Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette modèle AR 10

admin

baïonnette AR10

pays-bas-ar-10-02.jpg

pays-bas-ar10-05.jpgPetit marquage sur la lame près de la croisière (Artillerie Inrichtingen)portugal-matsen-004.jpgPoignée en aluminium en haut, en bois en bas

Modèle : AR-10
Armement : fusil AR-10
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 305 mm
Poids : 300 g (alu)
           : 275 g (bois)
ø Douille : 21,5 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces très rares baïonnettes fabriquées aux Pays-Bas à (Artillerie Inrichtingen Hembrug) ont principalement été utilisées par l’armée portugaise (1 556 exemplaires) en 1960.

Les exemplaires utilisés par le Portugal possèdent une poignée en bois d’une seule pièce, fixée à la soie par deux vis et écrou fendus. Ceux utilisés par le Guatemala sont munis de deux plaquettes en aluminium peint, fixées à la soie par deux rivets soigneusement arasés. Le pommeau droit avec verrouillage classique sur le coté gauche, ainsi que la croisière sont fixés à la soie par deux petits rivets. La lame anti reflets est dépourvue de gouttière, elle possède un profil très simplifié, à simple tranchant et contre-tranchant affûté sur une grande portion vers la pointe, elle est beaucoup moins effilée que le modèle US M4. Comme la majorité des pays industrialisés, à la fin des années 50, cette baïonnette assez robuste, a été conçue pour être utilisée comme poignard de combat.

Lorsqu’il n’est pas réparé, le fourreau utilisé pour cette baïonnette est un modèle de « type M8 A1« , dépourvu d’un double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique moulé vert olive sans renfort à l’extrémité. La chape en tôle d’acier phosphatée, est maintenue sur le corps par sertissage. Cette chape sans aucun marquage est équipée à l’arrière d’une cornière en acier. Elle sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est maintenue par deux rivets emboutis, elle forme le passant de ceinturon. Pour terminer, une sangle de maintien qui se verrouille grâce à un bouton pression, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Période d’utilisation :
Ces poignards-baïonnettes ont été utilisées jusqu’en 1975 par les bataillons de parachutistes portugais, lors des Guerres coloniales portugaises.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
La plupart des baïonnettes non utilisées, stockées aux Pays-Bas ont été détruites par l’armée néerlandaise, et beaucoup ont été perdues en Angola et au Mozambique de ce fait elles sont devenues très rares. Ces deux modèles sont bien sur indispensables dans une collection.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 Géraldbaios