Géraldbaios

Ma collection de Baïonnettes

Category Archives: Russie

La Russie

Voici une partie des principaux fusils utilisés par ce pays :

Mosin Nagant 18911891

Durant le conflit russo-turc (1877 à 1878), les troupes russes sont armées en majorité de fusils Berdan à un coup alors que les Turcs disposent de fusils à répétition manuel Winchester. En 1882, le ministère de l’armement russe décide de concevoir une arme alimentée par un chargeur de plusieurs cartouches. Après l’échec de la tentative de modification du Berdan, une «commission spéciale pour l’expérimentation des fusils à chargeur» est créée pour tester plusieurs conceptions (tout comme les Mauser, Lee-Metford et Lebel).

En 1889, un jeune capitaine nommé Sergueï Mossine soumet son projet de fusil de calibre (7,62 x 54 mm R) en concurrence avec le fusil de calibre 9 mm de Léon Nagant (d’origine belge). A la fin de la période d’essais en 1891, les divers testeurs préfèrent le fusil de Nagant. Lors du vote de la Commission pour l’approbation du fusil, le fusil Mossin recueille 14 voix contre 10. Cependant, des officiers plus influents poussent les constructeurs à un compromis : les fusils Mosin seront utilisés avec le système d’approvisionnement de Nagant. C’est ainsi que le fusil Mosin-Nagant modèle 1891 (sa désignation officielle à l’époque) est créé.

La production commence à partir 1892 dans les usines des arsenaux de Toula, de Sestroretsk et d’Ijevsk. A cause des capacités limitées de ces usines, 500 000 de ces armes seront produites à la Manufacture nationale d’armes de Châtellerault en France. Durant la guerre russo-japonaise (1904), environ 3 800 000 fusils furent livrés à l’armée.

Entre l’adoption, en 1891 et 1910, plusieurs variantes et modifications aux fusils existants sont faites. Avec l’entrée en guerre de la Russie en 1914, la production est restreinte aux modèles 1891 de cavalerie et 1891 d’infanterie pour une question de simplicité. A cause du manque d’armes et des privations d’une industrie encore en développement, le gouvernement russe commande 1 500 000 fusils au fabriquant américain Remington Arms et 1 800 000 à New England Westinghouse.

Un grand nombre de Mosin-Nagant capturés par les forces allemandes et austro-hongroises ont été vues en service dans les lignes arrière du front et dans la marine allemande. Beaucoup de ces armes ont été vendues à la Finlande dans les année 1920.

 

tumblr_m239c2eJ3W1r9khx4o1_1280.jpg

Modèle 1944 Carabine : Cette carabine a été mise en service à la fin de 1944 (avec 50 000 tests de service produits en 1943) et est restée en production jusqu’en 1948. Ils ont été produits de 1943 à 1948 à l’arsenal d’Izhevsk et seulement 1944 à Tula. Ses spécifications sont très semblables à la M1938, avec l’ajout unique d’une baïonnette cruciforme-épingle de pliage latéral fixée en permanence. Une rainure pour la baïonnette pliée est l’entrée dans le côté droit du stock. Celles-ci étaient utilisées non seulement par l’Union soviétique, mais aussi par ses diverses nations satellites .

Environ 1 600 000 exemplaires de fusil SVT-40 ont été fabriqués, à partir de 1940 jusqu’en 1944 (1944 étant la dernière année complète de production du fusil)

russchicompair-copie-1.jpg

Modèle russe en haut, chinois en bas

La carabine semi-automatique Simonov modèle SKS 1945 a été adoptée par l’armée rouge en 1949 et largement utilisée dans divers pays, parfois avec ce type de baïonnette, parfois avec une baïonnette différente. La RDA, l’Albanie, la Pologne, la Roumanie en débutèrent la fabrication mais en abandonnèrent l’idée rapidement, seules la Chine, la Corée du Nord et l’ex Yougoslavie la modifièrent quelque peu. Avec la production massive des nouveaux fusils d’assauts (AK47), la carabine SKS fut rapidement retirée des mains des unités de première ligne mais demeura l’arme des réservistes et des cérémonies officielles.

Fusil d’assaut AK 47 (première version)

 

AK-47-Kalashnikov_med

Photo trouvée sur internet

Calibre : 7,62 x 39 mm
Action: de gaz : exploité, tournant le boulon avec 2 pattes
Longueur totale : 870 mm
Longueur du canon: 415 mm
Poids avec chargeur vide: 4,3 kg
Taux cyclique de feu : de 600 coups par minute

L’histoire de l’AK-47 (Avtomat Kalachnikova modèle 1947, littéralement (arme automatique Kalasnikov) a commencé à la fin de l’année 1942, après que les troupes soviétiques aient capturées plusieurs spécimens du tout nouveau  MKb 42 (H) allemand, calibre (7,92 x 33 mm). Le MKb 42 (H) et la carabine US M1 à la mi-1943, ont été évalués par des experts soviétiques, et il a été décidé, au plus haut niveau que des armes similaires, tirant une cartouche de puissance intermédiaire, devaient être mises au point pour l’armée soviétique le plus tôt possible.
La cartouche calibre 7,62 x 41 mm qui en résulta fut adoptée en novembre 1943 et les fabricants d’armes soviétiques conçurent les armes correspondantes. Mikhaïl Kalachnikov, sergent dans une division blindée, commence à dessiner des armes alors qu’il est à l’hôpital et en convalescence en 1942, après avoir été blessé au cours de la bataille de Briansk. Sa première arme a été rejetée pour des raisons de complexité au profit du PPS-43 calibre 7,62 x 25 mm TT d’Alekseï Soudaïev produit jusqu’en 1945. Mikhaïl Kalachnikov a été affecté au centre de recherche des armes légères de l’Armée rouge et de mortier à Proving Ground (NIPSMVO) près de Moscou pour continuer ses études et travailler sur d’autres armes.

Après la fin de la guerre Kalachnikov conçoit une carabine semi-automatique, fortement influencé par le fusil américain US Garand M1, mais non adoptée. Cette carabine a servi de point de départ au tout premier prototype du fusil d’assaut Kalachnikov, provisoirement connu comme AK n ° 1 ou AK-46.
En Novembre 1946, le projet AK-46 a été choisi pour la fabrication de prototypes avec 5 autres projets (sur 16 soumis à la Commission), et Kalachnikov a été envoyé à la ville de Kovrov, afin de fabriquer sa nouvelle arme. En Décembre 1946 plusieurs fusils d’assaut ont été testés, ceux-ci étant comparés au fusil d’assaut AS-44 calibre 7,62 x 41 mm, conçu par Soudaïev, obsolète car jugé trop lourd (plus de 5 kg à vide).
A l’issu de ces premiers tests l’AK-46 a été sélectionné pour la poursuite du développement par une commission d’essais, avec deux autres armes sélectionnées pour une évolution ultérieure étant le fusil d’assaut de Dementiev et Bulkin. La seconde série d’essais, qui comprenait trois armes (AK-46 par Kalachnikov, AB-46 par Bulkin et AD par Dementiev), a donné lieu à un rejet de l’amélioration de AK-46, qui était inférieure à ces rivaux dans de nombreux aspects.

Après une longue discussion et d’âpres négociations, la commission d’essais a décidé de retenir l’AK-46 de Kalachnikov. Celle-ci ayant décidée qu’il fallait mieux disposer, d’une arme plus robuste et fiable mais d’une précision « passable » dans l’immédiat, que AB-46 de Bulkin moins fiable et plus précise mais disponible dans un avenir assez lointain.

En Juin 1947 après avoir été modifié et amélioré, le premier lot de fusils d’assauts AK a été livré à l’armée soviétique, et distribué à plusieurs unités situées dans toute l’Union soviétique, principalement autour de Moscou et de Leningrad et en Asie centrale. À la suite de nombreux essais sur le terrain menés dans une variété de climats et de scénarios tactiques, l’AK 47 (calibre 7,62 x 39 mm) a été officiellement approuvé comme nouveau bras standard pour l’armée soviétique en 1949.

Une version à crosse pliante, destinée aux parachutistes et aux équipages de blindés, est aussi mise en service sous le nom d’« AKS ». L’arme, bien que satisfaisante, est constamment modernisée, surtout dans le but de simplifier sa production encore relativement compliquée. Après plusieurs modèles expérimentaux en 1950 et en 1951, une nouvelle version est adoptée par l’Armée rouge en 1953. Sa désignation reste «AK-47 », mais elle est souvent qualifiée « version légère » car ne pèse plus que 3,8 kilogrammes chargée (au lieu de 4,3), grâce à l’emploi d’un fût usiné intégrant le verrou de culasse. Le premier modèle de poignée-pistolet, constitué d’une armature métallique soudée et habillée de demi-flasques en bois, est remplacé par un unique morceau de bois vissé. Les chargeurs auparavant lisses sont allégés et voient leurs flancs rigidifiés par l’adjonction de bandes métalliques de renfort, et une baïonnette apparaît. Cette version sera la plus produite des AK-47.

akm2Photo trouvée sur internet (AKM1)

L’AK-47 rencontre un succès important mais, même dans sa version de 1953, de nombreux défauts de jeunesse subsistent et la construction usinée de certains de ses éléments l’allège mais en augmente le temps de fabrication. Kalachnikov et son équipe continuent donc à tenter de l’améliorer, et plusieurs modèles expérimentaux naîtront. Outre la simplification de la construction, les aménagements visent à réduire encore sa masse et à améliorer sa précision en tir automatique. En 1955 la construction de la carcasse par estampage et rivetage réapparaît mais le bois massif des premières séries est remplacé par du contreplaqué de bouleau, léger et peu coûteux. Le mécanisme de détente est pourvu d’une sécurité pour interdire la percussion prématurée (avant verrouillage) d’une cartouche. Par ailleurs, le cylindre de récupération des gaz est aussi amélioré et la hausse, auparavant graduée jusqu’à 800 mètres, est portée jusqu’à 1 000. Les résultats sont spectaculaires, la masse de l’arme chutant de 4,3 kg à 3,14 kg, le coût et le temps de construction sont aussi considérablement réduits. Une nouvelle baïonnette est conçue pour être articulée sur son fourreau rigide, formant ainsi une pince destinée à couper les fils de fer barbelés. Le nouveau fusil est adopté par l’Armée rouge en 1959, sous le nom d’AKM, puis mise en service en 1961. La version avec crosse pliante en métal embouti destinée aux équipages de blindés, aux parachutistes et aux fantassins des BMP, nommée AKMS, réduit la longueur de l’arme de 868 à 699 millimètres.

URSS AKM 59Photo trouvée sur internet

Fusil d’assaut AKM modèle 1959/2 spécificité :

En 1963, en une nouvelle refonte, l’AKM est équipé d’un compensateur de recul, un embout biseauté qui contre en partie la tendance de l’arme à remonter lors du tir. La baïonnette est aussi modernisée, sa forme est retravaillée et son fourreau est dorénavant en matière plastique. Cette dernière remplacera définitivement le bois dans la construction de l’arme en 1974 et sera le matériau de certains chargeurs. Les AKM de calibre 5,45 x 39 mm peuvent être dotés de nombreux accessoires, par exemple le silencieux PBS et la lunette de tir de nuit NSPU. L’AKMS emploie un chargeur semi-circulaire de cent coups qui s’attache sur la fixation de baïonnette.

AKM 74Photo trouvée sur internet

L’apparition du M16 avec sa munition rapide de 5,56 × 45 mm, fait prendre conscience aux Soviétiques que, si la 7,62 × 39 mm est une munition efficace et éprouvée, la trajectoire de sa balle assez lourde et moins rapide n’est pas rectiligne sur la plus grande part de sa portée pratique. Sa précision est réduite à partir de 200 mètres car elle chute rapidement. Elle est également plus grosse et plus lourde ce qui est un handicap logistique, tant stratégiquement en demandant plus de ressources de production et de transport que tactiquement en limitant le nombre de munitions qu’un soldat peut emmener. Des études vont mener à la création d’une nouvelle cartouche, la 5,45 × 39 mm, légèrement moins puissante mais à la vitesse équivalente à celle de la 5,56 x 45 mm OTAN. L’AKM y sera adapté, donnant naissance à l’AK-74 et à son dérivé à crosse pliante l’AKS-74.

Soldat russe équipé d’un AK74M, pendant la guerre en Géorgie en 2008

Bien que descendant directement de l’AKM, l’AK74 présente de nombreuses différences, la plus apparente est la généralisation du plastique pour la fabrication du chargeur, que le profil de la munition rend moins courbe. Autres changements extérieurs d’importance, l’apparition d’un gros compensateur de recul au bout du canon et de deux excroissances entourant la hausse. Intérieurement, outre un nouveau canon, la taille de la culasse a été réduite et une extension rectangulaire placée à l’arrière du chariot transporteur (entraînant la culasse) isole la cartouche placée en haut du chargeur de la culasse en train de reculer. La fabrication de l’AK74 vit progressivement s’imposer les matières plastiques ou la bakélite à la place du bois, mais il semble que sur les premiers modèles seule la poignée pistolet était en matière plastique et par la suite les autres parties, à savoir la crosse et le garde-main finirent par être réalisés dans divers matériaux synthétiques, comme la fibre de verre renforcée de polyamide. L’AKS-74 diffère énormément de son prédécesseur l’AKMS car, outre les changements précédents, la traditionnelle crosse pliante en métal, qu’on basculait autour du corps, a cédé la place à un modèle évidé (ou squelette selon les fabrications) qu’on rabat sur le flanc droit ou gauche de l’arme selon les fabrications).

Voici une partie des principales baïonnettes utilisées par ce pays :

Modèle 1891, 91-30, SVT 1940 TOKAREV, 1944, SKS, AK47, 6×3 (AKM Type I), 6×4 (AKM Type II), 6×5 (AKM74).

 

Category Archives: Russie

Baïonnette 6×5 (AK 74)

akm74-001Modèles russe et bulgareakm74-0001

akm74-0002Casque russe (Ssh 68)akm74-003

AKM74 02Arsenal d’ISHVSK
AKM74 04 Ouverture elliptique pour le dispositif coupe-fil.
  A = modèle russe rectangulaire
B = modèle bulgare arrondi.   AKM74 05A = modèle russe, diamètre du bouton poussoir : 10 mm
B = modèle bulgare, diamètre du bouton poussoir : 8 mm

Modèle : AKM 74 (6×5 type 5)
Armement : fusil AK-74 et AKM 59/2
Longueur : 286 mm
ø de la douille : 17,5  mm
Valeur :  €€€
Rareté :
 che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette a été développée à partir de 1986, peu de temps avant l’utilisation du fusil d’assaut AK-74 M. Ce modèle 6×5 dont il existe trois versions (type 1, 2, 3)  est issu d’une recherche surtout au niveau de la conception de la poignée afin d’en améliorer la préhension et le poids.

La version finale (type 3) de baïonnettes AK utilisée à partir de 1988, est la plus répandue. C’est aussi le modèle actuellement en production. Les premiers modèles portaient le numéro de série sur la partie inférieure de la poignée, alors que le numéro de série des derniers modèles était inscrit plus haut près de la lame. De 1988 et jusqu’en 1991, les poignées et fourreaux de ces baïonnettes avaient une couleur prune, après 1991, la couleur a été changée en noir mat.

Cette baïonnette polyvalente de dernière génération peut être :

  • Utilisée efficacement comme poignard de combat.
  • Accouplée au fourreau et former une cisaille capable de couper un fil électrifié ou barbelé. La baïonnette et le fourreau se détachent facilement du ceinturon grâce à l’agrafe en acier du porte-fourreau.
  • Fixée au canon en cas de combat rapproché.

La poignée en polyamide PA-6 conçue d’une seule pièce intègre le pommeau et le système de verrouillage. Comparée à celle du modèle AKM2, lisse et moins ergonomique, celle-ci rugueuse et plus affinée possède trois rainures. L’amélioration de la prise en main, lorsque la baïonnette est utilisée comme poignard de combat a permis de supprimer la lanière de maintien devenue inutile. La petite proéminence anti-déverrouillage, hérité du modèle SVT 1940 TOKAREV, près du bouton poussoir est toujours présente.

La lame anti-reflet en acier inoxydable et dents de scie est amincie par écrasement sur le tranchant et le contre-tranchant se qui lui donne un aspect particulier (angles droits). Elle comporte une ouverture elliptique pour fonctionner comme coupe-fil en combinaison avec son fourreau. 

Le fourreau avec son corps en plastique moulé, sauf la cuvette et l’extrémité en acier est pratiquement identique au modèle AKM2, mais un peu plus léger.

Remarques perso :
Certaines baïonnettes de ce type ont été démilitarisées par l’adjonction d’une petite tige métallique au milieu de la bague dans les années 1990. Est-ce un plus pour une collection ?? Cette démilitarisation a été éffectuée en URSS, la lame comporte un n° de série spécial.

Modèle utilisé par la Bulgarie :

akm74-001Modèles russe et bulgareAKM74 01Modèle bulgareakm74-002

AKM74 02

akm74-004Marquage de controle OTK3 (Otdyel Tekhnicheskovo Kontrolya), fourreau de fabrication russe

Modèle : AKM 74
Armement : fusil AKS-74M1 et variantes
Longueur : 286 mm
ø de la douille 17,5 mm
Valeur :  €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Produit au début des années 1990, ce modèle est de constitution identique au modèle russe, cependant quelques spécificités existent :
– marquage spécifique sur la poignée de la baïonnette et sur l’extrémité du fourreau (code 10 entouré de 2 cercles).
– diamètre du bouton de verrouillage légèrement plus petit.
–  ouverture elliptique sur la lame arrondie.

Category Archives: Russie

Baïonnette 6×4 (AKM Type II)

AKM2 01

Fusil Dragunov SVD pour tireur d’élite

Modèle : AKM 2 modèle 1959/2
Armement : fusil AKM et Dragunov SVD pour tireur d’élite
Longueur : 270 mm
Poids : 315 g
ø Douille : 17,5 mm
Valeur : €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valier
Remarques :
Voir (Baïonnette 6×4 AKM Type II). Au cours de ces années de production en URSS (1965-1985), cette baïonnette dont il existe trois principaux types, a subi quelques petites évolutions.

 6×4 Type 1 (1965-1971)

Russie-AKM1-7095-003-copie.jpg

Cette toute première version de la baïonnette 6×4 possède une poignée de couleur rougeâtre, durant les vingt années de production la couleur de la poignée resta identique.

La lanière de maintien en cuir ou en toile située sur la poignée ne comporte qu’une partie métallique.

Les marquages spécifiques des deux ateliers de fabrication, se situent : uniquement sur la lame près de la poignée, fabrication TULA (étoile), sur la lame près de la poignée ou sur la croisière fabrication ISHEVSK (triangle avec une flèche à l’intérieur).

AKM2 02 Le marquage de l’atelier de fabrication se situe sur l’extrémité du corps

Le corps du fourreau est en polymère moulé de couleur rougeâtre, sauf la cuvette et l’extrémité en acier, il est naturellement isolé du courant électrique.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) russe N° : PO 19 A.

 6×4 Type 2 (1972-1982)

AKM2 03

AKM2 04

La seconde version de la baïonnette 6×4 se différencie par les marquages d’atelier qui ne se situent dans tous les cas à droite : sur la poignée ou sur la croisière fabrication TULA, et uniquement sur la poignée fabrication ISHEVSK.

En 1981, l’usine de Tula a cessé la production de fusils AK-74 pour commencer à fabriquer des AKS-74U (Krinkov) qui n’étaient pas censés être dotés de baïonnette. Les versions ultérieures de la baïonnette 6×4 ont été uniquement fabriquées par ISHEVSK.

 6×4 Type 3 (1983-1985)

La troisième version de la baïonnette 6×4 est identique à la seconde, sauf le pommeau de verrouillage qui a été aminci au niveau de l’attache lanière afin d’un réduire le poids. Cette version a été fabriquée uniquement par ISHEVSK .

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Tous les modèles pour fusils AKM, des pays membres de l’ex-pacte de Varsovie font bien sur partie d’un thème de collection, le modèle russe qui n’est pourtant pas le plus rare, est le plus recherché.
Parmi ces 3 types, le type 2 de fabrication ISHEVSK (triangle avec une flèche à l’intérieur), est le plus couramment rencontré.

Modèle utilisé par l’Allemagne de l’Est :

akm2-montage-01

akm2-montage-06

akm-2-0001

akm2-montage-02

AKM2 03

AKM2 06

AKM2 05

AKM2 04

akm2-montage-05

akm2-montage-03

akm2-0001Marquage 1946/suivi d’un chiffreAKM 1 03Le porte-fourreau A plus long est destiné aux fourreaux en polymère

Modèle : AKM 2
Armement : fusil MPi AK-74N / MPi AKS-74,
Longueur : 270 mm
ø Douille : 17,5 mm
Valeur :   €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle produit à partir de 1985 jusqu’en 1987, possède une poignée de couleur orange première version (la plus rare), ou noire pour la seconde version. La particularité de ce modèle, par rapport aux autres AKM2, est d’avoir dans le pommeau un trou rond pour le passage de la lanière. Un n° de série en caractère très léger est gravé au crayon électrique sur la poignée et sur l’extrémité du corps du fourreau. La lanière en toile grise située sur la poignée ne comporte qu’une partie métallique, le porte-fourreau en cuir gris de type russe est spécifique à l’Allemagne de l’Est.

Modèle utilisé par la Bulgarie

akm2-001

akm1-002Casque modèle 51/72AKM2 01

AKM2 02

Modèle : AKM 2
Armement : fusil AK-74M1
Longueur : 270 mm
ø Douille : 17,5 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle est identique au modèle russe, sauf le marquage sur la poignée qui est spécifique (code 10 entouré de 2 cercles), le fourreau ne possède aucun marquage.

Modèle utilisé par l’Egypte :

AKM2-01.jpg

AKM2-02.jpgLanières en cuir ou en toileAKM2-03.jpg Fabrication peu soignée de la poignée (traces de colle), afin d’en réduire le coût 

Modèle : AKM 2
Armement : fusil MISR
Longueur : 270 mm
ø de la douille : 17,5 mm
Valeur : €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ces baïonnettes fabriquées en Egypte, à l’usine de MAADI possèdent une poignée dont il existe trois variantes de couleur (noir, brun chocolat, bleu noir). La lanière en toile verte ou en cuir située sur la poignée ne comporte qu’une partie métallique, le porte-fourreau en cuir est de type russe. Le fourreau en acier de type AKM 1 est protégé du courant électrique grâce à un isolant en caoutchouc.

Modèle utilisé par la Lituanie :

akm2-01

akm2-02

Modèle : AKM 2 
Armement :
fusil AKM et Dragunov SVD Tireur d’élite
Longueur : 
270 mm
ø Douille : 
17,5 mm
Valeur :   €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :

Le modèle est identique au modèle russe, un nouveau porte-fourreau spécifique à la Lituanie enveloppe le corps du fourreau, lui assurant ainsi un meilleur maintien.

Modèle utilisé par la Pologne :

pologne-montage-casque-baio-akm2.jpgBaïonnette accompagnée d’un casque mle WZ 75
akm2

akm2-03

akm2-002N°de série inscrit sur la croisièrepologne-akm-comparaison-02.jpg

pologne-akm-comparaison-01.jpg  Variante de couleur du cuir de la lanièreakm2-02Porte-fourreau ancienne génération spécifique à la Pologneakm2-001Porte-fourreau actuel en toile et cuir

Modèle : AKM 2
Armement : fusil PMKM et PMKS et  Kbk wz. 1988
Longueur : 270 mm
ø Douille :  17,5 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle possède une poignée de couleur orange, contrairement aux baïonnettes AKM2 des pays satellites à l’URSS, sa lame dépourvue de dents de scie. La lanière en cuir située sur la poignée ne comporte qu’une partie métallique, le porte-fourreau en cuir est spécifique à la Pologne. Le fourreau en tôle d’acier conservé du modèle AKM1 est protégé du courant électrique grâce à un isolant en caoutchouc. 

Modèle utilisé par l’ex-Yougoslavie :

akm2-001

akm2-007Casque yougoslave modèle 59akm2-002

akm2-00001Marquage sur la lame (K5)akm2-006

akm2-003

gifs-0044.jpg

akm2-004Vue arrière, en haut fourreau yougoslave, en bas fourreau de l’ex-RDAakm2-005

Modèle : AKM 2
Armement : Zastava M70 et variantes
Longueur : 270 mm
ø Douille : 17,5 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valier
Remarques :
Ce modèle est de couleur noir, un n° de matricule est inscrit en relief sur la poignée ainsi que sur l’extrémité du corps du fourreau. La lanière en toile verte située sur la poignée ne comporte qu’une partie métallique, le porte-fourreau en cuir brun clair de type russe est muni d’un bouton de verrouillage en laiton. Le fourreau ressemble à celui utilisé par la RDA mais n’est pas tout à fait identique.

Category Archives: Russie

Baïonnette 6×3 (AKM Type I)

akm-1-002

akm-1-003

russie-akm-mle-59.jpgIl est possible de rencontrer plusieurs variantes de couleur de poignée et de porte-fourreauRussie-AKM1-7095-003-copie.jpgTriangle avec une flèche à l’intérieur ISHEVSK

Modèle : AKM 1 (1959)
Armement : fusil AKM et Dragunov SVD tireur d’élite
Longueur : 273 mm
Poids : 275 g
ø Douille : 17,5 mm
Valeur :  €€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Voir (Baïonnette 6×3 AKM Type I). Au cours de ces brèves années de production en URSS (1960-1965), cette baïonnette a subi quelques modifications.

La forme du pommeau de la poignée peut être arrondie pour les modèles de première génération ou droite pour les seconds. Sa couleur orange n’est pas uniforme, elle peut varier du plus clair au plus foncé. Le crochet de fixation de la lanière de maintien situé sur la croisière peut être de forme arrondie ou droite. Cette lanière en cuir ou en toile ne comporte qu’une partie métallique, la boucle près du pommeau est fermé par un rivet.

Les marquages spécifiques des deux ateliers de fabrication, se situent :

  • sur la lame près de la poignée, fabrication TULA (étoile),
  • sur la lame près de la poignée ou sur la croisière fabrication ISHEVSK (triangle avec une flèche à l’intérieur).

Le fourreau dans la majorité des cas est en tôle d’acier, mais il existe des modèles de baïonnette dit « transitoires » équipés d’un fourreau avec corps en polymère moulé de type 6×4. Dans ce cas, le matricule qui correspond au n° de la baïonnette est inscrit sur la partie en acier du dispositif coupe-fil.

Le porte-fourreau utilisé pour ce modèle est, voir (Porte-fourreaux) russe N° : PO 19 A.

Category Archives: Russie

Baïonnette 6×2 (AK47)

Baïonnette AK47 généralité :

A la fin des années 50, les autorités militaires russes ayant jugées que le combat à la baïonnette était tombé en désuétude, lors de sa conception le fusil d’assaut AK47 n’en n’avait pas de prévu, il en fut doté ultérieurement.
La 6X2 est la première baïonnette AK adoptée par l’Union soviétique en 1955 (avec les fusils AK 47 de type 3). Après l’adoption de la baïonnette 6X2, bon nombre des AK pré-55 (types 1 et 2) ont été adaptés pour pouvoir utiliser cette baïonnette. Cependant, tous les AK antérieurs à 1955 n’ont pas  été systématiquement modifiés.

La forme de la poignée (oreilles), est inspirée du M1914 suédois confronté au même problème (pas de dispositif de fixation sur le mousqueton M1894). Le verrouillage s’effectue grâce à un bouton levier quadrillé, situé sous la croisière. Les plaquettes en Bakélite sont maintenues à la soie de manière classique par deux vis et écrous fendus bloqués mécaniquement. Contrairement au modèle de référence US M4, celui-ci, du fait de la forme de sa poignée peu ergonomique, peut difficilement être utilisé comme poignard de combat.

Le profil de la lame est similaire à celle du M 1945 SKS, mais un peu plus courte

Son fourreau est fortement inspiré du modèle SVT 1940 TOKAREV, il est équipé d’un pontet fixé par points de soudure par fusion au corps, celui-ci sert de point de maintien au porte-fourreau attelé. La cuvette est maintenue au corps par deux rivets, son extrémité se termine avec deux feuilles de tôles repliées et soudées entre elles par points.

AK47 montage 03

AK47 montage 04

AK47 montage 05Baïonnettes modèle AK 47, de gauche à droite : Allemagne de l’est, Pologne, Bulgarie, Finlande, URSS

Modèle utilisé par l’URSS :

AK47 montage

AK47 montage 02Casque russe (Ssh 40) de la même époque ak 47 01Deux variantes de couleurs des plaquettesak47-001A ne pas confondre, à droite modèle bulgare, à gauche modèle russeak47-002Triangle avec une flèche à l’intérieur (arsenal d’ISHEVSK, le seul fabriquant)AK47-Comparaison.jpgIl existe deux types de fixation du porte-fourreauak47 02Trou de drainage de l’eau (matérialisé par le pic en bois)


Modèle :
 AK47 (56-X-212)
Armement : fusil d’assaut Kalashnikov AK-47
Longueur : 314 mm
Poids : 285 g
ø Douille : 17,5 mm
Valeur :  €€
Rareté : 
 che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le modèle soviétique fut produit de 1955 à 1960. Il porte obligatoirement un poinçon sur la croisière, (un triangle avec une flèche à l’intérieur : fabrication uniquement à ISHEVSK), son matricule est inscrit en travers sur la gauche du pommeau.
Ces baïonnettes étaient marquées du matricule du fusil auquel elles avaient été attribuées. Il existe quelques baïonnettes sans marquage qui ont été attribuées aux fusils rénovés ou qui étaient des baïonnettes de rechange. La baïonnette 6X2 n’est pas compatible avec les versions ultérieures des fusils AK.
Le fourreau est pourvu d’un trou de drainage de l’eau qui se situe toujours sur la face avant, son porte-fourreau attelé peut être en toile ou en cuir.

Ce modèle a été également été brièvement utilisé par la Finlande, il est identique au modèle utilisé par la Russie (poinçon), sauf au niveau du fourreau qui ne possède pas de trou de drainage.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Tous les modèles pour fusils AK47, des pays membres de l’ex-pacte de Varsovie font bien sur partie d’un thème de collection. Ce modèle est celui qui est le plus recherché par les collectionneurs, attention à ne pas le confondre avec le modèle bulgare, lors de l’acquisition.

Modèle utilisé par l’Allemagne de l’est :

ak47-001

ak47-002

Modèle : AK47 (56-H-212)
Armement : fusil d’assaut MPi-K Mashinenpistole-Kalaschnikow, MPi-KS (version para)
Longueur : 314 mm
Poids : 285 g
ø Douille : 17,5 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques : 
Le modèle de l’ex-RDA possède des plaquettes de poignée noires. Son matricule est inscrit au crayon électrique sur le coté gauche de la croisière. Le fourreau est dépourvu de trou de drainage de l’eau, son porte-fourreau attelé est obligatoirement en toile grise.

Modèle utilisé par la Bulgarie :

ak47-montage-01

ak47-montage-02Casque bulgare (36A/51) de la même époque AK47 01

AK47 02

bulgarie ak47 comparaison

Modèle : AK47 (56-H-212)
Armement : fusil d’assaut AKK » Type 3
Longueur : 314 mm
ø Douille : 17,5 mm
Valeur :  €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le modèle bulgare adopté à partir de 1955 est identique au modèle soviétique. Son matricule est inscrit sur le coté gauche du pommeau perpendiculaire à l’axe de la lame. Le fourreau est pourvu d’un trou de drainage de l’eau qui se situe obligatoirement sur la face arrière, son porte-fourreau attelé peut être en cuir, en vinyle, en toile et cuir ou un mélange du tout.

Modèle utilisé par la Pologne :

ak47-08

ak47-09 Matricule inscrit sur la soieak47-003Année 1958ak47-001Marquage de l’arsenal de RADOMAK47 05Ci-dessus, très rare exemplaire fabriqué en 1970, marquage de l’année à gaucheak47-10Porte-fourreau en cuir interchangeableAK47 07Porte-fourreau en cuir interchangeable

Modèle : AK47 (56-H-212)
Armement : fusil d’assaut « karabinek AK »
Longueur : 314 mm
ø Douille : 17,5 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Le modèle polonais fabriqué à partir de 1957 porte sur la droite de la croisière le nombre 11 dans un ovale (arsenal de RADOM), et du coté gauche l’année 1958, son matricule est inscrit sur le dessous de la soie. Le fourreau ne possède pas de trou de drainage, il est spécifique par la forme à l’extrémité, c’est aussi le seul de tous les modèles utilisés par les pays satellites à L’URSS dont le porte-fourreau est interchangeable.

Category Archives: Russie

Baïonnette modèle 1945 SKS

1949 02Mécanisme commun à toutes les baïonnettes SKS, deux types de manchons au niveau de l’usinage du verrouillage existent  1949 03Poinçon d’origine russe (un triangle avec une flèche à l’intérieur, ISHEVSK)sks-02Marquages inconnues

Modèle : SKS 1945
Armement : carabine Simonov modèle SKS 1945
Fixation : de façon permanente sur l’arme
Longueur : 312 mm
ø Douille : 14 mm
Valeur :  €€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette, formant partie intégrante de la carabine, ne reçoit pas de fourreau. La lame de conception identique au modèle AK 47 peut être de finition polie brillant, phosphatée, ou chromée.

Apparition :
Ce modèle avec sa carabine fait une brève apparition dans le clip video de la chanson (Nathalie) de Gilbert Bécaud.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Sans son mécanisme de fixation à la carabine, ce modèle n’a aucun attrait, si il est complet il trouve sa place dans une collection.

Category Archives: Russie

Baïonnette modèle 1944 pliante

modèle 1944 Pliante 01

russie-mosin-nagant-verrouillage.jpgA gauche : modèle après 1946, à droite : avant 1946 

Modèle : 1944 baïonnette pliante
Arment : carabine Mosin-Nagant modèle 44
Longueur : 382 mm
ø Douille :  mm
Valeur :  €€
Rareté :  che1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette pliante fixée de façon permanente à l’aide d’une vis à la carabine fut produite à partir de 1944 jusqu’en 1948. Toutes les parties métallique de la baïonnette sont bleuies foncées, la lame qui possède quatre faces, est usinée à son extrémité en forme de tournevis plat afin de pouvoir démonter l’arme. Il existe deux types de verrouillage : le plus courant avant 1946 ne maintient pas correctement la baïonnette à la carabine lorsqu’elle est déployée, pour éviter cet inconvénient le système de verrouillage fût modifié en 1946. Cette modification se retrouve également sur les clones de la carabine M44 fabriqués en Chine, en Pologne, en Hongrie et en Roumanie. La production de ces clones a été entreprise avec l’aide de l’Union soviétique.

Période d’utilisation :
Ce sont les nouveaux fusils semi-automatiques SKS45 fabriqués à partir de 1949 qui ont éliminé l’utilisation en URSS de la carabine M44 devenue obsolète.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour un prix d’achat dérisoire, idéale pour débuter une collection.

Category Archives: Russie

Baïonnette modèle Tokarev 1940

tokarev 02

tokarev 03

Modèle : SVT 1940 TOKAREV
Armement : fusil SVT-40
Longueur : 364 mm
Poids : 280 g
ø de la douille 14 mm
Valeur :  €€€ €€€
Rareté :
  che1valierche1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
Cette baïonnette était destinée à la version améliorée du fusil semi-automatique Tokarev SVT 40, remplaçant le modèle 38. Environ 1 600 000 exemplaires de fusil Tokarev SVT 40 ont été fabriqués, à partir de 1940 jusqu’en 1944 (1944 étant la dernière année complète de production du fusil).

Ce modèle a été fabriqué par deux arsenaux, marquages spécifiques sur la lame près de la croisière (étoile: fabrication TULA, ou triangle avec une flèche à l’intérieur: fabrication ISHEVSK). Conçue en 1940, alors que militairement la Russie soviétique était encore sereine, cette baïonnette est d’une très bonne qualité de fabrication. La poignée pratiquement identique au très rare modèle 38 à lame longue qui l’a devancé, comporte sur le pommeau une petite protection anti déverrouillage près du bouton poussoir. Les plaquettes de poignée sont maintenues à la manière allemande par vis et écrous fendus. Il existe une très rare version à lame inversée. Généralement toutes les parties métalliques des modèles rencontrés ont été bronzées lors du re-conditionnement après la Seconde Guerre mondiale.

Le fourreau, dont il existe deux versions au niveau de l’extrémité, une avec bouton de bouterolle, l’autre avec feuilles de tôles repliées et serties, est équipé d’un porte-fourreau attelé en cuir ou en toile.

Période d’utilisation:
Utilisée avec le fusil SVT-40 qui était le plus souvent attribué à des sous-officiers et à des unités d’élite, pendant la Seconde Guerre mondiale à partir de juin 1941.

Remarques perso :
Vérifiez bien, la présence du porte-fourreau attelé lors de l’achat.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ce très peu courant modèle soviétique, l’un des plus beau, est indispensable dans une collection, seul petit hic, son prix d’achat reste relativement élevé.

Category Archives: Russie

Baïonnette modèle 91-30 Mosin Nagant

91-30 01
91-30 02

Etoile: fabrication TULATriangle avec une flèche à l’intérieur : fabrication ISHEVSK91-30Poinçon de remise en étatMosin nagant comparaisonModèle du haut : destiné à l’exportation après la Seconde Guerre mondiale, N° de série inscrit au crayon électrique
Modèle du bas : destiné à l’armée russe
Photo trouvée sur internetrussie-mosin-nagant-invalides.jpgPhoto faite au musée de l’armée aux Invalides à Paris (si vous avez l’occasion d’y aller, n’hésitez pas, cela vaut le détour !) 

Modèle : 1891 modifié en 1930
Armement : 
fusil Mosin-Nagant modèle 1891/91-30
Longueur :
504 mm
ø Douille : 
15,3 mm
Valeur : €€
Rareté : che1valierche1valierche1valier
Remarques :

La Russie tsariste n’était pas vraiment connue pour son changement, à la fin du 19ème siècle, alors que la plupart des pays Européens mettaient en service de nouvelles baïonnettes à lames plates à leurs nouveaux fusils, la Russie conserva un obsolète modèle à douille. La baïonnette modèle 1891 restera inchangée jusqu’en 1930, date à laquelle les Soviétiques ont modernisé le fusil et la baïonnette de 1891, tous les deux connus sous le nom de modèle 1891/30.  

Le mode de fabrication des baïonnettes modèle 1891 a été modifié par Kabakov et Komanritskil en 1930, par suppression de l’anneau de verrouillage et ajout d’un système mobile de fixation à ressort près de la douille. Il s’adapte sur tous les modèles de fusil modèle 1891, en revanche les baïonnettes modèle 1891 ne peuvent se fixer que sur les fusils du même modèle. Dans l’armée russe, ces baïonnettes étant toujours fixées au fusil lors des combats et simplement retournées lors des déplacements. L’extrémité de la lame est usinée en forme de tournevis plat afin de pouvoir démonter l’arme et en outre éviter les blessures par maladresse. Ce modèle a été fabriqué par deux arsenaux, marquages spécifiques sur la douille ou sur le bouton poussoir (étoile: fabrication TULA, ou triangle avec une flèche à l’intérieur : fabrication ISHEVSK).

La mise en place de la baïonnette sur le fusil s’effectue ainsi :
L’introduire sur l’extrémité du canon jusqu’au cran de mir (la lame vers le haut), à l’aide du bouton poussoir de verrouillage la faire pivoter vers la droite afin de la bloquer correctement en relâchant ce bouton. Les organes de visée du fusil lors du tir sont réglés avec la présence de la baïonnette qui influe fortement sur la trajectoire de la balle.

Période d’utilisation:
Utilisée pour la première fois pendant la Guerre d’Hiver russo-filandaise du 30 novembre 1939 au 13 mars 1940, Seconde Guerre mondiale, officiellement réformée en URSS en 1947, (export voir Roumanie).

Remarques perso :
Attention le diamètre interne de la douille peut varier en fonction des cotes d’usinage extérieures imprécises du canon du fusil 91-30, il est possible avec un outil spécial de réajuster la douille de la baïonnette. En aucun cas ce modèle de baïonnette ne doit être logé dans un fourreau métallique.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, cette baïonnette encore assez courante, pour un prix d’achat dérisoire est indispensable dans une collection.

Category Archives: Russie

Baïonnette modèle 1891 Mosin Nagant

91 nagant 01

91 nagant 02
91 nagant 05
Marquage de l’arsenal d’Izhevsk avant 1928

russieDifférent marquages d’acceptation

91 nagant 03

91 nagant 06

chatbaio-nagantPoinçon de la Manufacture nationale d’armes de Châtelleraultrussie-1891-rPoinçon du fabriquant américain Remington Arms

Modèle : 1891
Armement : 
fusil Mosin-Nagant modèle 1891
Longueur :
 503 mm
ø Douille : 
15,4 mm
Valeur : €€€
Rareté : che1valierche1valierche1valierche1valierche1valier
Remarques :
La Russie tsariste n’était pas vraiment connue pour son changement, à la fin du 19ème siècle, alors que la plupart des pays Européens mettaient en service de nouvelles baïonnettes à lames plates à leurs nouveaux fusils, la Russie conserva un obsolète modèle à douille. La baïonnette modèle 1891 restera inchangée jusqu’en 1930, date à laquelle les Soviétiques ont modernisé le fusil et la baïonnette de 1891, tous les deux connus sous le nom de modèle 91-30.

Il existe plusieurs variantes de cette baïonnette, l’ouverture de la douille suivant les modèles, peut être décalée de 30, 60, ou 90° par rapport à la lame. Dans l’armée russe, ces baïonnettes étant toujours fixées au fusil lors des combats et simplement retournées lors des déplacements. L’extrémité de la lame est usinée en forme de tournevis plat afin de pouvoir démonter l’arme et en outre éviter les blessures par maladresse. Ces baïonnettes ont été produites par trois fabricants nationaux : Tula, Sestroryetsk et d’Ishevsk. Les fusils et baïonnettes ont également été fabriqués sous contrat avant 1914 dans plusieurs autres pays : Belgique, Suisse, USA, et également en France, car les arsenaux russes n’arrivaient pas à fournir la quantité d’armes individuelles nécessaires pour l’armée en phase de mobilisation. Certains fusils modèle 1891 ont été récupérés par l’austro-hongrie au cours de la Première Guerre mondiale (voir Autriche).

Période d’utilisation:
Guerre russo-japonnaise 1904-05, Première Guerre mondiale, Révolution bolchévique 1917, Guerre d’Espagne, et jusqu’au début de Seconde Guerre mondiale.

Avis personnel sur l’attrait de ce modèle :
Pour les fervents passionnés d’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle est indispensable dans une collection.

Copyright © 2019 Géraldbaios