Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: ZZZ Liens

Bague de diamètre interne de 22 mm

Photo trouvée sur internet, (fusil BM 59)

En pleine guerre froide, face aux armées du bloc soviétique, l’OTAN au début des année 1960 a standardisé une grenade à fusil de diamètre interne de 22 mm, ceci afin de simplifier la logistique lorsque les troupes des différents pays manœuvraient ensemble. De nombreux pays membres de l’OTAN ou non ont conçu ou adapté leurs fusils d’assauts à cette norme, en modifiant la bouche des canons au diamètre externe de 22 mm afin de pouvoir y adapter suivant le cas une baïonnette ou une grenade.

Category Archives: ZZZ Liens

Fourreau US M3

Fourreau M3 (Beckwith Manufacturing Co’s.)

Longueur : 435 mm
Largeur : 40 mm

Remarques :
Le fourreau nommé M3 destiné au port des baïonnettes M1905 et 1905-42 a été fabriqué par trois fabricants, à partir de mi-1942.

Beckwith Manufacturing Co’s.Division Victory Plastics. (1942-43)

Le corps du fourreau fabriqué par cette société est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression. Pendant la Seconde Guerre mondiale, cette entreprise produira plus de trois millions fourreaux.

La chape en tôle d’acier phosphatée, munie du double crochet M1910, utilisé pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par sertissage. Le dessus de la chape comporte deux crochets, dont seulement un est utilisé pour assurer le maintien de la baïonnette dans le fourreau.

Lors de la conception du fourreau modèle M7 en 1943, deux plaques en acier à ressort ont été insérées dans la la gorge de manière à maintenir correctement la lame de la baïonnette sans l’aide des crochets.

Il existe un autre fourreau fabriqué en 1942 par Beckwith Manufacturing Co’snommé USN Mk1 Navy, fourni avec les 300 000 baïonnettes d’entraînement utilisées par la marine en plastique noir. Ces baïonnettes produites par (Parris – Dunn Cor) de Beckwith Manufacturing Co, assez fragiles se sont très vite dégradées. L‘US Navy a mis une grande partie des fourreaux restants dans un entrepôt lorsque ces baïonnettes ont été rebutées. Certains d’entre eux ont été recyclés en fourreaux M7 en les coupant de (16 pouces à 10). Le département de la Marine les a déstockés au début des années 80 dans leurs longueurs d’origine, comme surplus. Ces fourreaux, même si ils sont assez rares ne conviennent pas, aux baïonnettes M1905, 1905-42.

Detroit Gasket Manufacturing Co (1942-43)

Marquage spécifique (S)

Cette société a utilisé une formulation de résine différente pour la production du corps de ses fourreaux que Beckwith, ce qui a entraîné un certain nombre de problèmes. Les fourreaux avaient tendance à être très cassants et ne tenaient pas bien sur le terrain. De plus, la peinture OD Green appliquée aux corps du fourreau n’adhérait pas bien et avait tendance à s’écailler, révélant la couleur brune du corps en tissu imprégné de résine. La fragilité du corps des fourreaux de joint signifiait qu’ils ne pouvaient pas être raccourcis à 10 pouces « lorsque la nouvelle baïonnette M-1 de 10 » a été adoptée. Ce fut la dernière goutte qui a entraîné l’annulation de leur contrat. Cette entreprise cessera sa production en juin 1943, faute de nouveau contrat. Durant cette période, cette société n’a fabriqué que 345 000 fourreaux, soit environ 11% de la production totale.

Columbia Rope

Cette société n’en fabriqua que 1 000.

Category Archives: ZZZ Liens

Fourreau M1917

A partir de 1910, l’US Army Infantry Board a adopté ce ceinturon en coton tressé muni d’œillets 

Lors de l’adoption de la baïonnette P1913 renommée M1917, lors de son entrée dans la Première Guerre mondiale en avril 1917, l’armée américaine n’avait pas de fourreaux prévus pour ce modèle. Le fourreau Britannique P1907 Mark II, était inutilisable sans adaptateur sur le ceinturon standard US M1910.

Notez la différence dans les motifs de couture en haut juste sous les doubles crochets, le G&K est entièrement cousu sous le double crochet et le Jewell ne l’est pas

Hiram Percy Maxim, bien connu dans le domaine des armes à feu pour le célèbre Maxim Silencer a déposé un brevet seulement délivré le 20 août 1918, bien qu’il ait été déposé le 20 juin 1917. Ce brevet traitait sur la méthode à employer pour fixer le fourreau Britannique, au ceinturon M1910 en conservant la chape.

La première méthode employée (type 1), consistait à rajouter une cale rectangulaire en acier qui servait de point d’attache au rabat en cuir utilisé pour l’ancrage du double crochet. Deux gros rivets sur une plaque étaient utilisés pour la fixation sur la chape. Ce type de fixation présentait une faiblesse au niveau de l’attache qui se détériorait par déchirement du rabat.

Fixation de (type 2)

Probablement vers la fin de 1917, une autre méthode de fixation au ceinturon plus solide a été approuvée. Elle consistait tout simplement à remplacer la chape d’origine par une chape nouvellement conçue qui comportait une extension pour le maintien du double crochet en laiton.

Les fourreaux des deux types ont été fabriqués par deux fabricants, Graton et Knight of Worcester, Mass. (Fermé en 1962) et la Jewell Belting Company de Hartford, Connecticut. Ces deux sociétés étaient des fabricants des grandes lanières en cuir utilisées pour transmettre la puissance d’un arbre à diverses machines. G&K a livré environ (1 700 000) et Jewell (1 800 000 exemplaires). Lors de leur livraison ils sont recouverts dune peinture de couleur terne olive, la chape et l’extrémité peintes en noir mat.

Category Archives: ZZZ Liens

Fourreau allemand M8 A1

Le fourreau allemand (Eickhorn) de type US M8 A1, pourvu d’un double crochet de suspension est une copie du modèle US M8 A1 conçu dans les années 50. Son corps est constitué de plastique moulé de couleur vert olive, il est plus résistant à l’usure du temps que le modèle US constitué de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, son extrémité est dépourvue de renfort métallique. La chape en acier phosphatée, est maintenue sur le corps par sertissage sur les côtés, elle porte sur la face avant, l’inscription du modèle : U.S.M8AI MADE IN W-GERMANY (avec 2 points entre les lettres U,S et M).
A l’arrière une cornière en forme de L sert d’appui à la suspension en coton tissé (webbing), maintenue par deux rivets emboutis. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Category Archives: ZZZ Liens

Forme de T

La rainure du pommeau de la poignée en forme T n’est pas destinée à intégrer la baguette de nettoyage du fusil, en général avant 1898, toutes les baïonnettes étaient ainsi conçues.

Category Archives: ZZZ Liens

Fourreaux KCB

Fourreau KCB-70 de conception Eickhorn (type A)

Pays-bas-KCB-01.jpg

Ce fourreau utilisé uniquement pour la baïonnette KCB-70, avec système coupe-fil breveté Eickhorn, est inspiré des modèles russes Kalashnikov (AKM). Lorsque la baïonnette est accouplée au fourreau, l’ensemble isolé du courant, forme en cas de nécessité une cisaille capable de couper un fil électrifié (20 000 V) ou un fil barbelé. Le corps en plastique moulé de couleur noire brillante ou mate, possède une petite proéminence afin d’éviter que la main dérape.

La plaque en acier formant le dispositif coupe-fil et le tournevis, est fixée à l’extrémité du corps par trois rivets. 

En cas d’utilisation du fourreau comme coupe-fil avec la baïonnette, l’utilisateur est obligé de détachée la suspension maintenue au ceinturon grâce au double crochet de style US.

La chape est maintenue sur le corps par sertissage sur les cotés, à l’arrière du fourreau, la suspension en coton tissé est fixée par deux rivets emboutis sur une cornière en forme de L.

La sangle de maintien de la baïonnette fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension se verrouille grâce à un bouton pression.

Fourreau de conception GMS (type B)

Le fourreau utilisé pour la baïonnette KCB-70 G3, avec système coupe-fil breveté GMS, est inspiré des modèles russes Kalashnikov (AKM). Lorsque la baïonnette est accouplée au fourreau, l’ensemble isolé du courant, forme en cas de nécessité une cisaille capable de couper un fil électrifié (20 000 V) ou un fil barbelé. Le corps en plastique moulé de couleur noire mate possède une petite proéminence afin d’éviter que la main dérape.

Vue arrière

GMS a développé sa propre conception du dispositif coupe-fil, car la famille Eickhorn possédait le brevet du coupe-fil KCB-70. L’ensemble coupe-fil et tournevis amélioré par GMS est tubulaire, il entoure complètement l’extrémité du corps, améliorant la conception Eickhorn avec plaque plane fixée par trois rivets, assez fragile. 

KCB G3 04

GMS a aussi conçu une attache au ceinturon plus élaborée polyvalente à tous les types de ceinturons, qui comprenait les crochets de style US M1910, mais également une fixation plus classique. La sangle de maintien de la baïonnette fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension, se verrouille grâce à un bouton pression.

La chape est maintenue sur le corps par sertissage sur les cotés, à l’arrière du fourreau, la suspension en coton tissé est fixée par deux rivets emboutis sur une cornière en forme de L.

Fourreau non détachable de conception AES (type C)

Le fourreau utilisé pour les premières baïonnettes de production AES, avec système coupe-fil breveté Eickhorn, est inspiré des modèles russes Kalashnikov (AKM). Lorsque la baïonnette est accouplée au fourreau, l’ensemble isolé du courant, forme en cas de nécessité une cisaille capable de couper un fil électrifié (20 000 V) ou un fil barbelé. Le corps en plastique moulé peut être de couleur noire mate, ou verte.

La plaque en acier formant le dispositif coupe-fil et le tournevis, est fixée à l’extrémité du corps par trois vis à tête cruciforme. 

Vue arrière

En cas d’utilisation du fourreau comme coupe-fil avec la baïonnette, l’utilisateur est obligé de détachée la suspension maintenue au ceinturon grâce au double crochet de style US. La chape est maintenue sur le corps par sertissage sur les cotés, à l’arrière du fourreau, la suspension en coton tissé est fixée par deux rivets emboutis sur une cornière en forme de L.

La sangle de maintien de la baïonnette fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension, se verrouille grâce à un bouton pression, comme pour ce modèle.

Fourreau détachable de conception AES (D)

Ce fourreau de seconde génération est utilisé pour les baïonnettes de production AES, son système coupe-fil est breveté Eickhorn, son corps en plastique moulé peut suivant le cas être de couleur jaune ou verte.

La plaque en acier formant le dispositif coupe-fil et le tournevis, est fixée à l’extrémité du corps par deux vis à tête cruciforme et une vis à tête fendue, (variante A)

KCB M1 77 03 02

La plaque en acier formant le dispositif coupe-fil et le tournevis, est fixée à l’extrémité du corps par trois vis à tête cruciforme, (variante B)KCB 77 02

La plaque en acier formant le dispositif coupe-fil et le tournevis, est fixée à l’extrémité du corps par deux vis à tête cruciforme. Elle comporte également une vis supplémentaire, cette vis de réglage permet de maintenir correctement la lame contre la plaque de coupe (variante C).

Pour une utilisation du fourreau comme coupe-fil avec la baïonnette, l’utilisateur n’est plus obligé de détacher la suspension du ceinturon.

Le porte-fourreau comme le corps du fourreau peut suivant le cas être de couleur jaune ou verte.

Category Archives: ZZZ Liens

Fourreau P1907

Fourreau P1907 (mark II)

Les premiers fourreaux Britanniques utilisés avec la baïonnette P1907 nommés (Mark I) étaient en cuir marron, avec une bouterolle d’extrémité métallique recouverte, ils seront rapidement remplacés par le (Mark II).

Le fourreau (Mark II), est composé d’un corps en cuir, d’une chape et d’une extrémité qui sont maintenues par quatre agrafes. Les fourreaux utilisés durant la Première Guerre mondiale étaient en cuir marron recouverts d’un vernis qui par la suite sera ôté par polissage, vers 1925 ils seront de couleur noir.

Les fourreaux fabriqués en Grande-Bretagne avaient en théorie des marques du fabricant estampées sur le cuir à l’arrière. Les articles de remplacement fabriqués aux Etats-Unis à partir de 1915, ont tendance à être dépourvus de marques sur le cuir et d’être plus souples. Les marques des fabricants sur les parties métalliques du fourreau (chape et extrémité) se trouvent en théorie au-dessus ou en dessous de l’agrafe métallique. De telles estampilles, si elles sont présentes, indiquent uniquement qui était le fabricant de l’article métallique. En raison de la rénovation au cours de l’histoire du service des fourreaux, les trois éléments, (chape, corps de fourreau, extrémité) peuvent provenir de différents fabricants et de différentes périodes.

La chape

Comme les pièces détachées des fourreaux étaient livrées par différents sous-traitants avant d’être montées à l’usine, il en existe une grande variété. Dans tous les cas, elle comporte deux puissants ressorts à lame fixés par six rivets. Les premières chapes fabriquées en Grande-Bretagne étaient soigneusement polies, pas de trace de rivets, ce travail devait être long et fastidieux. Durant la Grande Guerre, un grand nombre de fourreaux seront fabriqués aux Etats-Unis, et il est fort probable que les chapes utilisée avec ceux-ci étaient de fabrication simplifiée sans polissage, rivets saillants. Le bouton de suspension de forme arrondie aurait fait son apparition à partir de 1915.

Demie chape

Chapes avec rivets saillants du même style que celles utilisées avec les fourreaux modèle US 1917.

Marquage constructeur.

InconnuMarquage (RE) Remington

La garniture d’extrémité

Marquage (WJH M/121) WJ Hill Ltd et code secret M/121, garniture fabriquée durant la Seconde Guerre mondiale

Les garnitures (chapes et extrémité) pouvaient être de couleur métal naturel, bronzées, brunies ou encore peintes dans des couleurs sombres (noir, vert, gris etc.).

Dernière mise à jour le 14/04/20.

Category Archives: ZZZ Liens

Forme de trèfle

SAFN49 04

La rainure du pommeau en forme de trèfle a été conçue afin d’intégrer la baguette de nettoyage du fusil à l’intérieur de la poignée lors de la mise en place de la baïonnette. Après l’arrivée du Gewehr 98, la Belgique, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, à partir de 1918, adopteront pour leurs armes nouvellement conçues ce mode de fixation.

Category Archives: ZZZ Liens

Fourreau US M7 et dérivés

Longueur : 290 mm
Largeur : 40 mm

Remarques :
Le fourreau nommé M7 conçu pour le port des baïonnettes M1 a été fabriqué à partir de mi-1943 jusqu’en août 1945, uniquement par Beckwith Manufacturing et leur filiale, Victory Plastics. Durant cette période 2 112 672 exemplaires ont été fabriqués.

Comme pour le fourreau M3, le corps est conçu de bandes de toile de coutil imprégnées de résine phénolique, qui seront formées dans une presse à haute pression. A l’arrière du corps, il est possible de trouvé le marquage VP entrelacé avec un nombre dessous. 

La chape en tôle d’acier phosphatée, munie du double crochet M1910, utilisé pour le maintien au ceinturon est fixée sur le corps par sertissage. Le dessus de la chape comporte deux crochets, dont seulement un est utilisé pour assurer le maintien de la baïonnette dans le fourreau. Son aspect à l’extérieur est identique à celle utilisée avec le fourreau M3, pourtant deux plaques en acier à ressort ont été insérées dans la la gorge de manière à maintenir correctement la lame de la baïonnette sans l’aide des crochets.

Fourreau M3 raccourci

La décision a également été prise de raccourcir le fourreau M3 à la longueur du M7, et Victory Plastics a reçu l’ordre de commencer à raccourcir 1 000 000 de fourreaux M3 à partir d’août 1943. A l’origine, le processus consistait à plier les deux languettes de retenue au fond de la gorge. pour libérer le corps, retirer le corps, le couper sur la longueur la plus courte, faire de nouvelles coupes de rétention sur les côtés du corps, réinsérer le corps et replier les languettes.

Chape retravaillée par sertissage avec languettes

Peu de temps après le début du travail, on a découvert que les languettes retenant le fourreau à la gorge avaient tendance à se rompre lorsqu’elles étaient pliées d’abord vers l’extérieur pour retirer le corps long puis vers l’intérieur pour fixer le corps plus court. Les ingénieurs de Beckwith ont conçu un nouveau système qui maintenait le corps fermement sans dépendre des languettes. Les languettes ont été délibérément retirées, une courte fente a été faite sur les bords inférieurs du corps et le corps raccourci (sans coupure de rétention) a été inséré. Un outil de sertissage a été développé pour serrer fermement la partie inférieure de la gorge sur le corps. Cela a très bien fonctionné et la plupart des fourreaux raccourcis l’ont été avec ce processus. Les arrêtoirs en acier à ressort ont également été ajoutés au cours du processus de raccourcissement.

Fourreau M7 destiné à l’exportation (Grèce)

La conception de ce modèle est identique au modèle M7 fabriqué neuf aux USA à partir de 1943. Il était destiné aux baïonnettes fournies par les Etats-Unis dans le cadre du programme d’assistance militaire peu après la Seconde Guerre mondiale.
Généralement la chape porte à l’intérieur de l’Ordnance Flaming Bomb, les marquage «EUS» signifiant contrat grec. Suite à la dégradation de l’extrémité du corps, un renfort métallique fixé par rivet ou par sertissage a été rajouté en Grèce.

Ce modèle dont le corps est de conception identique à celui produit par Victory Plastics, a probablement été fabriqué à la fin des années 50 par International Harvester. Au début de 1951, l’armée américaine, par le biais du Springfield Armory, a passé un contrat avec International Harvester pour produire des fusils M1, et de 1953 à 1956, IH a produit 337 623 fusils au total, selon l’Army Ordnance Department.

La chape comporte sur le devant le marquage (U.S.M7).

Fourreau M7 destiné à l’exportation (Taïwan)

Ce modèle dont le corps est de conception identique à celui produit par Victory Plastics, a probablement été fabriqué à la fin des années 50 par International Harvester. Au début de 1951, l’armée américaine, par le biais du Springfield Armory, a passé un contrat avec International Harvester pour produire des fusils M1, et de 1953 à 1956, IH a produit 337 623 fusils au total, selon l’Army Ordnance Department.

Les anciens marquages sur la chape ont soigneusement été effacés.

Ce fourreau entièrement recouvert de peinture verte foncée est muni d’un corps composé de plastique moulé par injection. Sa provenance n’est pas clairement déterminée (aucun marquage), mais il y a de fortes chances qu’il soit de fabrication locale.

La chape dont les marquages ont soigneusement été effacés, est probablement une récupération d’un modèle fabriqué par International Harvester dégradé.

Category Archives: ZZZ Liens

Gouttière

Une gouttière est une partie creusée (dépression longitudinale). C’est un moyen assez simple de réduire le poids d’une lame sans affecter significativement sa résistance à la torsion, de la même manière que la répartition de la matière est optimisée sur les IPN.
Elle permet aussi à l’air de rentrer dans la blessure, empêchant la création d’un vide, ce qui rend la baïonnette plus facile à retirer après pénétration et moins sujette à rester coincée. En aucun cas cette gouttière n’a vocation à canaliser le sang qui s’égoutte de la lame.
Généralement sauf exception, toutes les lames des baïonnettes conçues entre 1880 et 1950, sauf celles dite de crise sont munies d’une gouttière.

Pour exemple : une baïonnette de type 30 (Arisaka), munie d’une lame avec gouttière est un peu plus légère qu’une baïonnette du même type sans.

Copyright © 2020 Géraldbaios