Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette modèle 1905

admin

1905

Armement : fusil M1903 SpringfieldM1 Garand
Longueur : 526 mm
ø interne de la douille : 16 mm
Valeur : €€€ €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes fabriquées uniquement en arsenal militaire à (Rock Island Arsenal ou Springfield Armory) à partir de 1906 jusqu’en 1922, ont une finition d’ensemble remarquable.

Les baïonnettes de (type I) produites à environ 950 000 exemplaires avant 1917, avaient les parties métalliques de la poignée bleuies et la lame polie brillant. Le bleuissement sur la lame près de la garde, se terminait généralement juste sous le numéro de série.

Les baïonnettes de (type II) produites en arsenal à environ 150 000 exemplaires, de 1917 à 1918, ainsi que celles déjà utilisées sur le front étaient de finition entièrement bleuie et aucune partie de la lame n’était brillante.

Les baïonnettes de (type III) produites de 1918 à 1922 étaient identiques aux deux premiers types, mais étaient de finition entièrement phosphatée au lieu d’être bleuie. Environ 525 000 baïonnettes ont été produites au cours de cette période de quatre ans.

Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939 en Europe, un inventaire démontre qu’il y avait 581 000 baïonnettes M1905 en état de service, ce nombre n’incluait pas celles des troupes en activité. Lorsque les Etats-Unis ont mobilisé la garde nationale pour l’entraînement en 1941, il était fort probable que l’approvisionnement en baïonnettes serait insuffisant en cas de guerre. Ces baïonnettes dans leurs longueurs d’origine utilisées durant la Première Guerre mondiale, possédaient des plaquettes de poignée en bois lisse ou cannelé et une finition phosphatées.

Il est à noter qu’une partie de celles-ci a été utilisée dans le théâtre du Pacifique, afin de lutter efficacement contre les fantassins japonais lors des combats à la baïonnette.

US 1905 06

La poignée intègre un mécanisme de verrouillage à levier inspiré du modèle 1894 norvégien, il permet de maintenir correctement la baïonnette dans le fourreau ou à l’arme. Les plaquettes sont fixées entre elles par une vis avec rondelle et écrou denté, qui permet également d’assurer le maintien du levier du mécanisme de verrouillage à la soie. Au début de la production, les marques de coupe des plaquettes en noyer étaient rapprochées (environ onze passages du couteau par pouce), ce qui donnait une surface assez lisse. En 1917 après l’entrée en guerre des Etats-Unis, le passage du couteau a été ramené à environ sept par pouce, donnant une surface apparente beaucoup plus rugueuse.

US 1905 04

US 1905 03

1905 02

Marquages à gauche de l’arsenal (RIA ou SA avec le symbole Ordonnance Department, l’année), de l’autre côté le numéro de série.

La lame de très bonne qualité avec extrémité dite en pointe de lance, est munie d’un contre-tranchant plat parfaitement affûté sur environ 140 mm. Elle comporte une gouttière de forme carrée, de largeur 10 mm avec une épaisseur d’environ 2,4 mm, qui dans sa longueur d’origine, n’affaiblie pas sa résistance mécanique à la torsion.

Durant la Seconde Guerre mondiale, lors du raccourcissement des baïonnettes du aux événements, ce type de lame avec gouttière carrée présentera une faiblesse au niveau de la pointe, mais ceci est une autre histoire.

En 1917, il a été reconnu que la lame polie brillant beaucoup trop visible ne convenait pas au combat, elles ont donc systématiquement été bleuies jusqu’à la fin de la guerre, la même année son polissage en arsenal inutile a été abandonné. A la fin de 1918, les arsenaux RIA et SA ont commencé à utiliser le procédé Rust-Proof de Parker (communément appelé Parkerizing), et ce fini gris-noir terne a été utilisé jusqu’à la fin de la production en 1922. Ce processus a également été utilisé lors du reconditionnement en 1942.

US 1905 02Le bleuissement de la poignée près de croisière se termine généralement juste sous le n° de série

Chaque baïonnette possédait son propre numéro de série, (gamme de 1 à 1 196 000).

Numéros de série attribués à Springfield (SA) de 1906 à 1922.

1906: 0 à 190 000
1907: 190 000 à 240 000
1908: 240 000 à 355 000
1909: 355 000 à 432 000
1910: 432 000 à 475 000
1911: 475 000 à 510 000
1912: 510 000 à 550 000
1913: 550 000 à 585 000
1914: 585 000 à 608 000
1915: 608 000 à 633 000
1916: 633 000 à 653 000
1917: 653 000 à 765 000
1918: 765 000 à 1 050 000
1919: 1.050 000 à 1 125 000
1920: 1 125 000 à 1 170 000
1921: 1 170 000 à 1 192 000
1922: 1 192 000 à 1 196 000

Numéros de série attribués à Rock Island (RIA) de 1906 à 1919. Pour des raisons inconnues, Rock Island Arsenal n’a pas numéroté en série ces baïonnettes fabriquées en 1906, mais a commencé en 1907 à environ 80 000 exemplaires.

1906:  Pas de n° de série
1907:  80 000 à 120 000
1908: 120 000 à 140 000
1909: 140 000 à 170 000
1910: 170 000 à 192 000
1911: 192 000 à 220 000
1912: 220 000 à 236 000
1913: 236 000 à 247 000
1914:
1915:
1916:
1917: 247 000 à 304 000
1918: 304 000 à 404 000
1919: 404 000 à 430 000

Les différents fourreaux utilisés avec le M1905 :

Fourreau M1910, que je ne possède pasFourreaux M1917Fourreau M3

Les baïonnettes M1905 produites avant 1910 étaient équipées avec un fourreau en cuir. Par la suite, il sera remplacé par le fourreau M1910 en pin recouvert d’une peau de porc cousue, avec chape d’entrée munie de deux crochets. La couverture qui l’intègre en coton tressé de couleur vert olive, avec extrémité renforcée par du cuir est munie du double crochet métallique de fixation M1910.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, elles seront logées dans des (fourreaux M1917) et également (fourreaux M3).

Fiche technique :

La poignée ainsi que la lame sont réalisées d’une seule pièce, la croisière est maintenue à la soie par deux rivets soigneusement abrasésLe mécanisme intégré dans la poignée permet de maintenir correctement la baïonnette dans le fourreau ou au fusilLa qualité de finition pour l’ajustage des plaquettes au pommeau est remarquableVue détaillée de l’usinage de l’extrémité du pommeau destiné à améliorer le maintien des plaquettes à la soieVue détaillée des plaquettes asymétriques, celle du haut possède un évidement pour intégrer le levier de verrouillage

Période d’utilisation :
Durant la Première Guerre mondiale par les troupes américaines fraichement débarquées en 1917, (seulement 35% des fusils utilisés étaient des modèle US 1903) et, à partir de 1941 principalement dans le théâtre du Pacifique.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle, peu courant est indispensable dans une collection, seul petit hic, son prix d’achat très élevé.

Dernière mise à jour le 15/04/20.


Baïonnette modèle 1905

  1. bonjour Gérald,encore merci pour votre travail de qualité sur votre site.je viens d acquérir une baïonnette us mod 1905,marquée sa 1908 numérotée 355550.il semblerait que la numérotation pour l année 1908 se termine avec un numéro plus élevé que le 355000 donné.pas de quoi fouetter un chat,mais ce genre de détails fait progresser notre connaissance de nos passions,si ça vous intéresse ,je vous enverrez des photos,a bientôt ,Franck.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 Géraldbaios