Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

admin

british_no4_Fusil Lee Enfield n°4 (photo trouvée sur internet)No4-GBEn haut, fusil Lee Enfield n°4, en bas fusil Lee-Enfield Mark III

gb clou soldatsAu premier plan fusil Lee Enfield n°4, au second plan fusil Lee-Enfield Mark III

Adopté en 1939 comme successeur du Lee-Enfield Mark III, le Lee-Enfield n°4 fut le fusil de l’armée britannique  et du Commonwealth pendant la seconde Guerre Mondiale. Le Lee Enfield n°4 était chargé par deux lames de cinq cartouches de 7,9 mm (303 British). Il était apprécié des soldats britanniques pour sa précision et par le nombre de balles, soit dix coups dans un chargeur amovible. Le canon possède cinq rayures à gauche. La hausse est graduée jusqu’à 1 189 m. Cette arme était à répétition manuelle par verrou. Sa principale version, le N°4 MkI, fut produit en masse de 1942 à 1945 en Grande-Bretagne, au Canada et aux Etats-Unis. Après la seconde Guerre Mondiale, cette arme fut légèrement améliorée. Elle est à l’origine du Lee-Enfield n°5 MK1 « Jungle Carabine »ou du rare n° 7 fabriqué à 2 500 exemplaires ainsi que de fusils de précision ou d’entraînement (Lee Enfield n°8′). Les armes encore en stock en 1956 furent converties en (calibre 7,62 x 51 mm Otan), lors de l’adoption du fusil L1A1. Rebaptisés L8, ces fusils armèrent les réservistes jusqu’en dans les années 1980.

 

N°4 SPhoto prise sur internet 

La version nord-américaine du Lee Enfield n°4 ( n°4 MK 1*) fut fabriqué à partir de 1942. Il en diffère par :

– une plaque de couche en tôle emboutie,
– une fabrication rendue plus simple pour l’aménagement de certaines pièces, l’arrêt de la tête de culasse est supprimé, ce qui modifie légèrement le mode de démontage,
– la hausse est du type Mark 2, 3 ou 4.

Sa fabrication a été réalisée en Amérique du Nord. En raison de son origine, ce fusil fut souvent appelé fusil canadien, largement utilisé par les Canadiens et par les troupes alliées équipées par les Britanniques, ce fusil ne fut pas réglementaire dans l’armée anglaise avant le 11 novembre 1946.

Ces fusils ont d’abord été montés avec des canons à cinq rayures, puis avec des canons à deux rayures aux Etats-Unis. Il existe des canons à six rayures produits après la guerre par le Canada.

Constructeurs :
Long Branch Arsenal, Toronto (Canada), 910 000 exemplaires, le numéro de série intègre la lettre L.
Savage – Stevens Arms Corporation, Chicopee Falls, Massachussetts, 1 200 000 exemplaires avec la lettre C dans le numéro de série.
Les armes fabriquées aux U.S.A. portent, en plus des marquages traditionnels, la mention U.S. PROPERTY en application de la loi prêt-Bail.

PM Sten

PM Sten MK 5 (photo trouvée sur internet)

Masse du PM Sten MK 5 : 4,2 Kg
Masse du chargeur plein : 0,7 Kg
Longueur totale : 762 mm
Calibre : 9 x 19 mm Parabellum
Vitesse initiale : 380 m/s
Portée pratique : 50 m
Cadence de tir maximale : environ 550 coups/min
Chargeur : 32 coups

.
Le PM Sten (ou Sten gun) était une famille de pistolets mitrailleurs chambrés en calibre 9 x 19 mm  largement utilisés par les britanniques et les forces du Commonwealth tout tout au long de la seconde Guerre Mondiale et de la guerre de Corée.

STEN est un acronyme, des noms des concepteurs principaux de l’arme, (Reginald V. Shepherd et Harold Turpin), et EN pour Enfield. Plus de 4 millions Stens dans différentes versions ont été faites dans les années 1940.

Très efficace à courte portée (surtout jusqu’à 100 m), le P.-M. Sten a été très populaire auprès des soldats britanniques et des résistants français grâce à son faible coût, sa taille, son poids et sa facilité de nettoyage ; il pouvait ainsi rivaliser avec les PM allemands.

En revanche, le Sten, outre sa fragilité, avait deux problèmes de fonctionnement: d’une part, il pouvait s’enrayer  facilement, d’autre part, une fois armé, il pouvait déclencher le tir à l’improviste (si l’arme chutait au sol, elle pouvait vider son chargeur toute seule). Si le second problème, dû à un crochetage incertain du levier d’armement en position arrière, n’a jamais vraiment été résolu, le premier a pu être considérablement réduit en entraînant les servants à ne charger que 30 cartouches au lieu de 32 et surtout à ne pas tenir l’arme par le chargeur (comme on le voit au cinéma ), ce qui perturbe le système d’alimentation, mais par la chemise sur le canon malgré la chaleur dégagée.

Introduit en 1944, le Sten Mk 5 était par rapport aux versions précédentes de meilleure qualité, et plus élaboré. Les modifications apportées sont, une poignée en bois verticale de type pistolet, une crosse en bois, et un système de fixation pour baïonnette n°4 au canon. 

no-5-jungle-enfield-GB

La carabine de jungle Lee-Enfield N°5 est une version raccourcie et allégée du fusil Lee Enfield N°4. Elle a été utilisée en Birmanie en 1944 jusquen 1945 par l’armée britannique en guerre contre le Japon. Peu appréciée des soldats britanniques, elle fut rapidement retirée du service et employée par la jeune armée birmane après 1948.

L1A1 GB 1959

LAIA GB

A la fin des années 1950, l’armée britannique s’aperçoit que le fusil d’essai Enfield EM2 ne donne pas entièrement satisfaction. Les autorités britanniques testent plusieurs prototypes du FN FAL dont le L1A1. Le fusil semi-automatique L1A1 SLR de calibre (7,62 x 51 mm OTAN), produit de 1955 à 1985 est la version britannique du FN FAL belge. Elle en diffère essentiellement par son impossibilité de tirer en rafale car il était très difficile de contrôler son tir en mode automatique (en rafale). Construit en Angleterre, en Australie et aux Indes, il arma et arme encore la majorité des pays du Commonwealth. Le fusil L1A1 britannique a été utilisé lors de la Guerre des Malouines en 1982 et pendant la Première Guerre du Golf en 1991.

GB SA80

Le fusil d’assaut SA80 (Small Arms pour les années 1980), à tir sélectif, fonctionnant par gaz de récupération possède un calibre de (5,56 x 45 mm OTAN). Mécaniquement, il a été dérivé de l’Armalite AR-18, qui avait été fabriqué sous licence au Royaume-Uni par Sterling Armements Compagny. Les éléments de sa conception, en particulier la configuration « bullpup », ont été inspirés par le fusil expérimental EM-2 conçu dans les années 1950. Les premiers prototypes ont été jugés en 1976, et sa production a pris fin en 1994, ses diverses variantes devraient rester en service jusqu’en 2025. 

La variante L85A1 conçu en 1985, a connu son baptême du feu lors de la Guerre du Golfe (1990-91). Souffrant d’une mauvaise réputation (fiabilité douteuse, utilisation impossible pour un gaucher) ce fusil s’est peu diffusé hors de Grande-Bretagne et n’a été vendu qu’à la Jamaïque et au Zimbabwe.

Une partie des défauts du L85A1 ont été éliminés avec l’aide de la firme allemande Heckler & Koch pour devenir le L85A2.

Voici une partie des principales baïonnettes utilisées par ce pays :

Modèle 1853, 1876, 1888, 1903, 1907, 1913, n°4, 5, 7, 9, L1A, SA80.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 Géraldbaios