Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

admin

L’Egypte

Voici une partie des principaux fusils utilisés par ce pays :

ag-42-suedoisDe haut en bas: fusil suédois AG-42B Ljungman, fusil égyptien Hakim, carabine égyptienne Rasheed (photo trouvée sur internet)

Le Automatgevär m / 42  est un fusil semi-automatique Suédois de calibre 6,5 × 55 mm modifié, il a été conçu par Erik Eklund de la société CJ AB Ljungmans Verkstäder de Malmö autour de 1941, et est entré en production à Carl Gustafs Stads Gevärsfaktori à Eskilstuna en 1942. Quelques 30  000 fusils ont été fabriqués pour l’ensemble de l’armée suédoise. Ce fut un petit nombre d’armes et le fusil principal d’infanterie standard restait le Mauser modèle 1896 à verrou ou la carabine modèle 1938.
Beaucoup de fusils (SA) ont été modifiés entre 1953 et 1956  et les fusil remaniés ont été désignés Ag m / 42B. Les modifications comprenaient un tube inoxydable de gaz en acier, deux boutons sur le couvercle de culasse, un nouveau bouton d’élévation pour la vue arrière, un nouveau magasin chargeur (10 coups) et nouvelle tige de nettoyage. L’Ag m / 42B a été remplacé dans l’armée suédoise au milieu des années 1960 par l’AK 4 (dérivé du G3 Heckler & Koch).

Au début des années 1950, le m / 42B sous licence  a été vendu à l’Egypte donnant naissance au Hakim Rifle, qui utilise la cartouche 7,92 x 57 mm Mauser. La Suède a vendu ces machines-outils de fabrication à l’Egypte et le Hakim a donc été construit avec les mêmes machines-outils utilisées pour l’Ag m / 42B. Finalement, le Hakim a été modifié pour utiliser une cartouche russe intermédiaire de calibre 7,62 x 39 mm, ce modèle plus court sera appelé Rasheed carabine.

Safn 49 12

Le fusil semi-automatique FN Modèle 1949 (semi-automatique Fabrique nationale) a été conçu par Dieudonné Saive, ingénieur en chef  de la FN (Fabrique Nationale de Herstal) dans les années 1930 juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement pour Saive et la FN, l’Allemagne a occupé la Belgique en mai 1940. M. Saive a juré qu’il ne travaillerait jamais pour les nazis ou permettre à sa conception de tomber entre leurs mains. Il a fuit la Belgique pour aller en Angleterre, en prenant avec lui les plans de la conception du SAFN et plusieurs autres ingénieurs de la FN avec lui. Il est allé travailler dans le Small Arms Conception Unité Royal Ordnance Corp en améliorant la conception du SAFN. Quelques prototypes ont été faits, mais les demandes de production en temps de guerre ne permettaient pas le détournement des ressources à un projet non-testé. Vers la fin des années 1944, Saive et son équipe de conception sont retournés en Belgique libérée.
Durant ces années de guerre les usines de la FN  avaient été dépouillées par les Allemands, et bombardés à plusieurs reprises, beaucoup d’argent a été dépensé pour les remettre de nouveau opérationnelles. Le SAFN 49 étant né, la FN a commencé à le commercialiser dans le monde de l’après-guerre, mais à cette époque, il y avait des tonnes d’armement militaire en surplus en Europe et il était très difficile de trouver des acheteurs pour ce nouveau fusil. L’armée belge fut donc la première à l’acquérir brièvement à partir de 1951  jusqu’en 1956 (remplacé par le FAL) au nombre de 125 000 exemplaires, chambré pour la cartouche 30-06  (7,62 x 63 mm), sa fabrication pour l’export cessa en 1970.

russchicompair-copie-1.jpg

Modèle russe en haut, chinois en bas

La carabine semi-automatique Simonov modèle SKS 1945 a été adoptée par l’armée rouge en 1949 et largement utilisée dans divers pays, parfois avec ce type de baïonnette, parfois avec une baïonnette différente. La RDA, l’Albanie, la Pologne, la Roumanie en débutèrent la fabrication mais en abandonnèrent l’idée rapidement, seules la Chine, la Corée du Nord et l’ex Yougoslavie la modifièrent quelque peu. Avec la production massive des nouveaux fusils d’assauts (AK47), la carabine SKS fut rapidement retirée des mains des unités de première ligne mais demeura l’arme des réservistes et des cérémonies officielles.

egypte-akm

Les arsenaux d’état égyptiens ont produit le MISR  de calibre 7,62 x 39 mm, avec l’aide de techniciens venus de RDA. Le MISR à crosse fixe est identique au modèle soviétique. Le MISR, copie égyptienne presque identique à l’AKM russe a  rapidement été modifié pour convenir aux méthodes de production égyptiennes. La crosse pliante, un peu plus tard, le garde-main en bois et la poigne (prise) de pistolet ont été remplacés par du plastique et le couvre-culasse modifié pour permettre le montage de la plupart des optiques standards à l’OTAN. Cette arme était toujours l’arme personnelle principale de l’armée de terre égyptienne en 2006.

Voici une partie des principales baïonnettes utilisées par ce pays :

Modèle Hakim, SAFN 49, SKS, 6×4 (AKM Type II).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2018 Géraldbaios