Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Baïonnette modèle 1914 type I

admin

Longueur : 441 mm
Poids : 375 g

Armement : fusil Mauser Gewehr 98 et Karabine 98A.Z

Valeur : €€€ €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier

Le modèle S.14 est, à bien des égards, le premier des «Ersatz». Les autres «Ersatz» et lui ont été fabriqués parce que, tout simplement, après avoir appelé les réservistes, fin 1914, l’Allemagne se trouvait encore à court de presque un million de fusils et de leurs baïonnettes pour ces hommes …

Cette baïonnette a été mise en service le 11 novembre 1914. Son nom officiel était Interimsseitengewehr 14, ou « Interim bayonet 14 ». Le schéma formel de production avait prévu deux versions, l’une avec bague destiné au Gew.88, l’autre sans, pour le Gew.98, seul le modèle sans bague à finalement été adopté.

La production de cette baïonnette a été sous-traitée à de petites entreprises privées au lieu des grandes entreprises sidérurgiques habituelles, qui avaient probablement déjà du mal à produire assez de M-98-05.

Au moins six entreprises de petite taille, pour la plupart privées, n’ayant aucun lien avec la fabrication de baïonnettes, ont participé à la production de la S.14. Les exemplaires que l’on rencontre le plus fréquemment ont été fabriqués par Samson Werk de Suhl, Thuringen.

Poinçon de contrôle sur le pommeau (lettre gothique sous couronne)Le pommeau est brasé à la soie avec renforcement par un rivet

La poignée est munie d’un pommeau standard avec rainure en forme de trèfle. Les plaquettes sont le plus souvent maintenues à la soie par deux rivets. Les premiers exemplaires ont été produits sans pare-flamme, mais au début de la Guerre, il a été constaté que le canon plus court de la « Karabiner 98A.Z » endommageait par brulure la poignée de la baïonnette. Par la suite, certains de ces modèles seront équipés de pare-flamme avec plaquettes maintenues entre elles par vis et écrous fendus.

Poinçon de contrôle

La lame polie brillant, avec une large gouttière sur chaque face à extrémités arrondies, est de mème longueur que les futurs modèles «Ersatz» à poignées métalliques. Une rare variante à dents de scie existe également.

Le fourreau est vernis laqué noir, la vis de fixation de la cuvette avec ressorts internes se situe sur le côté, la lame ne rentre que dans un sens.

Le porte-fourreau en cuir, dont il existe plusieurs variantes peut être de couleur brune ou noir, quatre rivets en laiton avec rondelles renforcent l’ensemble.

Remarques perso : 
Pour plus d’informations, ouvrage conseillé : Les baïonnettes allemandes (1898-1945) de Christian Méry.

Dernière mise à jour le 01/07/21.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 Géraldbaios