Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette FAL R1 « Type C » (AFS)

Longueur : 290 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 235 g

Armement : Le fusil FAL a été produit sous licence en Afrique du Sud par Lyttleton Engineering Works, où il est connu comme le R1. Le premier fusil fabriqué en Afrique du Sud, numéroté en série 200 001, a été présenté au premier ministre de l’époque, le Dr Hendrik Verwoerd, par Armscor.

Fixation : la poignée entoure le cache-flamme du canon

Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette de fabrication belge, voir (Baïonnette FAL type C) a été utilisée avec les fusils FAL (R1, R2, R3) employés en Afrique du Sud de 1960 à 1980.

La poignée recouverte de peinture noire comporte un marquage spécifique M à l’intérieur d’un U (South Africa Defence Corps) et à sa droite un n° de série, elle est munie d’oreilles de verrouillage striées.

La position de la baïonnette dans le fourreau est spécifique 

Le fourreau utilisé pour cette baïonnette est en plastique moulé noir, il est muni d’une cuvette en acier avec ressorts internes fixée par une vis sur le devant. Des fourreaux en acier ont également été utilisés avec ce modèle.

Le porte-fourreau utilisé avec ce modèle est d’origine belge.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette variante est clairement identifiée marquage (M à l’intérieur d’un U), son origine n’est pas inconnue, alors pourquoi pas dans une collection.

Dernière mise à jour le 12/11/20.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette modèle L3A1 ou SA80 (GB)

Longueur : 280 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 410 g

Armement : fusil SA80, L85A1, L85A2
Fixation : la poignée entoure le cache-flamme du canon

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

En pleine guerre froide, face aux armées du bloc soviétique, l’OTAN a standardisé une grenade à fusil de diamètre interne de 22 mm, ceci afin de simplifier la logistique lorsque les troupes des différents pays manœuvraient ensemble. A partir de 1980 la Grande-Bretagne optera pour le fusil SA80 aves bouche de canon de 22 mm combo-périphérique. 

Le couteau-baïonnette L3A1 a été adopté par le Royaume-Uni en 1985 et produit jusqu’en 1994 à (350 000 ex), il a été utilisé avec le fusil automatique SA-80 et ses modifications L85A1 et L85A2. Lors de sa mise en service, cette baïonnette très critiquée, peu fonctionnelle, lourde et esthétiquement laide, était en autre destinée à être utilisée comme outil (scie) ou en combinaison avec son fourreau comme coupe-fil barbelé. Cette baïonnette dont la poignée métallique n’est pas isolée du courant ne peut évidemment pas être utilisée pour couper du fil électrique sous tension.

SA 80 ceremonie 02

La poignée tubulaire à douille et la lame sont forgées d’une seule pièce, le système de verrouillage est ajouté par la suite. Elle est munie de quatre orifices qui permettent aux gaz de s’échapper afin d’éviter les flammes lors du tir. Le verrouillage à l’arme s’effectue grâce à une pièce en acier mobile à rappel par ressort maintenue par une goupille. La forme tubulaire de la poignée peu ergonomique est très mal adaptée pour une utilisation comme poignard de combat ou comme outil-couteau.

La lame Bowie, de finition phosphatée est munie d’une gouttière de forme carrée sur chaque face assez prononcée, elle comporte neuf stries sur le tranchant, le contre-tranchant est biseauté sur les deux faces. Un orifice d’articulation destiné à former une cisaille avec le fourreau, même si il n’est pratiquement jamais utilisé est systématiquement réalisé lors de son façonnage.

GB SA 80Fourreau avec avec scie intégrée, coupe-fil et pierre à aiguiserFourreaux de conception simplifiéegb sa 80 complementLe tissu de cet exemplaire est muni d’un revêtement réfléchissant infrarouge qui le rend moins visible lorsqu’il est vu à travers la technologie de vision nocturne.Cet exemple a été réalisé en 1992 par Remploy LTD. Un ancien atelier protégé pour personnes handicapées qui, aujourd’hui, est une co-entreprise où les employés sont copropriétaires de l’entreprise.

Le fourreau est en matière plastique (composé phénolique) noire. L’infanterie de première ligne a reçu une version avec scie intégrée, coupe-fil et pierre à aiguiser. Les troupes de l’échelon arrière ont reçu un fourreau plus simple (et surtout moins coûteux) sans ces fonctionnalités, l’argument étant qu’ils auraient été rarement besoin d’utiliser l’une de ces fonctionnalités, il était donc prudent de les supprimer.

Tous les fourreaux sont logés dans des porte-fourreaux en matière synthétique qui peuvent être de différentes couleurs suivent le type d’environnement. Leurs maintiens à l’intérieur du porte-fourreau sont assurés grâce au système d’attache rapide en plastique développé par Fastex.

Longueur : 280 mm
ø interne de la douille 22 mm

SA 80 Soldat

Armement : fusil SA80, L85A1, L85A2

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Le couteau-baïonnette L3A1 avec son fourreau en cuir blanc simplifié est aussi utilisé lors des cérémonies officielles.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Esthétiquement laid, lourd, peu fonctionnel, ce modèle se rencontre rarement en combinaison avec le fourreau muni d’une scie, il est encore actuellement utilisé par l’armée anglaise.

Dernière mise à jour le 25/03/21.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette de la série L1 (GB)

Ci-dessus série L1A complète

La Grande-Bretagne a adopté sa propre variante du FAL en 1954 pour remplacer le vénérable fusil à verrou Lee-Enfield. Ce fusil a été désigné Fusil à Chargement Automatique (SLR) L1A1, et la baïonnette conçue en 1955 partage également cette désignation.

La série L1 comprend cinq variantes, trois produites en Grande-Bretagne (L1A1, L1A3 et L1A4), une produite en Australie (L1A2) et au Canada (C1).

Modèle : L1A1

Longueur : 304 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 315 g

Armement : fusil semi-automatique L1A1 SLR

Valeur :  €€€ €
Rareté :che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette très rare variante britannique, produite à partir de 1955 est la première de la série, elle est du même type que le modèle canadien C1, et australien L1A2

L1A3 960-0257 et poinçon ED (Enfield Small Arms)Détail des deux rivets de maintien du pommeau à la soie soigneusement abrasés

La poignée comporte un bouton poussoir de verrouillage proéminent bien pratique pour la mise en place à l’arme par temps froid avec des gants, mais qui rendait possible le déverrouillage accidentel de la baïonnette fixée à l’arme, surtout lorsqu’elle était employée au cours d’émeutes avec l’IRA. 

La croisière de cette variante est en forme de « taille de guêpe », les plaquettes en acier sont fixées par deux rivets creux, leurs marquages sont : L1A1 960-0011 ou L1A3 960-0257Cette variante a été produite que par deux constructeurs marquage ED (Enfield Small Arms) ou B (Birmingham Small Arms).

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière assez prononcée sur chaque face. Elle est calquée des baïonnettes n° 5, n° 7 et n° 9, qui l’ont devancé. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Le fourreau métallique n°5 conçu à la fin de la Seconde Guerre mondiale a continué à être utilisé avec toutes les baïonnettes de la série L1 jusqu’à ce que le FAL soit retiré du service britannique en 1987.

Modèle : L1A3 (1er type)

Longueur : 304 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 280 g

Valeur :  €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier

Cette sous-variante du 1er type, produite à partir de 1959, se caractérise par une modification de la forme du bouton poussoir. Celui du modèle L1A1 était proéminent, ce qui rendait possible le déverrouillage accidentel de la baïonnette à l’arme, surtout lorsqu’elle était employée au cours d’émeutes avec l’IRA.

L1A3 960-0257 et poinçon B (Birmingham Small Arms)L1A3L1A3 960-0257 et poinçon ED (Enfield Small Arms)

La poignée comporte un bouton poussoir de verrouillage qui épouse en partie la forme du pommeau. Il est possible de trouver des modèles L1A1 dont le pommeau a été ré-usiné afin de recevoir le nouveau bouton poussoir du modèle L1A3.

 

La croisière de cette variante est en forme de « taille de guêpe », les plaquettes en acier sont fixées par deux rivets creux. Le marquage sur les plaquettes en acier est : L1A3 960-0257, (« 960-0257 ») est le numéro de magasin de l’OTAN pour la baïonnette L1A3. Cette variante a été produite que par deux constructeurs marquage ED (Enfield Small Arms) ou B (Birmingham Small Arms).

Marquage B : BSA 1959L1A3 1Marquage ED : Enfield 1959

La lame est identique au modèle L1A1.

Modèle : L1A3 (2ème type)

Longueur : 304 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 340 g

Valeur :  €€€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette sous-variante du 2ème type, produite au milieu des années 1960, se caractérise par une réduction de la longueur de la gouttière sur chaque face de la lame. 

La poignée est identique au modèle L1A3 du 1er type, sauf au niveau de la croisière qui est droite, non plus en forme de « taille de guêpe ».

Marquage ED : Enfield 1967

La lame du 1er type avait une gouttière sur chaque face qui mesurait 135 mm, celle du 2ème type a été réduite à 105 mm, cette modification qui semble anodine affaiblissait par point de rupture la rigidité de la lame. 

Modèle : L1A4

 Exemplaire utilisé pour les cérémonies officielles

Longueur : 304 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 315 g

Valeur :  €€€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valier

Cette variante, produite à partir des années 1970 est la dernière de la série.

Croisière en forme de « taille de guêpe »Croisière de forme droiteL1 A4 03Détail des deux rivets de maintien du pommeau à la soie soigneusement abrasés

L1A4 C
La poignée est identique au modèle L1A3. Le pommeau peut être marqué avec les lettres R et C à l’intérieur d’un carré, il est possible qu’il provienne d’un autre constructeur (marquage spécifique).

La croisière de cette variante peut être en forme de « taille de guêpe », ou droite. Les plaquettes en acier sont marquées : L1A4 960-0259, suivi des lettres SM, marquage du seul constructeur Hopkinson Ltd., Trimils Works, de Sheffield. 

L1A4 73Année de fabrication

La lame est identique au modèle L1A1, elle peut être marquée avec un H à l’intérieur dans losange.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) avec cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau n° MKII 

Les baïonnettes de la série LA1 peuvent être logées dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) produit à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A et B.

Dernière mise à jour le 29/03/21.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette modèle L1A2 (Australie)

Longueur : 304 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 315 g

Armement : fusil L1A1 SLR

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

La Grande-Bretagne a adopté sa propre variante du FAL en 1954 pour remplacer le vénérable fusil à verrou Lee-Enfield. Ce fusil a été désigné Fusil à Chargement Automatique (SLR) L1A1, et la baïonnette conçue en 1955 partage également cette désignation.

La série L1 comprend cinq variantes, trois produites en Grande-Bretagne (L1A1, L1A3 et L1A4), une produite en Australie (L1A2) et au Canada (C1). La variante L1A2 dépourvue de tous marquages, a été fabriquée en Australie à partir de 1957 à Small Factory LITHGOW, et utilisée par l’armée de 1958 jusqu’en 1984.

Détail des deux rivets de maintien du pommeau soigneusement abrasésLIA 1 03LIA 1 04Modèle L1A2 australien assemblé avant 1960Modèle L1A2 assemblé après 1960, le modèle C1 du dessus est canadien

La poignée est du même type que le modèle anglais L1A1, et canadien C1. Elle comporte un bouton poussoir de verrouillage proéminent bien pratique pour la mise en place à l’arme par temps froid avec des gants. La croisière est en forme de « taille de guêpe », les plaquettes en tôle d’acier sont fixées par deux rivets creux.

LIA 1 06Lame du modèle australien en haut, et anglais plus affinée en bas

La lame caractéristique du modèle australien est assez massive, les extrémités de la gouttière sont arrondies et non carrées comme sur les exemplaires anglais ou canadiens, la finition d’ensemble est phosphatée noire. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Le fourreau utilisé pour ce modèle, est du même type que le modèle anglais n°5 (MKI), avec corps en acier et trou d’évacuation de l’eau à l’extrémité. La cuvette d’entrée en laiton avec ressort interne est fixée par une vis sur le devant.

LIA 1 05

On peut rencontrer ce modèle avec deux types de porte-fourreaux : le premier modèle est de type 1907 (C.G.C.F. daté 1967), le second plus récent est muni du double crochet de type US, tous deux sont d’origine australienne.

Période d’utilisation:
Durant la guerre du Vietnam par les troupes australiennes (de 1962 jusqu’en 1975).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle qui se raréfie est indispensable pour tous les collectionneurs des modèles L1A.

Dernière mise à jour le 12/12/20.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette modèle C1 (Canada)

Longueur : 304 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 300 g

Armement : version canadienne du fusil C1A1

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

La Grande-Bretagne a adopté sa propre variante du FAL en 1954 pour remplacer le vénérable fusil à verrou Lee-Enfield. Le fusil a été désigné Fusil à Chargement Automatique (SLR) L1A1, et la baïonnette conçue en 1955 partage également cette désignation.

La série L1 comprend cinq variantes, trois produites en Grande-Bretagne (L1A1, L1A3 et L1A4), une produite en Australie (L1A2) et au Canada (C1). La rare variante C1 a été fabriquée de 1956 à 1966, par division Small Arms, Arsenaux canadiens Limitée (anciennement Longbranch).

Baïo C1 02Détail des deux rivets de maintien du pommeau soigneusement abrasés

La poignée est du même type que le modèle anglais L1A1, et australien L1A2. Elle comporte un bouton poussoir de verrouillage proéminent bien pratique pour la mise en place à l’arme par temps froid avec des gants. La croisière en forme de « taille de guêpe », comporte un marquage (50 3900 C1 ou C1). Les plaquettes en tôle d’acier fixées par deux rivets creux sont dépourvues de marquage.

Baïo C1 03

La lame de type Bowie est calquée de la baïonnette anglaise n° 5, elle comporte un petit marquage au ras de la croisière, constitué de 2 lettres C A accolées pour désigner l’arsenal canadien suivi de la l’année de fabrication. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Certains exemplaires (baïonnette et fourreau), utilisés lors des cérémonies officielles peuvent être entièrement chromés. 

Fourreau n°5 (MKI) anglais avec baïonnette n°9 muni d’une cuvette en acier

Le fourreau utilisé pour le modèle C1 est du même type que le modèle anglais n°5 (MKI) anglais, avec corps en acier et trou d’évacuation de l’eau à l’extrémité. La fine cuvette d’entrée en acier est fixée par une vis sur le devant.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) canadiens N° : CA 19 A.

Dernière mise à jour le 28/01/21.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette modèle SA N°9 (AFS)

Longueur : 222 mm
ø interne de la douille : 15 mm
Poids : 262 g

Armement : fusil Lee-Enfield , No. 4 Mk 2

Valeur : €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier

Ces baïonnettes dépourvues de marquage ont été produites à partir de 1960 par l’armement Corporation d’Afrique du Sud (ARMSCOR), Lyttelton Engineering Works, à Pretoria. ARMSCOR étant le fabricant d’armes d’Etat en Afrique du Sud.

La lame est maintenue sur la douille par deux rivets soigneusement abrasés

Ce modèle combine une douille fabriquée par divers sous-traitants de type N°9 MK1, accouplée à une lame de type UZI M-1952.

Les deux types de fourreaux en acier utilisés : l’un mesure 220 mm, l’autre 190 mm La cuvette est spécifique à ce modèle

Les fourreaux utilisés pour ce modèle sont tous d’origine belge, ils sont le plus souvent en acier, le plus long étant le plus rare. Le fourreau de dernière génération en plastique moulé est muni d’une cuvette en acier avec ressort interne fixée par une vis sur l’arrière.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) sud-africains N° : ADS 19 B, C ou D.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Personnellement, je possède les trois différentes variantes de fourreaux, pour un prix d’achat relativement peu élevé, ce modèle méconnu muni de son porte-fourreau en cuir, a sa place dans une collection.

Dernière mise à jour le 14/11/20.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette N°9 MK1 (GB)

N°9 01

Longueur : 251 mm
ø interne de la douille 15 mm
Poids : 310 g

Armement : fusil Lee-Enfield 303 N°4  Mk 2, et PM Sten MK5

Valeur : €€
Raretéche1valierche1valierche1valier

Le modèle n°9 MK officiellement adopté le 22 juin 1948, est entré en service en 1949 pour être utilisé avec la version amélioré du fusil  N° 4 MkI, nommé N° 4 Mk 2, et le PM Sten MK5. Il combine la lame du même type que la baïonnette n° 5, et un système de verrouillage identique à celui utilisé avec les baïonnettes « clou » de la série N°4.

N°9 03Marque de Poole une lettre « P » à l’intérieur d’un cercle, suivie de l’année complète de fabricationN°9 02Marque Enfield lettres « ED » superposées, suivie des deux derniers chiffres de l’année de fabrication

Ces baïonnettes ont été fabriquées à l’ordonnance royale Factory, Poole, de 1947 à 1949 à (env. 200 000 exemplaires) et ensuite produites à la Royal Small Arms Factory, Enfield de 1949 à 1956 à (env. 366 902 exemplaires) avec un contrat supplémentaire de (10 000 ex) produit en 1962.

Il existe aussi quelques rares exemplaires avec codes de dispersion sur la douille qui suggère que la fabrication a probablement eu lieu au tout début de l’après-guerre.

N°9 05Le numéro de série « PF 312 197 » correspondait à un modèle destiné au contrat irlandais pour le fusil  N° 4 Mk II, qui n’a jamais été livré.

Les baïonnettes produites pour les pays étrangers portent le marquage PF suivi d’un n° de série à 6 chiffres.

Un contrat assez important de 42 896 baïonnette a été livré à la Birmanie, « PF 361 260 à  PF 404 156 ».

La douille est du même type que les variantes MKI, MKII, MK2* de la série N°4, mais seul le système de verrouillage est parfaitement identique. Le coude beaucoup plus massive intègre parfaitement la base de la lame brasée à celui-ci.

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière sur chaque face de forme carrée assez prononcée. Son tranchant est affûté sur toute la longueur, le contre-tranchant est biseauté sur les deux faces. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

La lame utilisée avec le poignard-baïonnette N°5, du même type que celle-ci, était très appréciée par ses utilisateurs pour la réalisation de diverses tâches. Pour des raisons de coût de fabrication, elle fut réemployée avec la baïonnette N°9 fort critiquée, car l’utilisateur ne pouvait pas l’utiliser, ni comme outil, ni comme poignard.

Sa finition est généralement polie brillant sauf sur quelques cm près de la gouttière.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) muni d’une cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau MKII 

La baïonnette n°9 MKI peut être logée dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) modifié à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Quelques rares exemplaires peuvent être logés dans des fourreaux avec corps en matière plastique ou en cuir (export) très rare.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A, B, C, D, D*.

Remarques perso : 
Dans certains films durant la première Guerre Mondiale, un oeil averti peut remarquer des erreurs, comme par exemple dans le film « Le crépuscule des aigles », ces baïonnettes apparaissent avec des fusils Lee-Enfield 303 N°4, lors d’un assaut des troupes allemandes en 1918.

Dernière mise à jour le 18/04/20.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette N°9 MK1 (IRL)

Longueur : 251 mm
ø interne de la douille : 15 mm

Armement : PM Carl Gustav M / 45 suédois modifié

Valeur :  €€€

Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

L’armée irlandaise a utilisé le PM Carl Gustav M / 45 suédois pendant la crise du Congo dans les années 1960, pendant la guerre civile libanaise dans les années 1970 et pendant les troubles. Il a été remplacé dans l’inventaire de l’armée irlandaise par le Steyr AUG , un fusil d’assaut compact de taille comparable à certains mitraillettes. Certains PM Carl Gustav M / 45 ont été modifiés par adjonction d’un porte-baïonnette pour y adapter la baïonnette N°9 MK1.

Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques ont produit le fusil n° 4 Mk 2 (les chiffres arabes ont remplacé les chiffres romains pour les désignations officielles en 1944). Cette baïonnette fabriquée en Angleterre (N°9 MK1) faisait partie du contrat irlandais pour le fusil n° 4 Mk 2, qui n’a jamais été livré.

Les baïonnettes dont les n° de série sont compris entre (PF 301 548 et 354 999) ou (PF 36 000 et 40 515) étaient destinés à la république d’Irlande.

Dernière mise à jour le 05/05/20.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette n°1 MKI « OWEN » (Australie)

Longueur : 378 mm
ø interne de la douille : 16,5 mm
Poids : 420 g

Armement : PM Owen gun MKI 1943

Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Lorsque la mitraillette Australianicon Owen a été mise en service en 1941, elle n’était pas équipée de dispositif pour recevoir une baïonnette. En 1944, il a été décidé d’ajouter un support approprié pour pouvoir y monter une baïonnette.

En 1944, la baïonnette choisie pour être utilisée avec le pistolet mitrailleur était une version raccourcie de la baïonnette standard modèle 1907, ou n° 1 Mark I. Les exigences spéciales de la guerre dans la jungle avaient conduit à la recherche d’armes et d’équipements adaptés aux conditions très difficiles de celle-ci. Dans le but d’alléger la charge du soldat, un fusil plus court et plus léger était jugé souhaitable.

L’Australie produisit 100 fusils éclaircis et allégés no 1 à la Lithgow Small Arms Factory, ainsi que 100 courtes baïonnettes. Le fusil n’a pas été adopté pour l’utilisation, mais c’est cette baïonnette qui a été choisie pour être adaptée à la mitraillette Owen.

Ce modèle fut officiellement approuvé le 31 juillet 1944 et scellé le 16 août 1944. La baïonnette fut désignée sous le nom de Bayonet Sub-Machine Gun (Aust.) No.1 Mk.I. La seule différence entre ce nouveau modèle et le modèle 1907 est la nouvelle lame de 25,5 cm, avec une gouttière de 14 cm de long.

Un deuxième modèle a également été approuvé et scellé aux mêmes dates, étant désigné sous le nom de Bayonet Sub-Machine Gun (Aust.) No.1 Mk II. A l’origine, cette conception devait avoir une nouvelle lame de 20 cm, mais tous les modèles connus sont faits avec lame de 43 cm du M-1907 raccourcies. La lame ainsi modifiée, du fait de la gouttière longue s’amincit à son extrémité en la fragilisant. Le 13 avril 1945, il a été décidé d’adopter officiellement le modèle No.1 Mk.I.

La production de mitraillettes d’Owen a cessé en septembre 1944, sur les 45 000 exemplaires produits très peu était équipé du porte-baïonnette. Les canons ont commencé à en être équipés à partir de 1945, la plupart des Owens les ont reçus quand ils ont été réparés en usine (F.T.R.) pendant la période 1946-1950 et 1955. Le compensateur de la bouche de l’Owen et le porte baïonnette du fusil SMLE étant identique, les baïonnettes étaient donc interchangeables entre les deux armes. Pendant la guerre de Corée, la baïonnette la plus courte était connue sous le nom de baïonnette universelle et était aussi utilisée pour le fusil SMLE qui a été retiré du service de première ligne qu’à partir de 1966.

Les dossiers montrent que 19 000 exemplaires avaient été fabriqués le 16 avril 1945. Au total, 34 662 carabines Owen Machine étaient des FTRd (modifiées), on suppose donc qu’au moins autant de baïonnettes ont été produites.

Au cours de 1944-45, toutes les baïonnettes No.1 Mk.I. et MK.II. ont été fabriquées à l’Orange Rifle Factory n°3 (OA).

La poignée identique au M-1907, est munie de plaquettes estampillées « SLAZ », et l’année de fabrication. « SLAZ » est le synonyme de Slazengers (Australie) Pty. Ltd Sydney, la société qui a fabriqué les boiseries. Le pommeau ne comporte pas l’inscription du matricule de l’arme, comparativement au M-1907.

Côté droit Australie OWEN 04Côté gauche  

La lame du modèle No.1 Mk.I. comporte sur le côté droit les marquages suivants : « X » la marque de cintrage, « OA » et une large flèche la marque d’acceptation du gouvernement.

Sur le côté gauche : MA /1907/1, la référence du modèle Lithgow P-1907 (No 1) sur laquelle il est basé, et la date (mois, année).

Au début des années 1950, quand on craignait que le conflit coréen ne se répande, la production recommençait, cette fois à la Lithgow Small Arms Factory (MA).

La poignée comporte un pommeau marqué « MA » ou « OA » si celui-ci a été fabriqué à Orange à une date ultérieure, les plaquettes sont estampillées « SLAZ« .

La lame comporte sur le côté droit les marquages suivants : « X« , la marque de cintrage, MA 53, ou « MA » seul. Quelle que soit l’année de fabrication de la baïonnette, 1952, 53 ou 54 toutes sont estampillées MA 53.

Sur le côté gauche : la flèche d’acceptation du gouvernement, et uniquement l’année de fabrication.

Le fourreau est du même type que le modèle 1907, à l’exception d’un corps plus court, le cuir de couleur naturel fourni par la société Mangrovite Belting Pty. Ltd., J. Ludowici Ltd, Sydney est généralement estampillé «MANGROVITE» suivi de l’année de fabrication.

La chape fixée sur le corps par deux agrafes comporte deux puissants ressorts à lame maintenus par six rivets saillants, elle est toujours munie d’un bouton de suspension rond, l’extrémité est également fixée par deux agrafes. Les garnitures (chape et l’extrémité) sont marquées « OA » ou « MA » selon le fabricant.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Australie N° : AUS 19 A, et B.

Remarques perso :
Il est actuellement plus facile de ce procurer un fourreau que la baïonnette.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Très belle baïonnette, celles fabriquées après 1953 sont très rares, à ne pas laisser passer.

Dernière mise à jour le 11/12/20.

Category Archives: Z (liens) Commonwealth

Baïonnette N°7 MKI (GB)

Longueur : 310 mm
Diamètre interne de la douille : 22,5 mm
Poids : 390 g

Fusil Lee-Enfield N°4 MKIPM Sten MK5 (photo trouvée sur internet) 

Armement : fusil Lee-Enfield n°4 MkI/ PM Sten MK5

Valeur : €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Lors de sa conception, ce modèle uniquement destiné à l’armée de terre était censé remplacer la baïonnette n°4 « clou » très peu appréciée par ces utilisateurs, car peu fonctionnelle. Grâce à sa lame d’excellente qualité de type Bowie, il pouvait être utilisé comme poignard de combat.

Initialement, la baïonnette n°7 MKI/Land était destinée à être utilisée avec le PM STEN MK5Cependant, à partir d’octobre 1947. Il a été prescrit de l’utiliser également avec les fusils SMLE n°4 nouvellement fabriqués, mais plusieurs incidents impliquant des balles frappant l’anneau de la bouche ont eut lieu. Entre temps la baïonnette n°9 a été adoptée et l’utilisation de la baïonnettes n°7 définitivement abandonnée. Elle a ensuite été utilisée jusque dans les année 1970, uniquement par la brigade de la garde, essentiellement auprès des musiciens lors de cérémonies officielles.

La baïonnette de service N°7 MkI a été conçue en 1944 et seulement 176 000 ont été produites. Sa conception a été perfectionnée par Wilkinson Sword Co., qui a produit 1 000 baïonnettes en 1944 et la production ultérieure a été réalisée par quatre autres fabricants de 1945 à 1948.

Système de verrouillage du pommeauToutes les parties métalliques sont peintes en noirSystème de verrouillage à l’arme

La poignée est munie de plaquettes faites d’un composite à base de tissu imprégné de résine appelé Paxolin, elles sont maintenues entre elles par vis et écrous fendus. Les plaquettes qui peuvent être de couleur différente (marron, rougeâtre, noire) comportent trois profondes rainures épousant la forme des doigts lors d’une éventuelle utilisation comme poignard de combat. Son pommeau peut pivoter de 180° pour une utilisation comme baïonnette ou comme poignard. La croisière identique au modèle n°5 MKI, est munie d’une bague de diamètre interne très important inutile lors de la mise en place sur l’arme.

GB n°7 M78Code « M/78″sur le pommeau

La conception initiale a été perfectionnée par la Wilkinson Sword Co., qui produit 1 000 baïonnettes en 1944. La production de série de ce modèle officiellement adopté le 21 janvier 1945, a été réalisée par quatre fabricants, (de 1945 à 1948 à 176 000 exemplaires).

  1. Birmingham Small Arms, Ltd. (25 000 ex) code « M47B ».
  2. Elkington & Co. Ltd, Birmingham (20 000 ex) code « M-78 ».
  3. Royal Ordnance Factory, Poole (30 000 ex) code « P » à l’intérieur d’un petit cercle.
  4. Royal Ordnance Factory, Newport (100 000 ex) code inconnu.

Désignation «n°7 MK 1/L»

La lame Bowie, bien proportionnée comporte une gouttière de forme carrée sur chaque face assez prononcée. Son tranchant est affûté sur toute la longueur, le contre-tranchant est biseauté sur les deux faces. Cette lame également utilisée avec la baïonnette N°9, était très appréciée par ses utilisateurs pour la réalisation de diverses tâches. Sa finition est généralement polie brillant sauf sur quelques cm près de la gouttière peints en noir. Ce profil particulier de lame a pour inconvénient de ne pas être réversible lors de la mise en place de la baïonnette dans le fourreau.

Fourreau n°5 (MKI) muni d’une cuvette en acierFourreau codé S 294 (Wilkinson Sword Co, Ltd ), à partir de 1949 ce système de codage (S et chiffres) a disparu
GB-fourreau-N-5-01Fourreau n°5 (MKII) avec corps codé S 286 (Vanden Plas England)Fourreau n°5 (MKII) avec cuvette en laitonExtrémité percée d’un fourreau n° MKII 

La baïonnette n°7 MKI peut être logée dans deux types de fourreaux métalliques.

Le fourreau n°5 (MKI) produit à partir de 1943 était composé de cinq éléments :

  1. Un corps métallique
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une fine cuvette d’entrée en acier
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort
  5. Un embout d’extrémité

Le fourreau n°5 (MKII) produit à partir de 1949 était composé de quatre éléments :

  1. Un corps métallique avec extrémité percée
  2. Un double ressort de maintien de lame
  3. Une cuvette d’entrée en laiton avec lèvres proéminentes
  4. Une vis de maintien de la cuvette et du double ressort

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) Grande-Bretagne N° : GB 19 A, B, C, D, D*.

Dernière mise à jour le 31/03/21.

Copyright © 2021 Géraldbaios