Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Suisse

Couteau multifonctions modèle 2008

Longueur : 111 mm
Poids : 130 g

Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Ce couteau d’une qualité exceptionnelle fabriqué par Victorinox est utilisé depuis 2009 par l’armée suisse et allemande.

L’année de fabrication (11) est inscrite sur la lame

1. Lame blocable 2/3 tranchant ondulé
2. Tournevis Phillips
3. Ouvre-boîtes
4. Petit tournevis
5. Décapsuleur blocable
6. Tournevis
7. Dénudeur de fils électriques
8. Poinçon alésoir
9. Anneau
10. Scie à bois

Le 17/05/22.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette pour fusil M-16

Longueur : 370 mm
ø interne de la douille : 22 mm

Armement : fusil Stoner 63, M 16

Valeur : €€€
Rareté :che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle fabriqué en 1971 (date inscrite sur le corps du fourreau d’origine), a été assemblé à la Waffenfabrik de Berne. Le gouvernement suisse a autorisé, pour éviter les conflits, la fabrication des lames à deux entreprises, la moitié à Wenger et l’autre à Victorinox (Victoria Schwyz). Il est constitué de quelques éléments de base du modèle SIG 57, à ma connaissance il n’a jamais été adopté par un pays membre de l’OTAN.

Vis de fixation du pommeau à six pans creuxVis utilisée pour éviter le desserrement du système de verrouillage Marquage entreprise privée (GM)

La poignée en plastique cannelé de forme cylindrique, est munie d’un système de verrouillage à l’arme de type M16, utilisant deux crochets articulés à l’aide d’un ressort. Ce système est maintenu par une vis sur une pièce métallique cylindrique qui est elle même insérée à la soie filetée. 

La lame identique au M-1957 a subi un traitement anti-reflets.

Marquage de l’année (71) à gauche

Le fourreau est identique au M-1957.

Le 13/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle SIG 57, prototype daté 58 (pré-série)

Baïonnette accompagnée d’un casque M-18/63

Longueur : 370 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 310 g

Armement : fusil d’assaut SIG 57

Valeur :  €€€ €€
Raretéche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Marquage : « V » pour Versuch = Prototype, KV146 un des fournisseurs de la croisière

Ce prototype quasiment introuvable, jamais distribué à l’armée, est bien entendu le plus rare. Particularité, la croisière est marquée d’un « V » pour Versuch = Prototype.

Comparatif

La lame possède un profil particulier de type US M4. Comme ce profil n’est pas symétrique, le nom de son constructeur (inscrit en toutes lettres) et la date 58-1 se trouvent toujours sur le côté droit, et 315 sous « W + F » côté gauche. 

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce prototype introuvable est bien sûr indispensable dans une collection.

Le 15/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1914 de pionnier

Longueur : 608 mm
ø interne de la douille : 14 mm
Poids : 740 g

Armement : fusil Schmidt-Rubin Modèle 00/11, K11, K31

Valeur : €€€ €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette destinée aux troupes (du génie, infanterie de montagne, artillerie, etc.), est une arme issue de l’amélioration du M-1906. Le M-1914 a été utilisé avec plusieurs modèles de fusils courts (K). Comme le diamètre interne de la bague est de 14 mm, il est impossible de le monter sur des fusils d’ancienne génération, M-1889, 89-96, 96-11 ou G11.

Pour info :
Un Sapeur, également appelé « Pioneer » ou ingénieur de combat, est un combattant ou soldat qui exécute une variété de fonctions de génie militaire tels que la construction de ponts, la pose ou le déminage, les démolitions, les défenses sur le terrain et la construction générale. La lame à dents de scie n’est pas destinée à infliger des blessures horribles, comme son apparence sombre le suggère. Elle a été conçue pour couper des arbustes, qui étaient à la fois sur la ligne de feu et utiles pour le camouflage de la future position de tir.

suisse dents de scie mle 18 002N° 21 590, attribution tardive pour un fusil modèle 00/11

Les baïonnettes étaient toujours livrées à l’arsenal sans numéro, après l’attribution à un fusil, le matricule de l’arme était frappé sur la croisière et le tout livré à l’armée. En cas de remplacement de la baïonnette, le matricule du fusil était frappé sur la croisière. Voir lien n° de fusil et années.

Pour comparaison, en haut M-1914, en bas M-1906 La croisière comporte un renfort intégrant la soie, (processus hérité du M-1887)

La poignée comparativement au M-1906 est plus massive, les plaquettes sont maintenues entre elles par tiges filetées et écrous soigneusement polis. Il est possible de trouver des baïonnettes dont toutes les parties métalliques sont entièrement chromées par des entreprises privées, mais autorisées par les autorités militaires.

Pour comparaison, en haut M-1914, en bas M-1906

La lame est du même type que le M-1906, mais comporte 65 dents de scie, avec une seule gouttière sur une face, aplanie sur l’autre.

Ces baïonnettes ont été fabriquées par trois constructeurs, seul (HS ou HSt) et W, ont marqué l’année sur les lames de certains de ces modèles.

suisse dents de scie mle 18 002suisse mle 18 date 32

Les fabricants :

– Waffenfabrik Neuhausen (nouveau nom pour Neuhausen S.I.G.).
– HS, HS W ou HSt W (Hans Steinar, Wasen, Emmental).
– Elsener Schwys, alias (VICTORIA SCHWYZ) société Victorinox commune de Schwys canton du même nom.

Deux types de fourreaux ont été utilisés :

La marque Script-P identifie le fabricant du corps et de la cuvette, par la firme AG Paillard de Sainte-Croix

Le fourreau en métal le plus couramment utilisé à partir de 1938, comporte une cuvette avec ressort interne fixée par une vis située sur l’arrière du corps. Pour être compatible avec les différents types de porte-fourreaux utilisés avec ce modèle, son pontet doit être muni d’une lanière en cuir maintenue par un rivet ou par points de couture. Les fourreaux suisses ne comportent pas de matricule.

Le fourreau en cuir est identique à celui utilisé avec la baïonnette M-1878 Vetterli.

Les porte-fourreaux utilisés avec ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 18 A, 19 H ou 19 G.

Période d’utilisation :
La convention de Genève interdit l’usage des baïonnettes triangulaires, cruciformes ou dentelées. En effet, les blessures qu’elles entraînent cicatrisent difficilement et ces armes furent considérées comme inhumaines.
La neutralité perpétuelle de la Suisse a été conclue le 20 mars 1815 au congrès de Vienne. Il n’y a donc aucune restriction pour l’utilisation d’un tel modèle qui n’a jamais été utilisé lors d’un conflit, la Suisse étant restée neutre durant les deux Guerres mondiales.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce rare modèle est comme tous les autres modèles à dents de scie très recherché par les collectionneurs. Il est un peu moins rare que le M-1906, mais plus robuste, sa qualité de finition est remarquable, et esthétiquement très réussi, indispensable dans une collection.

Le 22/11/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1906 de pionnier

Longueur : 610 mm
Poids : 600 g

Armement : fusil Schmidt-Rubin, M-1889,1889-96, 96-11, G11
Si le ø interne de la douille est de : 15 mm

Armement : fusil Schmidt-Rubin, M-00/11, K11
Si le ø interne de la douille est de : 14 mm

Valeur : €€€ €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette destinée aux troupes (du génie, infanterie de montagne, artillerie, etc.), est une arme d’essai et de transition, elle précède le M-1914. Elle a été utilisée avec plusieurs modèles de fusils longs, ou courts (G ou K). 

Pour info :
Un Sapeur, également appelé « Pioneer » ou ingénieur de combat, est un combattant ou soldat qui exécute une variété de fonctions de génie militaire tels que la construction de ponts, la pose ou le déminage, les démolitions, les défenses sur le terrain et la construction générale. La lame à dents de scie n’est pas destinée à infliger des blessures horribles, comme son apparence sombre le suggère. Elle a été conçue pour couper des arbustes, qui étaient à la fois sur la ligne de feu et utiles pour le camouflage de la future position de tir.

N° 70 725, attribué à un fusil K11 fabriqué en 1918

Les baïonnettes étaient toujours livrées à l’arsenal sans numéro, après l’attribution à un fusil, le matricule de l’arme était frappé sur la croisière et le tout livré à l’armée. En cas de remplacement de la baïonnette, le matricule du fusil était frappé sur la croisière. Voir lien n° de fusil et années.

La croisière comporte un renfort intégrant la soie, (processus hérité du M-1887)

La poignée comparativement au M-1889 est munie d’un pommeau légèrement plus long. Le M-1906 précède les futurs M-1914 à poignées plus massives. Les plaquettes sont maintenues entre elles par tiges filetées et écrous soigneusement polis. Il est possible de trouver des baïonnettes dont toutes les parties métalliques sont entièrement chromées par des entreprises privées, mais autorisées par les autorités militaires.

La lame est identique au M-1878-87 Vetterli, elle comporte 49 dents de scie, avec une gouttière sur une face, aplanie sur l’autre.

Les marquages du fabricant sur la lame :

– Waffenfabrik Neuhausen S.J.G. peut être avant 1889 ou S.I.G. (lames de stock)
– Waffenfabrik Neuhausen (nouveau nom pour Neuhausen S.I.G.).

Le fourreau en cuir est identique à celui utilisé avec la baïonnette M-1878 Vetterli.

Les porte-fourreaux utilisés avec ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 18 B, 18 A ou 19 H.

Période d’utilisation :
La convention de Genève interdit l’usage des baïonnettes triangulaires, cruciformes ou dentelées. En effet, les blessures qu’elles entraînent cicatrisent difficilement et ces armes furent considérées comme inhumaines.
La neutralité perpétuelle de la Suisse a été conclue le 20 mars 1815 au congrès de Vienne. Il n’y a donc aucune restriction pour l’utilisation d’un tel modèle qui n’a jamais été utilisé lors d’un conflit, la Suisse étant restée neutre durant les deux Guerres mondiales.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce très rare modèle de transition est comme tous les autres modèles à dents de scie très recherché par les collectionneurs.

Le 20/11/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1900 de cycliste

Longueur : 505 mm
Poids : 300 g

Armement : fusil Schmidt-Rubin M-1887 de cadet, 1889-1900
Si le ø interne de la douille est de : 15 mm

Armement : fusil Schmidt-Rubin M-00/11, K 11
Si le ø interne de la douille est de : 14 mm

Valeur : €€€ €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle allégé de type « Ersatz » destiné aux cyclistes ou aux servants de mitrailleuses entre autre, a été conçu au début des années 1920, pour être utilisé avec un fusil court moins encombrant.

N° 75 186 et 124 271, attribués à des fusils K11 fabriqués en 1918 et 1924

Les baïonnettes étaient toujours livrées à l’arsenal sans numéro, après l’attribution à un fusil, le matricule de l’arme était frappé sur la croisière et le tout livré à l’armée. En cas de remplacement de la baïonnette, le matricule du fusil était frappé sur la croisière. Voir lien n° de fusil et années.

Brasure apparente

La poignée non fonctionnelle, comporte un pommeau maintenu à la lame par brasure, ce travail est très finement réalisé, la croisière est emboutie par matage.

Baïonnette à douille Vetterli et modification

Les lames quadrangulaires proviennent des obsolètes modèles à douilles 1863 Peabody, ou M-1869/71 Vetterli, toutes les parties métalliques sont de finition bronzée.

Les fourreaux utilisés pour ce modèle :

Le premier modèle en cuir de section arrondie est dépourvu de cuvette d’entrée en acier, une bouterolle métallique renforce l’extrémité.

Le second en tôle d’acier de section arrondie, sans brasure, avec pontet est semblable au M-1886 français. Le ressort de la cuvette d’entrée est maintenue par un rivet, et la bouterolle avec trou d’évacuation de l’eau, fixée au corps par sertissage.

Ce porte-fourreau est spécifique à ces fourreaux, il combine le glaive de pionnier M-1878 et la baïonnette M-1900. Les deux lanières en cuir du fourreau sont utilisées, pour la fixation sur le porte-fourreau à droite et pour le maintien de la bague de la baïonnettes sur le côté.

Période d’utilisation :
La neutralité perpétuelle de la Suisse a été conclue le 20 mars 1815 au congrès de Vienne.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les baïonnettes suisses ont une très bonne qualité de finition, ce très rare modèle, énigmatique, a une place en première ligne dans une collection.

Le 17/11/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1887 (Vetterli)

Longueur : 600 mm
ø interne de la douille : 18 mm
Poids : 600 g

Armement : fusil Vetterli M-1878 et 1881 (à double détente)
Fixation : sur le côté droit du canon

Valeur :  €€€ €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette épée-baïonnette, seulement utilisée avec les nouveaux fusils M-1878/81 Vetterli était destinée aux troupes (du génie, infanterie de montagne, artillerie, etc.). Sa constitution est identique, sauf au niveau de la poignée, à la baïonnette M-1878.

La poignée est munie d’un pommeau de forme arrondie à l’arrière et légèrement oblique sur le devant. Elle comporte un mécanisme de verrouillage avec un petit bouton avec lame ressort de rappel en acier fixé à la soie. Comme la baïonnette est fixée sur le côté droit du fusil, l’arrière-droit de la douille comporte une entaille dans laquelle vient se placer le guidon améliorant ainsi son maintien. La croisière est droite, dépourvue de crochet brise-lame jugé inutile. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont polies brillant.

Par rapport au modèle 1878 qui l’a devancé, les plaquettes en cuir durci quadrillé sont maintenues que par trois rivets d’acier et la croisière comporte un renfort intégrant la soie.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce très rare modèle est comme tous les autres modèles à dents de scie très recherché par les collectionneurs.

Le 24/11/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1878 Vetterli pour musicien

Longueur : 600 mm
ø interne de la douille : 18 mm

Armement : arme de côté

Valeur :  €€€ €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette dépourvue de son système de verrouillage, sans matricule donc jamais affectée à une arme a été utilisée par les musiciens. Les modèles 1878 ou 1887 standards peuvent être concernés par cette modification.

Modèle 1878, avec plaquettes maintenues par quatre rivetsModèle 1887, avec plaquettes maintenues par trois rivets

La poignée est dépourvue de son système de fixation, le bouton de verrouillage a été soigneusement arasé, une petite pièce en bois obture la rainure du pommeau et les ergots sur la bague supprimés, toutes les parties métalliques de la baïonnette ont été chromées.

Fourreau cuir

Le fourreau en cuir est identique à celui utilisé avec la baïonnette M-1878 Vetterli.

Le porte-fourreau utilisé avec ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 18 B.

Le 21/11/21.

Category Archives: Z Suisse

Glaive modèle 1878 de pionnier

Longueur : 635  mm
Poids : 780 g

Valeur : €€€ €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Les lames de ce glaive ont été fabriquées en Suisse par (S.J.G. NEUHAUSEN) mais également en Allemagne, marquages (WEYERSBERG KIRSCHBAUM & C0 SOLINGEN) ou (GEBR WEYERSBERG SOLINGEN).

Ce modèle a été utilisé par les sapeurs, et les troupes de forteresse, de télégraphiste et les pionniers de ballons. Un Sapeur, également appelé « Pioneer » ou ingénieur de combat, est un combattant ou soldat qui exécute une variété de fonctions de génie militaire tels que la construction de ponts, la pose ou le déminage, les démolitions, les défenses sur le terrain et la construction générale.

La lame à dents de scie n’était pas destinée à infliger des blessures horribles, comme son apparence sombre le suggère, mais conçue pour couper des arbustes, qui étaient à la fois sur la ligne de feu et utiles pour le camouflage de la future position de tir.

La poignée est munie de deux plaquettes en cuir quadrillé maintenues à la soie par cinq rivets en laiton. Particularité la garde en forme de S, ainsi que le pommeau arrondie sont en laiton.

N° d’arme 153, fabrication GEBR WEYERSBERG SOLINGENN° d’arme 838 et année 1879suisse glaive 1878 02N° d’arme 9045 et année 1889, fabrication S.J.G. NEUHAUSEN

La lame très légère, de bonne qualité, comporte 28 dents de scie, avec une gouttière sur une face, aplanie sur l’autre, son profil est du même type que celui de la baïonnette de pionnier M-1878.

Le fourreau en cuir du comporte une cuvette avec ressort interne fixée par une vis située sur l’arrière du corps. Pour être compatible avec les différents porte-fourreaux utilisés avec ce modèle, la chape est munie d’une lanière en cuir maintenue sur le pontet par points de couture. Les garnitures en laiton sont fixées au corps pas trois rivets sur la chape et trois à l’extrémité.

Il est possible, grâce un porte-fourreau spécifique, de trouver ce glaive associé avec une baïonnette modèle, 1863, 69-71 ou 1900 dite « de cycliste ».

Le porte-fourreau utilisé avec ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 18 C.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Elégant, léger et très bien conçu ce modèle peu courant trouve toujours une petite place dans une collection de baïonnettes.

Le 24/11/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1878 (Vetterli)

Longueur : 600 mm
ø interne de la douille : 18 mm
Poids : 600 g

Armement : fusil Vetterli M-1878 et 1881 (à double détente)
Fixation : sur le côté droit du canon

Valeur :  €€€ €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette, seulement utilisée avec les nouveaux fusils M-1878/81 Vetterli était destinée aux troupes (du génie, infanterie de montagne, artillerie, etc.).

Pour info :
Un Sapeur, également appelé « Pioneer » ou ingénieur de combat, est un combattant ou soldat qui exécute une variété de fonctions de génie militaire tels que la construction de ponts, la pose ou le déminage, les démolitions, les défenses sur le terrain et la construction générale. La lame à dents de scie n’est pas destinée à infliger des blessures horribles, comme son apparence sombre le suggère. Elle a été conçue pour couper des arbustes, qui étaient à la fois sur la ligne de feu et utiles pour le camouflage de la future position de tir.

Les baïonnettes étaient toujours livrées à l’arsenal sans numéro, après l’attribution à un fusil, le matricule de l’arme était frappé sur la croisière et le tout livré à l’armée. En cas de remplacement de la baïonnette, le matricule du fusil était frappé sur la croisière.

Vetterli suisse

La poignée est munie d’un pommeau de forme arrondie à l’arrière et légèrement oblique sur le devant. Elle comporte un mécanisme de verrouillage avec un petit bouton avec lame ressort de rappel en acier fixé à la soie. Comme la baïonnette est fixée sur le côté droit du fusil, l’arrière-droit de la douille comporte une entaille dans laquelle vient se placer le guidon de l’arme améliorant ainsi son maintien. La croisière est droite, dépourvue de crochet brise-lame jugé inutile. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont polies brillant.

Par rapport au modèle 1887 qui l’a précédé, les plaquettes en cuir durci quadrillé sont maintenues entre elles par quatre rivets d’acier et la croisière ne comporte pas de renfort intégrant la soie.

La lame toujours marquée « Waffenfabrik Neuhausen S.J.G. » le seul fabricant, comporte 49 dents de scie, avec une gouttière sur une face, aplanie sur l’autre.

Deux types de cuvettes existentPoinçon d’un des fournisseurs des garnitures

Le fourreau en cuir comporte une cuvette avec ressort interne fixée par une vis située sur l’arrière du corps. Pour être compatible avec le porte-fourreau utilisé avec ce modèle, la chape est munie d’une lanière en cuir maintenue sur le pontet par points de couture ou par rivet. Les garnitures en acier sont fixées au corps pas quatre rivets sur la chape et trois à l’extrémité.

Le porte-fourreau utilisé avec ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 18 B.

Période d’utilisation :
La convention de Genève interdit l’usage des baïonnettes triangulaires, cruciformes ou dentelées. En effet, les blessures qu’elles entraînent cicatrisent difficilement et ces armes furent considérées comme inhumaines.
La neutralité perpétuelle de la Suisse a été conclue le 20 mars 1815 au congrès de Vienne. Il n’y a donc aucune restriction pour l’utilisation d’un tel modèle qui n’a jamais été utilisé lors d’un conflit, la Suisse étant restée neutre durant les deux Guerres mondiales.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce très rare modèle est comme tous les autres modèles à dents de scie très recherché par les collectionneurs.

Le 24/11/21.

Copyright © 2022 Géraldbaios