Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Italie

Italie

 

L’Italie et L’OTAN

L’Italie est entrée dans l’OTAN le

Ci-dessous, une partie des baïonnettes utilisées après la Seconde Guerre mondiale, pour y accéder il suffit de cliquer sur le lien.

Baïonnette modèle 59

Baïonnette M1 Beretta (Garand)

Baïonnette modèle M4

Baïonnette modèle US M4

Autres.

Couteau multifonctions

La Seconde Guerre mondiale

En 1940, l’Italie est l’alliée de l’Allemagne contre la France et le Royaume-uni, déclarant ensuite en 1941, avec le Japon, la guerre aux USA et à l’Union soviétique. En avril 1939, l’Italie envahie l’Albanie. Elle participe activement les années suivantes au théâtre d’opérations de la guerre du désert en Afrique du Nord.

A la suite du débarquement allié en Sicile en 1943, le régime fasciste s’effondre, l’Italie se range aux côtés des alliés contre l’Allemagne.

Ci-dessous, une partie des baïonnettes utilisées durant la Seconde Guerre mondiale. (en cours de modification)

Voici une partie des principaux fusils utilisés par ce pays :

vetterli 187087-1

vetterli 187087-2Fusil modèle 1870-87 Vetterli-Vitali

Le modèle M1870 Vetterli italien en calibre d’origine 10,35 x 47R à été modifiée en 1887 par rajout d’un boitier magasin chargeur de 4 cartouches. Ce fusil a été retiré du service lorsque le Mannlicher-Carcano devint disponible. La pénurie d’armes légères est apparue dès le début de l’entrée de l’Italie dans la guerre en 1915 du côté des Alliés. L’approvisionnement en armes légères modernes est tombé lamentablement à court de besoins et un grand nombre de Fucile di Fanteria, Modello 1870/87 Vetterli-Vital furent délivrés aux régiments nouvellement formés avant la fin de 1915. Une grande partie de ces armes devenues obsolètes ont été envoyées en Russie tsariste. Une fois la Révolution bolchevique de 1917 terminée, elles ont fini leurs carrière dans les années (1936-38) aux mains des Républicains dans la guerre civile espagnole.

Italian Vetterli modifié en 1916Photo trouvée sur internet

Cette arme provenant des divers arsenaux du gouvernement italien de Terni, Brescia, Torre Annunziata et Torino a été modifiée une nouvelle fois en 1915/16 au nombre de 400 000. Plusieurs modifications ont été effectuées, les tubes du canon de calibre 10,4 mm originaux ont été replacés par un manchon de 6.5 mm canon rayé soudé à l’argent dans le cylindre d’origine. Le boitier magasin de 4 cartouches a été remplacé par un nouveau acceptant les clips de 6 cartouches réglementaires de calibre 6,5 x 52 mm Carcano, et modification de la tête de culasse. Ces armes seront distribuées aux unités territoriales, aux troupes coloniales et à certaines unités de seconde ligne durant la première guerre mondiale. En 1937 ce sera encore 120.000 fusils modèle 1870-87-15 Vetterli Vitali qui seront utilisés par les troupes coloniales italiennes d’Afrique de l’Est.

modèle 1891 05

Apparu en 1891, le fusil Mannlicher Carcano modèle 1891 a été développé par Salvatore Carcano à l’arsenal militaire de Turin il fut produit de 1891 à 1941. Son système de chargement à verrou est basé sur le verrou Mauser, l’appellation Mannlicher faisant référence au fait que le fusil utilise un chargeur alimenté par le haut. Il est précis à environ 600 m et a un magasin interne de 6 cartouche de calibre (6,5 x 52 mm) utilisant la nouvelle poudre sans fumée. En 1938, le M91 étant considéré comme relativement démodé, une version raccourcie, le modèle 1938, entre en production. Celui-ci n’étant pas prêt lorsque la seconde Guerre Mondiale éclate, les italiens iront à la guerre en 1940 avec le même fusil qu’en 1915.

US M1 carabineCarabine US M1 sans système de fixation au canon pour y adapter une baïonnette (photo trouvée sur internet)

C’est en 1937 qu’a commencé, aux États-Unis, la production du fusil semi-automatique Garand M1, de conception Springfield, et produit par de nombreuses autres firmes américaines.

Mais en 1940, l’US Army, après un examen de l’équipement de ses unités combattantes, exprima la nécessité de disposer d’une carabine d’un stockage et d’un maniement facile, pouvant être utilisée d’une main tel un pistolet. Plusieurs manufactures d’armement entrèrent alors en compétition et présentèrent leur projet. Le projet Winchester l’emporta et fut retenu sous le nom de carabine calibre 30-M1.

La M1 Carbine avait un mécanisme ressemblant à celui du M1 Garand, toutefois celui-ci est d’origine Winchester et n’est pas à proprement parler une copie du mécanisme du Garand (qui proposa aussi une carabine). Le fonctionnement est un classique emprunt des gaz. Elle tirait une munition de calibre (7,62 x 33 mm), d’une puissance intermédiaire entre celle d’une cartouche de pistolet et celle d’un fusil.

C’est Winchester qui remporta le concours mais comme ses moyens de productions étaient limités, tous ses concurrents la fabriquèrent : ils avaient perdu le concours mais les appels d’offre furent bien partagés, même General Motors, IBM, Underwood (machines à écrire) et Rock-Ola (Juke-boxes) en ont fabriqué. Howa, fabricant d’armes Japonais en a aussi produit 10 000 après la guerre pour l’Asie, une rareté aux États-Unis et en Europe.

Toutes les pièces des fabricants sont compatibles entre elles (hormis certaines culasses civiles « rondes »). Un exemple de production par divers fabricants tout comme le fusil M1 Garand d’ailleurs.

La carabine connut un succès immédiat. Elle était légère et très maniable, et fut adoptée en octobre 1941 sans baïonnette par de nombreuses unités d’appui, telles que les artilleurs ou les équipages d’unité blindées, mais aussi par les soldats ayant une fonction autre que le combat d’infanterie, tel les radios ou les techniciens des unités de soutien.

us-m4Photo trouvée sur internet

A partir de Juin 1944, la carabine M1 fut modifiée et équipée d’un système de fixation au canon pour y adapter une baïonnette, la plupart des carabines antérieures ont ensuite été modernisées avec ce système.

Utilisée dans de nombreux conflits jusqu’aux années 1960 par les forces américaines ou leurs alliés, elle équipa en outre, la Belgique, la France, la Corée du Sud, la majorité des pays d’Amérique Latine ainsi que d’autres états en Afrique. Elle fut distribuée à ces pays par les États-Unis jusqu’aux années 1970.

Les Etats-Unis ont fourni 146 863 carabines M1 à l’Italie entre 1950 et 1963 dans le cadre du programme d’aide militaire, elles ont eu une durée de vie assez longue en Italie, jusque dans les années 1990.

GARAND USFusil Garand M1 (photo trouvée sur internet)

Le fusil Garand M1 conçu en 1936 par John C. Garand, est le premier fusil semi-automatique réglementaire de l’armée américaine. Il pèse environ 4,9 kilogrammes et se recharge par un clip de 8 cartouches de calibre 30-06 (7,62 x 63 mm puis disponible en 7,62 x 51 mm). Il remplaça le Springfield modèle 1903 à verrou. Il n’est pas le premier fusil semi-automatique utilisé dans une armée, contrairement à ce que l’on croit souvent. Les premiers furent les fusils semi-automatiques Français R.S.C. Mle 1917 et R.S.C. Modèle 1918. Elle a aussi été l’arme destinée aux fantassins de l’armée américaine la plus produite durant la seconde Guerre Mondiale, réputée pour sa précision fort acceptable pour une arme de production de masse à bas coût, la vélocité de sa munition bien supérieure à celle de la carabine US M1, ainsi que son système de rechargement semi-automatique.

5,5 millions d’exemplaires ont été produits aux États-Unis et en Italie (par Breda et Beretta sous licence dans le cadre de l’OTAN), dont 4 millions de 1936 à 1945. Sa production cesse en 1957, il sera remplacée par le M14.

Fusil Beretta modèle 59 (photo trouvée sur internet)berettabm59-2Beretta BM 59 (photo trouvée sur internet)

Le Beretta BM 59 est un fusil de fabrication italienne basé sur le fusil M1 Garand , mais chambré en 7,62 × 51 mm OTAN , et modifié pour utiliser un chargeur détachable. Les révisions ultérieures ont incorporé d’autres caractéristiques communes aux fusils plus modernes.

Après la seconde Guerre Mondiale, l’Italie a adopté le fusil M1 Garand, de calibre (7,62 × 63 mm) et l’a également fabriqué sous licence. Ce fusil semi-automatique s’est bien comporté pendant la seconde Guerre Mondiale, mais à la fin des années 1950, il était considéré comme obsolète et l’armée italienne voulait également un nouveau fusil chambré pour le canon de 7,62 × 51 mm.

Pour répondre à ces exigences, Beretta a conçu le BM 59, qui était essentiellement un M1 rechambré équipé d’un chargeur amovible de 20 coups, d’un bipied pliant et muni d’un système lance-grenade.

Le BM 59 a été adopté en 1959 et servi avec des armées italiennes, argentines, indonésiennes et marocaines. Les premiers BM 59 ont été fabriqués à partir de pièces M1 fabriquées aux États-Unis, y compris des barils refermés.

En 1990, le BM 59 a été remplacé en service italien par les fusils d’assaut Beretta AR70 / 90, bien que certains puissent être en service dans la marine italienne .

Soldats italiens avec fusils Beretta AR70/90

L’AR 70/90 est un fusil d’assaut fabriqué par Beretta et est depuis 1990 réglementaire dans l’armée italienne et dans l’armée paraguayenne. C’est une version modernisé de AR-70.

L’AR 70/90 tire en rafale libre et au coup par coup grâce à un système à emprunt des gaz. Néanmoins, son piston est particulièrement long. Sa monture est en matière synthétique et sa carcasse est en alliage. Son sélecteur de tir est uniquement présent à gauche. Ces versions standards et parachutistes peuvent tirer des grenades à fusils et recevoir une baïonnette.

 

Category Archives: Italie

Baïonnette modèle 1938

modèle 38 Fixe d'origine 01

modèle 38 Fixe d'origine 02

 

Modèle : 1938 à lame fixe
Armement : fusil Mannlicher Carcano 91-38
Longueur : 290 mm
ø de la douille : 13 mm
Valeur : €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle est construit avec une lame fixe d’origine. C’est la version définitive de la série des modèles précédents, qui étaient soit à lame pliante, soit à lame pliante modifiée en lame fixe (adjonction d’une garde). les plaquettes sont désormais fixées par rivets ce qui était impossible pour les modèles de la série précédente.

Category Archives: Italie

Baïonnette modèle 38 à lame pliante rendue fixe

modèle 38 Fixe 01

modèle 38 Fixe 02

modèle 38 Fixe 03Modèle de gauche : version d’origine à lame fixe
et modèle de droite : version modifiéeB1157-6Modèle d’origine sans modification (je ne le possède pas, hélas !!)

Modèle : 1938 modifié par blocage de la lame en position fixe
Armement : fusil Mannlicher Carcano 91-38
Longueur : 290 mm
ø de la douille : 13 mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette à l’origine pliante à été conçue pour une utilisation avec le PM Beretta MAB38. La baïonnette originale pour le PM ne possédait pas de bague. Dans le même temps (janvier 1938), les autorités militaires italiennes pensaient qu’une telle baïonnette, munie d’un bague pouvait être utilisée avec le nouveau fusil M 1938 court Mannlicher Carcano (Fucile corto). La baïonnette pliante étant jugée trop faible et aussi inutile par rapport à une baïonnette à lame fixe, en 1939 il a été décidé de la modifier de façon à maintenir définitivement la lame en position fixe. La gorge dans la poignée, destinée initialement à recevoir la lame pliante est devenue inutile mais elle a été conservée afin d’en réduire le coût en simplifiant la modification.

La poignée

La lame

Le fourreau

Category Archives: Italie

Poignard modèle 1937

poignard 01

poignard 02


Modèle :
1937
Armement : /
Longueur : entre 265 et 270 mm
ø douille : /
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques : 
Ce poignard de fabrication rudimentaire rappelle celui des ARDITI de la première Guerre Mondiale. Il est destiné au Avanguardist et aux Giovani Fascisti. Sur la lame peuvent être gravés différents sigles : G.I.L., Opera Balilla : O.N.B., G.U.F. (Groupe Universitaire Fasciste). Des noms ou des poinçons de fabricants se rencontrent souvent : G. Fugini-Brescia ; Rocca-Brescia ; Gnutti-Lumezzane ; FA . Se sont d’ailleurs souvent des fabricants de baïonnettes et autres armes blanches.
la plupart des lames sont bronzées, certaines sont chromées (peut être à titre honorifique ?). Le manche est en bois, deux rivets le maintiennent sur la soie de la lame.

Le fourreau en cuir est identique au modèle 1937 des ARDITI. A titre individuel certains jeunes fascistes ont fixés un faisceau de licteur métallique sur le fourreau. Il existe une dragonne en soie noire à deux glands pour le poignard modèle 1917, il ne semble pas cependant qu’elle fut souvent portée. La fabrication de ce poignard est tellement « artisanale » qu’il est presque impossible de trouver une lame de la même longueur (entre 160 et 173 mm). La longueur totale de l’arme oscille entre 265 et 270 mm.

Merci à Alain pour le prêt du poignard.

Category Archives: Italie

Baïonnettes modèle 1870, raccourcies en 1916

Modèle 1870 dans sa longueur d’origine avant transformationPoignée d’origine équipée de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage longPoignée d’origine équipée de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage courtPoignée d’un M1870/16 équipée de plaquettes en bois, et ressort de verrouillage courtFusil modèle 1870, dont l’extrémité du canon est munie d’un tenon destiné à améliorer la fixation de la longue baïonnette d’origine Deux variantes de bague : à gauche sans incision, à droite avec incision Deux variantes du bouton de verrouillage : à gauche pleine, à droite avec incisionPlusieurs types de profils de coupe de lame 

 italie-1916-08.jpg
Matricule sur la croisièreitalie-gousset-.jpgExemple d’un des nombreux porte-fourreau utilisés pour ce modèle

Modèle : 1870 raccourci en 1916
Armement : fusil M1870 Vetterli italien, modèle 1870-87 et 1870-87-15 calibre 10,35 x 47R et 6,5 x 52 mm
Fixation : sur le côté droit du canon
Longueur : +/- 362 mm
ø Douille : 17,5 mm
Valeur : €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La poignée comporte un mécanisme de verrouillage avec bouton-poussoir avec lame ressort de rappel en acier fixé à la soie. Le matricule inscrit sur la croisière se compose ainsi, deux lettres (plus rarement une seule) toujours suivies de quatre chiffres. A la base de la lame on retrouve généralement la marque de l’arsenal de production (par exemple « Terni » ou « Brescia ») ou l’abréviation de l’arsenal (pour exemple « TA » qui est l’arsenal de Torre Annunziata regio).

A partir de 1875, le modèle 1870 de longueur totale de 645 mm avec crochet brise-lame, a subit trois modifications.

  • Une petite incision lors de la fabrication est réalisée à la base de la bague vers 1875, elle est destinée à améliorer sa fixation. Les baïonnettes démunies de cette incision ne peuvent pas se fixer sur une arme dont le canon possède un tenon à son extrémité.
  • Le ressort de verrouillage est réduit en longueur, la plaquette droite n’étant plus traversée par celui-ci est ainsi renforcée.
  • Les plaquettes de poignée en matière synthétique assez fragiles, lorsqu’elles sont dégradées, sont remplacées par des plaquettes en bois.

La pénurie d’armes légères (Carcano M1891) est apparue dès le début de l’entrée en guerre de l’Italie en 1915 au côté des Alliés. L’approvisionnement en armes légères modernes est tombé lamentablement à court de besoins et un grand nombre de Fucile di Fanteria, Modello 1870/87/15 Vetterli-Vital furent délivrés aux régiments nouvellement formés avant la fin de 1915.

A partir de 1916, la longue lame inappropriée pour le combat dans les tranchées de ces baïonnettes est raccourcie en longueur pour être utilisée avec l’obsolète fusil modèle 1870-87-15 Vetterli-Vitali modernisé. Lors de cette opération, une partie du crochet brise lame a été amputée, ce qui le rend pratiquement droit. La bague d’origine est conservée, toutes les parties métalliques sont systématiquement bronzées. Cette modification ayant été faite à la hâte, les lames raccourcies d’environ 26 cm ont toutes un profil différent, elles sont amincies à l’extrémité ce qui les rend très fragiles à la torsion.

italie-1916-04.jpgS.A. REJNA fabricant de fourreau (1935), fabrication tardive

italie-1916-03.jpg
TORINO (1880)

Le fourreau réduit en longueur pour ce modèle est en cuir noir avec embouts en laiton. Deux types de fourreau existent : le premier très rare, possède une chape semi-sphérique, le deuxième, est équipé d’une chape très similaire à celle que nous avons l’habitude de voir pour les fourreaux de baïonnettes modèle 91. La date et le lieu de fabrication sont généralement clairement visibles sur le corps du fourreau.

Période d’utilisation :
A partir de 1916 et après la Première Guerre mondiale, un certain nombre de fusils modèle 1870-87 Vetterli-Vitali ont été affectés aux colonies de Tripolitaine, du Fezzan et de la Cyrénaïque (Libye), ainsi qu’à l’Érythrée et à la Somalie, comme fusils d’entraînement rarement utilisés. Ces fusils ont été réutilisés lors de la seconde guerre italo-éthiopienne, principalement par des soldats africains.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Utilisés durant plus de 70 ans et durant les deux Guerres mondiales, ces modèles pas très courants, mais beaucoup moins rares que le modèle 1870 dans sa longueur originale, possèdent bien sur un attrait dans une collection. Pour les puristes, il existe plusieurs variantes au niveau de la conception de la poignée. La variante avec les paquettes en matière synthétique, le ressort long, et la bague sans encoche est la toute première de la série.

Category Archives: Italie

Baïonnette modèle 1870 raccourcie et re-baguée

Modèle 1870 raccourci et re-baguéModèle 1870 dans sa longueur d’origine avant transformationPoignée d’origine équipée de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage longPoignée d’origine équipée de plaquettes en matière synthétique, et ressort de verrouillage courtPoignée d’un M1870/16 équipée de plaquettes en bois, et ressort de verrouillage courtFusil modèle 1870, dont l’extrémité du canon est munie d’un tenon destiné à améliorer la fixation de la longue baïonnette d’origineModèle re-bagué, l’incision sur la bague est définitivement condamnée

Modèle : 1870 raccourci
Armement : /
Fixation :
Longueur : 436 mm
ø Douille : ramené à 14,4 mm
Valeur : €€€ €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La poignée comporte un mécanisme de verrouillage avec bouton-poussoir avec lame ressort de rappel en acier fixé à la soie. Le matricule inscrit sur la croisière se compose ainsi, deux lettres (plus rarement une seule) toujours suivies de quatre chiffres. A la base de la lame on retrouve généralement la marque de l’arsenal de production (par exemple « Terni » ou « Brescia ») ou l’abréviation de l’arsenal (pour exemple « TA » qui est l’arsenal de Torre Annunziata regio).

A partir de 1875, le modèle 1870 de longueur totale de 645 mm avec crochet brise-lame, a subit trois modifications.

  • Une petite incision lors de la fabrication est réalisée à la base de la bague vers 1875, elle est destinée à améliorer sa fixation. Les baïonnettes démunies de cette incision ne peuvent pas se fixer sur une arme dont le canon possède un tenon à son extrémité.
  • Le ressort de verrouillage est réduit en longueur, la plaquette droite n’étant plus traversée par celui-ci est ainsi renforcée.
  • Les plaquettes de poignée en matière synthétique assez fragiles, lorsqu’elles sont dégradées, sont remplacées par des plaquettes en bois.

Ces modèles, qui restent encore à ce jour une énigme, ont subit probablement avant 1916 un visible raccourcissement de la lame et une assez discrète réduction de 3 mm du diamètre interne de la bague. Plusieurs modèles, avec incision à la base de la bague ou non, ressorts long ou court sont concernés par cette modification. Etonnamment, tous ces modèles ont conservé leurs crochets brise-lame d’origine.

Le fourreau réduit en longueur pour ce modèle est en cuir noir avec embouts en laiton. Deux types de fourreau existent : le premier très rare, possède une chape semi-sphérique, le deuxième, est équipé d’une chape très similaire à celle que nous avons l’habitude de voir pour les fourreaux de baïonnettes modèle 91. La date et le lieu de fabrication sont généralement clairement visibles sur le corps du fourreau.

Category Archives: Italie

Baïonnette modèle 1891

Carcano modèle 91

modèle 1891 02

modèle 1891 03

modèle 1891 04

Photo faite au musée de l’armée aux Invalides à Paris (si vous avez l’occasion d’y aller, n’hésitez pas, cela vaut le détour !)

Modèle : 1891
Armement : fusil modèle 1891 Mannlicher Carcano
Longueur : env. 415 mm
ø Douille :  mm
Valeur : €€€ €
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce couteau baïonnette adopté le 29 mars 1892, a été utilisé durant la première Guerre Mondiale, et fut encore produit durant le début de la seconde, jusqu’à la fin de 1942. Comparé à d’autres modèles européens de la fin du XXème siècle, celui-ci semble de constitution très fragile et peu soignée. Il possède une poignée avec rainure au pommeau en forme de T, les plaquettes de la poignée sont maintenues à la soie par deux rivets sous rondelles, le crochet de croisière est droit et la lame à extrémité en pointe de lance simplement amincie est dépourvue d’usinage.

Ces baïonnettes ont été produites durant cinquante ans, leur qualité de finition varie en fonction de la période. Elles peuvent être munies d’une lame en acier léger (non poli), bronzée, ou pour les dernières de couleur rouge particulière.

Les fourreaux utilisés pour ce modèle peuvent être en cuir ou en acier plus rare.

Remarques perso :
Il est très difficile de trouver ce modèle en excellent état, car l’acier qui constitue la structure de la baïonnette est de très mauvaise qualité.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première et Seconde Guerre mondiale, ce modèle qui se raréfie, est indispensable dans une collection.

Copyright © 2019 Géraldbaios