Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Z Italie

Baïonnette expérimentale modèle 59 pour fusil Garand

Longueur : 360 mm
ø interne de la douille : 16 mm
Poids : 425 g

Armement : fusil M1 Garand

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette très rare baïonnette de fabrication très soignée a été produite en Italie pour être utilisée avec un fusil Garand. Elle ne comporte aucun marquage et n’a jamais été utilisé par aucune force armée. Par rapport au modèle US M1, son mode de fabrication est grandement simplifié.

Croisière fixée à la soie par deux rivets soigneusement abrasésMécanisme de verrouillage complexe de la baïonnette US M1

La poignée est constituée d’une soie non évidée qui ne comporte pas le mécanisme de verrouillage à levier de la baïonnette US M1. Le pommeau droit avec un verrouillage classique à ressort intégré de type 98, est fixé à la soie par brasure. Les plaquettes de taille réduite en plastique finement quadrillé, sont maintenues entre elles par vis et écrous fendus, elle recouvre le dessous de la soie. La croisière en acier forgé, du fait de sa constitution est beaucoup plus résistante à la torsion que celle du modèle US M1. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont entièrement phosphatées.

La lame soigneusement usinée comporte sur chaque face une gouttière de forme arrondie, son extrémité est en forme de pointe de lance avec un contre-tranchant légèrement affûté sur environ 50 mm.

Le fourreau entièrement peint en vert est muni d’un corps de type US M7. La chape en tôle d’acier dépourvue de marquage, sans pattes de verrouillage au fourreau (inutiles), comporte un double crochet de style US.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette baïonnette du fait de sa constitution atypique, fait partie des très rares modèles qu’il ne faut absolument pas laisser passer.

Dernière mise à jour le 04/05/21.

Category Archives: Z Italie

Petit couteau multifonctions

Couteau accompagné d’un casque M-933/47

Modèle : /
Armement : /
Longueur : 140 mm
Valeur : €

Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle a été utilisé par l’armée de terre italienne durant les années 60.

Dernière mise à jour le 19/05/21.

Category Archives: Z Italie

Couteau-baïonnette modèle 1959

Longueur : 293 mm (AET)
Poids : 280 g 

Longueur : 285 mm (AEP)
Poids : 305 g

Armement : fusil Beretta BM-59 et Beretta AR70 / 90

ø interne de la bague : 22 mm

Valeur :  €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle est de constitution identique au (couteau-baïonnette M4), sauf au niveau de la croisière équipée d’une bague de diamètre interne de 22 mm.

 La croisière est soudée à la soie par deux points de soudure

Le pommeau identique au modèle M4, est constitué d’un système de verrouillage à l’arme simplifié utilisant deux crochets articulés par ressort. Bien que ces baïonnettes soient semblables aux modèles US-M7, du fait de la forme de leurs pommeaux, et de la longueur plus courte de la poignée ne s’adaptent pas aux fusils M16 ou AR-18. Le système de verrouillage à l’arme de type (M4) déjà disponible a été conservé, probablement pour limiter les coûts de fabrication.

Deux constructeurs ont produit les lames de ce modèle, à partir de 1959 et jusqu’au moins 1969, AET (Arsenal Esercito Torino) et A.E.P (Arsenal Esercito Piacenza).

Plaquettes maintenues entre elles par vis et écrous fendusPlaquettes de type M7 munies d’écrous intégrésIl arrive dans certains cas de rencontrer sur la croisière ces marquages constructeur (étoile, FAT, 71)

La poignée comporte deux plaquettes brunes foncées en plastique dur et lisse munies de huit fines rainures. Ces plaquettes sont identiques à celles du modèle M4 mis en production à partir de 1955 jusqu’en 1960. Certains exemplaires sont équipés de plaquettes en plastique noir quadrillé de type US M7.

En bas, modèle probablement destiné à l’exportation

La lame est de type US M4. Certaines baïonnettes avec poignée brune dont la lame est dépourvue marquage, avec l’extrémité moins effilée ont sans doute été exportées dans divers pays, notamment au Maroc.

bm-59-02Etoile / A.E.P (Arsenal Esercito Piacenza) / 1965bm59-0102

Pour le constructeur A.E.P, le matricule composé d’une lettre suivi de 5 chiffres se situe à gauche.

AET (Arsenal Esercito Torino) / canons croisés / 1969

Pour le constructeur AET, le matricule composé de 5 ou 6 chiffres se situe à droite, il est possible de rencontrer des lames datées d’avant 1959, celles-ci étant initialement destinées au modèle M4, le numéro de série évoluant en fonction de l’année. 

Fourreaux M8A1, celui du haut porte les marquages de fabrication US, celui du bas est italien

Le fourreau utilisé pour ces baïonnettes est un modèle M8 A1 de fabrication US ou italienne, dépourvu du double crochet de suspension au ceinturon, avec ou sans renfort à l’extrémité. Voir histoire des (Fourreaux US M8/M8A1).

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ces modèles de bonne qualité, généralement en très bon état, longtemps restés stockés, méritent une place dans une collection.

Dernière mise à jour le 17/05/21.

Category Archives: Z Italie

Baïonnette M1 Beretta (Garand)

Longueur : 370 mm
ø interne de la douille : 15,8 mm

Armement : fusil Garand sous licence Beretta

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Les italiens utilisaient des baïonnettes M1 excédentaires avant de fabriquer leurs propres baïonnettes entre le milieu et la fin des années 1950, ceci afin d’équiper les fusils Garand construits sous licence par Beretta.

La poignée de constitution identique au modèle US M1, possède soit des plaquettes en bois très rares ou en plastique.

italie garand 002Marquages FAT (Fabrique d’arme TERNI) et année 54italie garand 004Marquage AEP (Arsenale Esercito Piasenza)

La lame de constitution identique au modèle US M1, comporte à gauche un numéro de série à cinq ou six chiffres, et à droite le marquage du constructeur. Les n° de série des exemplaires avec plaquettes en bois sont supérieurs à ceux avec plaquettes en plastique.

Les fourreaux utilisés peuvent être de récupération en cuir (M-1870 modifié) très rares, de type US M7 avec double crochet sans aucun marquage sur la chape, ou le plus souvent avec lanière en toile attelée.

Photo trouvée sur internetA ne pas confondre, à gauche baïonnette Garand M1, à droite modèle avec bague modifiée pour fusil Beretta modèle 59

Certaines de ces baïonnettes ont été modifiées au niveau de la bague pour être utilisées avec un fusil Beretta semi-automatique modèle 59.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Parmi les modèles clones de la baïonnette US M1, celui-ci commence tout doucement à se raréfier. Pour tous les collectionneurs du modèle US M1 ou autres, il possède un attrait.

Dernière mise à jour le 18/05/21.

Category Archives: Z Italie

Couteau-baïonnette M4

Longueur : 289 mm
ø interne de la bague : 15 mm

Armement : M1 Carbine

Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Cette baïonnette de fabrication italienne est une copie très proche par son aspect du modèle US M4.

La croisière est soudée à la soie par deux points de soudure

La poignée comporte deux plaquettes brunes foncées en plastique dur et lisse munies de huit fines rainures, maintenue à la soie par vis et écrous fendus. Le pommeau hérité du modèle M4, est constitué d’un système de verrouillage à l’arme simplifié utilisant deux crochets articulés par ressort.

Numéro de série de cinq ou six chiffres en fonction de l’annéeMarquage « AET (Arsenale Esercito Torino) / canons croisés / 1959 »

La lame est de type US M4, il semble que ce modèle a été fabriqué que par un seul constructeur (Arsenale Esercito Torino), le numéro de série inscrit sur la lame évoluant en fonction de l’année (de 1955 à 1960).

Fourreaux M8A1, celui du haut porte les marquages de fabrication US, celui du bas est italien

Le fourreau généralement utilisé pour ces baïonnettes est un modèle M8 A1 de fabrication US ou italienne, dépourvu du double crochet de suspension au ceinturon, avec ou sans renfort à l’extrémité. Voir histoire des (Fourreaux US M8/M8A1).

Il est possible de rencontrer ce modèle avec un fourreau en cuir M-1891 modifié, mais ce montage atypique est assez rare.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle de bonne qualité, longtemps resté introuvable, fait partie des multiples couteaux-baïonnettes utilisés pour la carabine US M1, il peut donc faire partie d’un thème de collection.

Dernière mise à jour le 17/05/21.

Category Archives: Z Italie

Baïonnette modèle 1938 à lame fixe

Longueur : 290 mm
ø interne de la douille : 13 mm

Armement : fusil Mannlicher Carcano 91-38

Valeur : €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle fabriqué avec une lame fixe d’origine est la version définitive de la série, les modèles précédents étaient soit à lame pliante, soit à lame pliante rendue fixe (adjonction d’une croisière).

La poignée de finition bronzée comporte un petit pommeau oblique muni d’une minuscule rainure en forme de T. Les plaquettes sont maintenues entre elles par rivets sur rondelles. Le verrouillage à l’arme s’effectue de façon classique à l’aide d’un bouton poussoir à rappel par ressort interne, la croisière épouse parfaitement la cuvette du fourreau. Le n° de série de l’arme, ainsi que le non du constructeur (SAPOLOTTI, C.GNUTTI, CASTELLI, L.FRANCHI) sont inscrits sur le dessus de la soie.

La lame de bonne qualité, de couleur rougeâtre comporte sur chaque face une fine gouttière dont les extrémités sont de forme arrondie.

Le fourreau de ce modèle est de production tardive, la cuvette avec lames à ressort qui épouse parfaitement la croisière est maintenue par une vis sur le devant à l’intérieur de la base du bouton de suspension, l’extrémité du corps n’est pas percé.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) italiens N° : IT 18 A, 19 A.

Période d’utilisation :
Cette baïonnette a été utilisée uniquement pendant la Seconde Guerre mondiale, durant une très courte période.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle n’est pas très courant, à saisir si il se présente.

Dernière mise à jour le 20/07/20.

Category Archives: Z Italie

Baïonnette modèle 38 à lame pliante rendue fixe

Longueur : 290 mm
ø interne de la douille : 13 mm

Armement : fusil Mannlicher Carcano 91-38

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce modèle était à l’origine fabriqué sous forme de baïonnette pliante destinée à rester attachée au fusil, mais la conception s’est avérée problématique, faiblesse, de sorte qu’elle a été convertie en 1939 en une baïonnette à lame fixe avec fourreau.

B1157-6Modèle d’origine sans modification (je ne le possède pas, hélas !!)Fusil court Mannlicher-Carcano M-1938 (fucile corto), ces armes ont été produites dans les deux calibres 6,5 et 7,35 mm Le bouton de verrouillage a été définitivement bloqué par soudure (anti-desserrement)

La poignée d’origine de finition bronzée été conservée afin d’en réduire le coût en simplifiant au maximum la modification, la gorge destinée initialement à recevoir la lame pliante devenue inutile est toujours présente. Lors de la transformation, une nouvelle garde qui épouse parfaitement la cuvette du fourreau a été mise en place, le bouton qui servait initialement pour le déploiement de la lame remplacé par un gros rivet proprement meulé. Le petit pommeau oblique comporte une minuscule rainure en forme de T. Les plaquettes d’origine sont fixées à la soie par quatre petites vis. Le verrouillage à l’arme s’effectue de façon classique à l’aide d’un bouton poussoir à rappel par ressort interne. Le n° de série de l’arme, ainsi que le non du constructeur (SAPOLOTTI, C.GNUTTI, CASTELLI, L.FRANCHI) sont inscrits sur le dessus de la soie.

La lame d’origine de bonne qualité, de couleur rougeâtre comporte sur chaque face une fine gouttière dont les extrémités sont de forme carrée, elle est légèrement moins épaisse que le modèle 38 à la lame fixe.

Le fourreau de ce modèle est de production tardive, la cuvette avec lames à ressort qui épouse parfaitement la croisière est maintenue par une vis sur le devant à l’intérieur de la base du bouton de suspension, l’extrémité du corps n’est pas percé.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) italiens N° : IT 18 A, 19 A.

Période d’utilisation :
Cette baïonnette a été utilisée uniquement pendant la Seconde Guerre mondiale, durant une très courte période.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle n’est pas très courant, à saisir si il se présente.

Dernière mise à jour le 28/07/20.

Category Archives: Z Italie

Baïonnette modèle 1870, raccourcie en 1916

Longueur : +/- 362 mm
ø interne de la douille : 17,5 mm

vetterli 187087-1vetterli 187087-2Fusil modèle 1870-87 Vetterli-Vitali

Le modèle M1870 Vetterli italien en calibre d’origine 10,35 x 47R à été modifiée en 1887 par rajout d’un boitier magasin chargeur de 4 cartouches. Ce fusil a été retiré du service lorsque le Mannlicher-Carcano devint disponible. La pénurie d’armes légères est apparue dès le début de l’entrée de l’Italie dans la guerre en 1915 du côté des Alliés. L’approvisionnement en armes légères modernes est tombé lamentablement à court de besoins et un grand nombre de Fucile di Fanteria, Modello 1870/87 Vetterli-Vital furent délivrés aux régiments nouvellement formés avant la fin de 1915. Une grande partie de ces armes devenues obsolètes ont été envoyées en Russie tsariste. Une fois la Révolution bolchevique de 1917 terminée, elles ont fini leurs carrières dans les années (1936-38) aux mains des Républicains dans la guerre civile espagnole.

Italian Vetterli modifié en 1916Photo trouvée sur internet

Cette arme provenant des divers arsenaux du gouvernement italien de Terni, Brescia, Torre Annunziata et Torino a été modifiée une nouvelle fois en 1915/16 au nombre de 400 000. Plusieurs modifications ont été effectuées, les tubes du canon de calibre 10,4 mm originaux ont été replacés par un manchon de 6,5 mm canon rayé soudé à l’argent dans le cylindre d’origine. Le boitier magasin de 4 cartouches a été remplacé par un nouveau acceptant les clips de 6 cartouches réglementaires de calibre 6,5 x 52 mm Carcano, et modification de la tête de culasse. Ces armes seront distribuées aux unités territoriales, aux troupes coloniales et à certaines unités de seconde ligne durant la première guerre mondiale. En 1937 ce sera encore 120.000 fusils M-1870-87-15 Vetterli Vitali qui seront utilisés par les troupes coloniales italiennes d’Afrique de l’Est.

Armement : fusil M1870 Vetterli italien, modèle 1870-87-15 en calibre 6,5 x 52 mm
Fixation : sur le côté droit du canon

Valeur : €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Historique du modèle :

Longueur totale de 645 mm

A partir de 1875, la baïonnette M-1870 avec sa longue lame d’origine et son crochet brise-lame, a subi trois modifications.

Fusil M-1870, dont l’extrémité du canon est munie d’un tenon à droite Deux variantes de bagues : à gauche sans incision, à droite avec incision 

Lors de la fabrication une petite incision destinée à améliorer sa fixation est réalisée à la base de la bague. Les baïonnettes démunies de cette incision ne peuvent pas se fixer sur une arme dont le canon possède un tenon à son extrémité.

Poignée munie de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage longPoignée munie de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage court

Le ressort de verrouillage est réduit en longueur, la plaquette droite n’étant plus traversée par celui-ci est ainsi renforcée.

Poignée d’un M-1870/16 munie de plaquettes en bois, et ressort de verrouillage court

Les plaquettes en matière synthétique assez fragiles, lorsqu’elles sont dégradées, sont remplacées par des plaquettes en bois.

Baïonnette modèle 1870-16

A partir de 1916, la longue lame inappropriée pour le combat dans les tranchées de ces baïonnettes est raccourcie en longueur afin d’être utilisée avec l’obsolète fusil modèle 1870-87-15 Vetterli-Vitali modernisé.

Les baïonnettes converties ont été délivrées uniquement aux milices mobiles qui était armé du fusil M-70/87 converti pour tirer la cartouche de 6,5×52 mm.

Deux variantes du bouton de verrouillage : à gauche pleine, à droite avec incision italie-1916-08.jpgLe matricule se compose ainsi, deux lettres (plus rarement une seule) toujours suivies de quatre chiffresL’excroissance du pommeau intègre l’extrémité de la soie qui est matéeLa poignée intègre la soie de la lame qui peut éventuellement être remplacée 

La poignée comporte un pommeau en acier massif avec une excroissance au talon, il intègre un mécanisme de verrouillage avec bouton-poussoir avec lame à ressort de rappel en acier. Il existe deux variantes du bouton de verrouillage une pleine et une avec incision probablement réalisée afin d’éviter les frottements facilitant ainsi son dégagement lors du verrouillage.

Les plaquettes en matière synthétique ou en bois sont maintenues entres elles par vis et écrous de forme ovale. Une des deux vis sert également au maintien de la lame à ressort long ou court. La lame à ressort long recouvre une des vis de maintien des plaquettes. Le matricule inscrit sur la croisière se compose ainsi, deux lettres (plus rarement une seule) toujours suivies de quatre chiffres.

Lors de la modification en 1916, une partie du crochet brise lame a été amputée, ce qui le rend pratiquement droit, la bague d’origine est conservée, et toutes les parties métalliques de la baïonnette bronzées.

Plusieurs profils de coupe de lame 

A partir de 1916, la longue lame inappropriée pour le combat dans les tranchées de ces baïonnettes est raccourcie. Cette modification ayant été faite à la hâte, les lames raccourcies d’environ 26 cm ont toutes un profil différent, elles sont amincies à l’extrémité ce qui les rend très fragiles à la torsion.

A la base de la lame on retrouve généralement la marque de l’arsenal de production (par exemple « Terni » ou « Brescia ») ou l’abréviation de l’arsenal (pour exemple « TA » qui est l’arsenal de Torre Annunziata regio).

italie-1916-04.jpgS.A. REJNA fabricant de fourreau, fabrication tardive (1935)italie-1916-03.jpg
TORINO (1880)

Le fourreau réduit en longueur ou fabriqué neuf est en cuir noir avec garnitures en laiton. Deux types de fourreau existent : le premier très rare est muni d’une chape semi-sphérique, le deuxième est équipé d’une chape très similaire à celle que nous avons l’habitude de voir pour les fourreaux de baïonnettes M-1891. La date et le lieu de fabrication sont généralement clairement visibles sur le corps.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) italiens N° : IT 18 A, 19 A.

Période d’utilisation :
A partir de 1916 et après la Première Guerre mondiale, un certain nombre de fusils modèle 1870-87 Vetterli-Vitali ont été affectés aux colonies de Tripolitaine, du Fezzan et de la Cyrénaïque (Libye), ainsi qu’à l’Érythrée et à la Somalie, comme fusils d’entraînement. Ces fusils ont été réutilisés lors de la seconde guerre italo-éthiopienne, principalement par des soldats africains.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ces modèles pas très courants, mais beaucoup moins rares que le M-1870 dans sa longueur originale, possèdent bien sûr un attrait dans une collection. Pour les puristes, il existe plusieurs variantes au niveau de la conception de la poignée, celle avec paquettes en matière synthétique, ressort long, et bague sans encoche est la première de la série.

Dernière mise à jour le 23/05/20.

Category Archives: Z Italie

Baïonnette M-1870 raccourcie et re-baguée

Longueur : 436 mm
ø interne de la douille : ramené à 14,4 mm

Armement : ?
Fixation : ?

Valeur : €€€ €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Historique :

Longueur totale de 645 mm

A partir de 1875, la baïonnette M-1870 avec sa longue lame d’origine et son crochet brise-lame, a subi trois modifications.

Fusil M-1870, dont l’extrémité du canon est munie d’un tenon à droite Deux variantes de bagues : à gauche sans incision, à droite avec incision 

Lors de la fabrication une petite incision destinée à améliorer sa fixation est réalisée à la base de la bague. Les baïonnettes démunies de cette incision ne peuvent pas se fixer sur une arme dont le canon possède un tenon à son extrémité.

Poignée d’origine munie de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage longPoignée d’origine munie de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage court

Le ressort de verrouillage est réduit en longueur, la plaquette droite n’étant plus traversée par celui-ci est ainsi renforcée.

Poignée d’un M-1870/16 munie de plaquettes en bois, et ressort de verrouillage court

Les plaquettes en matière synthétique assez fragiles, lorsqu’elles sont dégradées, sont remplacées par des plaquettes en bois.

Baïonnette modèle 1870 raccourcie et re-baguée

Ce modèle atypique reste encore à ce jour une énigme, il ne s’adapte plus au canon du fusil M1870 Vetterli italien, dans son calibre d’origine 10,4 mm ou replacés par un manchon de 6,5 mm. Plusieurs modèles, avec incision à la base de la bague ou non, ressort long ou court sont concernés par cette modification.

Modèle re-bagué, l’incision sur la bague est définitivement condamnéeL’excroissance du pommeau intègre l’extrémité de la soie qui est matéeLa poignée intègre la soie de la lame qui peut éventuellement être remplacée 

La poignée comporte un pommeau en acier massif avec une excroissance au talon, il intègre un mécanisme de verrouillage avec bouton-poussoir avec lame à ressort de rappel en acier. Il existe deux variantes du bouton de verrouillage une pleine et une avec incision probablement réalisée afin d’éviter les frottements facilitant ainsi son dégagement lors du verrouillage.

Les plaquettes en matière synthétique ou en bois sont maintenues entre elles par vis et écrous de forme ovale. Une des deux vis sert également au maintien de la lame à ressort long ou court. La lame à ressort long recouvre une des vis de maintien des plaquettes.

Lors de la modification, la bague d’origine a été réalésée à un diamètre préalablement défini, ensuite la nouvelle bague a été emmanchée réduisant ainsi le diamètre d’origine de 3 mm. La croisière comporte toujours le long crochet brise-lame d’origine qui bizarrement n’a pas été supprimé.

Le matricule se compose ainsi, deux lettres (plus rarement une seule) toujours suivies de quatre chiffres

La lame qui n’a pas subi de traitement a été proprement réduite en longueur d’environ 210 mm.

Le fourreau réduit en longueur est en cuir noir avec garnitures en laiton. Deux types de fourreau existent : le premier très rare est muni d’une chape semi-sphérique, le deuxième est équipé d’une chape très similaire à celle que nous avons l’habitude de voir pour les fourreaux de baïonnettes M-1891. La date et le lieu de fabrication sont généralement clairement visibles sur le corps.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Cette très rare variante reste une énigme, elle est encore plus rare que le M-1870 dans sa longueur originale.

Dernière mise à jour le 24/05/20.

Category Archives: Z Italie

Baïonnette modèle 1891

Longueur : env. 415 mm
ø interne de la douille : 13 mm

Armement : fusil M-1891 Mannlicher Carcano

Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Ce couteau-baïonnette adopté le 29 mars 1892 fut produit jusqu’à la fin de 1942. Comparé à d’autres modèles européens conçus à la fin du XXème siècle, celui-ci est de constitution très fragile et peu soignée, produit durant cinquante ans, sa qualité de finition varie en fonction de la période.

Photo faite au musée de l’armée aux Invalides à Paris (si vous avez l’occasion d’y aller, n’hésitez pas, cela vaut le détour !)

La poignée possède un pommeau oblique qui comporte une fine rainure en forme de T. Les plaquettes sont maintenues entre elles par rivets sur rondelles. La croisière est munie d’une garde droite se terminant par une petite sphère. Les exemplaires fabriqués durant la Seconde Guerre mondiale porte sur la croisière le nom du fabricant (par exemple « Gnutti » ou  » Rocca ”). Normalement, le numéro de série apparaît sur le bras de garde (une ou deux lettres suivies de quatre chiffres) ou (plus rarement) frappé sur le haut de la soie de la poignée (une lettre et quatre chiffres). Sa finition peut être sans traitement ou bronzée.

modèle 1891 02 modèle 1891 03

La lame à simple tranchant est munie d’une gouttière sur chaque face, son extrémité se termine généralement en pointe de lance simplement amincie sans usinage particulier. Certains exemplaires peuvent avoir le contre-tranchant en partie affûté. Les baïonnettes fabriquées avant la Seconde Guerre mondiale porte près de la croisière le nom de l’arsenal d’origine (par exemple « Terni » ou « Brescia »). Sa finition peut être sans traitement, bronzée, ou pour les dernières produites de couleur rougeâtre.

Le fourreau métallique à cops cannelé a été utilisé principalement durant la grande Guerre

Pour ce modèle trois types de fourreaux ont été utilisés.

Un fourreau métallique qui peut être muni d’un corps cannelé ou lisse, la cuvette avec lames à ressort est maintenue par une vis sur le devant à l’intérieur de la base du bouton de suspension, la bouterolle d’extrémité est non percée.

Un fourreau en cuir noir avec garnitures en laiton ou en acier de finition bronzée.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) italiens N° : IT 18 A, 19 A.

Remarques perso :
Il est très difficile de trouver ce modèle en excellent état, car l’acier qui constitue la structure de la baïonnette est de très mauvaise qualité.

Période d’utilisation :
Ce couteau-baïonnette a été utilisé principalement durant la Première et la Seconde Guerre mondiale.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle qui se raréfie, est indispensable dans une collection.

Dernière mise à jour le 17/05/20.

Copyright © 2021 Géraldbaios