Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 91-30

Longueur : 504 mm
ø interne de la douille : 15,3 mm

Armement : Mosin-Nagant M-91-30

Valeur :  €€€
Rareté : 
 che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Les baïonnettes russes M-1891-30 utilisées par la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale sont munies d’un fourreau en cuir.

Le fourreau en cuir est de fabrication roumaine.

Période d’utilisation:
Pour info : Le fusil Mosin Nagant M-1891/30 a été utilisé dans les bataillons de travail roumains entre 1945 et 1989.

Dernière mise à jour le 14/05/20.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1935 (Hon)

Variante pour l’infanterieDSCF2721.JPGDSCF2719Variante pour la cavalerie

Longueur : 478 mm
ø interne de la douille : 18,4 mm

Armement : fusil 35M

Valeur :  €€€ €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce très rare modèle de fabrication hongroise, se fixe au fusil avec une seule main de la même manière que la baïonnette (M-1886 Lebel).

DSCF2723.JPGDSCF2727.JPGDSCF2725.JPGPoint de mire sur la douille spécifique au modèle utilisé par la cavaleriePoignée d’un modèle utilisé par l’infanterieDSCF2729.JPGDSCF2733.JPG

La poignée en bois d’une seule pièce, en cas de détérioration peut se remplacer facilement. Le pommeau se dévisse afin de permettre le remplacement de la poignée, lors de la mise en place sur l’arme, il intègre un tenon sur l’extrémité de l’arme. Le verrouillage à l’arme s’effectue grâce au bouton poussoir quadrillé situé sur une virole qui pivote autour de la poignée, son rappel est assuré par un ressort intégré. La douille assez massive comporte une encoche destinée à intégrer le guidon de l’arme. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont bronzées.

Les variantes de poignées des baionnettes destinées au sous-officier se distinguent par un crochet sur la croisière et un anneau de fixation de la dragonne au pommeau.

Il existe quatre variantes de poignées pour ce modèle :

  1. Modèle 35 d’infanterie
  2. Modèle 35 d’infanterie de sous-officier
  3. Modèle 35 de cavalerie
  4. Modèle 35 de cavalerie de sous-officier

La lame très robuste est de section cruciforme à son départ et aplanie à son extrémité.

DSCF2732.JPG

Le fourreau muni d’une cuvette avec ressort interne qui épouse le profil de la lame est recouvert de sa peinture verte d’origine.

Remarques perso :
Merci à Daniel pour les photos car je ne possède aucuns de ces modèles. Hélas …

Dernière mise à jour le 14/05/20.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1895 (Hon)


Longueur : 360 mm
ø interne de la douille : 15 mm

Militaire hongrois

Armement : fusil Mannlicher M1895 converti en carabine M1895/30

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Autriche 1895-30Modèle 1895/30 (photo trouvée sur internet)

Entre les deux Guerres mondiales, l’Autriche, la Bulgarie la Hongrie ont converti la majorité de leurs fusils Mannlicher M-1895 utilisés lors de la première Guerre Mondiale en M-1895/30  pour tirer une cartouche plus puissante de calibre 8×56 mmR.

Au Royaume de Hongrie la conversion a été effectuée par FEG à Budapest de 1931 à 1935. Les fusils longs ont été coupés à la longueur de la carabine et désigné 31 / AM. Ils n’ont pas été utilisés longtemps et ont été retirés du stockage lorsque le nouveau fusil fusil 35M a été introduit.

Les baïonnettes utilisées avec ces armes sont identiques aux baïonnettes modèle 1895  utilisées durant la Première Guerre mondiale.

Dernière mise à jour le 29/04/21.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1928 datée 1939

Longueur : 382 mm

Armement : carabine wz.98 awz.1929

Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Il existe quatre types de baïonnettes de construction polonaise conçues entre (1922 et 1928). La WZ 22, WZ 24, WZ 27, WZ 28, (« WZ » est une abréviation du mot «wzorowy» qui signifie modèle).

pologne mle 28 0004Poinçon de réception allemand

Cette baïonnette récupérée après 1939 par les allemands appelée communément « modèle de mobilisation » possédait à l’origine une douille, elle était en tout point de vue identique au modèle WZ-28. La différence est uniquement au niveau de la date de fabrication 1939. Lors de la transformation toutes les parties métalliques de la baïonnette ont été bleuies.

Il est à noter que la plupart des lames de ces modèles ont été aiguisées grossièrement lors de la mobilisation générale de l’armée polonaise.

allemagne-chappe-de-fourreau

Le fourreau utilisé pour ce modèle est allemand M-1884-98 du 3ème type, la vis de maintien de la cuvette/ressort se situe sur le côté, à partir de 1941, les quatre stries sur le bouton de suspension ont été supprimées.

Période d’utilisation :
Utilisée durant une très courte période lors de l’invasion russo-allemande de la Pologne en 1939. Les fusils wz.29 avec leurs baïonnettes capturés ont également été utilisés par la Wehrmacht sous le nom de Gewehr 298 (p).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les baïonnettes de type WZ sont devenues très rares, elles sont bien sûr indispensables dans une collection, seul hic leur prix d’achat est assez élevé.

Dernière mise à jour le 02/05/20.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1928

Longueur : 382 mm
ø interne de la douille : 15,5 mm

Armement : carabine wz.98 awz.1929

Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Il existe quatre types de baïonnettes de construction polonaise conçues entre (1922 et 1928). La WZ 22, WZ 24, WZ 27, WZ 28, (« WZ » est une abréviation du mot «wzorowy» qui signifie modèle). La mise en service en 1929 d’un nouveau fusil polonais de système Mauser s’est accompagnée de l’adoption d’une nouvelle baïonnette sous la dénomination de modèle 1928.

Cette baïonnette est de constitution différente du M-1884-98 (2ème type) allemand, la soie et la lame sont réalisées d’une seule pièce ensuite le pommeau est mis en place sur la soie.

Deux constructeurs ont réalisé ce modèle, Société usine motorisé « Perkun » SA Varsovie (Warsaw Perkun moto d’usine) et PFB à Radom (Arms Factory Radom).

La poignée est munie d’un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de trèfle, sa conception lui permet de s’adapter à toutes les armes de type Mauser 98. Le pommeau est muni d’un bouton de verrouillage fendu et ne porte aucun marquage. Les plaquettes sont maintenues entre elles par boulons à tête ronde dentée situés à droite et écrous fendus. Certain de ces modèles sont dotés de part-flamme, dans ce cas les plaquettes un peu moins épaisses ne sont pas compatibles avec un modèle sans.

Entres les deux guerres, le combat à la baïonnette était très en vogue dans l’armée polonaise et tenait une place considérable dans l’entrainement du fantassin. Les retours d’expériences démontrèrent une fragilité au niveau du système d’assemblage au fusil dû au manque de bague sur la croisière des précédents modèles 22, 24, et 27. Afin de palier à cette faiblesse, la croisière affinée de 2,2 mm est désormais munie d’une bague destinée à consolider la fixation au canon.

La finition d’ensemble de la baïonnette est polie brillant.

Le n° de série de l’arme est suivi d’une lettre1928 02

La lame de très bonne qualité, très robuste est munie d’une large gouttière sur chaque face, par rapport au modèle 24 et 27, celle-ci est un peu plus large.

Elle porte sur le côté droit, l’inscription F.B. Radom, chiffre 2 sous lettre D dans une ellipse ou lettre J. Il existe aussi un marquage Perkum avec lettre M dans un triangle et lettre E dans une ellipse. Sur le coté gauche, l’aigle polonais et les initiales W.P., parfois l’aigle et la date 1939.

Le fourreau est muni d’une cuvette/ressort maintenue sur le corps par deux petits rivets, le bouton de suspension ne comporte pas de stries, sa finition est bronzée laquée, ou après 1936 de couleur vert olive. Ce fourreau grâce à sa cuvette plus large est compatible avec les baïonnettes WZ 22, 24, 27.

Beaucoup de baïonnettes polonaises ont été récupérées par les allemands après 1939, ce type de fourreau est compatible avec la lame d’une baïonnette 1884-98 (3ème type).

Remarques perso :
Pour ne pas confondre ce modèle avec un autre de type WZ, il doit être pourvu d’une bague et posséder un écrou de verrouillage fendu.

Période d’utilisation :
Utilisée durant une très courte période lors de l’invasion russo-allemande de la Pologne en 1939.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les baïonnettes de type WZ sont devenues très rares, elles sont bien sûr indispensables dans une collection, seul hic leur prix d’achat est assez élevé.

Dernière mise à jour le 02/05/20.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1895 (Bul)

Longueur : 360 mm
ø interne de la douille : 15 mm

Armement : fusil Mannlicher M1895 converti en carabine M-1895/30

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

A partir de 1934 jusqu’au début des années 40, le Royaume de Bulgarie qui possédait déjà des fusils et carabines M-1895, a commencé à acquérir baïonnettes et carabines de toute l’Europe (principalement d’Autriche, de Tchécoslovaquie, de Pologne et de Grèce).

Ces baïonnettes modèle 1895, probablement rénovées à partir de 1939-40 ont généralement les plaquettes d’origine remplacées par de nouvelles de couleur claire et un n° de matricule gravé au crayon électrique sur la croisière. Certaines seront stockées jusque dans les années 1950, jusqu’à une quantité suffisante d’armes à feu soviétiques soit disponible.

Cette baïonnette a la particularité d’avoir été utilisée par le Royaume de Grèce avec un fusil Mannlicher Schönauer Y M-1903. Après l’invasion de la Grèce par les troupes de l’axe, elle fut récupérée et la croisière changée afin de s’adapter à la carabine Mannlicher M-1895/30.

A partir de 1906 jusqu’en 1914 le Royaume de Grèce a importé des fusils modèle Mannlicher 1895 rebaptisés (Mannlicher Schönauer Y modèle 1903). Les rares baïonnettes de ces carabines, toutes de fabrication autrichienne OEWG, (150 000 exemplaires), portent le poinçon grec de Saint Georges sur le pommeau, et la lettre G sur la lame. En dehors de la croisière spécifique et de ces marquages distinctifs, elles sont en tous points identiques au M-1895 austro-hongrois.

1895 001

Ce modèle, re-conditionné a été fabriqué par la société Ernst Busch, établie à Solingen en Allemagne de 1916 à 1918.

1895 01Marquage ZP de l’arsenal de Zbrojovka Praga (fabrication entre 1920 et 1923)
1895 03Marquage CETIMG_0003Marquage MO (Moravske Ocelarny)

Ces baïonnettes peu courantes en provenance de l’ex Autriche-Hongrie, ou faites neuves (1920 à 23) portent sur la lame les marques CSZ (pour l’armée), ou CETN ou CET (gendarmerie). La plupart de ces baïonnettes ont été vendues à la Bulgarie dans les années 1930 ou réquisitionnées après l’annexion de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne en 1938.

  • Le modèle le plus couramment utilisé est celui du haut.
  • Celui du bas a été fabriqué à la fin de la Première Guerre mondiale. Afin d’en réduire les coûts de production, le bouton de suspension en forme de S est maintenu au corps par deux rivets, son extrémité est dépourvue de bouterolle.

Les fourreaux re-conditionnés systématiquement bronzés, sont généralement fabriqués par (V & N – Vogel & Noot de Wartberg), un contractant pour les fourreaux uniquement, ou les Manufactures OEWG, FGGY. La cuvette/ressorts à lames du fourreau est maintenue au corps par deux rivets, le bouton de suspension est de forme ovale.

En 2016, le groupe Amazone a fait l’acquisition de la production de charrues de la société Vogel & Noot à Mosonmagyaróvár en Hongrie.

IMG_0005Porte-fourreau bulgare marqué « 4to intendantstvo II 1942 » 4ème commissariat d’approvisionnement, mars 1942

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) Bulgarie N° : BU 18 A.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Stockées durant des années, ces baïonnettes sont apparues massivement sur le marché des surplus dans les années 2005. Historiquement, ces modèles ne sont plus des reliques de la Premières Guerre mondiales, ils ne peuvent pas être vendus en tant que tels.

Dernière mise à jour le 28/09/20.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1888 de provenance austro-hongroise (Bul)

Longueur : 374 mm
ø interne de la douille : 16,5 mm
Poids : 380 g

Armement : fusil Mannlicher M1888, calibre (8 x 52 mm R)
Fixation : sur le côté gauche du canon

Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Le modèle 1888 est identique au rare M-1886 qui l’a précédé, seul le diamètre interne (16,5 mm) de la douille est différent. Au cours des années 1913-1914, l’Autriche a vendu 140 000 fusils M-1888, M-1886-90 et M-1888-90 à la Bulgarie. Beaucoup de baïonnettes M-1888 tous types ont fini leurs courtes carrières au sein de l’armée bulgare.

Poignée d’un M-1888 standardBague définitivement fermée par un rivetPoignée d’un ex M-1888 (NCO)
Bouton de verrouillage fendu Cette baïonnette a été réutilisée par l’armée bulgare, l’ancien matricule est barré et un lion apposé à gauche sur la croisière Nouveau matricule bulgare

La poignée est munie d’un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de T, les plaquettes sont maintenues entre elles par deux rivets sur rondelles.

La croisière est normalement munie d’une bague fendue qui peut être correctement ajustée au diamètre extérieur du canon grâce à une vis de réglage, dans certains cas cette vis est remplacée par un rivet. Il arrive aussi de rencontrer de rares modèles de sous-officiers dépourvus d’anneaux de dragonne.

La lame assez robuste, est munie d’une large gouttière sur chaque aux extrémités carrées, son tranchant est tourné dans le sens ordinaire. Elle porte la marque de la Manufacture d’armes autrichienne de la ville de Steyr (OEWG) et pas de poinçon de réception. Avec l’arrivée du M-1895, les lames des baïonnettes utilisées par l’armée austro-hongroise seront tournées dans le sens inverse.

Le fourreau de fabrication autrichienne (OEWG) est muni d’une cuvette avec ressort interne maintenue par deux rivets.

Histoire de lions : Le lion symbole de la Bulgarie, est pratiquement identique au lion de l’entreprise Peugeot.

Dernière mise à jour le 27/01/01.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle VZ 24

Longueur : 433 mm
ø interne de la douille : 15,5 mm

Armement : fusil Mauser VZ24

Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

A la fin des années 1920 et au début des années 1930, l’armée roumaine a décidé d’adopter le VZ-24 comme fusil d’infanterie standard, bien qu’elle n’ait pas acquis suffisamment d’armes pour armer pleinement ses troupes au moment où le pays entra dans la Seconde Guerre mondiale en 1941. Les premières commandes pour les fusils ont été placés en 1938 après l’invasion allemande. Les fusil VZ-24 ont un préfixe de deux lettres au début du numéro de série, la première lettre étant variable et le deuxième « R » pour désigner la Roumanie. Chaque lettre initiale désigne des blocs de fabrication de 25 000 fusils Roumain. Les lettres « AR » à « YR » représentent différentes périodes de fabrication. Au cours du contrat, les Tchèques ont fabriqué entre 400 000 et 750 000 fusils VZ-24, au milieu de 1943, 445 640 fusils avaient été reçus par l’armée roumaine.

Les baïonnettes VZ 24 utilisés par l’armée roumaine provenaient généralement des stocks récupérés après l’annexion allemande de la Tchécoslovaquie en mars 1939.

Poinçon de réception roumain, lettres CMroumanie-vz-24-02.jpgMarquages : E3 = Brno, Lion d’appartenance à l’armée tchèque, 1938, + nouveau poinçon de réception roumain, lettres CM

La poignée peut comporter sur le dessus de la soies le poinçon de réception roumain, lettres CM (arsenal de Copsa Mica en Cugir). Dans certains cas, le matricule de l’arme est répété sur le talon du pommeau suivi par les deux lettres  de « AR » à « YR », le R signifiant Roumanie.

La lame avec le marquage «double tête de cheval», indique clairement que la baïonnette a été produite en Roumanie par la société REDTENBACHER de la ville de Sibiu (fondée en tant que filiale de Simon Redtenbacher seel. Wwe. & Söhne fondée en 1923). Cette société a également produit des poignards d’officier roumain M-1930.

Le fourreau peut porter le marquage spécifique (CM Copsa Mica en Cugir) sur le bouton de suspension.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) Roumanie N° : RO 19 D.

Dernière mise à jour le 24/08/21.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1891 avec fourreau de récupération austro-hongrois

Longueur : 503 mm
ø interne de la douille 15,4 mm

Armement : Mosin-Nagant modèle 1891

Valeur :  €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

L’Empire austro-hongrois a capturé une grande quantité de fusils Mosin-Nagant M-1891 pendant la Première Guerre mondiale. Ces fusils ont été redistribués aux troupes sur le champ de bataille. Quelques-uns ont été modifiés pour tirer la cartouche autrichienne en service, la 8 x 50 mm r. Après la Première Guerre mondiale la Roumanie a hérité d’un grand nombre de fusils et baïonnettes modèle 1891.

Le fourreau en tôle d’acier de section cylindrique avec bouton de suspension est identique à celui utilisé par l’Autriche-Hongrie. Il existe également d’autres rares fourreaux de type Lebel à pontet, peut-être de fabrication roumaine.

Porte-fourreau de fabrication roumaine (JANOS HERBAK 1952)

Période d’utilisation :
Première Guerre Mondiale par l’armée austro-hongroise et ensuite par la Roumanie au moins jusqu’à la fin des années 1960.

Dernière mise à jour le 25/08/21.

Category Archives: Z (liens) Balkans

Baïonnette modèle 1893

Longueur : 380 mm
ø interne de la douille : 14 mm

roumanie-1893

Environ 195 000 fusils M-93 ont été fabriqués au total. Quelque 120 000 fusils et 14 000 carabines ont été livrés à la Roumanie jusqu’en 1914. Les fusils assemblés restants ont été distribués aux unités de l’armée austro-hongroise au début de la Première Guerre mondiale dans leur calibre d’origine.

Armement : fusil Steyr-Mannlicher M-1893
Fixation : sur le côté droit du canon

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette est de fabrication autrichienne par (Österreichische Waffenfabriks-Gesellschaft, Steyr) marquage OEWG. Une partie du stock s’est retrouvée en Turquie après la Première Guerre mondiale, elles furent modifiées au niveau de la croisière pour pouvoir s’adapter à la fixation sous le canon du nouveau fusil T38.

Marquage régimentaire roumain Marquage (deux drapeaux croisés avec un 2 et un C) d’épreuve roumainMarquage (Phoenix) d’épreuve Roumain

La poignée du même type que le modèle allemand 1871-84, est munie d’un pommeau oblique qui comporte une rainure en forme de T qui n’intègre pas la baguette de nettoyage de l’arme. Le pommeau semblable à une tête d’aigle, intègre un écrou du système de verrouillage rond. Les plaquettes qui sont fixées entre elles par rivets sous rondelles épousent parfaitement la forme arrondie de la soie.

La lame de bonne qualité, de finition polie brillant, pratiquement identique au M-1886 autrichien est munie d’une large gouttière sur chaque face.

Le fourreau est pratiquement identique, sauf au niveau du bouton de suspension au M-1886 autrichien, la cuvette d’entrée avec ressorts est fixée par deux rivets.

Période d’utilisation:
Première et Seconde Guerre mondiale.

Dernière mise à jour le 26/08/21.

Copyright © 2021 Géraldbaios