Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette-poignard SIG 530-540

admin

Longueur : 277 mm
ø interne de la douille : 22 mm
Poids : 210 g

Armement : fusil SIG SG-540
Fixation : la poignée entoure le cache-flamme du canon

Valeur : €€
Rareté :
 che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce poignard-baïonnette tubulaire a été mis conçu et fabriqué en Suisse, mais aussi produit de 1978 à 1988 sous licence, par la Manufacture de machines du Haut-Rhin (MANURHIN), en France. Il était destiné à être utilisé avec les fusils d’assaut Schweizerische Industrie-Gesellschaft (SIG) 530, 540 et 542.

Il fut brièvement utilisé par certaines troupes françaises de la FINUL dans les années 1980, avec les séries de fusils d’assaut SIG M-530 à M-542, par manque de fusils d’assaut français avant l’adoption du FAMAS. Comparé à un poignard-baïonnette conçu ou produit à la même époque, son coût de fabrication est peu onéreux, il est très léger, et très résistant aux intempéries.

En haut modèle de fabrication suisse, en bas françaiseGardeGoupille

La poignée tubulaire lors de la mise en place de la baïonnette intègre l’extrémité du canon de l’arme. Contrairement au modèle belge FAL (type C), elle est recouverte d’un manchon en plastique de couleur verte. Afin d’en améliorer sa préhension, lors d’une éventuelle utilisation comme poignard de combat, neuf rainures et une garde sont réalisées lors de la mise en place par moulage du manchon sur la poignée. L’ensemble poignée et lame sont forgées d’une seule pièce. Le système de verrouillage qui ne comporte qu’une oreille rainurée, est maintenu à la poignée par une très petite goupille, son rappel s’effectue grâce à un ressort à lame.

La lame au profil semi-circulaire, plate sur le dessus et arrondie au-dessous ne lui permet pas d’être utilisée efficacement comme poignard-outil (pas de tranchant).

En haut, fourreau de fabrication suisse, en bas françaiseOrifice destiné à permettre la mise en place du rivet de maintien du ressort

Le fourreau qu’il soit de fabrication suisse ou française est muni d’un corps en plastique moulé vert, avec un trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer. Le ressort à lame de maintien de la baïonnette est fixé au corps par un rivet creux. La toile attelée démunie de double crochet de type US est maintenue à l’arrière du corps par deux gros rivets plats.

Pour le fourreau de fabrication française, les deux rivets plats qui maintiennent correctement la boucle sont identiques aux deux autres. Pour celui de fabrication suisse, ils sont plus petits, impossible de savoir pour quelle raison.

La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un gros rivet plat sur la suspension.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Ce modèle de conception moderne, pas très courant, de fabrication Nationale ou non, est indispensable dans une collection.

Dernière mise à jour le 04/03/21.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 Géraldbaios