Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Suisse

Couteau multifonctions modèle 2008

Longueur : 111 mm
Poids : 130 g

Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Ce couteau d’une qualité exceptionnelle fabriqué par Victorinox est utilisé depuis 2009 par l’armée suisse et allemande.

1. Lame blocable 2/3 tranchant ondulé
2. Tournevis Phillips
3. Ouvre-boîtes
4. Petit tournevis
5. Décapsuleur blocable
6. Tournevis
7. Dénudeur de fils électriques
8. Poinçon alésoir
9. Anneau
10. Scie à bois

Dernière mise à jour le 29/08/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle SIG 90

Baïonnette SIG90 avec casque M-1971

Longueur : 310 mm
ø interne de la bague : 22 mm
Poids : 290 g

Armement : fusil Sturmgewehr 90

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Bien que le système de fixation du poignard-baïonnette SIG57 soit compatible avec le fusil STG90, un nouveau poignard-baïonnette a été développé à partir de 1988. Comparé au M-57, très mal conçu pour le combat rapproché, le M-90 muni d’une poignée ergonomique et d’une lame courte est beaucoup plus efficace.

Ce modèle a uniquement été assemblé à la Waffenfabrik de Berne. Comme pour le M-57, le gouvernement suisse a autorisé, pour éviter tous conflits, la fabrication des lames à deux entreprises, la moitié à Wenger jusqu’en 2005 et l’autre à Victorinox (Victoria Schwyz).

En 2005, Victorinox achète son principal concurrent Wenger SA, les deux entreprises restent gérées de manière indépendante jusqu’en 2014.

La poignée comporte deux plaquettes nervurées en polymère vert, fixées à la soie par deux vis et écrous, sa couleur est identique au fusil STG90. Le pommeau en acier évidé au milieu, dans lequel se loge le tenon de l’arme comporte un bouton de verrouillage en acier qui coulisse de haut en bas, ainsi qu’un ressort logé dans une petite pièce en plastique. 

La lame de type Bowie, en acier inoxydable anti-reflet ne possède qu’un seul tranchant sur la face droite. Le nom d’un des deux constructeurs (de la lame) y est inscrit en toutes lettres, seuls les 2 000 premiers modèles de la série possèdent un n° sur le côté gauche.

Le fourreau est constitué d’un corps en plastique de couleur verte, avec trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer. La chape d’entrée en acier est sertie sur le corps. Un porte-fourreau vert, en plastique renforcé de tissu, et de rivets en aluminium, a spécialement été conçu pour ce modèle, il se fixe sur le pontet

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 19 B ou A.

Fiche technique :

La baïonnette est constituée de 15 éléments : une lame, une croisière, un pommeau, deux plaquettes, un bouton, un ressort, une petite pièce en plastique, trois goupilles, deux vis et écrous.

La fixation atypique de la croisière à la soie par une goupille, exige des cotes d’usinage assez précises, la présence du troisième trou dans la soie reste inexpliquée. 

Le 13/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette-poignard SIG 530-540

Longueur : 277 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 210 g

Armement : fusil SIG SG-540
Fixation : la poignée entoure le cache-flamme du canon

Valeur : €€
Rareté :
 che1valierche1valierche1valierche1valier

Ce poignard-baïonnette tubulaire a été conçu et fabriqué en Suisse, mais aussi produit de 1978 à 1988 sous licence, par la Manufacture de machines du Haut-Rhin (MANURHIN), en France. Il était destiné à être utilisé avec les fusils d’assaut Schweizerische Industrie-Gesellschaft (SIG) 530, 540 et 542.

Il fut brièvement utilisé par certaines troupes françaises de la FINUL dans les années 1980, avec les séries de fusils d’assaut SIG M-530 à M-542, par manque de fusils d’assaut français avant l’adoption du FAMAS. Comparé à un poignard-baïonnette conçu ou produit à la même époque, son coût de fabrication est peu onéreux, il est très léger, et très résistant aux intempéries.

En haut modèle de fabrication suisse, en bas françaiseGardeGoupille

La poignée tubulaire lors de la mise en place de la baïonnette intègre l’extrémité du canon de l’arme. Contrairement au modèle belge FAL (type C), elle est recouverte d’un manchon en plastique de couleur verte. Afin d’en améliorer sa préhension, lors d’une éventuelle utilisation comme poignard de combat, neuf rainures et une garde sont réalisées lors de la mise en place par moulage du manchon sur la poignée. L’ensemble poignée et lame sont forgées d’une seule pièce. Le système de verrouillage qui ne comporte qu’une oreille rainurée, est maintenu à la poignée par une très petite goupille, son rappel s’effectue grâce à un ressort à lame.

La lame au profil semi-circulaire, plate sur le dessus et arrondie au-dessous ne lui permet pas d’être utilisée efficacement comme poignard-outil (pas de tranchant).

En haut, fourreau de fabrication suisse, en bas françaiseOrifice destiné à permettre la mise en place du rivet de maintien du ressort

Le fourreau qu’il soit de fabrication suisse ou française est muni d’un corps en plastique moulé vert, avec un trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer. Le ressort à lame de maintien de la baïonnette est fixé au corps par un rivet creux. La toile attelée démunie de double crochet de type US est maintenue à l’arrière du corps par deux gros rivets plats.

Pour le fourreau de fabrication française, les deux rivets plats qui maintiennent correctement la boucle sont identiques aux deux autres. Pour celui de fabrication suisse, ils sont plus petits, impossible de savoir pour quelle raison.

La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un gros rivet plat sur la suspension.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle de conception moderne, pas très courant, de fabrication Nationale ou non, est indispensable dans une collection.

Dernière mise à jour le 04/03/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette pour fusil M-16

Longueur : 370 mm
ø interne de la douille : 22 mm

Armement : fusil Stoner 63M16

Valeur : €€€
Rareté :che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle fabriqué en 1971 (date inscrite sur le corps du fourreau d’origine), a été assemblé à la Waffenfabrik de Berne. Le gouvernement suisse a autorisé, pour éviter les conflits, la fabrication des lames à deux entreprises, la moitié à Wenger et l’autre à Victorinox (Victoria Schwyz). Il est constitué de quelques éléments de base du modèle SIG 57, à ma connaissance il n’a jamais été adopté par un pays membre de l’OTAN.

Vis de fixation du pommeau à six pans creuxVis utilisée pour éviter le desserrement du système de verrouillage Marquage entreprise privée (GM)

La poignée en plastique cannelé de forme cylindrique, est munie d’un système de verrouillage à l’arme de type M16, utilisant deux crochets articulés à l’aide d’un ressort. Ce système est maintenu par une vis sur une pièce métallique cylindrique qui est elle même insérée à la soie filetée. 

La lame identique au M-1957 a subi un traitement anti-reflets.

Marquage de l’année (71) à gauche

Le fourreau est identique au M-1957.

Le 13/10/21.

Category Archives: Z Suisse

baïonnette modèle SIG 57

Longueur : 370 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 340 g

Armement : fusil d’assaut Sturmgewehr 57

Valeur : €€
Rareté : che1valier

Comme la majorité des poignards-baïonnettes utilisés à la fin des années 50 par les membres de l’OTAN ou du Pacte de Varsovie, ce modèle a d’abord été conçu pour être éventuellement utilisé comme poignard de combat.

Marquage commun de la Waffenfabrik Berne, marque « W + F »

Cette baïonnette a uniquement été assemblé à la Waffenfabrik de Berne, marque « W + F ». Le gouvernement suisse a autorisé, pour éviter tous conflits, la fabrication des lames à deux entreprises, la moitié à Wenger et l’autre à Victorinox (Victoria Schwyz). Les autres éléments essentiels qui constituent la baïonnette, (poignées plastique, pommeaux, croisières, fourreaux, porte-fourreaux) proviennent de divers fournisseurs privés.

Marquage KV146 un des fournisseurs de la croisière

La poignée en plastique cannelé de forme cylindrique, est conçue d’une seule pièce, elle est maintenue à la soie filetée grâce à un écrou de forme carrée. Le tenon de l’arme se loge dans le pommeau en acier évidé, le verrouillage s’effectue grâce à un bouton à rappel par ressort qui coulisse de haut en bas.

Vis anti-desserrement à gauche et vis d’assemblage du pommeau à droite Marquage KV146 un des fournisseurs du pommeau

La partie métallique cylindrique du pommeau est insérée à la soie filetée. 

La lame symétrique à double tranchant, adopte le même profil que le modèle 18. Cette lame de bonne qualité, avec soie filetée est actuellement très recherchée pour concevoir des couteaux, dagues, lances, à moindre coût. Méfiez vous des prétendues dagues de commando, très faciles à réaliser par un usineur.

Les deux fabricants de la lame :

Wenger & Co commune de Delémont canton du Jura.

Elsener Schwys alias (VICTORIA SCHWYZ) société Victorinox commune de Schwys canton du même nom.

Pour les premiers modèles fabriqués, le nom du constructeur de celle-ci y est inscrit en toutes lettres. La série de chiffres inscrite sous le nom qui va jusqu’à 38 000, ne correspond pas au matricule de l’arme.

Pour les modèles suivants, les plus couramment rencontrés, seules les initiales (V ou W) du début du nom du constructeur, et le numéro de série y sont inscrits.

Lanière en cuir fixée sur le pontet du fourreau SIG 57 2La marque Script-P identifie le fabricant de la cuvette par la firme AG Paillard de Sainte-CroixMarquage de l’année (65) à gauche

Le fourreau est constitué d’un corps en plastique moulé assez fin de couleur noire, avec trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer. La cuvette en acier avec ses deux ressorts internes est fixée avec une vis sur l’arrière. Dans certains cas la date de fabrication est inscrite sur l’arrière du corps.

Il est possible, de trouver fixée sur le pontet grâce un rivet métallique, une lanière en cuir afin de pouvoir utiliser les porte-fourreaux d’ancienne génération. Avec l’apparition progressive, vers 1956 des nouveaux porte-fourreaux, cette lanière devenue inutile disparaîtra.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 19 G, 19 F, 19 E, 19 D ou 19 C.

Période d’utilisation :
Modèle fabriqué de 1958 à 1983 à (600 000 exemplaires), utilisé jusqu’en 1990.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette baïonnette est la plus couramment rencontrée sur les différents sites de vente, recherchez en priorité la variante dont le nom du constructeur est inscrit en toutes lettres. Le fourreau muni d’une lanière en cuir lui convient idéalement, l’ensemble est très intéressant dans une collection, car atypique.

Le 15/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle SIG 57, prototype daté 58 (pré-série)

Baïonnette accompagnée d’un casque M-18/63

Longueur : 370 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 310 g

Armement : fusil d’assaut Sturmgewehr 57

Valeur :  €€€ €€
Raretéche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Marquage : « V » pour Versuch = Prototype, KV146 un des fournisseurs de la croisière

Ce prototype quasiment introuvable, jamais distribué à l’armée, est bien entendu le plus rare. Particularité, la croisière est marquée d’un « V » pour Versuch = Prototype.

Comparatif

La lame possède un profil particulier de type US M4. Comme ce profil n’est pas symétrique, le nom de son constructeur (inscrit en toutes lettres) et la date 58-1 se trouvent toujours sur le côté droit, et 315 sous « W + F » côté gauche. 

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce prototype introuvable est bien sûr indispensable dans une collection.

Le 15/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette pour pistolet mitrailleur Rexim Favor MK IV

Longueur : 290 mm
Poids : 150 g

Armement : Le PM Rexim Favor MK IV a été conçue en Suisse dans les années 1950 par Rexim SA et ensuite fabriquée en Espagne par La Corogne en 1955-1957. Environ 5 000 exemplaires de ces armes ont été produites, seul la Turquie les a utilisé mais avec un autre type de baïonnette.

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

La baïonnette originale conçue pour la mitraillette Favor est fortement inspirée du modèle français MAS 36.

Comparatif (en haut modèle MAS 36)Lorsqu’il est présent le numéro de série se trouve sur le bouchon

La poignée comporte un cylindre creux qui intègre le système de verrouillage à levier avec ressort de rappel, un bouchon en acier vissé, obture et protège la partie arrière du mécanisme. 

La lame de section ronde est usinée en forme de pointe seulement sur deux faces à l’extrémité.

Période d’utilisation :
Jamais.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle qui est peut être anodin pour certains néophytes est bien sûr indispensable dans une collection.

Le 15/02/21.

Category Archives: Z Suisse

Dague d’officier modèle 1943 (Suisse)

Longueur : 350 mm

Armement : arme de côté

Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

La dague modèle 43, à partir du 1er janvier 1944 a remplacé les encombrants sabres et les épées. Elle était seulement remise à l’occasion d’une promotion auprès des officiers et sous-officiers supérieurs de l’armée suisse et ne pouvait être achetée dans le commerce.

Les lames des dagues étaient fabriquées par Elsener Schwyz et très rarement par SIG Neuhausen (marque N sous un fusil symbolisé) de 1944 jusqu’à 1953, et ensuite par Elsener Schwyz (portant la mention « Elsener Schwyz Victoria ». Lorsque la production a cessé pour l’armée en 1991, le numéro de série le plus élevé était 397 126. Malheureusement, pour les militaires suisses, le remplacement à partir de juillet 1995 de la tenue de sortie M-1972 par une nouvelle tenue s’accompagnera de l’abandon du poignard. 

Les dagues M-43 ont également été utilisées comme poignards d’officiers par divers corps de police. La société « Elsener Schwyz » marquage « Victorinox« , a livré 1 527 dagues non numérotées en 1991.

La poignée est dotée de plaquettes en bois maintenues entre elles par trois vis à têtes rondes et écrous fendus. Les deux flasques latérales en métal chromé qui renforcent la poignée sur les côtés viennent s’insérer en force dans le pommeau de forme arrondie, lui-même fixé sur la soie par un écrou à trois trous noyé. 

Marquage courant d’un des deux constructeurs

La lame symétrique à double tranchant, est chromée comme le reste des autres parties métalliques de la dague, y compris les vis et écrous.

Le fourreau en acier laqué noir, comporte une cuvette avec ressorts chromée fixée par une vis située sur l’arrière du corps. Une lanière en cuir avec un mousqueton pour l’accrocher à une ceinture d’officier blanche spéciale, est fixée sur le pontet par un rivet. Les fourreaux marqués d’un « S » , sur l’arrière ont été fabriquées par la « Basler Eisenmöbelfabrik AG » à Sissach. Cette société a fourni des fourreaux à Elsener jusqu’en 1985 environ. C’est à partir de ce moment que BAG Turgi a pris le relai pour la fabrication des fourreaux.

Dragonne d’officier

La dragonne, enroulée autour de la garde, de façon que le gland pende du côté gauche de cette dernière, est composée d’une tresse rouge se terminant par un gland rouge strié de blanc pour les sous-officiers. Pour les officiers elle se compose d’une lanière plate rouge striée de blanc et se termine par une gland de couleur blanche surmonté d’un coulisseau, blanc également. Les fils des bandes d’officiers blancs ont été fabriqués jusqu’en 1959 environ avec du fil d’argent.

Période d’utilisation:
Cette arme de côté a été produite de 1944 à 1991.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ces modèles sont très intéressants car ils ont tous leur petite histoire, imaginez la satisfaction personnelle de tous les militaires qui les ont reçu au moment de leur promotion, les numérotations les plus basses sont les plus recherchées.

Le 25/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1918

Longueur : 431 mm
ø interne de la douille :
14 mm
Poids : 490 g

Frontière franco-suisse année 1940 (baïonnette M-18 au premier plan)Fantassins suisses avant 1943

Armement : fusil Schmidt-Rubin Modèle 00/11, K11, K31

Valeur :  €€€
Rareté :che1valierche1valierche1valier

Ce couteau-baïonnette conçu à la fin de la Première Guerre mondiale a été utilisé avec plusieurs modèles de fusils courts (K Karabiner). Comme le diamètre interne de la bague est toujours de 14 mm, il est impossible de le monter sur des fusils M-1889, 89-96, 96-11, G11.

suisse marquages 01N° 122 198 attribué à un fusil K-11 fabriqué en 1924 N° 771 055 attribué à un fusil K-31 fabriqué en 1943mle 18 VictoriaPas de n° de série non attribué

Les baïonnettes étaient toujours livrées à l’arsenal sans numéro, après l’attribution à un fusil, le matricule de l’arme était frappé sur la croisière et le tout livré à l’armée. En cas de remplacement de la baïonnette, le matricule du fusil était frappé sur la croisière. Voir lien n° de fusil et années.

Pour comparaison, en haut M-1918, en bas M-1889 La croisière comporte un renfort intégrant la soie, (processus hérité du M-1887)Dernière année de fabrication (1958), et marquage d’acceptation (croix)

La poignée comparativement au M-1889 est munie d’un pommeau légèrement plus long. Les plaquettes sont maintenues entre elles par tiges filetées et écrous soigneusement polis. Il est possible de trouver des baïonnettes dont toutes les parties métalliques sont entièrement chromées par des entreprises privées, mais autorisées par les autorités militaires.

La lame est symétrique à double tranchant affûté, ce type de profil sera conservé pour le modèle SIG 57.

suisse marquages 01

Les fabricants :

– Elsener Schwys alias (VICTORIA SCHWYZ) société Victorinox commune de Schwys canton du même nom, les modèles fabriqués après 1953 sont estampillés VICTORIA.
– Waffenfabrik Neuhausen.

Marquage SIG Neuhausen (marque N avec un fusil)La bouterolle est démunie de trou d’évacuation de l’eau

Le fourreau est identique au M-1889, seule la cuvette avec ressort interne fixée par une vis à l’arrière est spécifique à la lame du M-1918. Le pontet est généralement muni d’une lanière maintenue par un rivet ou par points de couture. Les fourreaux suisses ne comportent pas de matricule.

A partir des années 60, un nouveau porte-fourreau conçu pour le modèle SIG 57 est entré en service, il possédait une lanière en cuir, pour l’adapter il suffisait de supprimer la lanière d’origine attelée au pontet du fourreau.

Les porte-fourreaux utilisés avec ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 19 H, 19 G ou 19 F.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les baïonnettes suisses ont une très bonne qualité de finition, ce modèle encore assez courant complète la collection des baïonnettes pour fusils Schmidt-Rubin. 

Le 27/10/21.

Category Archives: Z Suisse

Baïonnette modèle 1914 de pionnier

Longueur : 608 mm
ø interne de la douille : 14 mm
Poids : 740 g

Armement : fusil Schmidt-Rubin Modèle 00/11, K11, K31

Valeur : €€€ €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette destinée aux troupes (du génie, infanterie de montagne, artillerie, etc.), est une arme issue de l’amélioration du M-1906. Le M-1914 a été utilisé avec plusieurs modèles de fusils courts (K). Comme le diamètre interne de la bague est de 14 mm, il est impossible de le monter sur des fusils d’ancienne génération, M-1889, 89-96, 96-11 ou G11.

Pour info :
Un Sapeur, également appelé « Pioneer » ou ingénieur de combat, est un combattant ou soldat qui exécute une variété de fonctions de génie militaire tels que la construction de ponts, la pose ou le déminage, les démolitions, les défenses sur le terrain et la construction générale. La lame à dents de scie n’est pas destinée à infliger des blessures horribles, comme son apparence sombre le suggère. Elle a été conçue pour couper des arbustes, qui étaient à la fois sur la ligne de feu et utiles pour le camouflage de la future position de tir.

suisse dents de scie mle 18 002N° 21 590, attribution tardive pour un fusil modèle 00/11

Les baïonnettes étaient toujours livrées à l’arsenal sans numéro, après l’attribution à un fusil, le matricule de l’arme était frappé sur la croisière et le tout livré à l’armée. En cas de remplacement de la baïonnette, le matricule du fusil était frappé sur la croisière. Voir lien n° de fusil et années.

Pour comparaison, en haut M-1914, en bas M-1906 La croisière comporte un renfort intégrant la soie, (processus hérité du M-1887)

La poignée comparativement au M-1906 est plus massive, les plaquettes sont maintenues entre elles par tiges filetées et écrous soigneusement polis. Il est possible de trouver des baïonnettes dont toutes les parties métalliques sont entièrement chromées par des entreprises privées, mais autorisées par les autorités militaires.

Pour comparaison, en haut M-1914, en bas M-1906

La lame est du même type que le M-1906, mais comporte 65 dents de scie, avec une seule gouttière sur une face, aplanie sur l’autre.

Ces baïonnettes ont été fabriquées par trois constructeurs, seul (HS ou HSt) et W, ont marqué l’année sur les lames de certains de ces modèles.

suisse dents de scie mle 18 002suisse mle 18 date 32

Les fabricants :

– Waffenfabrik Neuhausen (nouveau nom pour Neuhausen S.I.G.).
– HS, HS W ou HSt W (Hans Steinar, Wasen, Emmental).
– Elsener Schwys, alias (VICTORIA SCHWYZ) société Victorinox commune de Schwys canton du même nom.

Deux types de fourreaux ont été utilisés :

La marque Script-P identifie le fabricant du corps et de la cuvette, par la firme AG Paillard de Sainte-Croix

Le fourreau en métal le plus couramment utilisé à partir de 1938, comporte une cuvette avec ressort interne fixée par une vis située sur l’arrière du corps. Pour être compatible avec les différents types de porte-fourreaux utilisés avec ce modèle, son pontet doit être muni d’une lanière en cuir maintenue par un rivet ou par points de couture. Les fourreaux suisses ne comportent pas de matricule.

Le fourreau en cuir est identique à celui utilisé avec la baïonnette M-1878 Vetterli.

Les porte-fourreaux utilisés avec ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) suisses N° : SUI 18 A, 19 H ou 19 G.

Période d’utilisation :
La convention de Genève interdit l’usage des baïonnettes triangulaires, cruciformes ou dentelées. En effet, les blessures qu’elles entraînent cicatrisent difficilement et ces armes furent considérées comme inhumaines.
La neutralité perpétuelle de la Suisse a été conclue le 20 mars 1815 au congrès de Vienne. Il n’y a donc aucune restriction pour l’utilisation d’un tel modèle qui n’a jamais été utilisé lors d’un conflit, la Suisse étant restée neutre durant les deux Guerres mondiales.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce rare modèle est comme tous les autres modèles à dents de scie très recherché par les collectionneurs. Il est un peu moins rare que le M-1906, mais plus robuste, sa qualité de finition est remarquable, et esthétiquement très réussi, indispensable dans une collection.

Le 22/11/21.

Copyright © 2021 Géraldbaios