Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Guatemala

Le Guatemala

Voici une partie des principaux fusils utilisés par ce pays :

OLYMPUS DIGITAL CAMERAFusil d’assaut CETME modèle CEspagne cetmeFusil d’assaut CETME modèle B (photos trouvées sur internet)

Le nom CETME est un acronyme pour Centro de Estudios Técnicos de Materiales Especiales, (Centre d’Etudes Techniques de Matériels Spéciaux), un établissement gouvernemental de développement et de désign espagnol situé à Madrid. Le fusil CETME, qui a été initialement mis à l’essai avec d’autres calibres, mais finalement chambré au calibre (7,62 x 51 mm OTAN), a été conçu principalement par l’ingénieur allemand, Ludwig Vorgrimmler, qui a basé son modèle à la fin de la Seconde Guerre mondiale sur le fusil d’assaut prototype allemand, (STG45). Le Sturmgewehr 45 était un prototype de fusil d’assaut développé par Mauser pour la Wehrmacht à la fin de la seconde Guerre Mondiale, utilisant un mécanisme à action retardée.

Fabriqué en Espagne à partir de 1957, le CETME a servi de modèle pour la série de fusil de combat G3 allemande Heckler & Koch. Le CETME offre un fonctionnement blowback, qu’il partage avec beaucoup d’armes allemandes. Blowback est un système d’exploitation pour l’auto-chargement des armes à feu qui obtient l’énergie du mouvement du boîtier de la cartouche lorsqu’il est poussé vers l’arrière par l’ expansion des gaz créés par l’allumage de la charge propulsive.

Le fusil CETME a été fabriqué en trois modèles, A, B et C.

En 1958 CETME introduit un design légèrement amélioré du modèle A, connu sous le nom de modèle B ou model 58. Ce fusil a été conçu pour tirer de la munition  (7,62 x 51 mm) à charges réduites, mais il pouvait aussi tirer de la munition (7,62 mm) standard de l’OTAN,

Le 28 Avril 1964, le modèle C est officiellement adopté par l’armée espagnole, la Marine et la Force aérienne. Ce fusil était destiné à tirer qu’une seule munition  (7,62 x 51 mm OTAN) de pleine puissance. Ses principales améliorations ont été le remplacement du garde-main en acier par du bois (plus léger), système de visée amélioré, suppression du bipied fixe (détachables séparées) et le plus important, modification de la chambre cannelée pour améliorer l’extraction des cartouches dans un environnement aux conditions rudes. La production du modèle C a cessé en 1976, et dans les années 1980, il avait été progressivement remplacé par son dérivé le fusil d’assaut  CETME Modèle l de calibre (5,56 x 45 mm).

AR 1O 1

armalite ar10 2

AR10_BayonetPhotos x 3 trouvées sur internet

Calibre : 7,62mm OTAN (7,62 x 51 mm)
Action : gaz exploité, verrou rotatif
Longueur : 1016 mm
Longueur du canon : 508 mm
Poids : 4,31 kg à vide, sans chargeur
Chargeur : 20 coups
Cadence de tir : 700 coups par minute (version militaire d’origine)

Conçu par Eugene Stoner à la division Armalite du Fairchild Engine et Airplane CorpProduit (USA), mais aussi aux Pays-Bas, le fusil d’assaut AR-10 fut l’une des premières armes de ce type à utiliser de l’aluminium dans sa fabrication. C’est le prédécesseur direct du US M16 sur le plan ergonomique et mécanique.

Au début de l’année 1957, trois prototypes successifs avaient été construits, testés et améliorés, du point de vu technique il était tout a fait concevable et possible de trouver un centre de production pour gérer les quantités de fabrication proposées. Partenaire d’Armalite-Fairchild, Richard Boutelle a utilisé sa piste à l’intérieur du gouvernement néerlandais pour obtenir un accord avec l’entreprise appartenant au gouvernement d’Artillerie-Inrichtingen, afin d’investir et produire ces nouveaux fusils pour la vente sur le marché mondial. Malheureusement, il y avait des retards de production importants en raison des problèmes de conversion au dossier technique de la norme US « pouces » à la norme de dimensions européennes « métriques ». Pour cette raison, seulement 3 000 à 4 000 fusils au total ont été effectivement produits, répartis entre le Guatemala, le Soudan et le Portugal. De gros contrats, avec plusieurs grosses commandes prévisionnelles ont été perdues suite à l’apparition de la carabine belge FN-FAL. Dans les années 1960, lorsque l’armée néerlandaise a décidé d »acheter le FN-FAL, Armalite a révoqué son permis néerlandais et  revendu ses brevets à la firme Colt américaine.

Voici une partie des principales baïonnettes utilisées par ce pays :

Modèle CETME, AR 10.

Category Archives: Guatemala

Baïonnette modèle AR 10

baïonnette AR10

Modèle : AR-10
Armement : fusil AR-10
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 305 mm
Poids : 300 g (alu)
           : 275 g (bois)
ø interne de douille : 21,5 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces très rares baïonnettes fabriquées aux Pays-Bas à (Artillerie Inrichtingen Hembrug) ont principalement été utilisées par l’armée portugaise (1 556 exemplaires) en 1960. Comme la majorité des pays industrialisés, à la fin des années 50, cette baïonnette a d’abord été conçue pour être utilisée comme poignard de combat.

portugal-matsen-004.jpgPoignée en aluminium en haut, en bois en baspays-bas-ar-10-02.jpg

La poignée :

  • Les exemplaires utilisés par le Portugal possèdent une poignée en bois d’une seule pièce, fixée à la soie par deux vis et écrou fendus.
  • Ceux utilisés par le Guatemala sont munis de deux plaquettes en aluminium peint, fixées à la soie par deux rivets soigneusement arasés.

Le pommeau droit comporte une rainure en de T, avec bouton de verrouillage sur le coté gauche à écrou rond. Il est fixé à la soie ainsi que la croisière par deux petits rivets.

pays-bas-ar10-05.jpgPetit marquage sur la lame près de la croisière (Artillerie Inrichtingen)

La lame anti reflets est dépourvue de gouttière, elle possède un profil très simplifié, à simple tranchant et contre-tranchant affûté sur une grande portion vers la pointe, elle est beaucoup moins effilée que la lame du modèle US M4

Le fourreau utilisé pour cette baïonnette, si il n’est pas réparé est un modèle de « type M8 A1« , dépourvu d’un double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique moulé vert olive sans renfort à l’extrémité. La chape dépourvu de marquage en tôle d’acier phosphatée, est maintenue sur le corps par sertissage. Sur l’arrière une cornière en forme de L sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est fixée par deux rivets emboutis. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Période d’utilisation :
Ces poignards-baïonnettes ont été utilisées jusqu’en 1975 par les bataillons de parachutistes portugais, lors des Guerres coloniales portugaises.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
La plupart des baïonnettes non utilisées, stockées aux Pays-Bas ont été détruites par l’armée néerlandaise, et beaucoup ont été perdues en Angola et au Mozambique de ce fait elles sont devenues très rares. Ces deux modèles sont bien sur indispensables dans une collection.

Category Archives: Guatemala

Baïonnette modèle 1969

Modèle : C
Armement : fusil CETME C
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 337 mm
Poids : 390 g
ø interne de la douille 22 mm
Valeur :  €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Les fusils modèle C et baïonnettes CETME adoptés en 1969 pour le Guatemala ont été fabriqués à l’usine nationale de Santa Barbara de Industrias Militares (en anglais, National Business, Santa Barbara Military Industries) à Tolède, en Espagne. 

CETME est l’acronyme de Centro de Estudios Técnicos de Materiales Especiales (Centre d’Études Techniques des Matériaux Spéciaux). CETME était l’établissement de conception et de développement du gouvernement espagnol où le concepteur allemand, Ludwig Vorgrimler, a modifié le fusil d’assaut allemand StG45 (M) pour créer le CETME.

cetme ex bPoinçon de l’entreprise Nationale de Santa Barbara à Tolède 

Santa Barbara National Company

En 1949, l’Institut national de l’industrie (INI) créa le Centre d’études techniques sur les matériaux spéciaux (CETME), chargé de la recherche et du développement des armes. En 1960, l’INI a créé la Société par actions de la Société nationale des industries militaires de Santa Barbara, chargée de la fabrication et de la commercialisation d’armes pour les forces armées. Le premier président de la compagnie nationale Santa Barbara était le lieutenant général Juan Antonio Suanzes.

Santa Bárbara Sistemas a été achetée au gouvernement espagnol par General Dynamics Corp. en 2001.

Usine d’armes de Tolède (1761-1996)

A partir des années 1960, l’usine d’armement de Tolède commence à devenir obsolète, le nombre de travailleurs est réduit au cours des décennies suivantes, jusqu’à sa fermeture définitive en 1996.

Cette baïonnette-outil fabriquée en Espagne à Tolède, conserve le profil atypique de la lame du modèle 1941, mais sa forme ne lui permet pas d’être utilisée comme poignard, alors que la majorité des baïonnettes conçues au début des années 60 le pouvait.

La poignée comporte des plaquettes en plastique noir lisse maintenues par deux vis et écrous. Le système de fixation à l’arme est semblable au modèle 1892 français, le tenon du porte-baïonnette pénètre à l’intérieur du pommeau évidé, le verrouillage s’effectue grâce à un bouton poussoir. Contrairement au modèle espagnol, le pommeau oblique est brasé à la soie de manière classique, la croisière fixée par deux gros rivets soigneusement abrasés. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont phosphatées.

cetme ex aMarquage à gauche de la Fabrique Nationale de Tolède, couronne sur « FNT » cetme ex bMarquage à droite, poinçon de l’entreprise Nationale de Santa Barbara à Tolède 

La lame plus effilée que le modèle espagnol est pourvue d’une gouttière comme pour le modèle 1941.

CETEME L 05

CETEME L 06

Le fourreau possède un corps en plastique moulé noir, sans trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer, ni orifice pour le passage du lacet de maintien. La cornière à l’arrière servant de point d’appui à la suspension attelée est fixée par points de soudure électrique. La suspension en coton tissé, sans double crochet est maintenue sur la cornière à l’arrière par deux gros rivets plats. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un gros rivet plat sur la suspension.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Avec son profil de lame atypique, ce modèle du fait de sa rareté possède un attrait dans une collection.

Dernière mise à jour le 01/11/19

Copyright © 2020 Géraldbaios