Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Norvège

La Norvège

Voici une partie des principaux fusils utilisés par ce pays :

Photos trouvées sur internet

Le fusil Krag-Jørgensen M1894 a été développé à la fin des années 1880 par deux Norvégiens: Ole Krag, directeur de Kongsberg Våpenfabrikk (usine d’armes Kongsberg) et l’écrivain Erik Jørgensen.

Le premier pays européen à adopter ces fusils en 1889 était le Danemark, qui avait de longs liens historiques avec la Norvège voisine. Les fusils danois Krag-Jorgensen, équipés de munitions 8 x 58R, sont restés en service de première ligne avec l’armée danoise jusqu’à l’occupation allemande de 1940.

L’armée norvégienne a adopté sa propre version du Krag-Jorgensen en 1894, en utilisant une excellente cartouche sans bordure 6.5 x 55 mm, connue aujourd’hui comme Mauser suédoise de 6,5 mm (à cette époque, la Norvège était unie avec la Suède sous domination suédoise). La plupart des fusils Krag – Jorgensen en Norvège ont été produits à l’usine de Kongsberg entre 1894 et 1922, bien que certains d’entre eux aient également été commandés auprès de l’usine de Steyr en Autriche. Ces fusils ont été utilisés par l’armée norvégienne jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Une caractéristique distinctive du fusil Krag-Jørgensen était son magasin. Alors que de nombreux autres fusils de son époque utilisaient un magasin approvisionné par un clip chargeur, le magasin du Krag-Jørgensen était intégré au récepteur (la partie du fusil qui abrite les pièces de rechange), avec une ouverture sur le coté droit avec un couvercle à charnière. Au lieu d’un chargeur, les cartouches étaient insérées à travers l’ouverture latérale, et étaient poussées vers le haut, autour et dans l’action par un ressort.

Mauser 98KPhoto trouvée sur internet

Le Mauser Kar 98k fut mis au point en 1935, est le tout dernier modèle d’une longue lignée commencée au début des années 1890. Cette nouvelle version produite à 2 769 533 exemplaires pendant la seconde Guerre Mondiale, dénommée 98K (K pour Kurz, court en allemand), est plus courte que le modèle Gewehr 98 utilisée durant la première Guerre Mondiale.

C’est un fusil à chargement par culasse, qui possède un magasin interne de cinq coups, qu’on alimente par des lames chargeur. Il mesure un mètre dix de long et pèse 3,92 kilogrammes, chargé. L’arme a hérité du mécanisme de culasse, mis au point progressivement par Mauser, ce mécanisme sera apprécié pour sa sûreté de fonctionnement et sa robustesse. Il comprend une sécurité à trois positions à l’arrière de la culasse, à droite le percuteur et la culasse sont bloqués, au milieu la culasse est libérée, mais pas le percuteur, ce qui permet d’introduire une lame-chargeur en toute sûreté, enfin à gauche l’arme est prête à faire feu. En cas de rupture de l’étui d’une cartouche, de larges évents ont été prévus pour évacuer les gaz, sans risquer de blesser le tireur. Le levier de culasse est coudé et l’extraction des étuis se fait avec peu d’incidents grâce à un extracteur non rotatif sur le côté de la culasse. La munition utilisée est la cartouche Mauser de 7,92 × 57 mm.

Un soin tout particulier a été apporté à la simplicité d’entretien de cette arme, dont la plupart des démontages pour le nettoyage courant peuvent s’effectuer en utilisant comme seul outil la pointe d’une cartouche. La rondelle d’acier sur la crosse était une enclume qui servait à appuyer l’extrémité du percuteur afin d’en comprimer le ressort pour démonter le système de percussion dans sa totalité, pour le nettoyer ou en remplacer des composants.

Le bois utilisé de 1934 à 1939 était du noyer massif, puis à la suite du manque de bois de qualité, on recourut au bois de hêtre (ou d’autres) Lamellé-collé, la crosse était composée de lamelles de bois collées à chaud. Cette technique lui permettait d’être aussi solide que du bois massif, mais légèrement plus lourd que le noyer. Les exemplaires en bois de noyer ont une plaque de couche (pièce métallique en contact avec l’épaule du tireur) plate et vissée en bout de la crosse, les séries suivantes ont une plaque enveloppante pour compenser la relative fragilité des matériaux utilisés et éviter qu’ils ne se fissurent lors de l’utilisation de l’arme comme bélier ou en combat corps-à-corps.

Au cours du conflit, la finition des armes déclina progressivement : les pièces fraisées furent embouties et soudées, l’arme se simplifia.

En toute fin de conflit, elle sortait des usines avec un traitement de surface très limité et en version monocoup, sans magasin comportant 5 cartouches.

Les employés du chemin de fer norvégien utilisent encore le fusil Mauser 98k dans le compartiment de leurs locomotives pour achever les animaux gravement blessés en cas de collision.

GARAND US

Le fusil M1 Garand conçu en 1936 par John C. Garand, est le premier fusil semi-automatique réglementaire de l’armée américaine. Il pèse environ 4,9 kilogrammes et se recharge par un clip de 8 cartouches de calibre 30-06 (7,62 x 63 mm puis disponible en 7,62 × 51 mm). Il remplaça le Springfield modèle 1903 à verrou. Il n’est pas le premier fusil semi-automatique utilisé dans une armée, contrairement à ce que l’on croit souvent. Les premiers furent les fusils semi-automatiques Français R.S.C. Mle 1917 et R.S.C. Modèle 1918. Elle a aussi été l’arme destinée aux fantassins de l’armée américaine la plus produite durant la seconde Guerre Mondiale, réputée pour sa précision fort acceptable pour une arme de production de masse à bas coût, la vélocité de sa munition bien supérieure à celle de la carabine US M1, ainsi que son système de rechargement semi-automatique.

5,5 millions d’exemplaires ont été produits aux États-Unis et en Italie (par Breda et Beretta sous licence dans le cadre de l’OTAN), dont 4 millions de 1936 à 1945. Les Etats-Unis ont fourni 72 801 fusils M1 à la Norvège entre 1950 et 1963 dans le cadre du programme d’aide militaire. Sa production cesse en 1957, il sera remplacée par le M14.

US M1 carabineCarabine US M1 sans système de fixation au canon pour y adapter une baïonnette (photo trouvée sur internet)

C’est en 1937 qu’a commencé, aux États-Unis, la production du fusil semi-automatique Garand M1, de conception Springfield, et produit par de nombreuses autres firmes américaines.

Mais en 1940, l’US Army, après un examen de l’équipement de ses unités combattantes, exprima la nécessité de disposer d’une carabine d’un stockage et d’un maniement facile, pouvant être utilisée d’une main tel un pistolet. Plusieurs manufactures d’armement entrèrent alors en compétition et présentèrent leur projet. Le projet Winchester l’emporta et fut retenu sous le nom de carabine calibre 30-M1.

La M1 Carbine avait un mécanisme ressemblant à celui du M1 Garand, toutefois celui-ci est d’origine Winchester et n’est pas à proprement parler une copie du mécanisme du Garand (qui proposa aussi une carabine). Le fonctionnement est un classique emprunt des gaz. Elle tirait une munition de calibre (7,62 x 33 mm), d’une puissance intermédiaire entre celle d’une cartouche de pistolet et celle d’un fusil.

C’est Winchester qui remporta le concours mais comme ses moyens de productions étaient limités, tous ses concurrents la fabriquèrent : ils avaient perdu le concours mais les appels d’offre furent bien partagés, même General Motors, IBM, Underwood (machines à écrire) et Rock-Ola (Juke-boxes) en ont fabriqué. Howa, fabricant d’armes Japonais en a aussi produit 10 000 après la guerre pour l’Asie, une rareté aux États-Unis et en Europe.

Toutes les pièces des fabricants sont compatibles entre elles (hormis certaines culasses civiles « rondes »). Un exemple de production par divers fabricants tout comme le fusil M1 Garand d’ailleurs.

La carabine connut un succès immédiat. Elle était légère et très maniable, et fut adoptée en octobre 1941 sans baïonnette par de nombreuses unités d’appui, telles que les artilleurs ou les équipages d’unité blindées, mais aussi par les soldats ayant une fonction autre que le combat d’infanterie, tel les radios ou les techniciens des unités de soutien.

Norvege-M4Photo trouvée sur internet

A partir de Juin 1944, la carabine M1 fut modifiée et équipée d’un système de fixation au canon pour y adapter une baïonnette, la plupart des carabines antérieures ont ensuite été modernisées avec ce système.

Au moins 98 267 M1 carabines ont été fournies à la Norvège, à partir du début des années 1950.

G3 Allemagne

AK4 ExportPhotos trouvées sur internet

L’origine de ce fusil d’assaut remonte aux années 1950. La RFA demanda alors à la FN Herstal l’autorisation de fabriquer des FAL sous licence. Se heurtant au refus de la firme belge, Heckler & Koch se tourna vers CETME en Espagne qui fabriquait une évolution du StG 45 et en obtint l’autorisation. Heckler & Koch prenait ainsi sa revanche sur la FN en créant le plus redoutable concurrent du FAL.

Chambré pour la cartouche Nato standard calibre 7,62 x 54 mm, le Heckler & Koch G3 (G3 signifie Gewehr 3, autrement dit « Fusil 3 » de combat) a été basé sur un fusil d’assaut prototype en cours d’élaboration par Mauser à la fin de la seconde Guerre Mondiale. Il fut produit à partir de 1959 et resta en service jusqu’au milieu des années 1990.

Considéré comme ayant une grande fiabilité, le fusil a connu une grande diffusion dans les forces armées du Tiers-Monde. Cependant, ce dernier est un fusil lourd et encombrant tirant une munition puissante.

Le G3 a été longuement produit et employé pour de nombreuses armées régulières dont l’Allemagne, l’Arabie saoudite, la Grèce, le Pakistan, l’Iran, la Turquie et le Portugal. Il a été adopté par une cinquantaine de pays pendant une quarantaine d’années. Les raisons de son succès, outre sa fiabilité et sa précision, étaient telles qu’il était plus simple et moins cher à produire que ses concurrents. Son mécanisme d’action retardée et de verrouillage par galets sera appliqué à de nombreuses autres armes Heckler & Koch.

Se bâtissant une réputation d’excellence, le G3 est rapidement devenu le fusil d’assaut occidental le plus exporté avec le M16. Environ sept millions d’exemplaires furent fabriqués dans le monde, même si le G3 n’a pas toujours été l’arme standard des armées des pays qui l’achetèrent.

Spécificité norvégienne :

G3 norvégien Fusil d’assaut AG-3F2 (dernière version)

$Fusil d’assaut AG-3A5 encore utilisé par la Garde nationale Royale

Des versions spécifiques pour des clients étrangers du G3 ont été produites par HK ou sous licence :

Le fusil d’assaut Gevær 3/AG3A5 est une variante norvégienne du G3A3 adopté en 1964 produite à la fabrique d’armes de Kongsberg Våpenfabrikk. Un total de 253 497 unités ont été produites pour les Forces armées norvégiennes de 1967 à 1974. Le Norvégien AG-3 diffère du G3 d’origine; il a une crosse qui est env. 2 cm de plus, le support de boulon a un pouce rainuré dentelée pour aider à la fermeture de boulon silencieux, il dispose d’une poignée d’armement tout en métal et d’une monture de baïonnette différente. Le 11 Avril 2007, il a été annoncé que l’AG-3 serait remplacé par le Heckler & Koch HK416, dans toutes les branches militaires, sauf pour certains groupes de la Garde nationale Royale.

L’AG-3F1: Cette version possède une crosse rétractable exigée par certains groupes de soldats au sein des forces armées norvégiennes, principalement les équipages de véhicules avec un espace limité à l’intérieur, en particulier là où un débarquement rapide à partir d’un tel véhicule est nécessaire. Toutes les versions de l’AG-3 ont la possibilité de joindre un lanceur de grenades HK79 de 40 mm. 

L’AG-3F2: Cette version est une amélioration de l’AG-3F1, avec notamment un viseur point rouge monté sur le rail supérieur du récepteur afin de faciliter la visée dans des conditions de faible luminosité.

Voici une partie des principales baïonnettes utilisées par ce pays :

Modèle 1894, 1884-98, 1894-98 modifié, 1894 modifié, G3.

Category Archives: Norvège

Baïonnette modèle AG3

AG3 01 01

AG3 01 02Le système de verrouillage ne comporte pas de striesAG3 01 03Il est possible de rencontrer cette baïonnette dans ce fourreau de première génération

Modèle : 1968 AG3 de type 1
Armement : fusil de type Heckler & Koch G3
Longueur : 295 mm
Poids : 250 g
ø de la douille : 22 mm
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette a été conçue et produite en Norvège en 1968. Au départ, ces baïonnettes étaient des conversions de baïonnettes US M4 utilisées en Norvège. La poignée d’une seule pièce de ces modèles en plastique brillant de couleur olive est plus courte de 13 mm que les autres poignées des divers modèles G3. Le pommeau comportant le système de verrouillage caractéristique des modèles G3 est en acier. Autre spécificité, comparée aux autres baïonnettes G3, l’épaisseur de la bague est extrêmement fine, la lame de type US M4 ne comporte aucun marquage.

Le tout premier fourreau utilisé pour cette baïonnette est un modèle de type M8 A1, pourvu d’un double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en simili-bois plastique de type scandinave de couleur, avec renfort à l’extrémité. La chape en tôle d’acier phosphaté, sans aucune inscription, est maintenue sur le corps par sertissage. Cette chape est équipée à l’arrière d’une cornière en tôle d’acier en forme de L. La cornière sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est maintenue par deux rivets emboutis, elle forme le passant de ceinturon. Pour terminer, une sangle de maintien qui se verrouille grâce à un bouton pression, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Le second fourreau utilisé pour cette baïonnette est un modèle de type M8 A1, pourvu d’un double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique moulé vert olive sans renfort à l’extrémité. La chape en tôle d’acier phosphaté, sans aucune inscription, est maintenue sur le corps par sertissage. Cette chape est équipée à l’arrière d’une cornière en tôle d’acier en forme de L. La cornière sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est maintenue par deux rivets emboutis, elle forme le passant de ceinturon. Pour terminer, une sangle de maintien qui se verrouille grâce à un bouton pression, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

 

ag3 01

ag3 02

Modèle : AG3 de type 2
Armement : fusil de type Heckler & Koch G3
Longueur : 311 mm
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valier
Remarques :
L’entreprise (AES) A. Eickhorn GmbH & Co. a été fondée en 1976 par Annette Eickhorn et elle était dirigée par Jörg Eickhorn. Cette entreprise a développé sa propre marque, trois hexagones contenant les lettres «A», «E» et «S.». AES a  produit des baïonnettes G3 pour la Bundeswehr et pour l’exportation, des copies de la baïonnette FAL de type C, et des copies de la baïonnette américaine M7 qui comportaient une poignée monobloc. AES a également produit de nombreuses variantes du modèle KCB-77. Cette usine a fabriqué des poignards et des baïonnettes pour les pays de l’OTAN qui pouvait s’adapter à différents types d’armes. Elle aurait été conçue selon les instructions de l’armée norvégienne à 25 000 exemplaires.
La poignée d’une seule pièce en plastique de couleur verte possède 7 rainures, contrairement au premier modèle en acier, le pommeau comportant le système de verrouillage au canon est en plastique. La lame de type US M4 ne comporte aucun marquage.

Le fourreau utilisé pour cette baïonnette est un modèle de type M8 A1, pourvu d’un double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique moulé vert olive sans renfort à l’extrémité. La chape en tôle d’acier phosphaté, sans aucune inscription, est maintenue sur le corps par sertissage. Cette chape est équipée à l’arrière d’une cornière en tôle d’acier en forme de L. La cornière sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est maintenue par deux rivets emboutis, elle forme le passant de ceinturon. Pour terminer, une sangle de maintien qui se verrouille grâce à un bouton pression, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Category Archives: Norvège

Baïonnette modèle 1894 modifié pour la carabine US M1

Norvege M1 01

Norvege M1 03

Norvege M1 02

1894 modèle 03Marquage de l’arsenal autichien Steyr (OEWG)1894 modèle 04

Norvege M1 04

 

Modèle : 1894 modifié pour la carabine US M1
Armement : M1 Carbine
Longueur : 336 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette a été modifiée (30 000 exemplaires) dans les années 56-57 par l’adjonction d’une bague à la croisière pour s’adapter à la carabine US M1, lors de cette transformation toutes les parties métalliques ont été systématiquement bronzées. Le fourreau d’origine a lui aussi été modifié par adjonction d’un porte fourreau en toile muni de crochets type US, fixé par deux rivets (voir modèle 1894).

Category Archives: Norvège

Couteau baïonnette US M4

Modèle : couteau baïonnette M4
Armement : M1 Carbine
Longueur : 300 mm
ø douille : 14,75 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce couteau baïonnette est un clone du modèle US M4, sa production aurait débuté vers 1954 à Kongsberg Våpenfabrikk (Usine d’armes de Kongsberg). Il était destiné à équiper une partie des 98 267 M1 carabines fournies à la Norvège, à partir du début des années 1950. Le couteau baïonnette et le fourreau portent le tampon d’usine Crown-K.

Le fourreau de fabrication norvégienne est lui aussi un clone du fourreau US M8A1, avec embout protecteur métallique.

Merci à Johnny pour les photos.

Category Archives: Norvège

Baïonnette modèle 1884-98

norvege 98K 02

norvege 98K 03Deux baïonnettes modèle 1884-98 utilisées par la Norvège, (à ne pas confondre) celle du haut est utilisée avec un fusil Garand US M1, celle du bas avec un fusil Mauser 98K 

Modèle : 1884-98 3ieme type
Armement : 
fusil Mauser Kar 98k
Longueur :
385 mm
ø Douille : /
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Après la seconde Guerre Mondiale de nombreux fusils 98k, et baïonnettes 1884-98 3ieme type, furent livrés à la Norvège. Certaines baïonnettes ont été utilisées avec fusils d’origines (98k), d’autres modifiées (5 000 exemplaires) pour s’adapter au fusil Garand US M1. Dans un souci de standardisation leurs fourreaux d’origines furent modifiés par l’adjonction de crochets de fixation au ceinturon type US.

Category Archives: Norvège

Baïonnette modifiée du modèle allemand 84-98

M1 01

M1 02

Modèle : 1957 (version modifiée du modèle allemand 84-98)
Armement : fusil M1 Garand
Longueur : 385 mm
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette a été modifiée pour équiper 5 000 fusils Garand US M1 destinés à l’Armée du Corps Technique en avril 1957. La partie dorsale du garde-flamme a été supprimée pour permettre le montage de l’équerre portant le téton de fixation au fusil Garand, mais les parties du garde-flamme qui coiffent les plaquettes ont été maintenues car sans cela celles-ci ne seraient plus jointive à la soie. Les plaquettes peuvent être en bois ou en Bakélite. Le fourreau d’origine allemande a été modifié afin de recevoir les crochets de fixation au ceinturon de type US.

Category Archives: Norvège

Baïonnettes modèle 1894

1894 01

1894 02

1894 03Le porte-fourreau du modèle 1894 est vraiment spécifique1894 modèle 02Marquage de l’arsenal norvégien de Kongsberg1894 05

1894 modèle 01Marquage King Haakon 7 (roi de Norvège 1905-1957)1894 NORVDifférence d’usinage au niveau du logement du système de verrouillage à gauche arsenal de (Steyr), à droite (Kongsberg)


Modèle :
1894
Armement : 
fusil Krag-Jørgensen M1894, carabine mle 1912 et fusil de tireur d’élite mle 1925
Longueur :
336 mm
ø Douille : /
Valeur :  €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes conçues pour être utilisées comme poignard, ont été produites par trois constructeurs, Steyr Autriche (37 000 ex), Husqvarna Suède (2 000 ex), et Kongsberg (101 750 ex), total 140 000 exemplaires. Le mécanisme de verrouillage vraiment spécifique pour l’époque a inspiré les baïonnettes modèles US Springfield et Garand. La lame et la soie en acier trempé poli brillant de très bonne qualité sont forgées un une seule pièce.

Certaines baïonnettes été modifiées (30 000 exemplaires) dans les années 56-57 par l’adjonction d’une bague à la croisière pour s’adapter à la carabine US M1 (voir modèle 1894 M1).

Remarques perso :
Merci à Daniel pour certaines photos.

Copyright © 2018 Géraldbaios