Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 1884-98 2ème type (tous types)

98-84 2eme type 01

Modèle : (S 84/98 n.A), 1884-98 2ème type
Armement : fusil Mauser Gewehr 98 et Karabine 98A.Z
Longueur : 385 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle de conception simplifiée, introduit en 1915 pour suppléer au manque de couteux-baïonnettes est destiné d’abord à la cavalerie, à l’artillerie de campagne et aux troupes techniques. C’est une baïonnette à lame courte parfaitement adaptée aux contraintes du combat dans les tranchées.

98-84 2eme type 03

98-84 2eme type 02

98K 003A gauche, bouton de verrouillage à écrou fendu, à droite rond

La poignée possède un pommeau droit de conception simplifiée, qui comporte une rainure en forme de trèfle, avec bouton de verrouillage à écrou rond. Les plaquettes sont maintenues à la soie par vis à tête ronde et écrous. Les premiers exemplaires ont sans doute été produits sans pare-flamme, mais au début de la Première Guerre mondiale, il a été constaté que le canon plus court de la « Karabiner 98A.Z » endommageait par brulure la poignée de la baïonnette.

98-84 2eme type 04Monogramme royal couronne et W (Wilhelm II), de l’empereur Guillaume II de Prusse, qui régna de 1898 à 1918 et année de fabrication

La lame avec gouttière bien proportionnée, est toujours de finition polie brillant. Le contre-tranchant près de la croisière est marqué d’une couronne au-dessus d’un W et d’une date de 15 à 18. La marque du constructeur inscrite en toutes lettres, plus de vingt, se situe à gauche.

98G 01En haut fourreau utilisé pour ce modèle

Le fourreau en acier beaucoup plus solide que les différents modèles en cuir qui l’ont devancé possède une cuvette maintenue par une vis sur le devant.

licences cotisations membres 2015

Modèle : (S 84/98 n.A.S), 1884-98 2ème type à dents de scie
Armement :
Longueur : 385 mm
Valeur : €€€ €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes (6% des modèles), à lame à dents de scie étaient destinées uniquement aux sous-officiers.

98K 2eme type 01

98K 2eme type 02Garde-flamme98K 2eme type 03

Modèle : (S 84/98 n.A.S.abg.), 1884-98 2ème type à dents de scie meulées
Armement : fusil Mauser Gewehr 98 et Karabiner 98A.Z
Longueur : 385 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Une propagande alliée fondée ou non, a affirmé que de terribles blessures avaient été infligées avec des lames à dents de scie et que désormais tous prisonniers capturés en possession de ces lames serait immédiatement fusillés. D’après ces rumeurs, il a été décidé en 1917 d’arrêter la production de la version à lame à dents de scie, et d’envoyer les lames à dents de scie aux troupes de l’échelon arrière, ou pour les troupes au front de retirer les dents. 

Dernière mise à jour le 24/08/19

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 1895 de fabrication allemande

1895 002Modèle 1895 équipé d’un porte-fourreau d’origine bulgare postérieur à la Première Guerre mondiale1895 001

1895 003Monogramme royal couronne et W (Wilhelm II), de l’empereur Guillaume II de Prusse, qui régna de 1898 à 1918 et année de fabrication

Modèle : 1895
Armement : fusil Mannlicher M1895
Longueur : 360 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Valeur : €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La société Ernst Busch, établie à Solingen en Allemagne, a fabriqué des baïonnettes modèle 1895, de 1916 à 1918, la plupart, d’entre elles, portent la marque de Prusse « W » sur « 17 » qui signifie l’acceptation dans l’armée prussienne en 1917. Une autre société bien moins connu, est Simson & Co. à Solingen, sans datation et sans poinçon de contrôle sur le pommeau, à destination de l’armée bulgare. Il est possible qu’une partie de ces baïonnettes étaient attribuées à des troupes allemandes qui ont été envoyées à l’Est, afin d’aider l’armée austro-hongroise. Ces soldats allemands auraient été armés avec le fusil modèle 1895 pour faciliter l’interchangeabilité des armes, des pièces de rechange et des munitions avec les troupes autrichiennes.

  • Le modèle le plus couramment utilisé est celui du haut.
  • Celui du bas a été fabriqué à la fin de la Première Guerre mondiale. Afin d’en réduire les coûts de production, le bouton de suspension en forme de S est maintenu au corps par deux rivets, son extrémité est dépourvue de bouterolle.

Les fourreaux utilisés pour les M1895, sont généralement fabriqués par (V & N – Vogel & Noot de Wartberg), un contractant pour les fourreaux uniquement, ou les Manufactures OEWG, FGGY. La cuvette du fourreau est maintenue au corps par deux rivets, le bouton de suspension est de forme ovale.

En 2016, le groupe Amazone a fait l’acquisition de la production de charrues de la société Vogel & Noot à Mosonmagyaróvár en Hongrie.

Les fourreaux utilisés durant la Première Guerre mondiale sont peints avec de la peinture feldgrau, après 1918 ils seront bronzés.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Bulgarie N° : BU 18 A ou Autriche-Hongrie N° : AUT 18 A.

Comparatif du système de verrouillage

1895 004Système de verrouillage allemand à gauche, austro-hongrois à droite

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 1914

modele-14-001

 

Modèle : 1914 type I
Armement : fusil Mauser Gewehr 98
Longueur : 441 mm
Poids : 375 g
Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le modèle S.14 est, à bien des égards, le premier des «Ersatz». Les autres «Ersatz» et lui ont été fabriqués parce que, tout simplement, après avoir appelé les réservistes, fin 1914, l’Allemagne se trouvait encore à court de presque un million de fusils et de leurs baïonnettes pour ces hommes …

Cette baïonnette a été mise en service le 11 novembre 1914. Son nom officiel était Interimsseitengewehr 14, ou « Interim bayonet 14 ». Le schéma formel de production avait prévu deux versions, l’une avec bague destiné au Gew.88, l’autre sans, pour le Gew.98, seul le modèle sans bague à finalement été adopté.

La production de cette baïonnette a été sous-traitée à de petites entreprises privées au lieu des grandes entreprises sidérurgiques habituelles, qui avaient probablement déjà du mal à produire assez de M 98-05.

Au moins six entreprises privées de petite taille, n’ayant aucun lien avec la fabrication de baïonnettes, ont participé à la production de la S.14. Les exemplaires que l’on rencontre le plus fréquemment ont été fabriqués par Samson Werk de Suhl, Thuringen.

modele-14-003

modele-14-002Le pommeau est brasé à la soie avec renforcement par rivetmodele-14-005Poinçon d’acceptation

La poignée est munie d’un pommeau standard avec rainure en forme de trèfle. Les plaquettes sont le plus souvent maintenues à la soie par deux rivets. Les premiers exemplaires ont été produits sans pare-flamme, mais au début de la Guerre, il a été constaté que le canon plus court de la « Karabiner 98A.Z » endommageait par brulure la poignée de la baïonnette. Par la suite, certain de ces modèles seront équipé de part-flamme avec plaquettes maintenues par vis et écrous fendus.

modele-14-004

La lame polie brillant, avec gouttière assez prononcée à extrémités arrondies, est de mème longueur que les futurs modèles «Ersatz» à poignées métalliques. Un rare modèle à dents de scie existe également.

Le fourreau est vernis laqué noir, la vis de fixation de la cuvette se situe sur le coté.

Category Archives: Z Prusse

Baïonnettes de type Ersatz

Généralité

Les baïonnettes Ersatz (substitut) contrairement à la croyance populaire, ont été effectivement réalisées au début de la Première Guerre mondiale, les usines d’armement ne pouvaient pas produire des armes assez rapidement pour faire face à l’armée en pleine expansion, et non à la fin pour faire face aux contraintes des matériaux. Au fil du temps, ces baïonnettes palliatives ont été remplacées par des baïonnettes de régulation et beaucoup de celles-ci ont été données aux forces turques. Les baïonnettes Ersatz ont été fabriquées dans divers ateliers locaux, ce qui entraîne certaines variations. Il y a plus de 80 baïonnettes Ersatz identifiées produites au cours des premières années de la guerre, soit en modifiant les lames capturées ou en utilisant des lames nouvellement faites, et la plupart peuvent être identifiées par l’utilisation de la poignées métalliques. 

Les marquages régimentaires allemands typiques inscrits sur la croisière sont assez rares, quelquefois un numéro de série y est frappé.

mauser-88Mauser modèle 1888-05 équipé avec une baïonnette Ersatz

Pour beaucoup plus de détails et d’informations, je vous conseille de lire l’ouvrage sur les BAIONNETTES ERSATZ ALLEMANDES de le Première Guerre mondiale de Christian Méry.

Variantes

allemagne-ersatz-x3-01-copie

ersatz-88Mauser modèle 1888-05 (photo trouvée sur internet)

Modèle : Ersatz
Armement : fusil Mauser M1871M1888-05, M98 et Karabiner 98A.Z
Longueur :+/- 441 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces modèles sont les plus couramment rencontrés, ils furent conçus pour être utilisés avec deux types d’armes, le Mauser modèle 1888-05 dont la fixation de la baïonnette à l’arme se trouve sur le côté droit, et le Mauser M1898 G fixation sous le canon.

allemagne-ersatz-x3-02Croisière constituée de deux piècesersatz-001Croisière constituée d’une pièceallemagne-ersatz-x3-04

ersatz-002Rainure du pommeau en forme de trèfleallemagne-ersatz-x3-05Variantes de formes de poignée

La poignée dont il existe plusieurs variantes au niveau de la forme possède un trou destiné à l’évacuation des déchets, sur ces modèles les croisières peuvent être constituées d’une ou deux pièces. La rainure du pommeau en forme de trèfle est destinée à intégrer la baguette de nettoyage du Mauser M1898 G. L’anneau de bouche est utilisé juste pour assurer une fixation correcte de la baïonnette sur le Mauser modèle 1888-05, il est inutile pour la fixation sur le Mauser M1898G.

allemagne-ersatz-x3-03Profil de lame différent

Les lames de bonne qualité, sans marquage constructeur peuvent être avec ou sans gouttière suivant les ateliers de construction.

Le fourreau le plus couramment utilisé pour ce modèle est constitué d’un corps en tôle d’acier d’assez piètre qualité, démuni de bouterole à l’extrémité et de trou d’évacuation de l’eau. Il ne comporte pas de cuvette d’entrée, le ressort de maintien fixé par une vis sur le devant accepte la lame dans les deux sens.

Variante

ersatz-oct-01

allemagne-ersatz-invalidesMauser modèle 1898 équipé de baïonnette Ersatz, photo faite au musée de l’armée aux Invalides à Paris (si vous avez l’occasion d’y aller, n’hésitez pas, cela vaut le détour !)

Modèle : Ersatz
Armement : fusil Mauser M1871M1888-05, M98 , Karabiner 98A.Z et avec adaptateur fusil Lebel, Mosin Nagant
Longueur : 444 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette a la particularité de pouvoir se fixer, grâce à un adaptateur métallique sur la poignée, à plusieurs types de fusils de prise, elle se fixe également sans problème sur un fusil Mauser de type 88 ou 98.

ersatz-oct-02

La poignée a été conçue pour être fixée sur un adapteur spécifique.

La lame de bonne qualité, sans marquage constructeur peut être avec ou sans gouttière suivant les ateliers de construction.

Variante

Modèle : Ersatz EB50
Armement : fusil Mauser M1871M1888-05, M98 et Karabiner 98A.Z
Longueur : 425 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :

La poignée avec trou d’évacuation des déchets comporte neuf stries

La poignée en acier est obtenue par un moulage partiel du bloc partiel gauche sur lequel s’encastre sur le coté droit une paquette de recouvrement comprenant l’autre partie de la croisière, l’ensemble étant fixé trois rivets. La rainure du pommeau en forme de trèfle du même type que le modèle S 98, est destinée à intégrer la baguette de nettoyage du Mauser M1898 G. L’anneau de bouche est utilisé juste pour assurer une fixation correcte de la baïonnette sur le Mauser modèle 1888-05, il est inutile pour la fixation sur le Mauser M1898G.

La lame de bonne qualité, sans marquage constructeur peut être avec ou sans gouttière suivant les ateliers de construction.

Fin d’utilisation après 1918 :

Esatz 01  Esatz 02

Modèle : Ersatz allemand raccourci
Armement : fusil Mauser Gewehr 1888-05, Gewehr 98
Longueur : env. 373 mm
ø interne de la douille : 
Valeur :  €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes proviennent des divers modèles Ersatz fournis par les allemands aux turcs, que ce soit dans le cadre d’une aide de guerre allemande ou d’un contrat d’après-guerre. L’Empire ottoman a été durement touché par le manque de matière première durant la Première Guerre mondiale. Son allié allemand lui a fourni une aide sous la forme de deux modèles de fusils, semi-obsolètes Gewehr 1888-05 et plus récents Gewehr 1898.

Ces baïonnettes s’adaptent uniquement sur les fusils allemands de type 88 ou de système 98 tous types, la lame d’origine avec ou sans gouttière est raccourcie et son profil retravaillé par amincissement progressif.

Le fourreau nouvellement conçu, en acier peint en noir, est de longueur standard enfin de s’adapter aux diverses baïonnettes transformées ou faites neuves durant les années 30. Le ressort et la cuvette d’entrée sont spécifiques au profil de chaque type de lame, la cuvette est maintenue au corps par une vis située sur la face avant. Le bouton de suspension est de forme arrondie typique des modèles turques. Il est généralement impossible de trouver un de ces fourreaux souvent mal traités en bon état.

Il existe également pour ces baïonnettes des fourreaux d’origine inconnue de type Ersatz allemand construits neufs, constitués d’un corps en tôle d’acier d’assez piètre qualité, avec ou sans bouterole à l’extrémité et de trou d’évacuation de l’eau. Ils ne comportent pas de cuvette d’entrée, le ressort de maintien fixé par une vis sur le devant.

Remarques perso :
Des vendeurs n’hésitent pas à vendre ces divers modèles pour de l’Ersatz allemand. Méfiez-vous !!

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 98-05 tous types

Modèle 98-05

Modèle : 98-05
Armement : fusil Mauser Gewehr 98 et Karabiner 98A.Z
Longueur : 502 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le modèle 1898-05, le plus courant dans l’armée allemande fut surnommé «lame de boucher, » en raison de sa ressemblance avec un couteau de boucher. Initialement ce sabre-baïonnette était destiné aux pionniers et aux troupes de mitrailleuses pour dégager la végétation et d’autres obstructions. Il fut introduit dans l’armée allemande à la fin de l’année 1905, pour remplacer le modèle 98-02 de pionniers à dents de scie. Le modèle 98-02 produit de 1902 à 1905 fut très critiqué par ses utilisateurs, car peu fonctionnel, trop long (563 mm) et surtout trop lourd.

La poignée comporte une rainure du pommeau en forme de trèfle destinée à intégrer la baguette de nettoyage du fusil. L’écrou du système de verrouillage sur le pommeau est rond. Les plaquettes sont maintenues à la soie par boulons à tête ronde et écrous fendus. Comme la baïonnette se fixe désormais sous le canon, les autorités militaires prussiennes ont jugé l’utilisation d’une douille de fixation au canon inutile, seul un embryon de celle-ci subsiste. L’absence de douille permet en autre l’utilisation du protège bouche lorsque la baïonnette est fixée à l’arme.

Au début de la Première Guerre mondiale, il a été constaté que le canon plus court de la « Karabiner 98A.Z », lors du tir endommageait par brulure les plaquettes de poignée en noyer de la baïonnette fixée au canon. A partir de 1915  il a été décidé d’installer un pare-flamme en tôle d’acier afin de protéger les plaquettes de la poignée, et de supprimer définitivement l’embryon de douille.
Les modèles de fabrication antérieur en théorie sans part-flamme, et avec embryon de douille seront désignés S98/05aA (alter Art – ancien type) pour les lames pleines, et S98/05 aA S pour les lames à dents de scie. Il existe quelque rares modèles dit transitoires avec embryon de douille assez prononcé et pare-flamme ou avec embryon de douille supprimé et sans part-flamme. Les baïonnettes nouvellement fabriquées seront nommées S98/05nA (neuer Art – nouveau type) pour les lames pleines et S98/05nA S pour les lames à dents de scie.

Monogramme royal couronne et W (Wilhelm II), de l’empereur Guillaume II de Prusse, qui régna de 1898 à 1918 et année de fabrication9805-dents-meulees-03Constructeur (Waffenfabrik Mauser AG, Oberndorf Am.Neckar), un des quarante cinq constructeurs  

La lame, avec un profil commun, fut produite en deux versions, la plus courante dite pleine fut nommée S98/05 ou S98 (ohne Säge – sans scie) et la seconde (6%) avec 29 dents de scie doubles nommée S98/05 S ou mS (mit Säge – avec une scie). 

Par rapport au modèle 1898 destiné à l’infanterie, dont la longue lame mince était sujette à la rupture, celle-ci est fonctionnelle, bien équilibrée, assez légère et très solide. Le contre-tranchant près de la croisière est marqué d’une couronne au-dessus d’un marquage spécifique pour chaque état, le plus courant étant bien sur celui du Royaume de Prusse (W).

Modèle 98-05 à dents de scie

Modèle S98/05aA (alter Art – ancien type)98-05-scieModèle S98/05nA S (neuer Art – nouveau type)

Modèle : 98-05 à dents de scie
Armement : fusil Mauser Gewehr 98 et Karabiner 98A.Z
Longueur : 502 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce très rare modèle spécifique (6%) à lame à dents de scie à été distribué aux sous-officiers, mais aussi utilisé par les pionniers comme une scie pour couper du bois.

Modèle 98-05 à dents de scie meulé

9805-dents-meulees-01Modèle S98/05 S.abg (Säge abgeschliffen – scie enlevés) 9805-dents-meulees-02

Modèle : 98-05 à dents de scie meulées
Armement : fusil Mauser Gewehr 98 et Karabiner 98A.Z
Longueur : 502 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Une propagande alliée fondée ou non, a affirmé que de terribles blessures avaient été infligées avec des lames à dents de scie et que désormais tous prisonniers capturés en possession de ces lames serait immédiatement fusillés. D’après ces rumeurs, il a été décidé en 1917 d’arrêter la production de la version à dents de scie, et d’envoyer les lames à dents de scie aux troupes de l’échelon arrière, ou pour les troupes au front de retirer les dents.

Les fourreaux :

Cuvette d’un fourreau en cuir d’un modèle standard, celle pour un modèle avec dents de scie est spécifiqueLe fourreau en cuir avec chape d’entrée et extrémité en acier poli-brillant fut fabriqué de 1905 à 1915Cuvette d’un fourreau en acierMarquages d’un des deux fabricants connus de fourreaux en acier

A partir du début de l’année 1915 le fourreau en cuir sera progressivement remplacé par un fourreau tout en acier plus résistant aux intempéries et aux rudes conditions des tranchées, celui en cuir sera fourni aux troupes de seconde ligne.

Remarques perso : 
Pour plus d’informations, ouvrage conseillé : Les baïonnettes allemandes (1898-1945) de Christian Méry.

Période d’utilisation:
Pendant la Première Guerre mondiale, en nombre très limité durant la République de Weimar, et la Seconde Guerre mondiale, re-conditionnées et utilisées par la Luftwaffe pour le personnel au sol.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première Guerre mondiale, tous ces modèles sont indispensables, la variante à dents de scie, sans pare-flamme et fourreau en cuir étant bien sur la plus rare de toutes.

Dernière mise à jour le 18/09/19.

Fin d’utilisation après 1918 :

98 05

Turquie allemande 98-05 02

turquie-98-05-02.jpg
turquie-98-05-03.jpg

Modèle : 98-05 allemand
Armement : fusil Mauser tous types (modèle 1890, 93, 03 modifiés), T 1938 ou Mauser Gewehr 98.
Longueur : +/- 370 mm
ø de la douille : 15,5 mm
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes proviennent des multiples modèles 98-05 fournis par les allemands aux turcs durant et après la Première Guerre mondiale, leurs lames ont toutes été raccourcies. On peut les rencontrer avec bague (modification turque de la croisière) ou sans. Les modèles sans bagues ont été utilisés pour les fusils Mauser de type 98. Les plaquettes striées en noyer sont systématiquement remplacées et leurs pare-flammes inutiles supprimés. Les fourreaux d’origine allemande, sont modifiés au niveau de la chape et raccourci à la longueur de la lame.

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 1898 du premier et du second type

allemangne-1998-001

Modèle : 1898
Armement : fusil Mauser Gewehr 98
Longueur : 655 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette épée-baïonnette destinée à l’infanterie fut la première baïonnette produite pour une utilisation avec le Mauser Gewehr 98.

all-1898Poignée enveloppante du premier typeallemangne-1998-003

allemangne-1998-004Poignée du second type constituée de deux plaquettesallemangne-1998-006

allemangne-1998-007Poinçons d’acceptation

La poignée comporte une rainure du pommeau en forme de trèfle destinée à intégrer la baguette de nettoyage du fusil. Ce système sera repris par la suite pour toutes les baïonnettes équipant tous les autres fusils Mauser à verrou qui sont basés sur l’action M1898. L’écrou du système de verrouillage sur le pommeau est rond. La poignée enveloppante ou les deux plaquettes, suivant le type sont maintenues à la soie par boulons à tête ronde et écrous fendus. Comme la baïonnette se fixe désormais sous le canon, les autorités militaires prussiennes ont jugé l’utilisation d’une douille de fixation au canon inutile, seul un embryon de celle-ci subsiste. L’absence de douille permet en autre l’utilisation du protège bouche lorsque la baïonnette est fixée à l’arme.

Les tous premiers modèles appelés S 98 a/A, a/A.S (dents de scie) auraient été fabriqués à partir de 1902 par l’entreprise Simson & C° avec une poignée enveloppante en noyer rainuré d’une seule pièce durant quelques mois. A partir de mai et jusqu’en septembre 1914, deux plaquettes furent utilisées simplifiant le mode de fabrication. Pour cette transformation la soie a dû être modifiée, avec une pièce en acier afin d’assurer la jonction entre la garde et les plaquettes. Ces modèles appelés (n/A, neuer Art = modèle plus récent) furent en grande partie fabriqués par (Alexander Coppel & Co., Weyersberg, Kirschbaum & Co., Solingen, Simson & Co., Suhl, Prussienne Royale Arsenal, Erfurt, Thuringen).

allemangne-1998-008Marquage  86.R.4.106 = 86ème Fusilier Regiment Reine (Schleswig-Holstein), 4ème compagnie, n° 106 

Au tout début de la guerre, on trouve généralement sur la croisière à gauche le n° régimentaire répèté sur la cuvette du fourreau.

allemangne-1998-002Monogramme royal couronne et W (Wilhelm II), de l’empereur Guillaume II de Prusse, qui régna de 1898 à 1918 et année de fabricationallemangne-1998-005Marquage d’un des dix fabricants 

La longue lame mince souvent appelée «dos épineux», assez fragiles à la torsion peut être affutée en période de combat. Le contre-tranchant près de la croisière est marqué d’une couronne au-dessus d’un marquage spécifique pour chaque état, le plus courant étant bien sur celui du Royaume de Prusse (W). Ce modèle de longueur totale de 655 mm, tout comme le modèle français équivalent Lebel 1886 (640 mm) est inadapté pour le combat à l’intérieur des tranchées. Si un fantassin plante son fusil muni de la baïonnette, à l’intérieur du corps d’un ennemi la lame de cette dernière reste généralement coincée entre les côtes. Le fusil et la baïonnette ne pouvant être retirés rapidement, le fantassin est alors exposé un laps de temps aux coups de l’ennemi.
Le très rare modèle (6%) nommé S 98 a/A.S ou n/A.S à 28 dents doubles était destiné essentiellement aux sous-officiers mais également distribué à certains soldats expérimentés de la troupe. La production de ce modèle peu conventionnel utilisé comme scie  par l’infanterie cessa elle aussi à partir de septembre 1914.

Le fourreau d’origine en cuir mince est très fragile en raison de sa longueur n’a pas été conçu pour les conditions météorologiques extrêmes des tranchées.

Un fourreau spécifique avec corps plus important et chape d’entrée spécifique fut spécialement conçu pour les modèles dotés de dents de scie. Ces fourreaux en cuir seront progressivement remplacés par de rares fourreaux en acier avec chapes d’entrée spécifiques spécialement conçues pour les modèles dotés de dents de scie.

Une des nombreuses variantes utilisées pour ce modèle

Le porte-fourreau

Remarques perso : 
Pour plus d’informations, ouvrage conseillé : Les baïonnettes allemandes (1898-1945) de Christian Méry.

Dernière mise à jour le 18/09/19.

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 1884-98, 1er type à gouttière courte

allemagne-1884-98

Modèle : 1884-98 1er type version à gouttière courte
Armement : fusil Mauser Gewehr 98
Longueur : 385 mm
ø interne de la douille :  /
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle fut le premier exemplaire de la série des couteaux baïonnettes modèle 1884-98. Lors de l’arrivée du nouveau Gewehr Mauser 98, les baïonnettes courtes modèle 1871-84 devinrent obsolètes et une grande partie de celles-ci furent reconverties. La reconversion effectuée vers 1908-1909 consistait à récupérer la lame d’origine, supprimer la bague et de remplacer le pommeau avec rainure en forme de T, par un nouveau.

Ce modèle équipa en priorité les cyclistes, le personnel des transmissions et des formations aériennes, la Landwehr en bénéficiera par la suite. Il fut rapidement abandonner au profit de la nouvelle baïonnette modèle 1884-98 2ème type.

Poignée d’un modèle 1871-84 allemagne-1884-98-05

allemagne-1884-98-06

allemagne-1884-98-11

La poignée comporte une rainure du pommeau en forme de trèfle destinée à intégrer la baguette de nettoyage du fusil. L’écrou du système de verrouillage sur le pommeau est rond. Les deux plaquettes avec trou de nettoyage, sont maintenues à la soie par boulons à tête ronde et écrous fendus. Comme la baïonnette se fixe désormais sous le canon, les autorités militaires prussiennes ont jugé l’utilisation d’une douille de fixation au canon inutile, seul un embryon de celle-ci subsiste. L’absence de douille permet en autre l’utilisation du protège bouche lorsque la baïonnette est fixée à l’arme.

La croisière possède généralement un marquage régimentaire, pour exemple le marquage 116.R.13.96 indique qu’il s’agit de l’arme numéro 96 attribuée à la 13e compagnie du 116e régiment d’infanterie. Ce marquage, en théorie est répété sur l’arrière de la garniture du fourreau.

allemagne-1884-98-02Monogramme royal couronne et W (Wilhelm), de l’empereur Guillaume Ier de Prusse, qui régna de 1861 à 1888 et année de fabrication de la lameallemagne-1884-98-03

La lame de récupération (M1871-84) fabriquée par huit constructeurs, peut être avec gouttière courte ou longue. Les lames des premiers modèles (1871-84) fabriquées avant 1888 avaient une gouttière courte, les seconds une gouttière longue qui se prolongeait jusqu’à l’extrémité. Les lames avec gouttière longue, pour une raison économique sont plus facile à fabriquer.

allemagne-1884-98-07-copie

Le fourreau en cuir souple noir avec chape d’entrée et extrémité en acier possède généralement un marquage régimentaire.

Dernière mise à jour le 01/11/19

Category Archives: Z Prusse

Baïonnette modèle 1871

Baionnette 1871

Modèle : 1871
Armement : fusil M1871 Mauser, 1871/84 et Gewehr 1888
Fixation : sur le côté droit du canon
Longueur : 600 mm
ø interne de la douille : 17,5 mm
Valeur : €€€ €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes ont été produites à partir de 1871 jusqu’en 1897, elles équipèrent l’armée d’active jusqu’en 1907. Elles ensuite ont été réutilisées accompagnées du fusil G88-05 au début de la Première Guerre mondiale et pour finir par le « Landwhr garde de prisonniers ».

Certaines baïonnettes ne possèdent aucun marquage (constructeur, régimentaire, ou de contrôle).

Double poinçons de contrôle près du bouton poussoir

modèle 1871 02

La poignée atypique en laiton moulé possède sur le coté droit dix sept stries en diagonales, tandis que le coté gauche est lisse. Le mécanisme de verrouillage avec bouton-poussoir avec lame ressort de rappel en acier est inspiré du modèle 1866 Chassepot. Contrairement au modèle 1866, dont la lame ressort est fixée avec un rivet, l’ensemble du système de verrouillage du modèle 1871, grâce à la vis qui traverse la soie est facilement interchangeable. La poignée est solidement maintenue à la soie par un gros rivet en acier situé prés de la croisière.

modèle 1871 01Ce régiment incorporait un assez grand nombre de recrues d’origine mosellane durant la Première Guerre mondiale

La croisière en forme de S, avec garde possède généralement un marquage régimentaire, pour exemple le marquage 173.R.12.150 indique qu’il s’agit de l’arme numéro 150 attribuée à la 12e compagnie du 173e régiment d’infanterie. Ce marquage, en théorie est répété sur l’arrière de la garniture du fourreau.

Les armées n’étaient pas composées uniquement de régiments d’infanterie. Vous trouverez ci-dessous une liste partielle des marquages ​​et de leurs significations.

UNE. : Régiment d’artillerie de campagne
UN F. : Régiment d’artillerie à pied
B.A. : Dépôt de vêtements (Bekleidungsamt)
B.T. : Pont de train
Ch. : Chevauleger Regiment (Bavière seulement)
RE. : Régiment de dragons
E. : Eisenbahn Regiment (Troupes de protection de chemin de fer)
E. : Ersatz – lorsqu’il est utilisé avec d’autres marques
E.A. : Cheminots (Eisenbahn Arbeiterkompagnie)
E.B. : Eisenbahn-Betreibskompagnie
F. : Fernsprecher-Abteilung (Unité téléphonique de terrain)
G. : Régiment d’infanterie de la Garde (Règlement de 1909)
G.d.C. : Gardes du corps
G.F. : Régiment de fusiliers de gardes (1909)
G.F.R. :Régiment de fusiliers de gardes (1877)
G.G. : Guards Grenadier Regiment (1909)
G.G.R. : Guards Grenadier Regiment (1877)
G.J. : Gardes bataillon jager
G.K. : Gardes Régiment Kurassier
G.M.G. : Compagnie de mitrailleuses d’un régiment de gardes
G.P. : Bataillon de pionniers de la garde
G.R. : Régiment d’infanterie des gardes (1877)
G.S. : Bataillon de tireurs d’élite des gardes
G.U. : Gardes Uhlan Regiment
H. : Régiment de hussards
H.L.Z. : Hilfslazarettzug (Aide Hospitalière – Bavarois uniquement)
J. : Bataillon Jager
L. : Régiment d’Infanterie Landwehr
L. : Landwehr (utilisé avec d’autres marques)
L. : Landsturm
LA. : Unité de dirigeable
Ldst. : Landsturm
L.Z. : Lazarettzug (Unité hospitalière – Bavarois uniquement)
M. : Colonne de munitions
M.G.A. : Unité de mitrailleuse
P. : Bataillon de pionniers
R. : Régiment d’Infanterie
R. : Régiment d’infanterie de réserve (1909)
R. : Réserve, lorsqu’il est utilisé avec d’autres marques
R.R. : Dépôt de recrutement pour un régiment d’infanterie (1909)
R.R. : Régiment d’infanterie de réserve (1877)
R.R. : Dépôt de recrutement pour un régiment d’infanterie de réserve (1909)
R.M.G. : Compagnie de mitrailleuses d’un régiment d’infanterie de réserve
s.R. : Cavalerie Lourde (Régiment Schweres Reiter)
s.R.R. : Réserve de cavalerie lourde
T. : Unité télégraphique (Prusse, Saxe, Wurtemberg, Bavière)
T. : Bataillon du train
T.B. : Colonne de boulangerie de terrain (Train-Bataillon, Feldbackereikolonne)
T.F. : Colonne d’approvisionnement (Train-Bataillon, Fuhrparkkolonne)
L.T : Hôpital de campagne (train-bataillon, Feldlazarett)
T.P. : Colonne Provisions (Train-Bataillon, Proviantkolonne)
T.S. : Compagnie sanitaire (Train-Bataillon, Sanitatskompagnie)
U. : Uhlans

All 1871 BAMonogramme royal couronne et W (Wilhelm), de l’empereur Guillaume 1er de Prusse, qui régna de 1861 à 1888, année de fabrication 1878, et poinçon de contrôle1871 baiFabrication de la lame par (Gebruder Simson à Suhl)1871 baioBaïonnette assemblée par l’Arsenal Prussien Royal à Erfurt

La lame droite comporte une gouttière sur environ les deux tiers de sa longueur. Le contre-tranchant plat près de la croisière est marqué d’une couronne au-dessus d’un marquage spécifique pour chaque état, le plus courant étant bien sur celui du Royaume de Prusse (W). Plusieurs constructeurs (18) ont fabriqué les lames de ces modèles tous assemblés par l’Arsenal Prussien Royal à Erfurt. 

Deux ré-attributions régimentairesLes agrafes de maintien des garnitures assez fragiles ne sont pas en acier, mais en laiton

Le fourreau le plus souvent rencontré possède un corps en cuir noir avec garnitures en laiton et bouton de suspension ovale. 

Dernière mise à jour le 08/10/19

Copyright © 2019 Géraldbaios