Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Couteau multifonctions modèle 1950

Casque belge modèle FN 49

Longueur :
Poids : 140 g

Valeur : €
Rareté : che1valierche1valierche1valier

Ce couteau militaire multifonctions pour la marine est apparu dans les années 1950, il est fortement inspiré du modèle anglais « Jack Knife » de la Seconde Guerre mondiale. Les plaquettes en Bakélite sont finement quadrillées afin d’améliorer la prise, l’extrémité est munie d’un anneau de suspension.

Présence d’un gros épissoir pour défaire les noeuds

Inscriptions sur la lame : ABL, année de fabrication (1950,51), et nom du fabriquant belge (Colasse, Colin Winand ou Libert).

Il existe aussi des couteaux fabriqués sous licence code : CC. 0530 fabriqué en Grande-Bretagne, ou ZM ancre FN fabriqué en Allemagne à Solingen pour la marine.  ZM signifiant : Zee Macht – Force navale en néerlandais, FN : Force navale en Français.

Le 17/06/22.

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Baïonnette modèle 1916 à lame à double tranchant (courte)

Longueur : 469 mm
ø interne de la bague : 15,5 mm

Armement : Mauser belge modèle 1935 ou 89/1936

Valeur :  €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cet exemplaire en provenance du Zaïre (ex Congo belge) a été utilisé par l’armée belge ou par l’armée locale.

Il est possible de trouver d’autres exemplaires récupérés par la Wehrmacht avec la carabine Mauser 1935 (clone du 98K). Ceux-ci possèdent une lame de 280 mm de longueur environ, avec un matricule à trois chiffres sur la croisière répété sur le bouton de suspension du fourreau. La bague est systématiquement supprimée si son diamètre interne est supérieur à 17,4 mm.

Voir : Baïonnette M-1916 à double tranchant.

La lame de finition bronzée a simplement été raccourcie en longueur dans les années 1930.

Le fourreau est construit neuf, sa longueur est de 360 mm.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) belges N° : BE 19 E.

Le 16/01/21.

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Baïonnette modèle 1924

Longueur : 380 mm
ø interne de la douille : 15,5 mm
Poids : 360 g

Armement : fusil et carabine M-24, 24-30, 1934,1946

Valeur :  €€
Rareté :   che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Entre les deux Guerres mondiales, l’Allemagne n’ayant plus le droit de produire d’armement, la FN belge de Herstal produit pour l’exportation pour plus de trente pays, une famille de fusils et carabines de type Mauser 98. Ces armes furent exportées notamment en Amérique Du Sud, au Congo Belge, en Arabie, Estonie, Lettonie, Pays-Bas, etc …).

Cette baïonnette a donné naissance au M-1948 yougoslave, à ne surtout pas confondre.

La poignée de finition bronzée possède un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de trèfle, sa conception lui permet de s’adapter à toutes les armes de type Mauser 98. Les plaquettes sont maintenues entre elles par vis à tête ronde fendue et écrous fendus. Généralement un n° de série est inscrit sur la croisière, il est répété sur le bouton de suspension du fourreau. Il est impossible, sans connaitre les diverses affectations des armes, de déterminer à quel pays où ce modèle était destiné.

La lame de finition bronzée dépourvue de marquage comporte une gouttière sur chaque face.

Le fourreau de finition bronzée est muni d’une cuvette maintenue au corps par un rivet. Le bouton de suspension comporte quatre stries comme le fourreau allemand M-1884-98 (2ème type).

Comparatif des fourreaux

En haut modèle 1924 belge, en bas modèle 1948 yougoslave

Période d’utilisation :
Le modèle en ma possession a bien été utilisé, malheureusement j’ai très peu d’information sur la période d’utilisation et le lieu.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Bien plus rare que le modèle 48 de fabrication yougoslave, celui-ci ne se rencontre que très rarement.

Le 13/01/21.

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Baïonnette modèle 1916 à lame à double tranchant

Longueur : 570 mm
ø interne de la bague : 17,4 mm ou 15,5 mm
Poids : 440 g

Armement : fusil FN Mauser M-1889, Mauser belge M-1935, M-89/1936

Valeur :  €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Les baïonnettes M-1916 ont été produites de 1916 à 1918 à la Manufacture d’Armes de l’Etat (fabricant d’armes de l’État): abrégé MAE. Pendant la Première Guerre mondiale, Liège avait été envahie en 1914, de sorte que MAE exploitait des usines temporaires à Calais en France, et Birmingham en Angleterre.

Le marquage sur la croisière « 3 ChA » indique une utilisation par le 3ème bataillon de Chasseurs Ardennais. Le Chasseurs Ardennais unité d’élite combattit intensivement dans la bataille de Belgique, du 10 au 27 mai 1940.

modèle 1916 08Rainure au pommeau en forme de Tbelgique mle 1916 02A gauche bague de diamètre interne d’origine à 17,4 mm baguée à un diamètre interne de 15,5 mmModèle 1916 05Fixation de la croisière à la soie par rivetage (Photo trouvée sur internet)modèle 1916 06Fixation de la croisière à la soie par soudure

La poignée de finition bronzée est munie d’un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de T, les plaquettes sont maintenues entre elles par vis à tête à deux trous et écrous. Ils existent deux diamètres internes de la bague, pour une utilisation à la fois sur les vieux fusils et carabine M-1889 (ø 17,5 mm) ou pour les Mauser belges M-1935 ou M-89/1936 (ø 15,5 mm). Pour la fixation de la croisière à la soie, deux procédés ont été utilisés, celui que l’on rencontre le plus couramment est réalisé par soudage, l’autre par rivetage pour les premiers modèles fabriqués.

Deux types de départs du méplat de lame existent

La lame de bonne qualité, de finition bronzée probablement réalisée vers 1935, est droite, à double tranchant symétrique séparé par un méplat médian.

Le fourreau s’amincit progressivement jusqu’à son extrémité, la cuvette d’entrée avec ressort interne est maintenue par deux vis.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) belges N° : BE 19 E.

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Baïonnette FAL tubulaire (type C)

Longueur : 290 mm
ø interne de la douille : 
22 mm

Armement : fusil FN FAL 
Fixation : la poignée entoure le cache-flamme du canon

Depuis 1962, la société belge FN-Herstal fournit aux forces armées néerlandaises leur FAL « Fusil Automatique Léger ». Cette arme est devenue très favorable parmi les soldats néerlandais en raison de sa fiabilité, de sa « puissance de freinage » et de sa précision.

Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

La variante utilisée par les Pays-Bas est munie d’oreilles de verrouillage striées, voir Belgique (Baïonnette FAL type C).

Double crochet de type US

Le fourreau néerlandais peut être identifié par un corps en acier peint en noir, avec une sangle de ceinture en toile verte maintenue par deux rivets.

Le 02/06/21.

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Baïonnette M-1895 de cavalerie raccourcie Seitengewehr (104 h)

Longueur : 400 mm pour ce modèle
ø interne de la douille : 13,6 mm

Armement : Carabine Mannlicher néerlandais n°3 et n°4

Le 04 décembre 1895, l’armée hollandaise adopte un nouveau fusil (calibre 6,5 x 53,5 R) qui sera utilisé, en Europe jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Après l’invasion allemande des Pays-Bas (mai 1940), de nombreuses carabines modèle n°3 et n°4 furent récupérées et réutilisées.

Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle qui d’origine mesurait 607 mm, peu fonctionnel a été raccourci et fourni aux volontaires néerlandais qui avaient rejoint l’armée allemande (SS-Westland Regiment) et d’autres régiments allemands. Il est à noté que plusieurs profils de coupe de lame existent et leurs longueurs peuvent varier légèrement. Deux constructeurs ont produit ces baïonnettes, Alexander Coppel à Solingen (balance et lettre AC) Allemagne, et (Hembrug) Pays-Bas.

La poignée avec son pommeau atypique tourné d’un quart (1/4) a spécialement été conçue pour la carabine de cavalerie n° 3, afin d’éviter que le bouton de verrouillage de la baïonnette fixée à l’arme endommage les vêtements du soldat. Le pommeau avec rainure en forme de T, intègre la baguette de l’arme d’environ 40 mm. Les plaquettes sont maintenues entre elles par deux gros rivets en acier soigneusement arasés. La croisière des modèles produits avant 1900 est pourvue d’un crochet, il a ensuite disparu du mode de fabrication.

Pays-Bas cavalerie 1895 05

La lame après raccourcissement adopte un profil massif et très disgracieux, elle est dépourvue de tranchant.

Marquage hollandais (HEMBRUG)B1233-3.jpgMarquage allemand Alexander Coppel à Solingen (balance et lettre AC)

Marquage du fabricant :

Le marquage des deux fabricants se situe sur le côté gauche de la lame.

Marquage d’inspection :

Le marquage d’inspection se situe sur le côté droit de la lame, il se compose d’une couronne au dessus d’une lettre  B, E, H, T, Z, O, S, L, W (et une couronne sans lettre).

Il a été remarqué que beaucoup des baïonnettes M-1895 fabriquées par le fabricant autrichien OEWG (Steyr) étaient marquées d’un symbole d’inspection Crown-T et que les fabricants allemands WK & C. et Alexander Coppel étaient souvent marqués d’un timbre d’inspection Crown-B. Voir Baïonnette M-1895 (infanterie).

Pays-Bas cavalerie 1895 06

Le fourreau, en cuir de couleur brune,lui aussi raccourci est dépourvu de cuvette d’entrée en acier, l’extrémité est simplement fermée par points de couture.

En haut : M-1895 d’infanterie, en bas de cavalerie

Le porte-fourreau attelé utilisé pour ce modèle est maintenu au corps par neuf rivets en laiton. Deux rivets sont utilisés pour la fixation de la sangle de maintien de la poignée de la baïonnette et trois rivets pour former la boucle de ceinturon. La plupart sont marqués avec le même numéro de série que la baïonnette, mais sans chiffre.

Sa longueur est beaucoup plus courte que le modèle utilisé par l’infanterie, ceci afin d’éviter qu’il se balance dans les rayons des roues du vélo. Pour info la carabine n°4 était théoriquement destinée au Bicycle Corps, au service des transmissions et aux mitrailleurs.

Période d’utilisation :
Ces baïonnettes ont été utilisées par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale en 1942 et par les troupes de l’échelon arrière allemand et les volontaires néerlandais.

Selon un document allemand original daté du 23 novembre 1942, les allemands ont renommé la baïonnette « fusil » M-1895 et l’ont appelée Seitengewehr 104 (h). Ce document mentionnait que les lames M-1895 devaient être raccourcies à 280 mm ainsi que leurs fourreaux en cuir.

Aperçu des noms allemands de la Seconde Guerre mondiale pour les baïonnettes néerlandaises M-1895 :

Seitengewehr 101 (h) = M-1895 baïonnette « rifle » (avec crochet)
Seitengewehr 102 (h) = M-1895 baïonnette « rifle » (sans crochet)
Seitengewehr 104 (h) = M-1895 « Carbine No.3 & No.4 »

Le 04/06/21.

Category Archives: Z (liens) Belgique, Pays-Bas

Baïonnette pour fusil modèle 1822

Longueur : 525 mm
ø interne de la douille : 21,8 mm
Longueur de la douille : 
68,2 mm

Poids : 345 g

Armement : fusil modèle 1822-42 français

Valeur :  €€€ € avec fourreau
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Le fusil français modèle 1822 a été fabriqué avec une platine à silex sous Louis-Philippe, a été modifié en 1841 à percussion au cours de son règne, puis en 1860 a vu son canon rayé sous Napoléon III. Ses dérivés ont été utilisés par de nombreux pays européens jusqu’à la fin du 19ème siècle.

Cette baïonnette de fabrication néerlandaise est de constitution pratiquement identique à la baïonnette française du même modèle, mais comparativement, celle-ci semble être de meilleur qualité de fabrication.

Poinçon de réception

La douille est à triple fente et virole médiane. Lors de la fabrication de la baïonnette, la douille et la lame sont fabriquées indépendamment et ensuite soudées ensemble.

Tenon de fixation de baïonnette, fusil M-1822Baïonnette M-1822 française fixée sur un fusil M-1777

Après la mise en place de la baïonnette, l’utilisateur tourne la lame d’1/4 de tour dans le sens des aiguilles d’une montre, l’avance vers lui de manière à intégrer le tenon situé sous le canon, et tourne d’1/4 de tour la virole à l’inverse des aiguilles d’une montre, la douille est ainsi verrouillée. Ce système de fixation a comme désavantage, à cause de la baguette de nettoyage située sous le canon, de déporter la lame, dans ce cas à droite, ce qui nuit à l’équilibre de l’arme au moment du tir.

La lame en acier trempé, puis recuite est de forme triangulaire, les deux pans extérieurs sont munis de deux profondes gouttières, la face supérieure est pratiquement plane.

Le 09/06/21.

Copyright © 2022 Géraldbaios