Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z USA

Baïonnette US OKC-3S

Longueur : 330 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 570 g

Armement : fusil M16

Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

La OKC-3S est une baïonnette développée par le United States Marine Corps pour remplacer la baïonnette M7 et M9 en tant que baïonnette de service pour les fusils de la famille M16 et dérivés. Cette baïonnette polyvalente offre une plus grande durabilité que la M7 et sert également de couteau de combat.

L’OKC-3S fait partie d’une série d’améliorations d’armes lancées en 2001 par le commandant du Corps des marines, James L. Jones, afin d’élargir et de renforcer l’entraînement au combat au corps à corps des Marines, y compris un entraînement au programme d’arts martiaux du Corps des marines et un couteau. combat. Dans le programme de baïonnette à usages multiples, 33 couteaux différents ont été évalués. L’OKC-3S s’est comporté le mieux, ou presque, dans presque toutes les catégories de tests. Un contrat pour OKC-3S a été passé en décembre 2002 et la production et la distribution ont commencé en janvier 2003.

L’OKC-3S est fabriqué exclusivement par la Ontario Knife Company et des versions civiles identiques sont disponibles à l’achat. Il ressemble au couteau de combat Ka-Bar emblématique des Marines, bien qu’il ne soit pas comblé. Il est plus grand, plus épais et plus lourd que la baïonnette M7, bien qu’il soit légèrement plus mince et plus léger que la M9 actuelle, produit pour l’armée américaine. Un point plus net aide à pénétrer les gilets pare-balles que portent de nombreux adversaires modernes; tandis que les dentelures près de la poignée aident à améliorer sa fonction de couteau utilitaire. Lors d’une démonstration, un prototype a pu percer un sac de boxe recouvert d’aluminium pour l’avion et un gilet pare-balles. Le numéro de nomenclature OTAN est le 1095-01-521-6087.

La poignée est en Dynaflex, un matériau synthétique antidérapant, rainurée de façon ergonomique et plus ovale que ronde. Cette conception aide à prévenir les microtraumatismes répétés et la fatigue des mains pendant l’entraînement. Il comporte également un Eagle, un Globe et un Anchor en relief moulés pour permettre à l’utilisateur d’identifier la direction de la lame dans l’obscurité. La languette complète relie la protection en travers / l’anneau de la bouche à la plaque de verrouillage du pommeau qui serre la patte du fût ; les deux sont recouverts de phosphate comme la lame.

L’ancien président et chef de la direction d’Ontario Knife Company, Nick Trbovich Jr., a déclaré à ce propos: « Nous avons passé beaucoup de temps à nous assurer que la poignée était correcte du point de vue ergonomique … Il n’y a pas de points de boursouflure sur la poignée. »

La lame est en acier à haute teneur en carbone évalué HRC 53-58 et est capable de fonctionner sans rupture à des températures de fonctionnement de -32 à 57 ° C, elle est de finition phosphate non réfléchissante.

Le fourreau en polyester et élastomère, conçu par Natick Labs, offre une réduction du poids et du bruit par rapport au précédent fourreau utilisé pour la baïonnette M9. Il possède un ressort interne en acier inoxydable et un dispositif de friction à la gorge pour fixer la baïonnette. Une tige de rodage en aluminium revêtue de céramique est située à l’arrière du fourreau. Le fourreau est compatible avec le système de fixation modulaire MOLLE / PALS. Il n’est plus équipé du dispositif coupe-fil du M9.

Remarques perso :
Merci à Marc pour les photos car je ne possède pas ce très rare modèle. Hélas …

Le 15/09/21.

Category Archives: Z USA

Baïonnette US M7 (commémorative)

Longueur : 300 mm
ø interne de la douille : 22 mm 

Armement : fusilM16 et AR-18

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

D’après un amis collectionneur, cette baïonnette en provenance des Etats-Unis aurait été utilisée durant la première guerre du Golf (1990-91).

D’après d’autres sources, quelques modèles de ce type ont été créés à l’époque de « Desert Storm », mais juste quelques mois trop tard pour être effectivement utilisés dans le désert.

La poignée comporte les plaquettes d’origine, avec une finition particulière très résistante faite par trois couches de couleur sable vieillie pendant trois mois.

La croisière de ce modèle porte les lettres BOC du producteur de la majorité des M7 utilisées durant la guerre du Vietnam, avec environ 1,8 million livrées entre octobre 1968 et octobre 1969.

La lame n’a pas subi de traitement particulier.

Le fourreau est un modèle US M8A1 dont le corps et l’extrémité métallique sont peints de couleur sable, il aurait pu être de type US M10. 

Remarques perso :
Merci à Marc pour les photos car je ne possède pas ce très rare modèle.

Le 01/04/20.

Category Archives: Z USA

Poignard US Camillus MK2

Longueur : 306 mm
Valeur :  €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Ce couteau de combat dénommé officiellement MK2, de fabrication Camillus, dont il existe une multitude de versions a été produit (d’après son marquage sur la lame) sous contrat militaire US de 1974 à 1978.

Détail de la goupille sur le pommeau

La poignée munie de cinq rainures est constituée de rondelles en cuir enfilées sur la soie et ensuite usinées par un tour à décolleter. La garde droite symétrique est bloquée contre la lame grâce au « Grip », lui même bloqué contre le pommeau fixé sur la soie par une goupille. 

Poignard 05Marquage (US CAMILLUS)

La lame Bowie en acier au carbone, très robuste qui semble indestructible, est assez longue pour couper du bois de chauffage, ouvrir une caisse de munitions, etc. Toutes les parties métalliques du poignard ont une finition de phosphate mat non réfléchissant.

Poignard 04

Le fourreau en cuir se compose de deux parties principales cousues entre elles renforcées par sept rivets, une sangle avec un bouton pression maintient parfaitement la poignée.

Le 08/06/20.

Category Archives: Z USA

Baïonnette US M7 N°II

Longueur : 300 mm
ø interne de la douille : 22 mm 

Armement : fusil M16 et AR-18

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valier

La baïonnette M7 produite à partir de 1964 a été partiellement remplacée en 1984 par le modèle M9 au service de l’armée et par la baïonnette OKC-3S pour le Marine Corps. L’armée, la marine et l’USAF utilisaient encore des M7, il y a encore peu de temps.

Pour info, le n° NSN (OTAN) de la baïonnette M7, depuis le 01 janvier 1961 est 1095-00-017-9701. Plus de 4 millions de baïonnettes M7 ont été produites au cours de sa durée de vie de plus de 30 ans. Voir historique Baïonnette M7 contrat Colt’s USA.

Sur la base de la baïonnette M7, l’Ontario Knife Company a créé sa version commerciale moderne à poignée monobloc, actuellement en vente sur certains sites. 

La poignée comporte deux plaquettes en plastique finement quadrillé maintenues entre elles par vis sur rondelles et écrous intégrés. Le pommeau de forme carrée, fixé par matage de la soie est constitué d’un système de verrouillage à l’arme simplifié utilisant deux crochets articulés par un ressort.

  1. Vis
  2. Rondelle
  3. Plaquette gauche avec écrou intégré
  4. Plaquette droite
  5. Lame / Croisière
  6. Goupille creuse
  7. Crochet
  8. Crochet
  9. Ressort

Dans tous les cas la croisière du modèle M7 est maintenue à la soie, par une pièce en acier pliée. Tous les fabricants de la Guerre du Vietnam, MILPAR, CONETTA, BOC, FZR, à l’exception d’IMPERIAL, ont utilisé une soie allégée fendue.

Les deux autres fabricants, GENERAL CUT (1985-87), ONTARIO (1988-89) ont utilisé une soie plaine.

Contrairement aux plaquettes utilisées avant décembre 1963, celles de cette variante ont des écrous intégrés.

Les marquages sur la croisière se composent ainsi, sur le côté gauche US M7, à droite le nom du fabricant, sauf Conetta qui est est le seul à avoir marqué ses baïonnettes de la même manière que les modèles M4. Pendant la Guerre du Vietnam, environ 3 millions de baïonnettes M7 ont été produites par cinq fabricants différents.

M7 Mil par

MILPAR a été le premier contrat gouvernemental non-Colt pour la production de M7 et a commencé au début de 1964 jusqu’en 1967, MILPAR a livré environ 650 000 ex.

M7 FSZ

FZR est un fabricant inconnu, mais peut être Frazier Manufacturing Company selon MH Cole. Les baïonnettes M7 marquées FZR étaient de l’époque de la guerre du Vietnam et y ont été mises en service, mais il n’y a aucun registre des marchés publics pour FZR.

us m7 conetta

CONETTA a produit environ 130 000 ex pendant la guerre et a fermé ses portes vers la fin des années 60.

M7 03

BOC est de loin le producteur de la majorité des M7 de la guerre du Vietnam, avec environ 1,8 million livrées entre octobre 1968 et octobre 1969.

us m7 imperial 0001

IMPERIAL a reçu un contrat du gouvernement en 1973 et a produit environ 350 000 ex cette année-là.

us m7 ontarioFabrication ONTARIO environ (58 000 exemplaires)M7 04Fabrication GENERAL CUT environ (127 000 exemplaires)

Les deux autres variantes, GENERAL CUT (1985-87), ONTARIO (1988-89) sont de fabrication plus récente.

La lame en acier au carbone 1095, de type US M4 de finition phosphatée ne comporte aucune inscription.

La nuance d’acier (1095) correspond à la norme internationale indiquant la teneur en carbone, soit 0.95 %. Ce type d’acier est classé dans les « aciers extra-durs », comme l’acier 1060.

Le fourreau utilisé pour la plupart de ces baïonnettes est un modèle US M8A1 de dernière génération, qui à partir de décembre 1955 sera caréné par une solide bouterolle en tôle d’acier phosphatée, qui avait pour but d’éviter le trop facile écrasement de l’extrémité du corps. Ces fourreaux vont continuer leurs carrières, au sein des forces armées américaines, jusqu’à la fin des années 1980, date à laquelle ils obtiendront une retraite bien méritée.

Voir histoire des (Fourreaux US M8/M8A1).

Code constructeur 2v376 (OKC Ontario Knife Company)

Le fourreau M10 a été conçu en théorie pour être utilisé à partir de 1987 avec les baïonnettes M4, M5A1, M6 et M7. Pour une bonne harmonie de l’ensemble, seule la baïonnette M7 brièvement utilisée avec celui-ci, lui convient parfaitement. Par rapport au modèle M8A1 utilisé à partir de 1954, il est plus résistant aux chocs, plus léger, imputrescible, et moins volumineux, seule petite critique, le tranchant de la lame de la baïonnette peut avec le temps endommager les côtés de la cuvette non protégés.

Le corps et la chape qui intègre deux lames ressort en polymère de couleur noire sont conçus séparément et ensuite emboutis. Le trou destiné à évacuer l’eau débouche directement sur celui utilisé pour le passage du lacet de maintien. La sangle de suspension très étroite de couleur grise d’une seule pièce est fixée à l’arrière de la chape par couture. La lanière munie du double crochet, utilisée pour le maintien de la baïonnette est maintenue par couture sur la suspension, elle se verrouille grâce à un bouton pression.

Le n° NSN qui n’apparait pas sur le corps est toujours 1095-00-223-7164, et la référence article 8448476.

Les codes constructeurs sont :

20014 (GenCut).
74846 (Imperial Schrade).
2v376 (OKC Ontario Knife Company).

Période d’utilisation :
Ces baïonnettes ont été utilisées lors de la Guerre du Vietnam à partir de 1965 jusqu’à la fin en 1975, et après guerre du golf (1990-91).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Toutes les variantes sont indispensables pour les collectionneurs de matériel US.

Le 21/02/22.

Category Archives: Z USA

Baïonnette US M7 contrat COLT’S (USA)

Longueur : 302 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 310 g

Armement : fusil M16  et AR-18

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Les fusils M16 ont été produits par Colt jusqu’à la fin des années 1980, ensuite ils furent fabriqués par la FN Herstal.
Les premières baïonnettes M7 prototypes de Colt ont été fabriquées à environ 20 000 exemplaires de 1961 à 1962 par Universal Industries de West Haven, CT. Ces baïonnettes munies d’une poignée monobloc de couleur verte, sont bien sûr introuvables.

Les première baïonnettes en série surnommées « New Model M7 » et fourreau, ont été produites pour la firme COLT’S 30 000 exemplaires environ en 1963-64 afin d’honorer le contrat qui la liait avec le gouvernement américain (chaque fusil produit devait posséder sa baïonnette). La firme COLT’S a dû faire appel à Imperial en sous-traitance pour produire ces baïonnettes et fourreaux.

Quelques modèles ont également été produits par Milpar en quantité très limitée, leurs croisières étaient marquées « MILPAR USM7 », et étaient munies de fourreaux M8A1 standards.

Pour ces deux modèles, Colt leur a attribué le numéro de pièce 62 316 dans l’inventaire, ce numéro apparaît sur les lames des premières baïonnettes fabriquées commercialement pour Colt.

La poignée comporte deux plaquettes en plastique finement quadrillées maintenues entre elles par vis et écrous. Le pommeau de forme carrée, fixé par matage de la soie est constitué d’un système de verrouillage à l’arme simplifié utilisant deux crochets articulés par un ressort.

Comme pour le M4 de seconde génération, la croisière est maintenue à la soie, par une pièce en acier pliée. La croisière ne comporte pas le poinçon US d’acceptation de la défense Stamp (DAS) arrêté vers 1965, ni le nom du constructeur.

Tous les fabricants de baïonnettes M7 de la Guerre du Vietnam, MILPAR, CONETTA, BOC, FZR, à l’exception d’IMPERIAL, ont utilisé une soie allégée fendue.

Contrairement aux plaquettes utilisées par la suite à partir de décembre 1963, celles de cette variante n’ont pas d’écrous intégrés.

M4 04Pommeau du modèle US M4Pommeau du modèle US M7

Le pommeau du modèle M7 hérité du M4, est constitué d’un système de verrouillage à l’arme simplifié utilisant deux crochets maintenus par deux goupilles cylindriques, articulés par ressort de compression. Par rapport au pommeau du M4, le pommeau du M7 est muni d’une rainure un peu plus large et de crochets plus imposants améliorant ainsi la préhension pour le verrouillage avec des gants, ce système sera utilisé également sur les M9.

B1329-4

La lame de type US M4, de finition entièrement phosphatée, comme le reste des autres parties métalliques porte sur la droite les inscriptions : COLT’S (n°62316) HARTFORD, CONN. USA. 

B1329-6B1329-7

Le fourreau de fabrication impériale, uniquement utilisé pour cette baïonnette est un modèle US M8 A1, pourvu d’un double crochet de suspension. Son corps en plastique moulé vert olive est d’une finition rugueuse sans renfort à l’extrémité. La chape en tôle d’acier phosphaté, est maintenue au corps par sertissage sur les côtés, elle porte sur la face avant l’inscription du modèle : USM8A1 (sans point entre les lettres), et sans les initiales de tout fabricant. A l’arrière une cornière en forme de L sert de point d’appui à la suspension en coton tissé (webbing), maintenue par deux rivets emboutis. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette rare baïonnette fait partie des 30 000 premiers modèles produits pour la Guerre du Vietnam, (1963-1975), elle est indispensable pour tous collectionneurs de matériel US. Beaucoup de celles-ci jamais utilisées sont encore dans un état de conservation exceptionnel.

Le 10/02/22.

Category Archives: Z USA

Baïonnette US 17 Trench Gun

Longueur : 553 mm
ø interne de la douille : 15 mm

Armement : fusil US Trench Gun modèle 1912  Winchester

Valeur :  €€€ €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Après avoir épuisé les stocks restants de baïonnettes M-1917 de la Première Guerre mondiale, les États-Unis ont passé des commandes pour l’achat de nouvelles baïonnettes neuves M-1917, émises pour les fusils à pompe «de tranchée». Seulement deux fabricants ont fabriqué ces rares baïonnettes, General Cutlery de Fremont, Ohio et Canadian Arsenals Ltd. Produites à partir de 1966, leur constitution pour des raisons économiques de coût de fabrication est simplifiée au maximum, elles s’adaptent en toute logique sur les obsolètes fusils modèle US 17 et britannique P-1914.

Marquages d’un des deux constructeurs, (GEN CUT) General Cutlery de FremontAigle stylisé avec trois étoiles, poinçon US d’acceptation de la défense Stamp (DAS), supprimé après 1965

La poignée possède un pommeau droit qui comporte une rainure en forme de T, petite spécificité, le bouton poussoir de verrouillage est très proéminent afin de faciliter son utilisation avec des gants. Les plaquettes en plastique finement quadrillées sont maintenues entres elles par vis à tête ronde et écrous intégrés à la plaquette.

Pour une raison de rapidité d’exécution la soie est pleine, la croisière est maintenue à celle-ci par deux goupilles creuses. Le bouton de verrouillage afin d’éviter son desserrement est bloqué mécaniquement par une petite goupille creuse.

La lame de finition phosphatée avec un profil légèrement plus affiné à son extrémité que le M1917 de première génération, est dépourvue de tous marquages. Elle est munie d’une gouttière sur chaque face et d’un dos arrondi, son tranchant est légèrement affûté sur toute la longueur, sa résistance à la torsion est excellente.

Inscriptions sur chape US M-1917 afin d’éviter la confusion avec le fourreau M3

Le fourreau nommé M-1917, utilisé pour ce modèle a été fabriqué par Beckwith Manufacturing Co’s.Division Victory Plastics. Le corps est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression. Une chape en tôle d’acier phosphatée, avec un double crochet pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par sertissage sur les côtés. Le dessus de la chape ne comporte pas les deux crochets inutiles pour ce nouveau modèle, qui maintiennent correctement la poignée de la baïonnette M-1905-42 dans le fourreau.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette rare baïonnette est indispensable pour tous collectionneurs de matériel US. Beaucoup de celles-ci jamais utilisées sont encore dans un état de conservation exceptionnel.

Le 16/03/20.

Category Archives: Z USA

Couteau de tranchée US. MARK 1.

Longueur : 380 mm
Poids :
Valeur : €€€ €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

L’US Mark I nommé simplement US M-18 est un couteau de tranchée conçu par des officiers de L’American Expeditionary Force (AEF). L’US M-18 est une amélioration du « trench knife » US M-1917 qui utilisait une lame triangulaire et une poignée équipée d’un protecteur de main. En 1918, il était évident que la conception du M-17 était trop limitative, et une nouvelle conception de couteau de tranchée a été demandée. Sur le front, on reprochait au M-17 son absence de coupe bien pratique pour ouvrir une caisse de munition ou réaliser d’autres petits travaux.

Le 1er juin 1918, un panel d’officiers de l’AEF a mené un essai exhaustif sur le terrain de divers couteaux de tranchée, y compris le M1917 américain, le couteau de tranchée Hughes  et les couteaux de tranchée standard des armées britannique et française, respectivement. Le test sur le terrain a été effectué pour examiner les qualités de chaque couteau en fonction des critères suivants : la capacité de porter à une main tout en effectuant d’autres tâches, la rapidité ou la rapidité de l’emploi en action, la sécurité de l’adhérence en cas de chute, facilité de transport lors de l’exploration dans une position couchée basse, la probabilité que le couteau soit renversé pendant une lutte, la pertinence du poids, de la longueur et de la forme de la lame et la forme de la poignée.

Suite à ces essais, est né le couteau de tranchée de remplacement appelé Mark I, développé conjointement par des officiers de l’AEF et de la division Engineering of US Ordnance. L’AEF a déclaré que le Mark I était une combinaison de toutes les meilleures caractéristiques des couteaux de tranchée évalués, et la lame à double tranchant du Mark I est une copie du Couteau Poignard M-1916 (connu sous le nom de Le Vengeur ).

Avec la fin des hostilités, les contrats de guerre à grande échelle pour la production de couteaux Mark I ont été annulés. La plupart des couteaux Mark I fabriqués par des fabricants américains n’ont jamais été délivrés et sont restés dans les entrepôts de l’armée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des stocks de couteaux Mark I ont été libérés pour distribution aux unités de l’armée ayant besoin d’un couteau de combat rapproché, bien que le nombre de Mark I utilisé ait été limité. Parmi ces couteaux le Mark I mis en service, dont la plupart ont été délivrés en 1942 et 1943 à des soldats servant dans des rangers de l’armée d’élite et des formations aéroportées bien que certains couteaux Mark I aient été utilisés par des unités marines en 1942 et 1943, en particulier des marines servant avec les quatre bataillons de Raider de Marine. Les rapports de l’armée et du domaine maritime concernant l’efficacité du couteau Mark I étaient mitigés ; certains hommes ont aimé le design, tandis que d’autres se sont plaints du fait que Mark I était mal équilibré, avec une lame relativement mince qui était susceptible de se casser à la jonction lame-poignée, en particulier lorsqu’il était utilisé pour des tâches utilitaires. D’autres rapports ont noté que la grande poignée de protège-doigts «knuckle» du Mark I était coûteuse à produire et limitait le nombre de positions de poignée de combat utiles, tout en empêchant le couteau d’être transporté dans une gaine en cuir conventionnelle ou fourreau. Le Mark I a également été critiqué par les raiders marins pour son mauvais équilibre, sa vitesse de déploiement relativement lente et sa capacité de pénétration rapide à tuer lorsqu’il est utilisé dans un rôle offensif (les raiders adopteraient éventuellement un couteau de combat avec une silhouette stylet, lame modelée d’après le couteau de combat Fairbairn-Sykes. De plus, les planificateurs de guerre américains avaient annoncé le besoin d’un couteau de tranchée à usage général qui pourrait remplir à la fois les rôles de combat et d’utilité, tout en conservant les ressources stratégique en métaux. Le couteau de tranchée Mark I a été remplacé au service de l’armée par le US M3 en 1943 ainsi que de vieilles baïonnettes converties en couteaux de combat tandis que l’US Marine Corps a publié son propre couteau de combat et utilitaire la même année, désigné le 1219C2 connu comme le couteau de combat USMC Mark 2 alias le couteau USMC, utilitaire de combat.

Afin de gagner du temps dans la livraison du nouveau couteau aux troupes combattantes, les premiers ont été achetés auprès d’un fabricant français, Au Lion (Au Lion / Société Générale, France). Par la suite, le gouvernement américain a passé des commandes de 1 232 780 couteaux Mark I auprès de plusieurs entrepreneurs américains, dont Landers, Fray & Clark (LF&C.), Henry Disston & Sons (HD&S), et Oneida Community Limited (OCL), dont les livraisons débuteront en décembre 1918Les dossiers de l’Ordnance notent que la fin de la guerre en novembre 1918 a amené l’Ordnance à annuler toutes les commandes de Mark I à l’exception d’une seule commande réduite pour 119 424 couteaux de Landers, Frary & Clark Co. (LF&C). Malgré cette annulation apparente, des couteaux de tranchée US Mark I originaux ont été trouvés autrement avec des tampons HD&S et OCL, avec des poignées moulées en bronze ou en aluminium. 

La poignée moulée en bronze chimiquement noirci, intègre la soie de la lame bloquée mécaniquement par un écrou conique en acier à l’arrière. Comme un poing américain, elle est munie de pointes destinées à fournir une surface de frappe plus concentrée lors d’un combat au corps à corps.

Pendant la Seconde Guerre à partir de 1943, il arrivait que les paras US coupent la garde en bronze pour la coller au plus près du corps.

Fourreau marqués « LF&C. 1918 »

Le fourreau d’origine en acier composé de deux tôles assemblées par un agrafage latéral. Il est muni de deux pinces intérieures pour le maintien de la lame. Deux pontets, utilisés pour le maintien du ceinturon, sont maintenus par quatre rivets à l’arrière du corps. Sa finition, afin d’éviter les reflets est normalement noircie.

Les pontets du fourreau de mon amis, pendant la Seconde Guerre ont été coupés volontairement par les paras US pour placer l’arme simplement dans le ceinturon, au lieu de l’accrocher.

Il est possible de rencontrer ce modèle logé dans un fourreau en cuir de type USM6.

Remarques perso :
Merci à Marc pour les photos car je ne possède pas ce très rare modèle. Hélas …

Le 29/05/20.

Category Archives: Z USA

Couteau Bolo US modèle 1917

Longueur : 380 mm
Poids : 900 g
Valeur : €€€ €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Le Bolo M1910 était fabriqué uniquement par l’Arsenal militaire de Springfield (SA) de 1910 à 1917. Après l’entrée dans la Première Guerre mondiale des USA, la demande de bolos s’est fortement accélérée. En pleine guerre l’Arsenal militaire de Springfield, fortement sollicité (fusils M1903 et baïonnettes M1905) ne pouvait plus faire face à cette demande. A la fin de 1917, en plus de Springfield, les entrepreneurs privés Plumb et American Cutlery ont également été embauchés pour fabriquer des bolos nommés M1917.

Pour réduire le coût de production et accélérer la production Springfield se contentera de ne plus monter le système de verrouillage, ce modèle se nommera M-1917 ou 1910/17.

Ci-dessus, de gauche à droite, M-1910 (SA), M-1917 simplifié d’une seule pièce, M-1917 avec pommeau brasé à la soie.

Plumb a produit le M-1917, qui était un M-1910 sans le verrouillage avec pommeau brasé à la soie, dans leur usine de Philadelphie, mais en raison des exigences de l’Ordnance, a soumis une version encore plus simplifiée avec une lame et un pommeau forgés d’une seule pièce qui a finalement été adoptée comme M-1917 CT avec CT pour Tolérances commerciales.

American Cutlery of Chicago et l’usine Plumb de St. Louis ont fabriqué le M-1917 simplifié, tandis que Fayette Plumb à Philadelphie fabriquait les deux types de versions (simplifiée et avec pommeau brasé à la soie). Le M-1917 a été construit dans l’urgence entre 1917 et 1918, avec des matériaux et une finition de moins bonne qualité que la version Springfield arsenal M1910.

Malheureusement, je ne possède aucuns de ces modèles, je ne rentrerai pas dans les détails techniques de fabrication.

Voici ci-dessous le modèle de mon ami Marc.

La poignée comme évoqué auparavant ne comporte plus de système de verrouillage au fourreau. Elle est de construction simplifiée, la lame et le pommeau sont forgés d’une seule pièce. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont systématiquement phosphatées.

Marquages du constructeur American Cutlery of Chicago et année de fabrication

La lame est du même type que le M1910, elle comporte différents marquages US, mais sans de n° de série et sans (bombe enflammée).

Fabricant LF & C 1918

Le fourreau est un modèle expérimental en métal avec peinture originale de couleur olive terne et bracelet en cuir daté 1918.

Période d’utilisation :
Les bolos M-1917 ont été brièvement utilisés durant une année, ils n’étaient pas été distribués à chaque soldat, mais quelques-uns ont été distribués à chaque unité conformément aux T / O pour le type d’unité déployée et leur mission. Les escouades de mitrailleuses ont reçu des bolos pour dégager leur champ de tir.
En raison de son poids et de sa garde mal conçue, le bolo était un couteau de coupe inefficace par rapport à une machette bien conçue. La machette M-1942, à lame longue l’a officiellement remplacé au début de la Seconde Guerre mondiale.

Remarques perso :
Merci à Marc pour les photos car je ne possède pas ce très rare modèle. Hélas …

Le 17/04/20.

Category Archives: Z USA

Poignard de tranchée US 17

Longueur : 355 mm
Valeur : €€€ €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Les premiers soldats américains arrivés sur le sol de France sont équipés de l’excellent fusil Springfield 1903 et doté du sabre baïonnette modèle 1905. La baïonnette M1905 s’avère immédiatement très encombrante pour un usage dans les tranchées et impropre pour le combat au corps à corps. Une nouvelle arme va apparaitre au cours de la Première Guerre mondiale comme faisant partie intégrante de l’équipement individuel du fantassin, le poignard de tranchée (Trench Knife). A cette époque, il n’existe pas de poignard réglementaire dans l’armée américaine et ceux qui équipaient parfois les soldats proviennent pour la plupart d’une acquisition personnelle auprès des troupes alliées ou il s’agit d’un couteau de chasse apporté du pays. Plusieurs fabricants américains vont y répondre et développer de nombreux modèles en collaboration étroite avec l’Ordnance Department.

Le poignard développé par Henry Disston & Sons, a reçu le meilleur accueil. Il sera adopté à la fin de l’année 1917 et distribué à la troupe presque aussitôt. Il prendra le nom d’US modèle 1917 Trench Knife. D’un aspect extrêmement solide, c’est une arme de combat efficace malgré une absence de coupe.

Pointes de forme pyramidale réalisées par emboutissageConstructeur Landers Frary & Clark

La poignée se compose d’une pièce en bois lisse en noyer américain avec la présence de quatre encoches repose doigts sur la partie interne. Une pièce en forme de C en acier bronzé relie l’extrémité du pommeau à la garde. Elle sert aussi de protège main, mais également de point d’impact en cas de frappe. Le marquage du fabricant est frappé sur la face avant de la garde sous forme d’initiales. En dessous, on trouve la date de fabrication, en l’occurence (1917), et au dessus les lettres US. Les manufactures d’armes soumises à la production intensive de fusils et baïonnettes sont complètement saturées et ne peuvent pas fournir ce type de matériel. Les alliés ont eux mème du mal à subvenir aux besoins de leurs propres troupes. Le gouvernement US va donc se tourner vers un coutelier, Landers Frary & Clark, qui fournira la plus grande partie de ces poignards durant les années 1917/18, un total de 113 000 exemplaires. Le fabricant Oneida Community Ltd en produira aussi 10 000, mais la production d’Henry Disston & Son le concepteur de ce modèle reste inconnue.

Il existe deux versions de ce poignard :

  1. La première comporte sept pointes de forme pyramidale réalisées par emboutissage disposées sur la garde enveloppante.
  2. La seconde fabriquée exclusivement par LF and C, la moins courante, se différencie uniquement par une pyramide supplémentaire située sur la partie basse de la garde près de lame.

Dernière version à gauche

La dernière version de ce poignard, comporte une garde enveloppante munie d’une double rangée de cinq dents faites par découpes et ensuite pliées à froid. Elle fut produite uniquement par la firme American Cutlery Company (AC.C.Co) située à Chicago.

La lame mesurant environ 230 mm, de section triangulaire est capable de percer plusieurs couches de tissu ainsi que le cuir. Elle est de finition bronzée d’une couleur bleu/noir de façon à éviter les reflets nuisibles à un soldat en situation de combat.

Le fourreau est muni d’un corps  en cuir cousu de forme conique recouvert à l’origine d’une peinture verte. La chape ainsi que la bouterolle sont en acier bronzé fixées au corps par des rivets en laiton. Le double crochet de ceinturon M-1910, serti sur le dessus de la chape est en laiton.

Remarques perso :
Merci à Marc et à Christian pour les photos, car je ne possède pas ce très rare modèle. Hélas …

Le 17/12/21.

Category Archives: Z USA

Baïonnette modèle US 1917

Modèle : 1913 frappé US
Longueur : 555 mm
ø interne de la douille : 16,5 mm

Armement : fusil M-1917 Enfield et US Trench Gun

Valeur :   €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier

Après l’entrée en Guerre des Etats-Unis le 06 avril 1917, les autorités militaires ont adapté le fusil P-1914 Enfield à la cartouche standard de calibre 30-06, afin de palier au manque de fusils Springfield M-1903, créant ainsi le fusil standard M-1917.

Pour équiper ce nouveau fusil d’une baïonnette, les Etats-Unis ont simplement adopté la baïonnette P-1913 renommée baïonnette Model 1917

La poignée du modèle P-1913 est identique au modèle P-1907, seule la position de la bague diffère. Le pommeau de forme droite est démuni de trou d’évacuation des déchets (appelé à tort trou huileur). Les plaquettes sont maintenues entre elles par vis et écrous fendus, elles sont munies de deux profondes stries verticales afin d’éviter toutes confusions avec la baïonnette P-1907.

Toutes les parties métalliques de la poignée, ainsi que sur environ 25 mm sur la lame sont bleuies, cette finition de qualité médiocre recouvre en théorie la plupart des marquages.

Environ 545 000 de ces baïonnettes, en cours de livraison ont été rachetées en urgence, les poinçons de contrôle anglais barrés et un (ou plusieurs marquages) US frappé à côté.

L’orientation et l’emplacement de la marque US varient considérablement et, dans certains cas, les Etats-Unis sont estampillés deux fois, une fois horizontalement et une fois verticalement. La plupart de ces exemplaires datent d’avril et mai 1917, avec un petit nombre d’autres dates.

Modèle : US 17
Longueur : 555 mm
ø interne de la douille 16,5 mm

Armement : fusil M-1917 Enfield et US Trench Gun

Valeur :  €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier

La production de la baïonnette nommée US 17 pour le fusil du même modèle a débuté à partir de septembre 1917 par Remington (2 000 000 ex environ) et peu après par Winchester (500 000 ex environ).

Cette baïonnette s’adapte également sur divers fusils à pompe de type « Trench Gun » de l’époque.

La poignée par rapport au modèle P-1913, comporte sur le pommeau un trou de nettoyage (souvent appelé à tort trou huileur) pour permettre à la graisse souillée ou débris de s’évacuer, ce trou est apparu à partir d’octobre ou novembre 1917. Quelques baïonnettes de fabrication antérieure ont été modernisées avec ce trou, ces baïonnettes M-1917 marquées US, sans trou sont assez rares. La forme du pommeau varie légèrement suivant le constructeur.

La lame de finition phosphatée du même type que le modèle P-1913 est munie d’une gouttière sur chaque et d’un dos arrondi, son tranchant est légèrement affuté sur toute la longueur, sa résistance à la torsion est excellente.

Les premières baïonnettes produites par Remington ou Winchester pour le contrat américain en septembre 1917 utilisaient les marques britanniques standards à gauche, elles sont pratiquement introuvables.

WinchesterUS 17 03Remington Marquages américains standards de l’Ordnance Shell and Flame, Etats-Unis, et une tête d’aigle stylisée avec le numéro du contrôleur en-dessous

Le Département des munitions a adopté la tête d’aigle au-dessus de la marque numérique en 1917 afin que les inspecteurs individuels puissent être rendus responsables de leur travail.

Quelques baïonnettes fabriquées par Remington peuvent être datées 1918 au lieu de 1917. Il est supposé que Remington a changé la matrice de marquage au début de 1918 afin de refléter la date de fabrication, comme pour le modèle 1905 ou l’année de fabrication apparait sur la lame. Ce mode de marquage n’ayant pas perduré, Remington fit marche arrière et remis sur la lame la date 1917.

Comme pour le modèle P-1907 d’origine Britannique, certains modèles destinés aux cérémonies officielles sont entièrement chromés (toutes les parties métalliques du fourreau et de la baïonnette y compris les vis et écrous de fixation des plaquettes).

Le fourreau : voir détail (fourreau M1917).

Période d’utilisation :
Durant la Première Guerre mondiale, par les troupes américaines fraichement débarquées en 1917, 65% des fusils utilisés étaient des modèle US 1917.

Après la Première Guerre mondiale 2 193 429 fusils M-1917 furent re-conditionnés et stockés en réserve, ou utilisés comme armes d’exercice. Les lames des baïonnettes stockées sont généralement phosphatées et les plaquettes de poignée remplacées. Pendant la Seconde Guerre mondiale les fusils équipèrent quelques unités de mortier de l’armée US, mais la majorité fut largement distribués aux alliés des Etats-Unis, équipant des vétérans de la home-guard britannique ou des unités territoriales canadiennes. Un grand nombre de ces armes dotèrent certains mouvements de résistance et l’armée française renaissante.

On peut donc dire de cette arme de circonstance, adoptée dans l’urgence, qu’elle eu le rare privilège de contribuer à libérer la France par deux fois : La première aux mains des « Doughboys » du général Pershing, la seconde, dans celles des combattants des forces françaises libres et des résistants.

Les Etats-Unis ont continué à utiliser les baïonnettes M-1917 au cours de la Seconde Guerre et pendant la  guerre de Corée en raison des importants stocks restants. Les nouveaux fusils de tranchée distribués étaient conçus pour fixer cette baïonnette.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle assez courant est indispensable dans une collection.

Le 23/04/20.

Copyright © 2022 Géraldbaios