Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette modèle 1890 (de gendarmerie)

admin

Longueur : 635 mm
ø interne de la douille : 13 mm

Armement : carabine M-1890 de gendarmerie et fusil 1902

Valeur : €€€ €€€ €
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

La carabine de gendarmerie M-1890 a été fabriquée à 36 640 exemplaires est livrée à partir du 8 septembre 1892 à la gendarmerie départementale et à la garde républicaine.

L’épée-baïonnette M-1890 adoptée probablement à la même époque, est issue des essais présentés en 1887 par M. Berthier, chef de bureau à la Cie Algérienne des chemins de fer. 

En 1901, le gouverneur d’Indochine demanda un fusil adapté aux troupes indigènes. Le Comité Technique de l’Artillerie propose deux types de carabines, versions « allongées » de la carabine de gendarmerie  M-1890, dont le plus long est adopté sous le nom de « Fusil de tirailleur indochinois M-1902 ». Il était équipé également de l’épée-baïonnette M-1890. La commande de 1903 fut expédiée au Tonkin, les commandes complémentaires de 1906 et 1907 comportaient donc des baïonnettes à lame longue. En 1912 seulement, cette épée-baïonnette s’étant avérée trop longue, il fut décidé par le ministre de la marine d’adopter une épée-baïonnette, plus courte, en ramenant la longueur de la lame de 520 à 400 mm.

La poignée de ce modèle est uniquement en maillechort (alliage de cuivre, nickel et de zinc). Pour s’adapter à l’arme, un méplat sur le dessus de la poignée et une rainure longitudinale sur le côté gauche  afin de pouvoir y intégrer la baguette de nettoyage ont été réalisées lors du moulage. Elle est munie d’un système de verrouillage spécifique (de type Berthier 1892), le tenon porte-baïonnette de la carabine pénètre à l’intérieur de la poignée évidée dans ce cas. Le bouton de verrouillage situé à gauche actionne un verrou à rappel par ressort interne. 

La croisière fixée à la lame par un rivet saillant est munie d’une bague avec un petite encoche destinée à intégrer le guidon de l’arme. Elle comporte un crochet destiné en théorie à briser la baïonnette de l’ennemi est aussi utilisé pour former les faisceaux à trois fusils baïonnette fixée au canon. Il porte généralement la lettre A (de la manufacture d’armes de Châtellerault suivie d’un numéro de série).

La lame de section quadrangulaire munie de quatre arêtes et de quatre gouttières est vissée à la poignée grâce à un écrou.

Le fourreau d’origine est de constitution identique au M-1896 standard, à partir de 1893, il sera fabriqué par emboutissage, afin d’améliorer la solidité du corps, son extrémité n’est pas percée.

Les porte-fourreaux utilisés pour ce modèle sont, voir (Porte-fourreaux) français N° : FR 18 A, B.

Remarques perso :
Merci à Marc pour les photos car je ne possède pas ce très rare modèle. Hélas …

Dernière mise à jour le 01/05/20.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 Géraldbaios