègre le canon, le mode atypique de fixation à l’arme de la baïonnette P1907 n’a pas été adoptée. Seulement quelques très rares exemplaires furent fabriqués par Vickers au nombre de 1 500 exemplaires (prototypes) en Angleterre. Ils possédaient un crochet brise lame courbé qui disparut lors de la production en série.

La poignée pour une raison de coût est identique au modèle P1907, sauf au niveau de la croisière. Le pommeau de forme droite est démuni de trou de nettoyage (parfois appelé souvent à tort trou huileur). Les plaquettes facilement interchangeables sont maintenues à la soie par deux vis et écrous fendus, elles possèdent obligatoirement deux profondes stries pour éviter toutes confusions avec le modèle P1907. La baïonnette P1913 en raison de la hauteur différente de la bague ne peut absolument pas être fixée à un fusil SMLE.

La lame avec gouttière, assez souple, légèrement affutée est identique au modèle P1907.

M13 03 1913

Sur le coté gauche, ont peut lire :

1913 : qui correspond au modèle
Date : mois et année de fabrication (de 1916 à 1917)
Fabricant :

1913 02

Le coté droit comporte les poinçons d’appartenance à l’armée britannique (le petit A signifiant Amérique).

M13 01

M13 02

Modèle : 1913 frappé US
Armement : fusil M1917 Enfield, et US Trench Gun modèle 1897 de Winchester
Longueur : 555 mm
ø douille :  mm
Valeur :   €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Lors de leur entrée dans la Première Guerre mondiale en 1917, les États-Unis ont adapté le fusil P1914 Enfield à la cartouche 30-30, afin de compenser le manque de production des fusils Springfield modèle 1903, créant ainsi le fusil standard Modèle 1917 Enfield.

Pour accompagner le fusil M1917, les Etats-Unis ont simplement adopté la baïonnette anglaise P1913 comme baïonnette Model 1917Environ 545 000 de ces baïonnettes, non livrées ont été récupérées en urgence, les poinçons anglais barrés et un (ou plusieurs marquages) US frappé à coté.

 US 17 01

US 17 02
Ordonnance Bomb et initiales US
US 17 03Fabricant : RemingtonUS 17 04Fabricant : Winchester

Modèle : US 17
Armement : fusil M1917 Enfield, et US Trench Gun modèle 1897 de Winchester
Longueur : 555 mm
ø de la douille :  mm
Valeur :  €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La production de la baïonnette nommée US 17 pour le fusil du même modèle a débuté à partir de septembre 1917 par Remington (2 000 000 ex environ) et peu après par Winchester (500 000 ex environ). Cette baïonnette s’adapte également sur divers fusils à pompe de type « Trench Gun » de l’époque.

Par rapport au modèle anglais P1913, le pommeau comporte un trou de nettoyage (souvent appelé à tort trou huileur) pour permettre à la graisse souillée ou débris de s’évacuer, ce trou est apparu à partir d’octobre ou novembre 1917, certains rares modèles n’en possèdent pas.

Quelques baïonnettes fabriquées par Remington peuvent être datées 1918 au lieu de 1917. Il est supposé que Remington a changé la matrice de marquage au début de 1918 afin de refléter la date de fabrication, comme pour le modèle 1905 ou l’année de fabrication apparait sur la lame. Ce mode de marquage n’ayant pas perduré, Remington fit marche arrière et remis sur la lame la date 1917.

Comme pour le modèle P1907 d’origine Britannique, certains modèles destinés à la cérémonie sont entièrement chromés (toutes les parties métalliques du fourreau et de la baïonnette y compris les vis et écrou de fixation des plaquettes).

US 17 05Pour cette baïonnette, il existe deux types de fourreaux : celui du haut trop fragile fût remplacé par celui du bas renforcé au niveau de l’attache en 1918.

Le fourreau utilisé pour ce modèle est de type 1907 anglais, en cuir peint en vert muni d’un double crochet d’attache au ceinturon de type US M1910.

Période d’utilisation:
Durant la Première Guerre mondiale, par les troupes américaines fraichement débarquées en 1917, 75% des fusils utilisés étaient des modèle US 1917.

Après la Première Guerre mondiale les fusils modèle 1917 furent re-conditionnés et stockés en réserve, ou utilisés comme armes d’exercice. Les lames des baïonnettes stockées sont généralement phosphatées et les plaquettes de poignée remplacées. Pendant la Seconde Guerre mondiale les fusils équipèrent quelques unités de mortier de l’armée US, mais la majorité fut largement distribués aux alliés des États-Unis, équipant des vétérans de la home-guard britannique ou des unités territoriales canadiennes. Un grand nombre de ces armes dotèrent certains mouvements de résistance et l’armée française renaissante.

On peut donc dire de cette arme de circonstance, adoptée dans l’urgence, qu’elle eu le rare privilège de contribuer à libérer la France par deux fois: La première aux mains des « Doughboys » du général Pershing, la seconde, dans celles des combattants des forces françaises libres et des résistants.

Les États-Unis ont continué à utiliser les baïonnettes M1917 au cours de la Seconde Guerre en raison des importants stocks restants. Les nouveaux fusils de tranchée distribués étaient toujours conçus pour utiliser l’ancienne baïonnette M1917.

La baïonnette a de nouveau été invoquée pendant la guerre de Corée pour être utilisée avec les divers fusils Trench toujours en service.

Category Archives: USA – avant 1945

Baïonnette modèle 1905

1905

US 1905 03

1905 02

Modèle : 1905
Armement : fusil M1903 SpringfieldM1 Garand
Longueur : 526 mm
ø douille : 16 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle a été fabriqué à partir de 1906 jusqu’à 1922 à Rock Island Arsenal et Springfield Armory (Arsenaux marqués RIA ou SA avec le symbole Ordonnance Department, l’année d’un coté et le numéro de série de l’autre). Ces baïonnettes toutes fabriquées en arsenal militaire ont une finition exceptionnelle, surtout au niveau de l’usinage de la lame.

En 1939, l’inventaire des baïonnettes en main montre qu’il y avait 581 000 baïonnettes M1905 en état de service. Ce nombre n’incluait pas ceux des troupes. Lorsque les États-Unis ont mobilisé la garde nationale pour l’entraînement en 1941, il était évident que l’approvisionnement en baïonnettes serait insuffisant en cas de guerre. Ces baïonnettes dans leurs longueurs d’origine utilisées durant la Première Guerre mondiale à partir de 1917, possèdaient des plaquettes de poignée en bois lisse ou cannelé et une finition phosphatées. Il est à noter qu’une partie de celles-ci non modifiées ont été utilisées dans le théâtre du Pacifique, afin de lutter efficacement contre les fantassins japonais lors des combats à la baïonnette.

US 1905 05

US 1905 06

La poignée intègre un mécanisme de verrouillage à levier inspiré du modèle 1894 norvégien, il permet à la fois de maintenir correctement la baïonnette dans le fourreau ou à l’arme. Les plaquettes fixées à la soie par une vis avec rondelle et écrou dentés, sont en noyer, avec des marques de coupe non poncées. Cette vis permet également le maintien du levier du mécanisme de verrouillage à la soie. Au début de la production, les marques de coupe des plaquettes étaient rapprochées (environ onze passages du couteau par pouce), ce qui donnait une surface assez lisse. En 1917 lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis, le passage du couteau a été ramené à environ sept par pouce, donnant une surface apparente beaucoup plus rugueuse. Jusqu’en 1917, toutes les baïonnettes produites avaient les parties métalliques de la poignée bleuies et la lame polie brillant. Le bleuissement sur la lame près de la garde, se terminant généralement juste sous le numéro de série.

US 1905 04

La lame polie brillant, est très résistante à la torsion, elle possède une longue gouttière et un contre tranchant soigneusement affuté sur environ 140 mm à l’extrémité.

En 1917, il a été reconnu que la lame brillante ne convenait pas au combat, elles ont donc été systématiquement bleuies jusqu’à la fin de 1918, la même année son polissage en arsenal inutile a été abandonné. Ceci est parfois désigné par les collectionneurs comme « War Finish » ou « Brush Blue ». De nombreuses baïonnettes plus anciennes ont été bleuies, tant aux États-Unis qu’en France. Un rapport de la Première Guerre mondiale cité dans le Springfield Research Newsletter indique : « De nombreuses baïonnettes de 1905 ont été bleuies en France, en utilisant un procédé italien ».

À la fin de 1918, les arsenaux RIA et SA ont commencé à utiliser le procédé Rust-Proof de Parker (communément appelé Parkerizing), et ce fini gris-noir terne a été utilisé jusqu’à la fin de la production en 1922. Ce processus a également été utilisé lors du reconditionnement en 1942.

US 1905 02Le bleuissement sur la lame près de la garde, se termine généralement juste sous le numéro de série

Chaque baïonnette possédait son propre numéro de série, (gamme de 1 à 1 196 000).

Numéros de série, modèle de fabrication Springfield (SA) de 1906 à 1922.

1906: 0 à 190 000
1907: 190 000 à 240 000
1908: 240 000 à 355 000
1909: 355 000 à 432 000
1910: 432 000 à 475 000
1911: 475 000 à 510 000
1912: 510 000 à 550 000
1913: 550 000 à 585 000
1914: 585 000 à 608 000
1915: 608 000 à 633 000
1916: 633 000 à 653 000
1917: 653 000 à 765 000
1918: 765 000 à 1 050 000
1919: 1.050 000 à 1 125 000
1920: 1 125 000 à 1 170 000
1921: 1 170 000 à 1 192 000
1922: 1 192 000 à 1 196 000

Numéros de série, modèle de fabrication Rock Island (RIA) de 1906 à 1919. Pour des raisons inconnues, Rock Island Arsenal n’a pas numéroté en série ces baïonnettes fabriquées en 1906, mais a commencé en 1907 à environ 80 000 exemplaires.

1906:  Pas de n° de série
1907:  80 000 à 120 000
1908: 120 000 à 140 000
1909: 140 000 à 170 000
1910: 170 000 à 192 000
1911: 192 000 à 220 000
1912: 220 000 à 236 000
1913: 236 000 à 247 000
1914:
1915:
1916:
1917: 247 000 à 304 000
1918: 304 000 à 404 000
1919: 404 000 à 430 000

Les fourreaux utilisés pour le modèle 1905 :

Les baïonnettes modèle 1905 produites avant 1910 possèdent un fourreau en cuir. Ce fourreau sera remplacé par le fourreau M-1910 en bois de toile recouvert de cuir et double crochet d’attache au ceinturon utilisé pour la première fois.

Fourreau M1917

US 17 05Deux types de fourreaux M1917 existent : celui du haut trop fragile au niveau de l’attache en cuir fût remplacé par celui du bas en 1918.

Le fourreau M1917 de type 1907 anglais en cuir peint en vert muni d’un double crochet d’attache au ceinturon de type US M1910 a été approuvé en remplacement du fourreau M1905.

Fourreau M3

Fourreau M3

Le fourreau nommé M3 a été fabriqué par Beckwith Manufacturing Co’s.Division Victory Plastics à partir de 1942.

Son corps est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui sont formées dans une presse à haute pression.

La chape en tôle d’acier phosphatée, avec double crochet pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par pliage sur le coté de deux pattes. Le dessus de la chape comporte deux crochets, dont seulement un, suivant la position de la baïonnette est utilisé pour son maintien dans le fourreau.

Fiche technique :

Le mécanisme intégré dans la poignée permet à la fois de maintenir correctement la baïonnette dans le fourreau ou au fusilLa qualité de finition pour l’ajustage des plaquettes au pommeau est remarquableVue détaillée de l’usinage de l’extrémité du pommeau destiné à améliorer le maintien des plaquettes à la soieVue détaillée des plaquettes asymétriques, celle du haut possède un évidement pour intégrer le levier de verrouillage

Période d’utilisation:
Durant la Première Guerre mondiale, par les troupes américaines fraichement débarquées en 1917, (seulement 25% des fusils utilisés étaient des modèle US 1903) et après, principalement dans le théâtre du Pacifique.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle, peu courant dans sa longueur d’origine et sans avoir été phosphaté est indispensable dans une collection, seul petit hic son prix d’achat reste très élevé.

Copyright © 2019 Géraldbaios