Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette modèle 1895 de cavalerie raccourcie Seitengewehr (104 h)

admin

Pays-Bas cavalerie 1895 01


Modèle : 1895 d’infanterie renommée Seitenewehr 104 (h)
Armement : Carabine Néerlandais Mannlicher n°3 et n°4
Longueur : 400 mm pour ce modèle
ø interne de la douille : 13,6 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques : 
Le 04 décembre 1895, l’armée hollandaise adopte un nouveau fusil (calibre 6,5 x 53,5 R) qui sera utilisé, en Europe jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Après l’invasion allemande des Pays-Bas (mai 1940), de nombreuses carabines modèle n°3 et n°4 furent récupérées et réutilisées.

Ce modèle qui d’origine mesurait 607 mm, peu fonctionnel a été raccourci et fourni aux volontaires néerlandais qui avaient rejoint l’armée allemande (SS-Westland Regiment) et d’autres régiments allemands. Il est à noté que plusieurs profils de coupe de lame existent et leurs longueurs peuvent varier légèrement. Deux constructeurs ont produit ces baïonnettes, Alexander Coppel à Solingen (balance et lettre AC) Allemagne, et (Hemburg) Pays-Bas.

Pays-Bas cavalerie 1895 03Pommeau et système de verrouillage spécifiques à ce modèlePays-Bas cavalerie 1895 04

La poignée avec son pommeau atypique tourné d’un quart (1/4) a spécialement été conçu pour la carabine de cavalerie n°3, pour éviter que le bouton de verrouillage de la baïonnette fixée à l’arme endommage les vêtements du soldat. Le pommeau avec rainure en forme de T, intègre la baguette de l’arme d’environ 40 mm. Les plaquettes sont fixées à la soie par deux gros rivets en acier soigneusement arasés. La croisière des modèles produits avant 1900 possède un crochet, il a ensuite disparu du mode de fabrication.

Pays-Bas cavalerie 1895 05

La lame assez massive de ce modèle a été raccourcie, elle est dépourvue de tranchant.

Pays-Bas cavalerie 1895 02 Marquage hollandais (HEMBRUG)B1233-3.jpgMarquage allemand Alexander Coppel à Solingen (balance et lettre AC)

Marquage fabricants

Le marquage des deux fabricants se situe sur le coté gauche de la lame.

1895 02

Marquage d’inspection M1895

Le marquage d’inspection se situe sur le coté droit de la lame, il se compose d’une couronne au dessus d’une lettre  B, E, H, T, Z, O, S, L, W (et une couronne sans lettre).

Il a été remarqué que beaucoup des baïonnettes M1895 fabriquées par le fabricant autrichien OEWG (Steyr) étaient marquées d’un symbole d’inspection Crown-T et que les fabricants allemands WK & C. et Alexander Coppel étaient souvent marqués d’un timbre d’inspection Crown-B.

  • Crown-T : KA Bräuning (?) – Inspecteur de la production de M.95 à Steyr (Autriche) du 2-12-1895 au 21-2-1898 pour inspecter le premier chargement de M.95. A été envoyé à Steyr à nouveau le 8-12-1900. Envoyez à Solingen le 9-4-1901 pour inspecter une cargaison de baïonnettes et de gaines M.95 fabriquée par Alex Coppel. Après d’autres tâches d’inspection ailleurs, il demanda (et reçut) le remboursement du gouvernement néerlandais en 1905, après avoir inventé une mitrailleuse. Il obtint une décharge honorable en 1907. Plus tard en 1923, Bräuning offrit un modèle à l’Artillerie Inrichtingen-Hembrug (AI).

  • Crown-B (police d’écriture): L. Brossois – En 1890, il se rendit à Maastricht pour inspecter la conversion des fusils Beaumont-Vitali. En 1890, il se rend à Liège / Liège (Belgique) pour contrôler la fabrication de 100 ‘Mareschaussee-Carbines’ et de leurs baïonnettes fabriquées par Nagant. Il a probablement vécu à Bruxelles / Bruxelles (Belgique). Après plusieurs autres tâches d’inspection, il fut envoyé en 1895 à Steyr (Autriche) pour inspecter le premier envoi d’armes M.95. A exercé plusieurs fonctions d’inspection à Solingen (Allemagne), Steyr (Autriche) et Seraing (Belgique). En 1901, il inspectait encore les pièces M.95.

  • Crown-B (caractères d’impression): EB Brossois – On ne sait pas quand il a commencé à travailler mais il est inspecteur depuis au moins 1885. A aidé L. Brossois à plusieurs reprises, notamment à Maastricht en 1889 et en 1890 à Liège / Liège (Belgique). ) afin de contrôler la production de 100 « Mareschaussee-Carbines » et « Cavalry-Carbines » de Nagant. En janvier 1894, il se rendit à Solingen (Allemagne) et le 28 juillet 1899 à Steyr (Autriche) pour inspecter le deuxième envoi d’armes M.95. En 1907, il demande la nationalité néerlandaise. En 1913, il s’est rendu à Alex Coppel (Allemagne) pour inspecter les Klewangs et les fourreaux et a procédé de la même manière à Eickhorn (Allemagne) en 1913/14 avec l’inspecteur Wiersma (couronne-Z).

  • Crown-E : MA v / d Ende – trouvé sur des baïonnettes fabriquées par Hembrug,
    éventuellement actif avant 1912/1913.

  • Crown-H : JC Harnas – trouvé sur les baïonnettes marquées Hembrug.
    Cependant, il est possible que ces baïonnettes avec
    les marques d’inspection de la couronne-H ont été faites pendant la 1ère guerre mondiale
    dans les anciens ateliers de construction d’artillerie à Delft (NL).
    Ce qui fait de crown-H un contemporain de crown-Z, Z
    être actif à Zaandam (NL) et H à Delft (NL).

  • Crown-S : Stratemaker – trouvé sur des baïonnettes fabriquées par Hembrug
    vers 1912/1913.

  • Crown-Z : Wiersma – Apparemment réussi O et était actif
    à travers la 1ère guerre mondiale.

  • Crown-O : BJ Overbeek (?) – Maître Riflemaker dans le Régiment Grenadiers & Jagers.En 1889, convoqué pour être formé en tant qu’inspecteur temporaire. En date du 23-9-1889, inspecteur à Maastricht (Pays-Bas). Le 21-8-1890, il est licencié en tant qu’inspecteur temporaire et renvoyé dans son régiment. Le 2-12-1895, embauché à nouveau comme inspecteur temporaire à Delft (Pays-Bas) et le 30-3-1896, envoyé à Steyr (Autriche) pour contrôler la production de M.95. Renvoyé et renvoyé au régiment à Den Hague (Pays-Bas) le 24-3-1898.

  • Crown-L : Wiersma – apparemment réussi O et était actif
    à travers la 1ère guerre mondiale.

  • Crown-W : Wiersma – a apparemment succédé à O et était actif
    à travers la 1ère guerre mondiale.

Pays-Bas cavalerie 1895 06

Le fourreau, lui aussi raccourci en cuir de couleur brune, dépourvu de cuvette d’entrée en acier, comme la lame s’amincit progressivement jusqu’à son extrémité.

En haut : modèle 1895 d’infanterie, en bas de cavalerie

Le porte-fourreau attelé utilisé pour ce modèle est maintenu au corps par neuf rivets en laiton. Deux rivets sont utilisés pour la fixation de la sangle de maintien de la poignée de la baïonnette et trois rivets pour former la boucle de ceinturon. La plupart sont marqués avec le même numéro de série que la baïonnette, mais sans chiffre.

Sa longueur est beaucoup plus courte que le modèle utilisé par l’infanterie, ceci afin d’éviter qu’il se balance dans les rayons des roues du vélo. Pour info la carabine n°4, en théorie était destinée au Bicycle Corps, au service des transmissions et aux mitrailleurs.

Période d’utilisation :
Ces baïonnettes ont été utilisées au combat durant une très courte période du 10 au 17 mai 1940 par les forces néerlandaises, et ensuite récupérées après raccourcissement par les allemands.

Selon un document allemand original daté du 23 novembre 1942, les allemands ont renommé la baïonnette « fusil » M1895 et l’ont appelée Seitengewehr 104 (h). Ce document mentionnait que les lames M1895 devaient être raccourcies à 280 mm ainsi que leurs fourreaux en cuir.

Aperçu des noms allemands de la Seconde Guerre mondiale pour les baïonnettes néerlandaises M1895:

Seitengewehr 101 (h) = M1895 baïonnette « rifle » (avec crochet)
Seitengewehr 102 (h) = M1895 baïonnette « rifle » (sans crochet)
Seitengewehr 104 (h) = M1895 « Carbine No.3 & No.4 »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 Géraldbaios