Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnettes pour fusil CETME

admin

Deux versions de ce modèle de baïonnette existent :

Modèle pour l’armée espagnol :

CETEME 69 002

Bague de diamètre interne de 22 mmcetme aMarque de la fabrique Nationale de Toledocetme bInstituto Nacional de Industria (INI)CETEME L 07

CETEME 69 001Il existe 2 types de porte-fourreau au niveau de l’attache, un muni d’un double crochet, l’autre sans 

Modèle : CETME modèle 1964
Armement : fusil CETME B,C, FR7, FR8
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 337 mm
Poids : 440 g
ø de la douille 22 mm
Valeur :  €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valier
Remarques :
CETME est l’acronyme de Centro de Estudios Técnicos de Materiales Especiales (Centre d’Études Techniques des Matériaux Spéciaux). CETME était l’établissement de conception et de développement du gouvernement espagnol où le concepteur allemand, Ludwig Vorgrimler, a modifié le fusil d’assaut allemand StG45 (M) pour créer le CETME.

Cette baïonnette outil, conserve le profil atypique de la lame du modèle 1941, elle ne peut pas être utilisée comme poignard de combat, alors que la majorité des baïonnettes conçues au début des années 60 le pouvait. La lame, assez robuste du modèle utilisé par l’Espagne est dépourvue de gouttière. Le système de fixation au canon est semblable au modèle 1892 français, le tenon du porte-baïonnette pénètre à l’intérieur du pommeau évidé, le verrouillage s’effectue grâce à un bouton poussoir. La poignée monobloc en plastique noir quadrillé enveloppe la soie, elle est parallèle au pommeau et à la croisière. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont fortement bronzées.

Le fourreau utilisé pour cette baïonnette est pourvu où dépourvu du double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique épais moulé vert, avec un trou à l’extrémité pour le passage du lacet. Un dispositif de verrouillage interne par ressort, permet de bloquer correctement la baïonnette dans le fourreau. La chape en tôle d’acier phosphatée, est équipée à l’arrière d’une cornière en acier en forme de L. Cette cornière sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est maintenue par deux rivets emboutis, elle forme le passant de ceinturon. Pour terminer, une sangle de maintien qui se verrouille grâce à un bouton pression, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Avec son profil de lame atypique, ce modèle pas très cher à l’achat est idéale pour débuter une collection.

Modèle pour l’armée guatémaltèque :

cetme ex aCouronne sur « FN » (Toledo)cetme ex b

CETEME L 05

CETEME L 06

Modèle : C
Armement : fusil CETME C
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 337 mm
Poids : 390 g
ø de la douille 22 mm
Valeur :  €€€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Les fusils modèle C et baïonnettes CETME adoptés en 1969 pour le Guatemala ont été fabriqués à l’usine nationale de Santa Barbara de Industrias Militares (en anglais, National Business, Santa Barbara Military Industries) à Tolède, en Espagne. 

Cette baïonnette outil, conserve le profil atypique de la lame du modèle 1941, elle ne peut pas être utilisée comme poignard de combat, alors que la majorité des baïonnettes conçues au début des années 60 le pouvait. La lame, du modèle utilisé par le Guatemala pourvue d’une gouttière est plus effilée que le modèle espagnol. Le système de fixation au canon est semblable au modèle 1892 français, le tenon du porte-baïonnette pénètre à l’intérieur du pommeau évidé, le verrouillage s’effectue grâce à un bouton poussoir. Les plaquettes en plastique noir lisse sont maintenues par deux vis et écrous, elles ne sont pas parallèles au pommeau. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont phosphatées.

Le fourreau utilisé pour cette baïonnette est dépourvu du double crochet de suspension au ceinturon. Il se compose d’un corps en plastique moulé noir, sans trou à l’extrémité pour le passage du lacet. Un dispositif de verrouillage interne par ressort, permet de bloquer correctement la baïonnette dans le fourreau. La chape en tôle d’acier phosphatée, est équipée à l’arrière d’une cornière en acier en forme de L. Cette cornière sert de point d’appui à la suspension en coton tissé, qui est maintenue par deux rivets emboutis, elle forme le passant de ceinturon. Pour terminer, une sangle de maintien qui se verrouille grâce à un bouton pression, est fixée à l’aide d’un rivet sur la suspension.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Avec son profil de lame atypique, ce modèle du fait de sa rareté possède un attrait une collection.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 Géraldbaios