Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnettes pour fusil CETME

admin

Modèle : CETME modèle 1964
Armement : fusil CETME B,C, FR7, FR8
Fixation : au dessus du canon
Longueur : 337 mm
Poids : 440 g
ø interne de la douille : 22 mm
Valeur :  €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valier
Remarques :
CETME est l’acronyme de Centro de Estudios Técnicos de Materiales Especiales (Centre d’Études Techniques des Matériaux Spéciaux). CETME était l’établissement de conception et de développement du gouvernement espagnol où le concepteur allemand, Ludwig Vorgrimler, a modifié le fusil d’assaut allemand StG45 (M) pour créer le CETME.

cetme b Poinçon de l’entreprise Nationale de Santa Barbara à Tolède et de l’Instituto Nacional Industria (INI)

Santa Barbara National Company

En 1949, l’Institut national de l’industrie (INI) créa le Centre d’études techniques sur les matériaux spéciaux (CETME), chargé de la recherche et du développement des armes. En 1960, l’INI a créé la Société par actions de la Société nationale des industries militaires de Santa Barbara, chargée de la fabrication et de la commercialisation d’armes pour les forces armées. Le premier président de la compagnie nationale Santa Barbara était le lieutenant général Juan Antonio Suanzes.

Santa Bárbara Sistemas a été achetée au gouvernement espagnol par General Dynamics Corp. en 2001.

Usine d’armes de Tolède (1761-1996)

A partir des années 1960, l’usine d’armement de Tolède commence à devenir obsolète, le nombre de travailleurs est réduit au cours des décennies suivantes, jusqu’à sa fermeture définitive en 1996.

Cette baïonnette-outil, conserve le profil atypique de la lame du modèle 1941, mais sa forme ne lui permet pas d’être utilisée comme poignard, alors que la majorité des baïonnettes conçues au début des années 60 le pouvait.

La poignée monobloc en plastique noir quadrillé enveloppe complètement la soie. Le système de fixation à l’arme est semblable au modèle 1892 français, le tenon du porte-baïonnette pénètre à l’intérieur du pommeau évidé, le verrouillage s’effectue grâce à un bouton poussoir. Le pommeau droit et la croisière sont fixés à la soie par (deux fois deux) petits rivets bombés. Toutes les parties métalliques de la baïonnette sont peintes en noir.

La lame assez robuste, contrairement au modèle 1941 est dépourvue de gouttière.

Elle comporte à gauche prés de la croisière un n° de série : ET suivi de cinq chiffres suivis d’une lettre. Sous ce n°, le poinçon de l’usine de Santa Barbara.

cetme aPoinçon de la marine (ancre)

Sur le coté droit, elle comporte le poinçon de l’armée de terre (épée), ou celui de la marine (ancre).

CETEME L 07

CETEME 69 001

Le fourreau est constitué d’un corps en plastique moulé vert, avec trou à l’extrémité permettant à l’eau de s’évacuer, un orifice est prévu pour le passage du lacet de maintien. La cornière à l’arrière servant de point d’appui à la suspension attelée est fixée à la chape par deux petits rivets, ou par points de soudure électrique. La suspension en coton tissé avec ou sans double crochet est maintenue sur la cornière à l’arrière par deux gros rivets plats. La sangle utilisée pour le maintien de la baïonnette qui se verrouille grâce à un bouton pression est fixée à l’aide d’un gros rivet plat sur la suspension.

Il existe également un modèle destiné au Guatemala, voir Guatemala M1969.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Avec son profil de lame atypique, ce modèle pas très cher à l’achat est idéal pour débuter une collection.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 Géraldbaios