Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette modèle CETME L

admin

Modèle : CETME L
Armement : fusil CETME Modèle L
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 355 mm
Poids : 410 g
ø interne de la douille : 22 mm
Valeur :  €€
Rareté :  che1valierche1valier
Remarques :
CETME est l’acronyme de Centro de Estudios Técnicos de Materiales Especiales (Centre d’Études Techniques des Matériaux Spéciaux). CETME était l’établissement de conception et de développement de gouvernement espagnol où le concepteur allemand, Ludwig Vorgrimler, a modifié le fusil d’assaut allemand StG45 (M) pour créer le CETME.

cetme bAncien poinçon de l’entreprise Nationale de Santa Barbara à Tolède et de l’Instituto Nacional Industria (INI), de la première version Nouveau poinçon (SB) Santa Barbara, à Tolède et (INI) de la seconde version

Santa Barbara National Company

En 1949, l’Institut national de l’industrie (INI) créa le Centre d’études techniques sur les matériaux spéciaux (CETME), chargé de la recherche et du développement des armes. En 1960, l’INI a créé la Société par actions de la Société nationale des industries militaires de Santa Barbara, chargée de la fabrication et de la commercialisation d’armes pour les forces armées. Le premier président de la compagnie nationale Santa Barbara était le lieutenant général Juan Antonio Suanzes.

Santa Bárbara Sistemas a été achetée au gouvernement espagnol par General Dynamics Corp. en 2001.

Usine d’armes de Tolède (1761-1996)

A partir des années 1960, l’usine d’armement de Tolède commence à devenir obsolète, le nombre de travailleurs est réduit au cours des décennies suivantes, jusqu’à sa fermeture définitive en 1996.

CETME baio LFusil d’assaut CETME L (photo trouvée sur internet)CETEME L 04

La poignée monobloc ronde en plastique vert comporte onze rainures. Le système de fixation de la baïonnette à l’arme s’effectue grâce à un bouton poussoir spécifique à ce modèle. Le tenon du porte-baïonnette pénètre à l’intérieur d’une rainure verticale au pommeau qui comporte une partie mobile avec ressort de rappel, cette partie mobile est destinée à éviter l’intrusion des déchets. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont peintes en noir.

En haut seconde version, en bas première

Deux versions de ce modèle existent, la première comporte un pommeau et une croisière fixés à la soie par (deux fois deux) petits rivets bombés.
Pour la seconde la plus rare, le pommeau et la croisière sont fixés par deux goupilles creuses. Le pommeau ne comporte plus les quatre petits usinages destinés à faciliter la mise en place correcte des quatre rivets bombés, le coût de fabrication de la baïonnette en est ainsi un peu réduit. On peut remarquer le jeu plus important au niveau de l’ajustage du mécanisme mobile du verrouillage.

La lame assez robuste, mesurant 225 mm, dépourvue de gouttière, possède un profil simplifié à simple tranchant et contre-tranchant affûté sur environ un peu moins de la moitié de celle-ci.

CETEME L 02

Elle comporte à gauche prés de la croisière un n° de série : ET suivi de cinq chiffres suivis d’une lettre. Sous ce n°, le poinçon de l’usine de Santa Barbara.

CETEME L 03 Poinçon de l’armée de terre (première version) Poinçon de l’armée de terre (seconde version)

Sur le coté droit, elle comporte le poinçon de l’armée de terre (épée), ou plus rarement celui de la marine (ancre).

Le fourreau de la seconde version en bas, comporte deux renforts de consolidation sur la cornière

Le fourreau est constitué d’un corps en plastique moulé vert, avec trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer, un orifice est prévu pour le passage du lacet de maintien. La cornière à l’arrière servant de point d’appui à la suspension attelée est fixée à la chape par deux petits rivets. La suspension en coton tissé munie de double crochet est maintenue sur la cornière par deux gros rivets plats. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un gros rivet plat sur la suspension.

Quelque fois, il est possible de trouver accroché à la bague, cette étiquette d’inventaire espagnole. Elle comprenait le numéro de nomenclature OTAN du modèle : 1095-33-000-0293, la description: Cuchillo-Bayoneta (couteau-baïonnette), et le n° de série propre à la baïonnette ET 35243 A.

Période d’utilisation :
Très courte, le modèle L du fusil CETME n’était pas apprécié et son rendement aurait été médiocre pendant la guerre du golfe Persique de 1990 à 1991. Les tentatives faites après la guerre pour réduire les coûts de production ont exacerbé les problèmes du fusil, ce qui a conduit à l’adoption du fusil Heckler & Koch G36 en 1999 et à la retraite précipitée du CETME Model L.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Longtemps resté introuvable, ce modèle qui a fait son apparition dans les surplus il y a peu de temps est idéal pour débuter une collection.

Dernière mise à jour le 31/10/19


Copyright © 2019 Géraldbaios