Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette US M9 (Phrobis/Buck)

admin

Présentation du modèle et histoire du modèle US M9 :

La petite entreprise R & D appelé Qual-A-Tec. dirigé par Charles A. « Mickey » Finn a été créée pour équiper en divers systèmes d’armes les forces spéciales américaines. Elle a dû développer un couteau de combat pour les films de la série Rambo (1982 à 2008), ce couteau modifié deviendra plus tard le Buck-184 Buckmaster. Suite à une demande de l’armée américaine pour des baïonnettes prototypes, la société Qual-A-Tec a pris le Buckmaster et l’a modifié pour devenir la baïonnette MPBSM9. Qual-A-Tec a créé une nouvelle société « de couverture », nommée Phrobis III, pour gérer la production de ce couteau.m9 phrobis

La M9 fut adoptée officiellement en 1986, le premier contrat de fabrication a été effectif le 06 octobre, et la première livraison a eu lieu en février 1987. Le coutelier Buck Knives a fabriqué des baïonnettes M9 pour Phrobis (le bureau d’étude) destinées à l’armée américaineUne des conditions du contrat était qu’il n’y ait aucune trace sur la baïonnette qui indiquerait qui l’a réellement fabriqué. BUCK a ajouté une marque de code d’année, le chevron, en pensant que cela ne violerait pas le contrat et que cela donnerait des informations utiles.
Ils ont reçu pour instruction, par le président Mickey Finn, d’arrêter la pratique et n’ont envoyé qu’environ 1034 unités portant la marque à l’armée américaine.
Cent soixante-six pièces des 1200 pièces n’avaient pas encore été expédiées et celles-ci ont été conservées. Ces baïonnettes ont été numérotées dans l’ordre sur la droite de la lame avec des numéros impairs pour Buck et pairs pour Phrobis. Buck a vendu ses baïonnettes aux membres du Club de Buck Collectionneurs. Phrobis a fabriqué une plaque de présentation en chêne avec l’extrémité avant d’un fusil M16 attaché à elle et vendue les plaques à des collectionneurs. Ces baïonnettes, comme toutes les baïonnettes Phrobis de contrat militaire, avaient les marquages Phrobis sur le coté gauche de la lame et le coté droit était banalisée.

Buck a continué à fabriquer la baïonnette M9 en sous-traitance pour Phrobis jusqu’en 1989. A la fin du contrat il y avait une brouille entre les deux sociétés et dans le cadre du règlement, Buck a fini par remporter les droits de fabrication de la baïonnette M9 aux États-Unis. Buck n’a pas voulu racheter ou prendre le contrôle de Phrobis III, Mickey Finn, le concepteur de la baïonnette M9 et le propriétaire de Phrobis III, a continué à détenir la marque Phrobis.

m9 phrobis 02

m9 phrobis 03

Il est a noté que le M est différent entre le marquage de la deuxième génération et la troisième génération.

Suite à la décision du président Mickey Finn, la deuxième variante ne comporte plus de chevron.

Les premières baïonnettes post-Chevron M9 étaient estampées sur le côté gauche de la lame avec un marquage similaire à 3 lignes. Ce second marquage à trois lignes est rarement utilisé, car il n’a été utilisé que jusqu’à l’automne 1987. Toutes ces variantes étaient dépourvues de la référence des brevets (PAT. PEND.) la protégeant.

m9 phrobis 04

Phrobis a demandé et reçu de l’armée l’autorisation de marquer (le 16 septembre 1987) les lames avec un marquage à 4 lignes. Ce type de marquage à quatre lignes sera définitivement adopté pour cette arme. Deux variantes au niveau de l’épaisseur des lettres existent, pour résumer, il s’agit des quatrièmes et cinquièmes variantes.

Modèle M9 pour l’armée américaine produit par BUCK pour PHROBIS à partir de 1987 :

Le modèle destiné à l’armée ne possède aucun marquage sur le coté droit de la lame

Modèle : M9 fabrication PHROBIS
Armement : fusil M16
Longueur : 311 mm
Poids : 415 g
ø douille : 22 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Il y a eu cinq marques principales de M9 : Phrobis, Buck (sous-traité par Phrobis III lors du contrat initial de l’Armée), Lan-Cay, Ontario et Tri-Technologies.  

Cette version de la cinquième génération (marquage sur la lame à 4 lignes), produit par BUCK pour PHROBIS à partir de 1987 jusqu’en 1989, sera produite à 325 000 exemplaires. A la suite de cette fastueuse période, une rupture pour convenance personnelle entre BUCK et PHROBIS va suivre. Il semblerait que BUCK ait eu du mal à payer les sommes dues à PHROBIS. 

Cette baïonnette, conformément aux spécifications du gouvernement des États-Unis pour un contrat militaire, ne peut en aucun cas sortir du pays d’origine, ni être vendue à d’autres que des citoyens US.

La conception de la baïonnette M9 est inspirée du modèle russe Kalashnikov (AKM), elle remplace l’obsolète et assez fragile baïonnette M7 introduite en 1964.

Elle peut être :

  • Utilisée efficacement comme poignard de combat.
  • Accouplée au fourreau et former une cisaille capable de couper un fil électrifié (20 000 V) ou barbelé.
  • Fixée au canon de l’arme en cas de combat rapproché.
  • Utilisée comme outil capable de scier ou couper du bois, déchirer de la tôle, casser une brique, etc …)

USM9 PHROSBIS 04

Logo de la société PHROBIS, représentant un dauphinLa croisière possède deux orifices décapsuleur sur les cotés 

La poignée monobloc cylindrique verte foncée, est en matière plastique imputrescible extrêmement résistante aux chocs et à l’abrasion. Elle possède 4 cannelures longitudinales et 5 cannelures transversales qui délimitent des rectangles quadrillés. Le pommeau de type US M7, est constitué d’un système de verrouillage à l’arme utilisant deux crochets articulés par des ressorts, il est fixé à la soie par une vis à six pans creux, indémontable avec une clé européenne. 

La lame en acier inoxydable satiné à un seul tranchant est munie de 46 fines dents de scie de 72,5 mm de long, une profonde gouttière de 83 mm, aux extrémités arrondies est située sur le coté droit. Elle comporte une ouverture elliptique pour fonctionner comme coupe-fil en combinaison avec son fourreau. 

Dispositif en acier pour le coupe-fil et le tournevis à l’extrémité

USM9 PHROSBIS 06Pierre à aiguiser collée à l’arrière du corps, recouverte par une bande en toile

Le fourreau assez massif de couleur verte foncée est muni d’un corps en plastique moulé identique à la poignée. En cas d’utilisation comme coupe-fil électrifié, il est naturellement isolé du courant. Le premier modèle développé pour l’armée, possède sur le devant une poche à rabat en tissu, fermée par un bouton-pression. Cette poche est en théorie destinée à l’emport d’un chargeur supplémentaire de pistolet ou d’un couteau pliant, mais peut servir, au choix de l’utilisateur au transport d’autres objets.

USM9 PHROSBIS 08Système d’attache rapide en plastique développé par FastexL’agrafe en plastique permet de détacher facilement le corps du fourreau en cas d’utilisation de la baïonnette comme coupe-fil 

USM9 PHROSBIS 07Fourreau conçu par Bianchi L’agrafe amovible en acier permet de détacher facilement du ceinturon la baïonnette et le fourreauakm-01-002Porte-fourreau russe, lui aussi conçu pour se détaché du fourreau assez rapidement

Le porte-fourreau, comparativement au modèle russe simplifié utilisé pour les fourreaux de Kalashnikov (AKM), le modèle de fabrication US a un coût de fabrication bien plus élevé.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les variantes de baïonnettes M9 dans une collection sont toutes intéressantes, celle-ci du fait de sa rareté encore plus. Pour rappel, cette baïonnette, conformément aux spécifications du gouvernement des États-Unis pour un contrat militaire, ne peut en aucun cas sortir du pays d’origine, ni être vendue à d’autres que des citoyens US.

Modèle M9 à usage commercial produit par BUCK pour PHROBIS à partir de 1987 :

USM9 PHROSBIS 01

Modèle : M9 fabrication PHROBIS
Armement : fusil M16
Longueur : 311 mm
Poids : 415 g
ø douille : 22 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Il y a eu cinq marques principales de M9 : Phrobis, Buck (sous-traité par Phrobis III lors du contrat initial de l’Armée), LanCay, Ontario et Tri-Technologies. 

Ce modèle à usage commercial a été produit par BUCK 1987 jusqu’en 1997.

USM9 PHROSBIS 02

Toutes les baïonnettes M9 avec la marque BUCK 188 avec marquage (Year Symbol) sur la face opposée sont des modèles à usage commerciaux.

Correspondance de l’année et du symbole

La baïonnette est identique au modèle produit pour Phrobis, la croisière ne possède évidement pas de logo de la société PHROBIS, représentant un dauphin.

Le fourreau et le porte-fourreau sont identiques aux modèles utilisés pour Phrobis, mais le fourreau est démuni de poche sur le devant.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les variantes de baïonnettes M9 dans une collection sont toutes intéressantes.

Message traduit d’un forum US :

« … Bien que BUCK 188 n’ait jamais fait partie du contrat conclu entre l’armée américaine et Phrobis, des baïonnettes commerciales ont pénétré dans le système d’approvisionnement de manière officieuse. Celles-ci ont été achetées à titre privé par des militaires, mais leur nombre a augmenté avant l’opération Desert Storm / Shield en Irak. Le M9 étant destiné aux forces aéroportées et de combat, les autres voulant un M9 auraient pu acquérir un BUCK 188 à la base PX, etc. Une autre façon dont le BUCK 188 est entré dans le système d’approvisionnement est par le biais de soldats qui « échangeaient » intentionnellement leur message délivré, le Phrobis M9, avec un BUCK. 188. Lorsque le M9 a été diffusé pour la première fois, les civils ne disposaient pas d’exemples de contrats militaires ou un GI avait peut-être voulu conserver son M9 émis en souvenir de son temps de service, de sorte qu’un échange a été effectué. Les M9 sont devenus un problème avec les unités aéroportées de Fort Bragg, en Caroline du Nord. Un ordre a été émis : si un soldat « perdait » son M9, il perdrait également une rangée de rang!. On peut comprendre pourquoi aucun militaire ne voulait se retrouver dans cette situation, si c’était le cas, il achetait rapidement un BUCK 188 pour remplacer son Phrobis M9 manquant. Quand le moment est venu pour le soldat de changer ou de quitter le service et de remettre son équipement pour le ravitaillement, je peux à peu près garantir (sur la base de ma propre expérience) qu’aucun commis aux approvisionnements n’allait jamais regarder par-dessus cette baïonnette, comme étant retournée … … « .

Modèle utilisé par les Pays-Bas

Lorsque les forces armées néerlandaises ont reçu les fusils d’assaut Diemaco C7 et les carabines d’assaut C8, elles ont également reçu une nouvelle baïonnette. Cette baïonnette était incluse dans le contrat avec la société Diemaco au Canada.Puisque Diemaco ne fabriquait pas elle-même des baïonnettes, celles-ci ont été achetées à la société Buck aux États-Unis.

Ces baïonnettes M9 néerlandaises sont identifiables par le numéro « KL » sur le ricasso. Le numéro de série d’une baïonnette néerlandaise M9 commence par KL avec un numéro à cinq chiffres, qui commence toujours par un zéro. De l’autre côté du ricasso sont marqués Buck 188 USA et le symbole de l’année (« \ » pour 1994).

Les forces armées néerlandaises n’appelaient pas cela une baïonnette mais l’appelaient un couteau de combat polyvalent (« Multifunctioneel Gevechtsmes ») en raison de son rôle multifonctionnel et du fait qu’il était contraire à certaines conventions d’utiliser une baïonnette à lame de scie. Ainsi, au lieu d’appeler cela une baïonnette (ce qui était en fait), les Néerlandais l’appelaient un couteau (qui n’était pas lié aux conventions).

Les soldats hollandais n’étaient pas très satisfaits de la qualité de cette baïonnette, car elle se cassait souvent en deux en l’utilisant. La zone principale de rupture avec les baïonnettes M9 était celle où la tige de liaison était connectée à la lame. Un autre facteur négatif de la baïonnette M9 était l’acier «doux» de la lame. Lorsque la baïonnette et son fourreau étaient utilisés comme coupe-fil, il laissait souvent des bosses dans le bout de la lame. De plus, le coupe-fil en métal au bout du fourreau se brisait souvent en coupant des fils de fer barbelés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 Géraldbaios